Monopole Georges Azzaria

Georges Azzaria comme d’autres obscures personnalités (Phil Dadson, Don Buchla, Harry Partch, Maxime Rioux) fait partie du club très sélect des inventeurs d’instruments. Au-delà de cette singularité, ses scultptures sonores, maëlstrom habile de microphones lo-fi, d’amplis et d’objets de récupération, crée un univers sonore fortement signé. Son œuvre trouve place à la fois dans les expositions de musée, lors de performances, de show radios ou de pièces théâtrales.

La parution de Monopole est un événement dans le sens de rendre accessible une œuvre unique au Québec dans le domaine des instruments inventés, bricolés, torturés, hybridés, trafiqués. Ça fait plus de 15 ans que Georges Azzaria monte et remonte ses “récréatures” pour les fins d’expositions ou de concerts. Ils auront circulé de Québec à Varsovie ces objets sonores faits de vents, de cordes, de platines, de radios communicants. Il en joue seul ou avec d’autres pour mêler les genres, les styles, les allures.

Plus d’une trentaine d’instruments sont ici reproduits en couleur dans un livret de 36 pages qui comporte en outre un texte de Fabrice Montal sur Les récréatures de sport, une fiction qui dépasse à peine la réalité par son contenu biographique, historique, théorique. “Ces objets de bris-collages, ont quelque chose qui rappelle de vieux jouets d’enfants ou des inventions dadaïstes, des items de catalogues de magasins imaginaires ou des inventaires pataphysiques.

Monopole, le CD, offre exactement 30 morceaux enregistrés en studio et en concert. Il y a du limage et du cri et il y a surtout des sons étendus à des références nombreuses à la musique et ses petits ou ses grands monopoles. “L’objet travesti révélait le plaisir acrobatique qu’avait son créateur à subvertir les productions industrielles, comme une grimace faite à l‘histoire de la musique, à la reproduction mécanique du son, à l’idée convenue du progrès construite par des décennies de monde occidental.”

Avec cette autre publication, Avatar et OHM éditions s’affirment encore une fois dans leur entreprise très spécifique de produire et de diffuser l’art audio, affirment également par là “le droit honorable à faire de la musique sans le savoir, et celui tout aussi honorable de composer des œuvres philosophiques sans devoir écrire.”

- PAArcand, le compilateur

Monopole

Musique pour casque d’écoute

Georges Azzaria

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.