Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, February 23, 2021

Compositeur de musiques électroacoustiques, disparu prématurément en 2014, Patrick Ascione après des études de musique classique, s’est formé à l’IMEB (anciennement GREM), et développera par la suite la composition sur ordinateur à l’IRCAM.

Figures de son regroupe cinq œuvres composée entre 1998 et 2012. La particularité de son travail réside dans l’utilisation de l’espace et du traitement sonore, allant jusqu’à injecter des bribes de drum’n’bass sur le sensationnel Ascionerie no 6: Fantaisie diabolique.

Expérimental tout en restant très accessible, la musique de Patrick Ascione est d’une richesse infinie, mélangeant énormément de genres et d’approches au sein de son répertoire. La froideur chez lui, peut prendre des allures de chaudron bouillonnant d’où s’échappent des bulles de frénésie pure, éclatant sur des parois vitrifiées.

Son utilisation du rythme est aussi omniprésente, bien que de manière peu académique, insufflant à chaque son un tempo qui n’est pourtant pas issu d’instruments percussifs. Patrick Ascione fabrique des objets sonores qui fascinent de par leur dimension inclassable, croisant tribalité et sophistication, humour et onirisme. Envoûtant.

Patrick Ascione fabrique des objets sonores qui fascinent de par leur dimension inclassable, croisant tribalité et sophistication, humour et onirisme. Envoûtant.