Futaie; Tchernoziom (CD) Track listing detail

Futaie

Régis Renouard Larivière

  • Year of composition: 1996
  • Duration: 14:00
This text is unavailable in English.

Par la façon dont elle se déploie dans la durée, comme une longue et lente phrase dont il ne resterait que la ponctuation, par oppositions d’aplats entre masses immobiles et fulgurances inutiles, Futaie a quelque chose à voir avec le temps d’une description plus qu’avec la description d’un objet particulier: difficile d’y trouver des figurations de bosquets champêtres ou de petits lapins… Quoique…

Futaie est un instant creusé, élargi, distendu, tentant de rendre, par le moyen de la succession temporelle, qui est inhérent à la musique, le sentiment d’un temps simultané, d’une «commune présence» des choses, dans leurs durées à la fois individuelles et conjointes, à la façon dont les arbres forment une futaie. Comme un instant démonté, déconstruit, présenté successivement.

Sorte de musique de cérémonie, mais d’une cérémonie sans culte, bouclage lent, étiré, et par sa lenteur se garantissant de la petite bière des pulsations cardiaques, à la fois sertie, menacée et suscitée par le silence qui l’entoure et la traverse, elle reprend des préoccupations qui étaient déjà les miennes dans ma pièce précédente, Bromios.

Leur souci commun est celui du surgissement et du silence. Souci dont il est possible que la musique acousmatique soit particulièrement porteuse, elle qui d’emblée et par principe travaille les sons coupés de leurs causes, libres de leurs provenances. Futaie a été composée en quelques semaines, après une très longue préparation, entre juillet et janvier 1996, dans les studios du GRM. Futaie a obtenu une Distinction (2e Prix) au Prix Ars Electronica en 1996.


Futaie was awarded the Prix Ars Electronica (Linz, Austria, 1996).


Awards

Tchernoziom

Régis Renouard Larivière

  • Year of composition: 1998
  • Duration: 18:40
This text is unavailable in English.

«Tchernoziom» n. m. (On trouve d’autres orthographes: Cernozem, Tchernozem, Tchernozion, etc.…). Nom provenant directement d’un mot russe signifiant «terre noire», et désignant particulièrement ces terres d’Ukraine, mélange millénaire de loess et de matières organiques, réputées pour leur extrême fertilité.

«Le Tchernoziom» est aussi le titre d’un poème d’Ossip Mandelstam de 1935, dont j’extraie les fragments suivants: «…de soins toute gâtée,/Toute en garrots velus, toute d’air et d’égards,/(…) Comme s’il existait un cercle sans circonférence./Terre pourtant, tête de hache, égarement —/Même à qui se jette à ses pieds, toujours rebelle,/Flûte qui rabote l’oreille en son pourrissement/Clarinette matinale figeant l’ouïe sous le gel. (…) je te salue, Tchernoziom aux grands yeux…»

Tchernoziom, en tant que titre, a donc quelque chose à voir avec les «Steppes de l’Asie Centrale», ou avec le «Chant de la terre». Mais il s’agit d’un chant de la matière-terre: grumeaux râpeux, poudres grenues, poussières, fluides; porosité, friabilité, érosion; étude aux trémulations et aux catastrophes. Je pense à l’expression de René Char qui parle quelque part (je ne sais où) de «matière-émotion». Cette pièce m’apparaît aujourd’hui comme une musique «folle» et étrange, obéissant à une sorte de folie effusive, à une tentative d’électrisation affective du son, — que tout soit «» et «maintenant»… À l’auditeur de juger ce qu’il en reste!