Compost Various artists

Un jour un fond de tiroir bien enfoui, poussiéreux et même un peu honteux entendit une invitation pour sortir du fond et prendre de l’air. là,dehors, il trouva d’autres fonds de tiroir devenu hors de tiroir qui avaient répondu au même appel. Ce fond a pris connaissance de ses semblables et ils se réunirent dans une machine infernale-ment numérique. Le fond de tiroir se rendit rapidement compte qu’il commença à dégager une odeur de son lui-même. Cette odeur fut le parfum de compost (à ne pas confondre avec une compote). Le fond de tiroir changea non seulement d’odeur et de couleur, mais le son qui le caractérisa autrefois se mélangea à ceux d’autres fonds de tiroir et par processus biochimionumérique se trouva sur un disque intitulé tout simplement Compost. Avatar gère cette «composte» avec des pince-nez…

  • OHM / Avatar
  • AVTR 006 / 1997
  • UPC/EAN 771028110629
  • Durée totale: 30:03

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de OHM / Avatar.

Compost

Various artists

  • CD
    AVTR 006
    Hors-catalogue

La presse en parle

Délire actuel: Critique

François Couture, CFLX 95.5 FM, 1 janvier 1998

La nouveauté de la semaine est un disque étrange que seuls les milieux d’avantgarde peuvent offrir. Première constatation: le disque n’est pas rond! En effet, il est découpé de façon à épouser la forme d’un homme assis dans une chaise. Ensuite, il n’y a pas de livret. Enfin, le disque porte seulement deux mentions. D’abord ce titre: Compost. Puis cette note: Pas de noms, pas de titres, pas de copyright. Pour nous éclairer, l’étiquette Ohm éditions (de Québec) présente la chose comme une combinaison d’odeurs provenant de différents fonds de tiroirs qui "par processus biochimionumérique" se trouvera sur un disque intitulé tout simplement "Compost. " Alors qu’est-ce? Il s’agit d’un disque de trente minutes divisé en trente plages de trente secondes chacunes. Mais cette manipulation est artificielle: il s’agit en fait d’une seule et même pièce. Nous sommes dans l’art audio. Pendant trente minutes, on nous présente un collage de différents fragments, des échantillonnages, des fragments de musique, des manipulations électroacoustiques, etc. Le tout donne une bouillie (ou un compost) consistant, d’un fort intérêt. Du kitsch à la sculpture sonore, des extraits télé aux bruits de mastication en passant par Dave Brubeck sur orgue de Barbarie, Compost crée un monde sonore éclectique et complexe. Et maintenant, qui doit-on remercier?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.