Musique concrète: Elektroakustische Musik (LP vinyl) Track listing detail

Symphonie pour un homme seul

Pierre Henry, Pierre Schaeffer

  • Year of composition: 1950
  • Duration: 21:30
  • Instrumentation: stereo fixed medium
This text is unavailable in English.

Premier «succès» de la musique concrète comme le dit Schaeffer lui-même, la Symphonie pour un homme seul est certainement l’un des grands chefs-d’œuvre de la première décennie de l’aventure de la musique concrète.


Premiere

  • March 18, 1950, 22-movement version: Concert de musique concrète, Salle — École normale de musique de Paris, Paris (France)

Diamorphoses

Iannis Xenakis

  • Year of composition: 1957-58
  • Duration: 6:53
  • Instrumentation: stereo fixed medium

Turmac

Philippe Carson

  • Year of composition: 1961
  • Duration: 9:45
  • Instrumentation: stereo fixed medium
This text is unavailable in English.

Cette œuvre a été réalisée à partir des bruits de machines Stuyvesant (Hollande). Trois mouvements qui s’enchaînent: c’est d’abord l’envoûtement des rythmes et une montée qui détache progressivement l’auditeur de la réalité mécanique. C’est ensuite un mouvement plus animé, tout en contrastes. La troisième partie est un long crescendo en intensité, en densité, en épaisseur, qui aboutit à un paroxysme. «Ainsi est transposée, ennoblie, magnifiée, l’ambiance sonore du milieu de travail» — J. Roy.

Hétérozygote

Luc Ferrari

  • Year of composition: 1963-64
  • Duration: 26:19
  • Instrumentation: stereo fixed medium

L’oiseau chanteur

François Bayle

  • Year of composition: 1963
  • Duration: 3:25
  • Instrumentation: stereo fixed medium
  • ISWC: T0030132321

Violostries

Devy Erlih, Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1964
  • Duration: 16:40
  • Instrumentation: violin and stereo fixed medium
This text is unavailable in English.

Violostries est une première œuvre. Première architecture: une «cathédrale tangible» construite avec la «brique violon», dira Michel Chion. C’est en effet à la suite d’une rencontre avec Devy Erlih que ce dernier me propose la composition d’une œuvre pour bande à laquelle se joindrait une partie directe de violon dont il serait le compositeur et l’interprète.

Quelques règles au départ:

  • neuf hauteurs de notes judicieusement choisies pour la bande et le violon; et
  • utilisation exclusive des sons de violon (traités ou non) pour la réalisation de la bande

Traitements analogiques de toutes sortes, micro montages et dentelles sonores donnent naissance après un an de travail à trois mouvements:

  1. Pulsion-miroirs: Reflets multipliés des sons spatialisés sur quatre haut-parleurs.
  2. Jeu de cellules: Très concertant, très technique pour le violon, est dialogué avec des cellules sonores très courtes dont l’étalement s’opère sur quatre zones qui deviendront continues et formeront le troisième mouvement.
  3. Végétal: Énorme faisceau dont l’enveloppe statique contient un mouvement comparable à celui, continuel mais invisible, de la sève à l’intérieur d’une plante.


Cette œuvre fut créée par Devy Erlih au Festival de Royan le 14 avril 1965.


Premiere

  • April 14, 1965, Devy Erlih, violin • 2e Festival de Royan — Concert du Service de la recherche de l’ORTF, Casino municipal, Royan (Charente-Maritime, France)

Variations en étoile

Guy Reibel

  • Year of composition: 1966
  • Duration: 16:42
  • Instrumentation: fixed medium

Bidule en

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1969
  • Duration: 9:00
  • Instrumentation: stereo fixed medium
This text is unavailable in English.

Cette pièce est avant tout un hommage à Pierre Schaeffer qui composa le Bidule en Ut en 1950. Vingt ans après… — disais-je en 1969 — les moyens ont changés. Des sillons fermés du disque — objet symbole de la musique concrète — j’ai fait du disque lui-même un corps sonore. Du bruit de sa surface au «bruit de fond» sans oublier les «clocs» accidentels, j’ai essayé de les mettre en scène, ou plutôt de leur donner une valeur musicale.

Et le piano «préparé» pour la circonstance, se voit le ventre ouvert, ses cordes mises à nues pour être soumises à des traitements quasi-chirurgicaux comme dans les annnées 50, et bien plus tard par John Cage. Enfin, quelques mesures des Valses de Chopin se prêtent merveilleusement à un jeu des «sillons fermés» qui enfin s’ouvrent, le saphir du pick-up n’en pouvant plus de ce traitement insolite, se met à glisser dans un accord final qui le sauvera in extremis.


Premiere

  • March 28, 1969, Concert, Studio 105 — Maison de la radio, Paris (France)

Vertiges

Guy Reibel

  • Year of composition: 1969
  • Duration: 1:15
  • Instrumentation: electric guitar and fixed medium

Mutations

Jean-Claude Risset

  • Year of composition: 1969
  • Duration: 10:25
  • Instrumentation: stereo fixed medium
  • Commission: Ina-GRM

“I did not meet Jean-Claude until 1970 when we became lifelong friends. This talented composer, pianist and scientist is responsible for the first important computer music. Curiously, this work won The Dartmouth Arts Council Prize in 1969 in a competition for electroacoustic music which I organized. The judges were Milton Babbit, George B. Wilson and Vladimir Ussachevsky. The material in “Mutations” was mostly created at the Bell Telephone Laboratories.” — Jon Appleton

[source: Réseaux des arts médiatiques]

Luminétudes

Ivo Malec

  • Year of composition: 1968
  • Duration: 12:00
  • Instrumentation: fixed medium

L’œil écoute

Bernard Parmegiani

  • Year of composition: 1970
  • Duration: 19:17
  • Instrumentation: stereo fixed medium
This text is unavailable in English.

«Peut-être qu’à trop regarder, l’homme finit par ne plus écouter. Et l’œil, devenu “un promeneur solitaire" n’a d’oreilles que pour ce qui l’agresse.» —Bernard Parmegiani

«L’image fixée du temps, perceptible en tant que telle, peut se constituer dans l’écoute en se donnant à revivre, comme un défilement, le vécu d’un trajet ou le passage éternisé de quelque chose. Comme tous les musiciens concrets, B. Parmegiani cède à ce charme. Cela prend chez lui les tournures d’une tentation permanente, frappée d’un interdit, et d’une certaine crainte. Ne voulait-il pas ‘en finir avec le pouvoir d’Orphée’?» —Philippe Mion in «Portrait polychrome- Bernard Parmegiani», Paris. CDMC / INA-GRM, 2002

Requiem

Michel Chion

  • Year of composition: 1973
  • Duration: 37:16
  • Instrumentation: stereo fixed medium
  • Commission: Ina-GRM

As with classical Requiems, the text of the Requiem is that of the Funeral Mass, to which are added an Épître (Epistle) (3), an Évangile (Gospel) (6) and the Our Father, the Pater Noster-Agnus Dei (8). It is presented in its original language (Latin or Greek), on rare occasions in French.

The Requiem was composed whilst thinking about the troubled minority of the living, rather than the silent majority of the dead. To the listener, it takes the form of an uneven dramatic course, the turnings and defections telling of a fundamental uncertainty in the face of life, death and faith.

At the level of form, the piece is based on a system of echoes and correspondence that is organized in a symmetrical fashion around an axis found in the middle of the work: movement 10 incorporates elements already heard in movement 1, movement 9 has elements from movement 2, etc, with variants and dissymmetries in the detail. The axis for this construction is to be found in the 6th movement (Évangile), where a symbolic rupture of the tape occurs, a breaking of the piece itself, that opens a gap of eternity in the flow of time, allowing a glimpse of ‘something else.’

With the Requiem, my intention was not to deliver a message or a manifesto, whether pro- or anti-religious. Rather, the piece is a personal testimony, in which I invite the listener to project himself, if he should like to dwell in this music of his experience and sensibility.

[xii-93]


Requiem was realized in the studios of the Groupe de recherches musicales (GRM) in Paris (France) and premiered on March 19, 1973 at the Théâtre Récamier in Paris, in a concert given by the GRM. The piece was commissioned by the Ina-GRM. Released in 1973 on the Ina-GRM label (AM68905), Requiem was awarded the Grand prix du disque of the Académie du disque français in 1978. With the voices of: André Allag (6), Michèle Bokanowski (2), Caroline Bruas (3-7), Laure and Pierre Bruas (7), Robert Cahen (10), Michel Chion (1-3-4-5-7-8-9-10), Catherine Colas (8), Jean-Pierre Colas (3-7), Catherine Guérin (9), Bernard Guillochon (4), Geneviève Julien-Labruyère (1-10) and the vocal ensemble Le Madrigal de Paris (directed by Rachid Safir) (1-4-10). Many thanks to all those who have contributed to the production of this work, specially my friend Robert Cahen for his support and encouragement.


Premiere

  • March 19, 1973, Concert, Théâtre Récamier, Paris (France)

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.