Critique

Éric Normand, JazzoSphère, November 1, 2003

empreintes DIGITALes, étiquette montréalaise spécialisée dans les musiques électroniques et électroacoustiques entreprend cet automne des fouilles dans l’œuvre surprenante du compositeur canadien Paul Dolden. Voilà d’un coup ces trois CDs d’œuvres datant de 1984 à 1996, «entièrement retraitées, remixées et remasterisées par le compositeur en 2001-02». La musique de Dolden est caractérisée par l’utilisation de centaines d’enregistrements instrumentaux et vocaux combinés en couches multiples. En matière de musique acousmatique, son œuvre est singulière puisque l’utilisation de sources instrumentales s’adjoint à un sens aigu de l’orchestration et place la musique aux antipodes des «musiques de bruits» que suggère souvent l’acousmatique. On pourrait peut-être parler d’une approche symphonico-numérique où Stravinsky et Xenakis reviennent en écho, machinés dans une hybridation maximale des styles. Les œuvres mixtes du compositeur (avec François Houle à la clarinette et Peggy Lee au violoncelle, entre autres) font particulièrement preuve de sa sensibilité musicale et nous entraînent dans des moments d’intensité incroyables. Ce petit survol de l’œuvre de Dolden démontre admirablement la singularité de son langage (et son importance) qui, tout en s’approchant d’un discours symphonique radicalisé, ouvre la porte aux influences du jazz, du rock et des diverses possibilités venues de l’électrification et de la capture du son. Une œuvre à découvrir d’urgence.

… à découvrir d’urgence.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.