electrocd

Critique

Steven Hearn, Octopus, no. 27, March 1, 2004

Une fois de plus, le label montréalais empreintes DIGITALes n’est pas en reste. En matière d’innovation électroacoustique, c’est un lieu sûr. Y faire son marché n’est jamais vain. Aussi, dans le panier, deux disques dont les projets diffèrent en apparence, mais qui tout deux continuent de tisser la vaste toile d’une musique abstraite et de recherche. Le contrat de Gobeil (compositeur acousmate et électroacoustique) et Lussier (guitariste prolifique et éclectique) est d’abord un agrément de gentlemen. Amis de longue date, leur collaboration a toujours été fiévreuse. Le projet (une commande [d’empreintes DIGITALes avec l’aide] du Conseil des Arts du Canada): composer une œuvre inspirée du Faust de Goethe , respectueuse de sa structure poétique. Si Goethe a mis trente ans à écrire son chef d’œuvre, ce n’est pas moins de 7 années qu’il leur faudra pour venir à bout de leur version! Le résultat est certes étonnant, réjouissant et la guitare de Lussier ne passe pas inaperçue.

Quant aux Migrations de Stéphane Roy, elles méritent que l’on s’attarde sur le compositeur. Celui-ci est l’auteur d’un ouvrage sur l’analyse de la musique électroacoustique, docteur en composition électroacoustique et détenteur d’un PhD en musicologie. Aujourd’hui, il enseigne les techniques électroacoustiques et la perception auditive. Aussi, la pérégrination sonore est parsemée de d’illusions (redécouverte de la ville, plaisir du promeneur, sentiment d’être étranger…) et de références (Pierre Schaeffer, le cirque, l’urbain…). Son travail proclame un désir de liberté qui transcende les frontières territoriales et culturelles. Les trois œuvres sous contrainte qui composent ce disque sont autant d’escales qui ont jalonné sa migration dans le Midwest amèricain. Tentez, vous n’avez rien à perdre!

En matière d’innovation électroacoustique, c’est un lieu sûr.