electrocd

Critique

Julien Jaffré, Jade, February 20, 2004

L’art au secours de la guerre, la musique au secours de la compréhension des conflits: voilà en deux mots résumés la proposition de Metaxu, duo italien basé à Rome, composé de Filippo Paolini et de Maurizio Martusciello. Un condensé de court-circuits historiques fondé sur les vertus de l’échantillonnage, de contorsions de scratch et d’une dimension artisanale auréolée d’un savoir-faire lo-fi de bonne augure. Pas de guerre sans victimes, ni de destruction sans scories. De ces déchets sans relations, le duo s’accorde à reconstruire un univers. De cet amas de pertes, ils recomposent, ils rétablissent sans apologie, ni dénonciation gratuite; les deux musiciens «s’amusent» avec sérieux et délivrent, avec une impartialité relative ce matériau sonore.

L’approche, quant à elle exerce un point de tension entre des climats d’ambiances environnementales habitées d’un microcosme actif (07021964 Saigon, 06091945 Hiroshima) et d’autre part de moments de superbes liturgies dignes d’un Ligeti ou d’un Arvo Pärt (07121941 Pearl Harbour) ou des ambiances proches de Column One (90% wasser). L’éclectisme d’un Moondog des temps modernes qui rêverait la synthèse de Penumbra, d’Olivier Messiaen et de Francisco López. Très bon!!

… un savoir-faire lo-fi de bonne augure… Très bon!!