L’œuvre musicale en 12 CD (12 × CD) Track listing detail

Violostries

Devy Erlih, Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1964, 65, 81, 89
  • Duration: 16:40
  • Instrumentation: violin and stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Violostries est une première œuvre. Première architecture: une «cathédrale tangible» construite avec la «brique violon», dira Michel Chion. C’est en effet à la suite d’une rencontre avec Devy Erlih que ce dernier me propose la composition d’une œuvre pour bande à laquelle se joindrait une partie directe de violon dont il serait le compositeur et l’interprète.

Quelques règles au départ:

  • neuf hauteurs de notes judicieusement choisies pour la bande et le violon; et
  • utilisation exclusive des sons de violon (traités ou non) pour la réalisation de la bande

Traitements analogiques de toutes sortes, micro montages et dentelles sonores donnent naissance après un an de travail à trois mouvements:

  1. Pulsion-miroirs: Reflets multipliés des sons spatialisés sur quatre haut-parleurs.
  2. Jeu de cellules: Très concertant, très technique pour le violon, est dialogué avec des cellules sonores très courtes dont l’étalement s’opère sur quatre zones qui deviendront continues et formeront le troisième mouvement.
  3. Végétal: Énorme faisceau dont l’enveloppe statique contient un mouvement comparable à celui, continuel mais invisible, de la sève à l’intérieur d’une plante.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Cette œuvre fut créée par Devy Erlih au Festival de Royan le 14 avril 1965.

Premiere

  • April 14, 1965, Devy Erlih, violin • 2e Festival de Royan — Concert du Service de la recherche de l’ORTF, Casino municipal, Royan (Charente-Maritime, France)

JazzEx

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1965, 66
  • Duration: 16:51
  • Instrumentation: alto saxophone, trumpet, double bass, percussion and stereo fixed medium

Stereo

Premiere

  • April 4, 1966, 3e Festival de Royan, Royan (Charente-Maritime, France)

L’instant mobile

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1966, 71
  • Duration: 10:41
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

«Le temps ne se remarque que par les instants, la durée n’est sentie que par les instants» (Gaston Bachelard)

Ces lignes, extraites de L’intuition de l’instant, sont au point de départ de cette composition. La sensation d’une durée continue que la «seule mémoire uniformise», s’oppose aux «instants sans durée» projetés en plusieurs points de l’espace. Les variations subtiles de continuum superposé créent entre les haut-parleurs une sorte de balancement sonore. Un nouvel appareil, le modulateur de forme, a permis d’isoler ainsi par «extraction» des instants continuellement mobiles.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Capture éphémère

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1967
  • Duration: 11:57
  • Instrumentation: 4-channel fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Souffles, battements d’ailes: éphémères; microsons striant l’espace: rayures sonores, chutes libres, instantanés à jamais figés dans leur chute, tous symboles laissant en soi la trace permanente de leur éphémère passage à fleur de notre oreille. Un jour… un son… et depuis never more… Il y a quelque part, par là, dans ma tête et dans mon corps quelque chose qui résonne encore… La résonance, quoi de moins éphémère. «L’être est un lieu de résonance» (Bachelard).

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Version stéréo réalisée en 1988.

Bidule en

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1969
  • Duration: 9:18
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Cette pièce est avant tout un hommage à Pierre Schaeffer qui composa le Bidule en Ut en 1950. Vingt ans après… — disais-je en 1969 — les moyens ont changés. Des sillons fermés du disque — objet symbole de la musique concrète — j’ai fait du disque lui-même un corps sonore. Du bruit de sa surface au «bruit de fond» sans oublier les «clocs» accidentels, j’ai essayé de les mettre en scène, ou plutôt de leur donner une valeur musicale.

Et le piano «préparé» pour la circonstance, se voit le ventre ouvert, ses cordes mises à nues pour être soumises à des traitements quasi-chirurgicaux comme dans les annnées 50, et bien plus tard par John Cage. Enfin, quelques mesures des Valses de Chopin se prêtent merveilleusement à un jeu des «sillons fermés» qui enfin s’ouvrent, le saphir du pick-up n’en pouvant plus de ce traitement insolite, se met à glisser dans un accord final qui le sauvera in extremis.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Premiere

  • March 28, 1969, Concert, Studio 105 — Maison de la radio, Paris (France)

Pop’eclectic

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1969
  • Duration: 10:59
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

Premiere

  • March 11, 1969, Concert, University of Southampton, Southampton (England, UK)

Du pop à l’âne

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1969
  • Duration: 10:09
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

Premiere

  • February 27, 1969, Concert, Studio 105 — Maison de la radio, Paris (France)

Ponomatopées

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1970
  • Duration: 6:17
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

Premiere

  • May 17, 1972, Concert, Musée Guimet, Paris (France)

Et après

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1972
  • Duration: 11:35
  • Instrumentation: bandoneon and stereo fixed medium

Stereo

L’œil écoute

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1970, 71
  • Duration: 19:11
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

«Peut-être qu’à trop regarder, l’homme finit par ne plus écouter. Et l’œil, devenu “un promeneur solitaire" n’a d’oreilles que pour ce qui l’agresse.» —Bernard Parmegiani

«L’image fixée du temps, perceptible en tant que telle, peut se constituer dans l’écoute en se donnant à revivre, comme un défilement, le vécu d’un trajet ou le passage éternisé de quelque chose. Comme tous les musiciens concrets, B. Parmegiani cède à ce charme. Cela prend chez lui les tournures d’une tentation permanente, frappée d’un interdit, et d’une certaine crainte. Ne voulait-il pas ‘en finir avec le pouvoir d’Orphée’?» —Philippe Mion in «Portrait polychrome- Bernard Parmegiani», Paris. CDMC / INA-GRM, 2002

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Pour en finir avec le pouvoir d’Orphée

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1972, 74
  • Duration: 23:27
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

«En finir» ne fut en fait qu’un règlement de compte avec certains choix stylistiques, certaines formes trop familières. Ici, la cinétique des sons ne se manifestait plus à travers des masses ou des agglomérats mais à travers des unités sonores doués chacune d’un mouvement interne: superpositions de trajectoires, cycles avec évolution des timbres.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Aussi connue sour le titre Pour en finir avec le pouvoir d’Orphée II

De natura sonorum

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1974, 75
  • Duration: 53:01
  • Instrumentation: fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

«Par son propos, sa forme et son matériau sonore, cette œuvre se distingue de la plupart des précédentes, c’est-à-dire par un retour au musical même, par une observation plus minutieuse de l’objet sous toutes ses facettes à travers une «écriture» plus serrée alternant parfois avec une «mise en liberté» de la matière et de la forme. […]

C’est en effet une manière de traiter de la nature des sons que de les mettre en relation avec d’autres sons d’origines fort diverses mais ayant entre eux une parenté. Qu’elle soit de forme, de matière, de couleur ou encore de mode de production, cette parenté établie pourra nous instruire sur le mode d’existence de ces objets assemblés, juxtaposés, couplés. Car c’est par couples que le parti a été pris de mettre en relation des sons concrets avec des sons électroniques. De cette façon, des interactions peuvent s’établir entre des événements de forme et d’origine hétérogènes, événements qui peuvent être considérés soit comme des «incidents»[…], soit encore comme fusionnant entre eux ou au contraire s’opposant. […]

La première série se compose de six mouvements dont la plupart mettent en relation, généralement par couple, des sons électroniques avec des sons instrumentaux et plus rarement concrets. La deuxième série fait davantage appel au concret et à l’électronique cependant que l’instrumental apparaît de façon très éphémère.»

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Premiere

  • June 3, 1975, Concert, Salle Wagram, Paris (France)

Dedans-dehors

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1976, 77
  • Duration: 22:24
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.
À François Bayle, l’ami et compagnon de ces années musicales

Après l’utilisation de différentes formes d’écritures, laissant apparaître la notion de «nature sonore», j’ai eu envie d’explorer le monde si généreux de ce que je nommerais les bruits «artificiels (dus à des activités humaines)», et les bruits naturels. Les bruits sont les indices d’une vie présente proche ou lointaine, dans l’espace ou dans le temps. Les sons naturels révélent bien souvent un pouvoir de séduction, une force, une dynamique énergétique qui nous échappe mais que j’ai tenté par le biais de l’écoute interne d’exorciser. Leur captation amplifie le pouvoir d’approcher la logique du déroulement de leur existence. À l’écoute de la matière sonore, par interprétations et expression il est alors possible de métamorphoser.


En phase/Hors phase; Jeux; Retour de la forêt; Métamorphoses; Lointain/proche.

Dedans-dehors élargit le champ des métamorphoses précédemment éprouvé dans le mouvement de De Natura sonorum intitulé Matières induites où les sons naturels (sons de la nature) se trouvaient confrontés aux sons artificiels (sons de synthèse)

Ces métamorphoses reflètent des changements: passages fluide-solide; des mouvements: flux-reflux, inspiration-expiration; et entraînent avec elles la notion de «dedans-dehors» (dialectique bachelardienne) dont l’expression se manifeste à travers quelques sons-symboles: en phase/hors phase; respiration; la porte: lieu de transition; la vague: énergie interne-externe; le crescendo sonore: le loin, le proche, l’approche…

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Premiere

  • February 28, 1977, Concert, Palais des arts, Paris (France)

Des mots et des sons

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1977, 78
  • Duration: 19:17
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

La création du monde

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1982-84
  • Duration: 72:44
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

Premiere

  • May 14, 1984, Cycle acousmatique 1984: Concert, Auditorium 104 — Maison de Radio France, Paris (France)

La création du monde, 1: Lumière noire

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1983, 84
  • Duration: 17:35

Stereo

Premiere

  • January 31, 1983, Cycle acousmatique 1983: Concert, Auditorium 104 — Maison de Radio France, Paris (France)

La création du monde, 3: Signe de vie

Bernard Parmegiani

  • Duration: 32:00

Stereo

This text is unavailable in English.

C’est l’apparition d’une planète, la nôtre, sur laquelle s’organise une «logique du vivant». De l’amibe à l’homme (à peine né) tout est manifestement signe de vie, d’un jeu auquel participent tous les éléments de la métamorphose. Ce dernier «instant» dans la Création est paradoxalement le plus long par rapport aux deux précédents. Son exploration permet de découvrir davantage d’étapes. Le matériau sonore se concrétise, entendant par là qu’il se rapproche de ce que nous savons auditivement re-connaître. Musicalisés, ces sons s’articulent entre eux à travers des formes rythmiques et par traitement de leur timbre.

D’abord incertains et fragiles, ils se dérobent à toute mise en forme individuelle. Le souffle sous tous ses aspects répète son élan avant d’exister selon un mode d’échange avec son environnement. L’eau sous son apparence la plus réduite engendre des micro-mélodies à travers des formes répétitives. Il en est ainsi du monde végétal, animal: autant de divisions qui s’induisent les unes les autres pour qu’enfin s’en déduise celui que nous sommes dans la réalité musicale et sonore de cette «création».

Ce n’est donc pas la genèse qui a inspiré mon itinéraire. Des ouvrages scientifiques ou para-scientifiques (H Reeves, C Sagan, R Clarke, S Weinberg) m’ont fourni les principaux points de repère. Les mots qui décrivent les phénomènes de l’astrophysique sont suffisamment incitatifs pour provoquer l’imagination musicale et nourrir cette rêverie du monde. Rien n’est plus excitant pour celle-ci qu’une paradoxale vision acousmatique de La création du monde.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Exercisme 1

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1985
  • Duration: 17:22
  • Instrumentation: synthetizer and stereo fixed medium

Stereo

Litaniques

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1987
  • Duration: 21:23
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Deux caractères dominants dans cette pièce. Litaniques d’abord, constitué par le ‘noyau sonore’ à partir duquel s’architecture la première partie: une succession de staccato dont le timbre s’apparente à celui des ‘cordes’ de l’orchestre, parsemés d’accidents (accidents: perturbations qui peuvent se surajouter secondairement sur un son principal. cf. Solfèges des objets sonores, Pierre Schaeffer). L’apparente équivalence de hauteur des staccato laisse place, non pas comme certaines œuvres précédentes, à des variations sur les timbres, mais à une notion de vitesse, de succession rapide des événements, accompagnée de subites variations de dynamique et de plan sonore. La seconde partie, d’un tempo plus lent, revêt un caractère incantatoire à travers le jeu articulé entre des événements sonores de caractère ‘concret’ et des pulsations harmoniques. L’aspect symphonique — secondaire — est dû à la consonance et à la forme des sons synthétiques agencés selon une écriture ‘orchestrale’ (mai 1987).

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Rouge-mort: Thanatos

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1987-89
  • Duration: 16:48
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

Premiere

  • February 27, 1989, Cycle acousmatique 1989: Concert, Grand Auditorium — Maison de Radio France, Paris (France)

Le présent composé

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1991, 2006
  • Duration: 23:45
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Le présent qu’évoque ici ce titre pour moi est en réalité l’instant, celui de tous les instants, celui que Bachelard nous décrit comme la seule réalité du temps, et dont la multitude constitue la durée, une durée que nous rendons intimement nôtre par notre façon de la vivre, de la composer. ‘Je’ compose l’instant, celui-ci me compose. Actes machinaux, réfléchis, dont le but est d’infléchir l’instant vers une continuité composée. De cette dernière surgit un autre… qui à son tour… Mort et résurrection de l’instant. «Donnez-nous nos sons quotidiens…» afin que notre intimité se recompose dans l’harmonie ou la dysharmonie de ce qui nous est donné à entendre.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Entre-temps

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1992
  • Duration: 22:22
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Succédant au Présent composé (1990) et précédant Plain-Temps (1993) qui donnera son titre à l’ensemble de ces trois pièces, Entre-temps trouve ici sa place pour marquer une parenthèse, une sorte d’entracte entre deux temps: celui de l’immédiat et celui au cours duquel se conjugueront à la fois passé, présent et futur.

Entre-temps, en guise d’ouverture nous donne l’image la plus symbolique , mais aussi la plus illusoire, de l’écoulement ralenti de la durée: la décélération du tic-tac d’une pendule.

Il semble que dans les interstices laissées libres entre ces événements ponctuels, des échappées sonores apparaissent, pareilles à des images-souvenirs d’un quotidien proche ou lointain. Images brumeuses souvent, comme celles que nous offre la mémoire lorsque lassé par une réalité immédiate sans intérêt nous nous en échappons.

Comme en opposition, le jeu dans le second mouvement d’un corps sonore en continuels rebondissements nous fixe sur l’immédiat malgré les silences séparant les figures et les trajectoires. La continuelle variation ne nous laisse plus le loisir d’échapper à l’évolution «en cours». Chaque silence est attente, l’entre-temps semble s’être dissolu.

Un contrepoint apparaît pour diversifier ce jeu, une sorte de distraction de la part des corps sonores en dérive. Plus tard, nouvelles dérives de sinuosités harmoniques, comme exclues dans un hors-temps, dilatées et lentes à se mouvoir, sorties un moment du contexte avant de s’y réintégrer sous forme d’un contrepoint rythmique. Un jeu combiné où se mêlent les éléments jusqu’ici exposés, où se mélangent et tentent de se conjuguer les instants, les entre-temps…finalement tout aussi déterminants dans le déroulement ininterrompu, incompressible et irréversible du temps.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Cette pièce a reçu le grand Prix Golden Nica d’Ars Electronica en 1993.

Premiere

  • March 16, 1992, Son-Mu 92: Concert, Auditorium 104 — Maison de Radio France, Paris (France)

Awards

Sonare

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1996, 97
  • Duration: 21:22
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Il y a déjà de la musique… italienne dans ce titre! A ce mot, le français attribue d’abord plusieurs sens: jouer, faire sonner un instrument. Mais ce fut finalement à travers le mot «sonate» que se résumèrent toutes les qualités sonores précitées donnant alors naissance à la forme musicale.

Ce n’est pas en m’attachant à cette notion de forme que s’est élaboré mon propos mais plutôt à une certaine manière de jouer avec les sons afin d’en extraire toute leur sonnance. En effet, en tant que compositeur, ma préoccupation principale n’est pas de générer des sons, inouïs ou simplement beaux pour ensuite les enchaîner ou les superposer à travers une structure «composée». Mon grand intérêt est d’abord de faire vivre ces sons — d’une manière parfois éphémère — avant de les rendre au silence. Puis de leur juxtaposer, chaque fois que cela est possible, un son qui sera leur prolongement par son caractère, sa forme, sa couleur. Cette évolution est proche du principe de la métamorphose auquel j’ai consacré une partie de mon œuvre.

Pour chacun des 5 mouvements j’ai choisi un son pseudo-instrumental ou de synthèse à partir duquel je sentais, en le choisissant, que je pourrai le faire «sonner», l’exploiter jusqu’à l’âme, si tant est que l’on puisse faire vibrer acoustiquement l’âme!!! Il a donc fallu que j’imagine le jeu le plus apte à faciliter les «sonnances», à leur donner vie avant de les réinvestir dans la composition musicale.

Qui dit jeu laisse sous-entendre certaines libertés. La règle étant que ce jeu demeure musical lorsque «sur le terrain» se rencontrent les sons liés ou opposés. Pas de combat: le jeu pour lui-même. avec les évolutions de courbes, d’ouverture ou de fermeture de timbre, de tessiture de rythme. Quelquefois dans le même temps, tout comme un être vivant auquel j’apparente bien souvent ces créatures sonores destinés aux oreilles, mais pas seulemnent!

Commande de l’État/CIRM

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Sons-jeux

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1998, 2000
  • Duration: 21:09
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Oublier tout, notamment son savoir. Faire «comme si» rien jusqu’alors n’était acquis. Mais le «comme si» n’est qu’apparence. En-deça il demeure en ‘tâche de fond’, comme le bruit de fond qui parasitait (en 33 tours) une écoute épurée des sons. Alors, traversons l’apparence comme le poète de Cocteau, pour rejoindre le «comme si». Et ceci devient un jeu pour tout oublier, comme par distraction, comme avec les mots. Il y alors nécessité d’un face à face oreille-son, sans parasitage externe ou interne. Se vider, pour une fois, de toutes questions mille fois posées. Alors jouons le son. Ainsi positionné comme un pion sur l’échiquier, il est le premier à me poser la ou les questions. À ce jeu ainsi entamé, il me faut trouver la réponse. Son exécution est d’une banalité attristante. Mais il a joué pour se faire entendre, et mieux, pour se faire écouter. Lieu commun? Non, pas vraiment. Il en est des sons comme de certaines ‘choses’ qui ne demandent jamais à être interprétés comme une autre chose. Ma réponse, malgré sa résistance, sera donc de le transformer (jeu cruel), le métamorphoser en cette autre ‘chose’ qui sera mienne. Le bruit cadencé du train — exemple vivant du sillon fermé — va donc rouler à 33 tours tout comme les sillons que l’on croyait à tout jamais fermés et qui vont enfin s’ouvrir, se métamorphoser en s’envolant tels des insectes qui à leur tour… Alors songe-je, sont-ce les sons ou ‘Je’ qui mène le jeu pour tout oublier?

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Premiere

  • June 18, 1998, Son-Mu 98: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)
  • June 19, 2000, Premiere of new version (2000): Multiphonies 1999-2000: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de Radio France, Paris (France)

La mémoire des sons

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 2000-01, 04
  • Duration: 24:40
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

De temps à autre, des sons anciens me reviennent commme un écho dans ma tête: veulent-ils se rappeler à ma mémoire? Je les soupçonne, obstinés, de manifester une fois encore leur présence. Leur insistance me le confirme. Ils reviendront en piste tels que, semblables à eux-mêmes, mais accepteront éventuellement d’être maquillés, transformés ou encore métamorphosés et plongés tout vifs dans un nouveau contexte, donnant ainsi naissance à de nouveaux confrères tout aussi sonnants.

Sons enfoncés mais non pas engloutis dans la mémoire: qui sont-ils?… D’où viennent-ils? Où vont-ils…? D’origine ordinaire mais attachants, c’est de l’enfance ou de l’adolescence que des sons de la nature colimaçonnent dans le creux de mes oreilles et se fraient un chemin… Cloches proches et surtout lointaines ‘crescendotent’ et ‘decrescendotent’ selon la direction et la vitesse du vent… Les galets qui roulent dans le lit de la rivière qui les pousse… Le cliquetis feraillant de la chaîne du puit remontant le seau d’eau trop plein de gouttes…

Non moins présents sont les sons ‘créés de toute pièce’, artificiels pour tout dire, ceux de mes réalisations passées, plus ou moins récentes. Pas toujours identifiables, mais à quoi bon essayer de les restituer. Ils ont vécu, mais peuvent revivre autrement. Les sons ne sont pas figés et ne doivent pas l’être pour l’éternité. On peut les reconnaître sans devoir les resituer dans un contexte identique. Encore une fois, les sons du passé contribuent à composer le présent.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Immer / sounds

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1999
  • Duration: 11:24
  • Instrumentation: stereo fixed medium
  • Commission: Philip Samartzis

Stereo

Premiere

  • June 7, 1999, Royal Melbourne Institute of Technology — Immersion, Cinemedia — Victorian State Film Centre, Melbourne (Victoria, Australia)

Espèces d’espace

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 2002
  • Duration: 21:47
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

This text is unavailable in English.

Ce titre, inspiré par Georges Perec, m’a conduit à m’intéresser à l’évolution possible de certains sons en fonction de l’espace dans lequel ils apparaissent. Un son, tel un signal, peut inciter l’imagination à le prolonger d’une manière musicale.

En effet, l’écoute rêveuse de pièces musicales acousmatiques m’entraîne parfois, par jeu, à modifier mentalement mon point d’écoute. Lorsque l’œuvre m’y invite, je me livre à un va-et-vient entre une écoute plus intime des sons où au contraire plus éloignée: une exploration dedans —dehors de l’espace dans lequel ils sont situés. J’ai souvent réduit cette notion d’espace à un point singulier qui devient alors un lieu dans lequel vivent et meurent les sons. L’emploi d’une matériologie volontairement hétérogène est destinée à susciter des contrastes créant des plans diversifiés.

Vastes ou intimes, publics ou privés, clos ou ouverts,énigmatiques ou repérables, ces espaces engendrent un climat sonore spécifique. J’’ai choisi de les «révéler» (au sens photographique du terme) lentement. C’est ainsi qu’apparaissent des espaces dont le sens est brouillé par l’apparition de sons hétérogènes. D’origine diverses: naturelle, instrumentale,électronique ou créés de toute pièce, ils soulignent l’étrangeté du lieu où ils se produisent. Au contraire, d’autres espaces où les signes sonores sont parfaitement identifiables, sollicitent l’imagination et proposent une échappée vers un ailleurs.

1. Un espace clos, théoriquement impénétrable; celui d’un sous-marin dans lequel on est sollicité par des sons et des bruits particuliers, univers qui n’est pas sans évoquer Jules Verne.
2. Un espace aérien, identifiable, dans l’aire duquel sonne l’indicatif électronique que j’ai réalisé pour l’aéroport de Roissy.
3. Un espace naturel où l’animal communique à l’aide d’une langue inconnue de l’humain.
4. Un espace paradoxal à la fois clos et ouvert: le théâtre où le verbe est le roi du spectacle.

Commandes de l’État pour le GRM: et de l’APREM.

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Au gré du souffle… le son s’envole

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 2005-06
  • Duration: 20:03
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Stereo

Rêveries

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 2007
  • Duration: 13:46
  • Instrumentation: stereo fixed medium
  • Commission: Musiques & Recherches

Stereo

Premiere

  • October 20, 2007, L’Espace du son 2007: Bernard Parmegiani, Théâtre Marni, Brussels (Belgium)