Jean-François Laporte: Philosophe du son

Laurent Catala, Octopus, February 1, 2009

Bien qu’estampillé compositeur électroacoustique, le Québécois Jean-François Laporte est avant tout un philosophe du son, un chercheur qui traque au cœur de la matière une authenticité qui l’a conduit à développer une réflexion très particulière autour d’instruments acoustiques inventés. Une démarche éminemment personnelle, mais néanmoins partagée, qui sera au cœur de sa performance le 26 février prochain au Point éphémère dans le cadre du festival Octopus — Inventeurs d’instruments.

«La musique, je ne l’invente pas. Elle existe naturellement.» À écouter, Jean-François Laporte, on devine rapidement que son statut de compositeur électroacoustique n’est pas une fin en soi. Musicien inventif, chercheur, philosophe presque, Jean-François Laporte a développé une expérience musicale personnelle qui tend à nourrir son expérience de vie.

C’est dans la recherche d’une certaine authenticité que la musique occidentale a un peu claquemurée dans un académisme formaliste qu’il situe son travail. Il perçoit celui-ci dans une grande complicité avec la matière sonore, dans le sillage d’une expérience familiale dans le domaine de la construction qui l’a rendu perméable à la notion de matériau. «Je suis plus intéressé par le son que l’instrument. J’ai eu beaucoup de difficultés avec l’enseignement instrumental, ça me paralysait beaucoup. Je trouve que dans notre culture occidentale, on a un peu mis la musique dans une boîte. On a développé des instruments où les impuretés ne sont plus là. Ça ne correspond pas à la réalité, alors que dans la musique extra occidentale, le souffle par exemple est intégré dans l’instrument, les parasites font partie de la musique et la rapprochent d’une réalité concrète.»

Du coup, venir à la musique électroacoustique pour travailler davantage sur le son en lui-même dans les années 90, avec des pièces comme Prana (1998), est apparu comme une évidence. Un choix en partie déçu et qui a conduit le compositeur à s’intéresser rapidement à un aspect instrumental beaucoup plus insolite. «À cette époque, j’ai fait beaucoup d’enregistrements in situ, dans des cathédrales, des bateaux, des silos, mais je trouvais ça trop virtuel, ça ne me donnait pas l’expérience de vie que je recherchais.»

Guidé par son attrait pour l’innovation et les nouvelles sonorités Jean-François Laporte se remet donc à l’instrumentation, mais en suivant son propre sens créatif. «À la base, inventer des instruments était un peu une provocation, un rapport de force. Dans le domaine de l’électroacoustique, je pensais qu’on pouvait créer des instruments d’une autre façon, et même faire autre chose que des instruments.» Jean-François Laporte écrit alors toute une série de pièces, pour joueurs de billes ou pour joueurs de baudruches (Dégonflement), puis en vient progressivement à inventer de nouveaux instruments pour des installations comme Khôra ou des pièces à quarante musiciens comme Tribal en 2002.

«À la base, inventer des instruments était un peu une provocation, un rapport de force.»

Des instruments ludiques et précis dans leurs potentialités

À la fois ludiques et particulièrement précis dans les potentialités timbrales qu’ils induisent, ces instruments prennent des formes diverses: Tu-yo, sorte de tubes recouverts d’une membrane de latex vibrante apportant une grande flexibilité en terme de résonance et de changements de paramétrage; Flying Cans, cannettes de bière perforées attachées au bout d’une corde et dont la vitesse de rotation module des harmonies; bols recouverts d’une membrane en latex sur laquelle souffle l’interprète; trompes-sax, liant un tube rigide à l’embouchure d’un saxophone, offrant ainsi une coloration sonore particulière (La plénitude du vide, en 2000): orgue de sirènes, instrument à vent continu incorporant sirènes de bateau et de camions avec une pédale de contrôle d’intensité.

«Je ne suis pas quelqu’un de possessif», précise Jean-François Laporte. «J’aime mettre à jour mes inventions pour en faire bénéficier les autres compositeurs.» Aussi, pour pérenniser ses instruments inventés et ses installations sonores, ainsi que pour soutenir le montage de pièces non conventionnelles les incorporant, Jean-François Laporte fonde en 2003 la structure Ensemble Totem Contemporain. C’est dans ce cadre qu’il continue de perfectionner ces instruments, travaillant notamment en ce qui concerne les bols et les Tu-yo sur des processus d’automatisation avec électro-vase et moteurs. «Je voulais retravailler une pièce comme Tribal mais avec un nombre réduit de musiciens sans diminuer pour autant le nombre d’instruments. C’est là que j’ai découvert tout le potentiel d’automatisation, de contrôle et de possibilités sonores, en terme de hauteurs, que je ne soupçonnais pas.» Un choix de davantage de contrôle pour toujours et encore se rapprocher de la nature intime du son et qui se traduit encore dans ses plus récents travaux sur des systèmes d’intelligence à partir de micros glissés dans ses instruments. «Cela permet un retour très précis sur ce qui se passe au niveau vibratoire, en terme d’intensité de sons que je peux traduire avec mon ordinateur.»

Dans le prolongement de ses recherches sonores, la matérialisation scénique reste néanmoins essentielle pour un créateur qui voit dans le concert un «événement total». «Quand je fais des concerts, j’ai envie de créer de la magie, de trouver de nouvelles dimensions spatiales en m’adaptant à de nouveaux lieux», comme ce fût le cas lorsqu’il dissémina Tu-yos et sirènes volantes autour de la place Royale de Montréal à l’occasion d’une performance. Une transposition sur les planches en quelque sorte de son désir de «nourrir son expérience de vie» qui va immanquablement se traduire lors de son concert du Point éphémère le 26 février prochain, où quatre œuvres insolites devraient être au programme: Rituel, une pièce à la Flying Can; Close Encounter, pour bol et traitement en temps réel, Waves, une composition pour deux Tu-yos et Spin, qui met en scène table tournante [tourne-disque] amplifiée et détournée. De quoi nourrir également notre propre “expérience sonore”, assurément.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.