electrocd

Track listing detail

Camera oscura

François Bayle

  • Year of composition: 1976
  • Duration: 38:39
  • Instrumentation: stereo fixed medium
  • Commission: État (Direction de la musique, France)

Stereo

This text is unavailable in English.

Le titre montre l’allusion à cette chambre noire qui le lieu où se forme une image, c’est-à-dire qu’ici, ce n’est pas le noir, c’est le silence. Le son se dessine sur du silence, les contours du visible se dessinent sur l’invisible qui, en son, est le silence. Nous avons un conditionnement avec ce titre. Fin de staccato, toccata, vibrato, rubato, mouvements de l’ordre d’une minute. Les pas… Si l’on mesurait en centimètre de bande la durée effective de ces marques de pas, on s’apercevrait que cela ne fait que quelques mètres, quelques secondes, mais la prégnance est considérable. Il y a effectivement des marqueurs très forts qui impressionnent fantastiquement la conscience. Les manifestations de présence laissent une trace très significative. Ce qui me préoccupait dans Camera oscura, c’était de passer, d’offrir une sorte de mise en commun à l’auditeur, un contour stéréotypé, quelque chose qui soit clairement identifiable, et pourtant ambigu parce qu’on entend des pas mais on entend aussi une balle qui rebondit. Et cette balle qui rebondit reflète dans l’espace et montre aussi le volume, révèle le volume dans lequel s’est effectué le «tournage» de cette scène. Tout autant que les indices, il se passe aussi là-dedans qu’une certaine énergie incluse montre, annonce le type de développement. Quand on entend une balle qui rebondit, on sait qu’il va y avoir un certain nombre de rebonds, que le phénomène va s’étaler dans un certain laps de temps, et dans une certaine mesure on l’attend mais on attend aussi toutes les déviations. Les pas qui circulent annoncent aussi leur programme, on attend les déviations et les manquements au programme. Tout d’un coup, on entend un bruit de porte, et puis rien de reconnaissable. Petit à petit, de ce premier schéma très figuratif résulte un second schéma, comme un calque du précédent qui va en relever les contours de façon beaucoup plus abstraite. Il ne va plus y avoir que des lignes. Il ne va plus y avoir ensuite que des évolutions entre des lignes très droites et des lignes très capricieuses. En fin de compte, ça se termine ainsi en phénomènes énergétiques complètement abstraits qui profitent de la charge de concret annoncé par les événements antérieurs. Tout se passe comme s’il fallait fournir à l’attention non causale sa livraison de vraisemblance de façon que l’invraisemblable puisse s’effectuer en toute liberté.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Premiere

  • November 19, 1976, 5es Rencontres internationales de musique contemporaine, Metz (Moselle, France)

Espaces inhabitables

François Bayle

  • Year of composition: 1967
  • Duration: 17:41
  • Instrumentation: stereo fixed medium
  • ISWC: T0030091576

Stereo

This text is unavailable in English.

«Des Espaces, à distance je n’ai plus le désir d’alors d’en montrer le «message». Cette œuvre romantique a l’excuse d’être courte, et nos oreilles d’aujourd’hui seront plus surprises de la concision japonaise de chacun des mouvements que par le champ symbolique entrouvert par leurs titres. Un intérêt plus actuel porterait sur l’écriture et les techniques dans ce qui fut ma première œuvre véritable (celle qui m’a lancé sur mes idées d’aujourd’hui).» (Bayle, 2000)

«Cette pièce fut réalisée dans un studio disposant de cinq magnétophones, mais sans appareillage particulier à l’exception de deux filtres continus, et d’une chambre d’écho. Les sons d’extérieurs (bruits marins, bruits d’usines, klaxons dans le radôme de Pleumeur Bodou) ont été enregistrés en stéréophonie (un exploit technique pour l’époque — 1966), et manipulés de même, d’où certains effets étranges dans les transpositions graves. Une prise de son de cithare et de piano joué dans les cordes a complété le matériel (j’indique ces conditions — relativement simples — à titre d’encouragement aux jeunes compositeurs).» (Bayle, 1967)

L’œuvre est ici remixée à partir des sons originaux le moins possible restaurés.


Premiere

  • May 30, 1967, Concert, Studio 105 — Maison de la radio, Paris (France)