Critique

Charles Prémont, Le Lien multimédia, August 21, 2009

Premier album d’Olivier Girouard, La nuit nous déconstruit par cœur montre la grande sensibilité de l’auteur ainsi que sa maîtrise du mélange entre sons électroacoustiques et instruments organiques. De nature ambiante, l’album se laisse découvrir après plusieurs écoutes, ses subtilités se trouvant dans des nuances, sa qualité se laissant découvrir note par note. Un album fort qui saura plaire aux amateurs de musique concrète même s’il puise constamment dans l’acoustique.

La nuit nous déconstruit par cœur commence sur un ton résolument électronique, proposant une écoute plutôt intellectuelle et jouant avec habileté sur la spatialisation des sons. Quelques enregistrements laissent cependant entrevoir le véritable dessein de l’album: mélanger les sons électriques à ceux produits par la voix ou des instruments. En ce sens, plusieurs des sons utilisés par Olivier Girouard offrent une ambiance plus chaleureuse et très humaine pour ce genre de musique.

Les instruments à cordes prennent une importance particulière sur cet album. Dès la deuxième piste, la guitare envahit l’espace, accompagnée d’enregistrements et de sons électroniques. Il en résulte une musique très humaine, réflexive en ce qu’elle nous plonge dans une ambiance qui n’est pas sans rappeler le cinéma. On visualise la musique d’Olivier Girouard, on s’imagine des paysages et des scènes à l’écoute de ses notes évocatrices.

La qualité de la réalisation ne fait pas de doute. Olivier Girouard sait utiliser ses enregistrement avec intelligence. Les rythmes sont déconstruits dans un son qui occupe l’espace. On devine, chez Olivier Girouard, cette habitude de composer pour des performances. La nuit nous déconstruit par cœur commande une prestation en concert et on espère y avoir droit bientôt.

Un album fort qui saura plaire aux amateurs de musique concrète même s’il puise constamment dans l’acoustique.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.