L’univers électroacoustique de Jean-François Denis

Benoit Poirier, SOCAN, Paroles & Musique, no. 16:1, March 1, 2009

C’est lors de ses études à l’Université Concordia, au début des années 80, que Jean-François Denis s’est initié à la musique électroacoustique et a découvert la grande liberté qu’elle permet. Pour le musicien, producteur et éditeur, qui avait appris la guitare classique très jeune et fait ses classes au sein d’un groupe rock progressif, ce fut une révélation. «Ce qui est fantastique avec l’électroacoustique est que l’on est en concert, dans la création d’une œuvre que personne n’a entendue auparavant, c’est qu’à peu près tout peut se produire. C’est la liberté totale! Il y a cette possibilité.»

Ont suivi une maîtrise (en Californie) dans ce créneau musical, puis un poste de professeur, à Concordia. «Dans mon bureau, il y avait une magnétothèque assez imposante: plus de 700 titres. Là-dedans, il y avait des chefs-d’œuvre qui méritaient d’être entendus plus qu’une fois en concert ou à la radio! De là est née la volonté de rendre la musique électroacoustique accessible.»

Ce courant musical n’est pas nouveau. Soixante années d’exploration ont donné fruit à un impressionnant patrimoine. De quoi certainement ravir un pionnier comme le compositeur français Pierre Henry, à qui l’on doit la célèbre pièce Psyché Rock [co-composé avec Michel Colombier en 1967], popularisée par Maurice Béjart et Costa-Gavras, en 1967. Cette musique dite concrète, comme on la nommait à l’époque, a d’ailleurs fait des petits. «Aujourd’hui, note Jean-François Denis, quand on écoute de la musique électronique, qui est un genre musical cousin, si on enlève certains paramètres comme la pulsion, on retrouve, chez les créateurs, des approches très similaires à celles de la musique électroacoustique.» Mais cette musique, qu’il compare au monde de la poésie, suscite l’engouement d’un nombre relativement restreint de personnes. «Historiquement, je pense qu’il y a toujours un décalage dans la musique par rapport à son temps.» Les inconditionnels sont principalement concentrés en Europe (Angleterre, Scandinavie, France, Belgique et Allemagne), ainsi qu’au Québec. Il y a également quelques îlots aux États-Unis et au Japon.

Pour être en mesure de rejoindre ces mélomanes, Denis fondait, à la fin des années 80, la maison d’édition YMX Média et la compagnie de disques empreintes DIGITALes. Celle-ci n’est pas la première à avoir vu le jour dans ce secteur pointu, mais sa pérennité et son catalogue, probablement le plus vaste du genre, la démarquent: 584 œuvres réparties sur 98 disques, dont le tout dernier paraissait en novembre 2008. «Avec l’approche d’édition musicale d’une part, et, d’un autre côté, la production de disques, d’avoir ces deux structures-là séparées, mais liées, c’est assez unique.»

D’autres entités sont venues par la suite se greffer à l’entreprise: les disques SONARt, l’étiquette web No Type et le portail electroCD.com. Alors, qu’à leurs débuts, son équipe et lui faisaient la promotion des catalogues imprimés par la poste — «C’était presque moyenâgeux.» — ils ont fait figure de précurseurs en étant parmi les premiers, soit dès 1995, à se doter d’une vitrine sur Internet. De même, alors que les créateurs devaient jadis trimbaler tout un arsenal, ils se présentent aujourd’hui sur scène avec, sous le bras, leur portable. Et une foule de sonorités en tête.

Au fil des ans, Jean-François Denis a siégé à plusieurs conseils d’administration, tels que la Communauté électroacoustique canadienne, le Centre de musique canadienne, section Québec et Réseaux des arts médiatiques, dont il est aussi l’un des fondateurs. Il a mérité plusieurs bourses et prix, dont celui de la Ligue canadienne des compositeurs, en 1994, pour son engagement exceptionnel à l’égard des compositeurs canadiens.

En plus de composer et de donner des prestations, il a d’autres projets en chantier. Celui, entre autres, d’amener les secteurs télévisuel et cinématographique à s’intéresser de plus près à la musique électroacoustique. À plus court terme, Jean-François Denis est actuellement à finaliser la programmation d’une grande fête, en collaboration avec l’ensemble des diffuseurs de musique électroacoustique. L’événement, qui se déroulera tout au long de 2010 à travers l’Occident, soulignera le 20e anniversaire des éditions YMX Média et de son étiquette phare, empreintes DIGITALes. L’idée première, souligne-t-il, est de faire circuler encore plus, avec l’argument des 20 ans, la musique électroacoustique afin de mieux faire connaître ses créateurs.

Ce qui est fantastique avec l’électroacoustique […] c’est qu’à peu près tout peut se produire. C’est la liberté totale!

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.