electrocd

Critique

Fabrice Allard, EtherREAL, May 22, 2004

Sans connaître Metaxu, on pose avec confiance ce deuxième album sur le plateau de notre platine CD. Confiance envers le label canadien No Type au parcours irréprochable, qui sortait l’an dernier l’album de Coin Gutter, et envers Maurizio Martusciello, moitié de Metaxu qui nous offrait un excellent concert il y a un an et demi lors du festival Batofar cherche Italie.

Cet a priori positif est immédiatement transcendé à l’écoute du premier morceau. Avec pour thème la guerre, tous les morceaux de cet album prennent pour titre une date et un lieu, repères temporels et géographiques d’un événement historique. Ce premier morceau intitulé 28061914 Sarajevo, nous séduit immédiatement avec une sorte de boucle de cordes subtilement traitée et parsemée de petits glitchs, craquements, et autres bruitages électroniques, samples trafiqués, le tout étant construit autour d’une lente montée. On sait déjà que l’on est en présence d’un grand disque, mais chaque nouveau morceau sera une surprise dépassant nos espérances, chaque pièce venant surpasser la précédente.

Le style est suffisamment original pour être intéressant, une sorte de musique néoclassique ou musique de film, parsemée de petites erreurs numériques apportant une vie fourmillante alliée à une finesse et précision mathématique. Ici des cordes, plus loin un piano lumineux, ou même des cuivres et bleeps sur le superbe 01041939 Alicant, pour une pièce ambient-jazz contemporain. On est tenté de comparer la musique de Metaxu à un croisement entre Max Richter et Steve Reich qui auraient confié leur démo à un artiste de chez Mille Plateaux. Plus tard, 07121941 Pearl Harbour est une véritable bande son de film avec un mixage parfaitement maîtrisé: des cordes tendues mais discrètes créent un sentiment d’inquiétude bientôt appuyé par des nappes de cordes plus graves, le tic-tac d’une pendule, une montée de voix fantomatiques, des cris. Des voix que l’on retrouve à plusieurs occasions, que ce soit via des samples d’émission de radio, ou des choeurs à vous donner la chaire de poule. Plus proche de nous, on prêtera forcément une attention particulière à 11092001 New York: chant du Moyen-Orient et éléments électroniques métronomiques, nappe grave et menaçante, puis montée de cordes bientôt stridentes et souffle d’une déflagration sonore terminant le morceau cut-up.

Rumors of War est assurément l’un des plus beaux disques que l’on ait pu écouter ces 6 derniers mois, utilisant à merveille le mélange entre musique classique et électronique, certainement le meilleur chemin que pouvait prendre l’electronica dont on semblait avoir fait le tour.

… l’un des plus beaux disques que l’on ait pu écouter … certainement le meilleur chemin que pouvait prendre l’electronica dont on semblait avoir fait le tour.