Chroniques — Labelisés

Gérald de Oliveira, À découvrir absolument, November 30, 2009

Si la pop a souvent le dernier mot ici, le mot de la fin sera pour Olivier Girouard: œuvre sensible à l’extrême sur la fin d’un être que l’on pense toujours immortel. La nuit nous déconstruit par cœur est une pièce unique en son genre, répondant à la fois d’un besoin de toujours passer par la poésie pour toucher aux sentiments, mais aussi du désir de faire que la danse, soit une manière de conjurer le mal qui peut nous transporter, que nous en soyons la victime directe ou indirecte. Derrière l’astre noir qui emporte notre ombre vers un ailleurs que l’on espère toujours en blanc, Olivier Girouard dessine un horizon électronique, vallonné par des ondes qu’il n’aura de cesse de faire gondoler au gré des envies qui l’assaillent de ne jamais rendre la ligne droite, fonçant vers sa fin. Ce disque est peut-être celui de l’après, une messe païenne, qui éclaterait la mélodie pour ne pas avoir à suivre son ordonnancement au final ennuyeux, un hommage non pas pour pleurer, mais pour offrir une suite à ce point que l’on juge atroce. Une guitare libre comme chez un Mark Hollis débarrassait de ses démons et des sons que l’on ne croise que quand le temps nous demande de l’écouter. Une éclipse émouvante.

Une éclipse émouvante.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.