Dossier industrie du disque

Steeve Laprise, Qui fait quoi, no. 92, November 15, 1991

«J’ai commencé par faire des disques et les rendre accessibles, d’une part pour m’attaquer à d’autres zones, comme présenter plus de concerts de musique électroacoustique, et augmenter la présence de cette musique dans le quotidien des gens.

Souvent il faut aller chez le distributeur et lui faire comprendre ce qu’est ce matériel-là, comment le représenter aux détaillants pour qu’ils puissent faire quelque chose avec. Il y a certains disquaires qui comprennent ce que c’est, et il y en a d’autres qui ne comprennent rien, ils placent les disques à peu près n’importe où dans le magasin. C’est un peu comme au début de la musique punk: ça allait nulle part, puis il y a eu un phénomène underground de masse qui a fait que la musique s’est trouvée des canaux, des créneaux, des endroits très précis.

Beaucoup de gens diront que la TPS a fait augmenter le prix des choses. La profonde réalité, dans mon cas, c’est-à-dire pour la musique électroacoustique, c’est qu’au lieu de payer 13,5% de taxe fédérale pour la manufacturation, j’en paie seulement 7%. Donc, j’économise 6,5% de frais. Ce qui fait qu’au premier janvier dernier mes prix distributeur ont chuté de 6%. Un disque qui se vendait 10$ est maintenant à 8,50$ chez le distributeur, donc ça me coûte moins cher maintenant avec la TPS. En général, pour quelqu’un qui va en studio, qui doit payer les cachets d’interprètes, d’ingénieurs, de location, c’est plus cher parce qu’il doit maintenant payer 7% de plus, ce qui fait augmenter le prix du disque. Pour moi, ça été tout le contraire: c’est une musique où il n’y a pratiquement pas d’interprètes, ce n’est pas du théâtre qu’on fait, c’est du cinéma sur plastique. C’est du cinéma expérimental: il n’y a pas d’acteurs. Ce sont des mouvements de caméra, des couleurs, des changements de plans, des montages, des trucs comme ça… mais en musique. On prend donc des sons du quotidien et on les magouille, on les transforme, on les triture, on les renverse, on les amplifie et on fait une musique avec ça. Il n’y a pas d’interprètes donc il n’y a pas ces frais-là. Pour nous, la TPS a été à quelque part bienvenue parce qu’elle diminue nos coûts… mais il n’y a personne d’autre qui va dire ça!»

… augmenter la présence de cette musique dans le quotidien des gens.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.