electrocd

Électraquoi?

Tony Esposito, Montréal Campus, September 25, 1991

Avec sa sœur, la musique actuelle, l’électroacoustique devient de plus en plus accessible. Comme au Festival de Victoriaville. Ce festival a souvent aidé à «déconfidentialiser» l’électroacoustique, souligne Jean-François Denis, compositeur et grand manitou d’empreintes DIGITALes, étiquette exclusivement électroacoustique. Cette année pourtant la présence électro est faible à Victo.

De l’autre côté, l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ) présente son programme pour la saison 91-92 où un événement est prévu à chaque mois, ou presque.

On a également droit à des émissions radiophoniques sur l’électroacoustique. Soulignons, entre autres, «Sons d’esprits» sur les ondes de CKUT 90,3, qui présente en grande première le 26 septembre à 20h30, «Éclats de voix» de Robert Normandeau.

Pendant que son confrère Alain Thibault compose la musique de Ne blâmez jamais les bédouins, Yves Daoust double sa présence dans la vie culturelle montréalaise en lançant un compact et en co-signant un spectacle.

Anecdotes, sixième enfant d’empreintes DIGITALes, apparaît comme une réflexion électroacoustique sur la musique classique. Bandes sonores de bruits du quotidien (téléphone, radio, circulation, cours d’école, lavage de vaisselle et autres) et instruments de musique (clavecin flûte, piano et accordéon) se chevauchent tout en se laissant mutuellement de la place. Des extraits ou des références à Mozart, Bach, Fauré, Beethoven ou Rameau sont mélés au bruit des vagues ou des klaxons. L’émotion naît du piano nostalgique, de l’extase ou de l’angoisse de la voix de la claveciniste, du clavecin lui-même, instrument d’un autre âge, de la douceur de la vague ou de l’agressivité des notes lancées, seules, créant un espace, un avant et un après, avec toute l’intensité d’un pendant.

La pièce Suite Baroque, en quatre parties, est intégrée au spectacle de Catherine Perrin, «Ni terrible, ni simple», actuellement à l’affiche à l’Espace Libre.

On peut donc voir, à travers tous ces événements, que l’électroacoustique possède une présence qu’il suffit de reconnaître pour pouvoir en jouir.

… l’électroacoustique possède une présence qu’il suffit de reconnaître pour pouvoir en jouir.