electrocd

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 59, June 1, 2004

Œuvre de longue haleine, Le contrat est fixé ici dans une ultime version — par essence évolutive — après plusieurs versions proposées lors de perfonnances publiques. Les deux musiciens québécois se sont associés dans ce projet pour traduire, à leur manière, l’incontournable Faust de Goethe . En effet, tout en se basant sur la structure du récit, les deux compères réalisent plutôt une série de tableaux sonores, sans réelle continuité narrative, sinon dans la forme, combinant guitare, daxophone, voix, percussions, bruits divers, échantillonnages et clins d’œil à d’autres traductions sonores de l’œuvre. À vrai dire, le lecteur de Goethe ne manquera pas d’être profondément bousculé par cette transcription qui s’apparente davantage à un environnement sonore dans lequel il peut — sans obligation aucune — faire évoluer les personnages du drame, qu’à un récit: bruissements, coassements, piaillements, voix humaines ou bruits de pas mis en écho côtoient quelques phrases d’orgue, des riffs de guitare et parsèment l’enregistrement d’un bout à l’autre. D’une certaine manière, Le contrat n’est donc qu’un prétexte, certe omniprésent, pour un travail en collaboration entre Gilles Gobeil et René Lussier lesquels réalisent ici un bien bel ouvrage.

… un bien bel ouvrage.