Critique

François Tousignant, Le Devoir, October 11, 2003

Si bien de ces pièces ont déjà été portées au disque, nous ne sommes pas pour autant en présence d’une réédition. La musique «électronique» a en effet ceci de particulier que sa technologie change et que des idées parfois rendues un peu maladroitement à cause justement de limitations techniques peuvent, avec les avancées des ordinateurs, se refondre en une meilleure mouture. C’est le pari que tient ici Paul Dolden en offrant des ‘remix’ de pièces qui ont déjà fait sa gloire. Pari gagné, car tous les propos du compositeur pour justifier sa démarche s’avèrent nécessaires. Oui, on entend bien mieux — et bien plus — d’événements dans ces bandes chargées souvent au bord du supportable. L’approche de Dolden a ceci de paradoxal que, cherchant le «seuil du silence», il nous assomme de son(s); sans gratuité, ce canardage acoustique fait aspirer au silence. Avec la «nouvelle version» de Below the Walls of Jericho, tout devient effectivement plus clair, l’idée plus nette. Parfois, le retour sur de vieilles œuvres produit une forme d’académisme; ici, il n’en est rien. Dolden se montre un peu comme Léonard de Vinci qui, jusqu’à sa mort, a raffiné sa Joconde, qui reste comme le premier monument de cette incroyable saga des ‘works in progress’. Ceux qui connaissent ce répertoire seront ravis de retrouver un autre visage de cette musique. Les néophytes, eux, n’ont plus aucune raison de lui résister.

… en offrant des ‘remix’ de pièces […] tout devient effectivement plus clair […] Dolden se montre un peu comme Léonard de Vinci…