Critique

Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no. 221, March 1, 2005

Ce disque rassemble trois pièces, la première, qui donne son nom au disque, ayant été composée sur la période 2002-2004. On sait que François Bayle se préoccupe de l’écoute en tant que phénomène propre. Dans cette composition en deux mouvements, elle est encore un peu plus que précédemment au centre de son travail. Cette fois, c’est directement en fonction des fluctuations de l’attention consciente de l’audition que travaille le compositeur. Selon Bayle lui-même: «Et si c’est justement de la suspension même de la pensée que l’intuition surgit par surprise, alors la pensée musicale, à n’être pas formée (déformée) par le langage, le montre mieux encore en fonctionnant librement comme dans la nature, par cohérence et implication.»

Seconde pièce proposée, Trois rêves d’oiseau est une pièce datant de 1971. À vrai dire, le premier rêve - Moqueur - est un remix d’une partie de sa pièce plus ancienne encore - Trois portraits de l’Oiseau-qui-n’existe-pas - qui nous ramène en 1963. On retrouve donc dans cette pièce des phrases instrumentales (mais tout de même écrites pour la captation microphonique) qui disparaissent assez vite au cours de la carrière du compositeur.

Enfin, Mimaméta est une version révisée en 2004 de la pièce composée en 1989. Elle est représentative des notions de climat ou de température chères à la pensée du compositeur.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.