Trois songes Gilles Gobeil

  • Conseil des arts du Canada • SODEC

Ombres, espaces, silences…: Prix Ars Electronica 2005 — Mention d’honneur

Prix Opus 2007-08: Disque de l’année — Finaliste

Gobeil plants his flag squarely in that electroacoustic continent where poetic dreams reside. La Folia, ÉU

The best of 2008 for the Canadian label, together with John Young’s Lieu-temps. Touching Extremes, Italie

Stéréo

  • AAC, 320 kbps
  • MP3, 320 kbps
  • 48 kHz, 24 bits

Surround 5.1

DVD-Audio — Advanced Resolution: Surround 5.1 (MLP 9624 / 4824) + Stéréo (4824) •• DVD-Vidéo [NTSC, multi-région]: Surround 5.1 (DTS, Dolby Digital) + Stéréo (4824) •• DVD-ROM: fichiers MP3 (320 kbps), AAC (320 kbps)

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Trois songes

Gilles Gobeil

Notes de programme

À propos de Trois songes

Au moins trois liens unissent les pièces présentes sur ce disque.

Le premier concerne le lieu de production. Elles ont toutes trois été réalisées au Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM) à Karlsruhe (Allemagne), où j’ai eu la chance de faire quatre résidences (pour une durée totalisant près de 11 mois) entre janvier 2005 et août 2007.

Le second lien se rapporte à l’intention musicale. Les trois pièces pourraient être considérées comme appartenant à la catégorie dite ‘musique à programme’. Elles prennent toutes trois appui sur un argument de type littéraire. La pièce Ombres, espaces, silences… est née d’une lecture fascinante, faite il y a près de trente ans, du livre de Jacques Lacarrière intitulé Les hommes ivres de Dieu (1975) qui relate d’une manière détachée et tout ethnographique cette quête de l’absolu des premiers moines de l’ère chrétienne. La pièce Entre les deux rives du printemps est pour sa part une tentative de mettre en musique les impressions de lecture de la troisième partie du grand poème de Dante: La divine comédie. La pièce Le miroir triste, quant à elle, est une sorte de ‘cinéma pour l’oreille’. Je me suis basé sur un scénario non réalisé de Andreï Tarkovksy intitulé Hoffmanniana (1975), dont j’ai tenté d’évoquer certaines scènes.

Le troisième lien concerne le matériau sonore. Je me suis librement inspiré du merveilleux héritage des musiques du passé, extraordinaire source de couleur me permettant de déposer à l’occasion des touches de la force poétique encore toute fraîche de ces musiques parfois très anciennes. Dans ces trois pièces se glissent également, et souvent avec abondance, des matériaux générés par René Lussier sur son surprenant et assez terrifiant Daxophone.

J’aimerais remercier chaleureusement le directeur de l’Institut für Musik & Akustik du ZKM, Ludger Brümmer, ainsi que toute l’équipe technique et administrative pour la qualité des services et du support indéfectible reçu lors de mes passages au ZKM. Ce disque est également un peu le leur. Merci également à René Lussier, François Gauthier, Mario Rodrigue et Dominique Bassal.

Gilles Gobeil, Montréal [x-07]

Quelques articles recommandés

Blogue