Paul Dolden: le plaisir du son

Guy Marceau, SOCAN, Paroles & Musique, no. 12:2, June 1, 2005

Une équation se dessine d’emblée lorsqu’on écoute L’ivresse de la vitesse (1992), une des œuvres de Paul Dolden qui a fait l’unanimité des milieux musicaux contemporains ici et en Europe, et qu’on écoute le volubile compositeur parler de son art. À bientôt 50 ans, avec une propension à l’excès, l’accélération et l’accumulation des plans sonores, Paul Dolden parle aussi vite que la musique qu’il compose, mais ralentit un peu lorsqu’il clame ne pas être un vrai électroacousticien. Comment le situer?

Paul Dolden, né à Vancouver mais vivant à Montréal, a tout du compositeur atypique mais passionné de musique. Très easy going, cheveux longs, relent du freak qu’il était dans les années 70, attitude un peu désinvolte et joyeusement pince-sans-rire, il est surtout très allumé et non élitiste. «Même si on compose la musique à l’aide de machines électroniques et numériques, il faut toujours rester dans le plaisir organique, de la même manière qu’on écoute simplement Led Zeppelin ou Brahms par exemple, explique Paul Dolden. Je ne suis pas un électroacousticien au sens de Robert Normandeau, par exemple, notre travail est très différent. J’aime notamment intégrer à ma musique des instruments acoustiques et des emprunts au rock ou au jazz, des styles que j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à écouter. Ma musique parle plus au corps et au cœur qu’à la tête.»

Dolden fait mentir l’adage Less is more. Il excelle dans la surimpression de styles musicaux disparates, «pas pour en faire de bêtes pastiches, précise-t-il, mais bien pour exploiter les grandes beautés de ces musiques dans une orchestration imposante que la machine me permet de réaliser et qu’aucun orchestre ne pourrait jouer. Dans mes œuvres, je peux superposer jusqu’à 400 couches musicales pour créer mes sonorités…» À l’écoute, en effet, sa musique parle à tous nos sens: puissante, obsédante et parfois décadente, toujours hautement chargée et recherchée. Il combine ce souci de l’ordre dans le désordre, l’idée de vitesse dans le contrôle, en exploitant les textures, ryrthmes et sonorités sur l’échelle élastique du temps au profit d’une plasticité des plus incarnées. On pense parfois à Varèse ou Zappa, mais toujours dans un «traitement électronique sensible».

Autodidacte

Rockeur dans l’âme, Paul Dolden apprend à 16 ans la guitare électrique, puis le violon et la basse en solo. Il s’est même récemment mis au violoncelle! Las de faire de la scène (rock, jazz) dans des spectacles et avec des groupes à géométrie variable de Vancouver, il se lance dans l’expérimentation électronique au joyeux temps de la technologie analogique. «La nécessité est la mère de toutes les inventions. En cherchant de nouvelles façons de faire ma musique, j’ai découvert toute la quincaillerie électronique des années 70. C’est fou ce qu’on peut faire avec ça! Mais, tout comme maintenant, la machine était un moyen, pas une fin en soi.» Ses bidouillages créatifs font mouche au Canada: dès 1981, Paul Dolden remporte des premiers prix coup sur coup. «Avec ces prix, on me disait entre les lignes que la musique que je composais était ce qui se faisait de mieux au Canada! Alors j’ai continué, pensez-donc!»

Et des prix, il y en aura plus d’une vingtaine d’autres. Presque chaque année, une de ses œuvres reçoit une récompense par ses pairs de l’industrie musicale contemporaine et électroacoustique canadienne. La bonne nouvelle se répand ensuite hors de nos frontières et dès 1984, ses œuvres sont primées en Italie, France, États-Unis, République Tchèque, Suède, Angleterre… Un pied de nez à certains autres compositeurs canadiens, puisqu’il n’a pas le profil académique universitaire requis, mais bien seulement un baccalauréat en histoire générale…

Revisiter ses œuvres

Pour qui voudrait entendre le fruit de sa créativité, l’essentiel de ses enregistrernents figure chez empreintes DIGITALes. Son avant-dernier, Seuil de silences (2003), remportait en janvier dernier le Prix Opus du disque de l’année dans la catégorie Musique actuelle, électroacoustique. L’album réunit des œuvres de 1987 à 1996 où, à la trame numérique, s’ajoute le jeu de trois solistes, Julie-Anne Derome (violon), François Houle (clarinette) et Leslie Wyber (piano). «Il faut savoir qu’avec la venue du numérique, j’ai décidé de remixer toutes mes œuvres… Compte tenu que pour réussir à produire une pièce de 15 minutes, il me faut souvent plus de 50 heures de travail, j’en ai eu au total pour un pou plus de deux ans!» Paul Dolden dit avoir fait ce travail pour rendre justice aux œuvres elles-mêmes, qui devenaient ainsi plus précises, plus efficaces et plus sonores.

Rétrospective en Suède

Après plus de 20 ans de carrière, et quelque 40 œuvres plus tard, la reconnaissance ne s’est pas démentie. À la fin avril, Paul Dolden était l’artiste invité au Borderlines Festival en Suède où l’on présentait une rétrospective de ses œuvres (12 pièces, dont deux créations, en neuf jours). Et l’affiche était prestigieuse: aux côtés de ses œuvres, 12 signées Gyorgy Ligeti, un des importants compositeurs du 20e siècle, Ligeti et Dolden partagent certaines approches et techniques d’écriture, notamment dans la complexité polyrythmique. Dolden était en quelque sorte le porte-parole canadien d’une facette de notre paysage musical contemporain électroacoustique, ce qui visiblement l’enchante. Un projet en chantier? «Toujours! Je travaille présentement sur une installation sonore à grande échelle qui se tiendra l’an prochain pendant un mois à la Galerie Diapason de Manhattan (New York).»

Avril a vu la parution de son dernier disque, Délires de plaisirs, regroupant des œuvres remixées dont Entropic Twilights (1997-2002) pour bande en trois mouvements, The Gravity of Silence. Resonance #5 (1996) pour flûte et bande, et The Heart Tears itself Apart with the Power of its own Muscle. Resonance #3 (1995) pour 10 cordes et bande. Aux atmosphères très prenantes s’ajoutent de larges citations musicales, dans une orgie de références très ludiques. La musique force l’écoute et ne laisse pas indifférent. On peut en écouter des extraits sur le site d’empreintes DIGITALes au www.empreintesdigitales.com.

Aux atmosphères très prenantes s’ajoutent de larges citations musicales, dans une orgie de références très ludiques.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.