Anecdotes Yves Daoust

  • Conseil des arts du Canada

… this independent Montréal label is […] the most important catalogue of international electroacoustic artists. The WholeNote, Canada

… an impressive work. AllMusic, ÉU

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Anecdotes

Yves Daoust

Jacques Drouin, Lise Daoust, Joseph Petric

Notes de programme

Cher Yves,

Déjà douze ans qu’un certain Quatuor loge dans ma tête et que par une inexplicable force cette musique me déplace à la fois tout près, tout près, et très loin, très loin, au-dedans de moi. Ces continuels va-et-vient me touchent profondément, captif que je suis de ton vaisseau spécial tressé de cordes magiques, tel un filet spatial jeté à la mer sonore. Et tel un curieux peintre, tu nous fais pénétrer à l’intérieur de ta toile… d’araignée, que tu tisses autour de nous, créant des bulles de temps que l’on traverse comme d’autres traversent les miroirs, et où chacun est libre d’y trouver les passages secrets riches d’émotion et d’étonnement.

Douze ans de création plus tard, tu décides d’interviewer… une entrevue, en la faisant voler en éclats, en la pulvérisant par des jeux de miroirs déformants, le tout coulé dans une simple forme A-B-A, mais avec un B solitaire, troublant de solitude. Le contraste est saisissant et m’a rempli de tristesse; juste un mot ou deux, quelques sons et nous voilà ramenés à cette inévitable condition humaine: naître et mourir seul. L’Entrevue est une fenêtre sur l’intimité, peut-être une voix intime de Daoust, l’artiste?

Je crois te l’avoir déjà dit: ce que j’aime dans ta musique c’est cette transformation du réel, cette transposition à des niveaux insoupçonnés. Tu enrichis la réalité en lui ajoutant des ‘couches’ de sens plus subtiles les unes que les autres. Quand j’écoute ta musique, je t’imagine tel un druide (‘Électroacoustix’), faisant mijoter tout doucement du réel dans la grande marmite daoustienne en observant les délicates mutations qui s’y opèrent.

Pardonne-moi si j’en dis trop ou trop peu, mais il demeure une certitude: ta musique m’amène ailleurs. Et je te remercie de m’avoir permis de te l’écrire.

Denis Gougeon, un voyageur fidèle!, Montréal [vi-91]

Anecdotes, le disque

ANECDOTE
n.f. Littér. Particularité historique, petit fait curieux dont le récit peut éclairer le dessous des choses, la psychologie des hommes. Absolt. L’anecdote, le détail ou l’aspect secondaire, sans généralisation et sans portée.
Le Petit Robert, 1989

Les cinq pièces réunies ici ont comme source d’inspiration commune le répertoire de la musique occidentale classique. Chacune des œuvres «met en scène» un moment de l’histoire musicale, autour d’un instrument particulier.

J’ignore ce qui me pousse à utiliser constamment dans mes œuvres des bribes du passé musical. Peut-être est-ce la nostalgie d’une tradition qui s’éteint, qui perd graduellement dans le contexte de notre civilisation mass-médiatique, toute signification, se désagrège, se banalise, devient anecdotique. (On entend sans doute davantage de Beethoven au cinéma et à la télévision — les publicités en sont friandes! — que dans les salles de concert.)

Peut-être aussi est-ce la complicité qui m’unit à l’instrumentiste, interprète de cette tradition, de plus en plus marginalisé dans ce monde fait de successions rapides d’images, de valeurs. Quel comportement étrange, en effet, condamnant à la solitude, quel décalage avec la réalité d’aujourd’hui, que de consacrer sa vie à la recherche d’un niveau de raffinement, de maîtrise de son art, de moins en moins communicable, lisible.

Mais c’est peut-être le seul geste de liberté qui nous reste…

Quatre des pièces présentées ici forment un cycle: quatre pièces pour performance-solo et bande, sur le thème de la solitude, réalisées à partir de la récupération de fragments du répertoire, d’harmonies, de traits stéréotypés propres à chaque instrument. Suite de tableaux, de dramatiques sonores, mettant en scène l’instrumentiste jouant son propre rôle.

De Petite musique sentimentale (1984) à L’Entrevue (1991), il y a eu comme une progression, une pénétration de plus en plus profonde dans l’intimité de l’interprète pour qui chaque pièce a été composée. Toujours ce thème de la solitude, mais approché chaque fois sous un éclairage différent, en fonction de l’univers anecdotique propre à chaque instrument, à chaque instrumentiste.

Yves Daoust [vi-91]

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • David Olds, The WholeNote, no 9:5, 1 février 2004
    … this independent Montréal label is […] the most important catalogue of international electroacoustic artists.
  • Tom Schulte, AllMusic, 17 mars 2001
    … an impressive work.
  • Tom Schulte, Outsight, 1 janvier 1995
    … a sonic kaleidoscope of environmental sounds and samples.
  • Concept, no 16, 1 septembre 1993
  • Gonzo Circus, 1 novembre 1992
  • Mark Andrew Nowak, Furnitures, no 8, 1 septembre 1992
    … powerful, energetic works…
  • Marc Bourreau, Crystal Infos, 1 septembre 1992
    … un théâtre sonore où la mémoire des bruits se mêlerait à la mémoire des notes.
  • Jean-Noël von der Weid, Dissonance, no 33, 1 août 1992
  • Les Cahiers de l’ACME, no 131, 1 juillet 1992
  • IS, Vital, no 23, 1 mars 1992
    … the music is so sympathetic.
  • Francis Dhomont, Circuit, no 3:1, 1 mars 1992
    Yves Daoust, musicien de l’inquiétude discrète plante les décors sonores d’un monde qui est le notre, surexposé, bruyant, menacé d’entropie…
  • Bill Tilland, Option, no 43, 1 mars 1992
  • Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 11, 1 janvier 1992
    Ce qui marque le plus, c’est l’unité de son propos…
  • Alain De Filippis, Revue Notes, no 40, 1 janvier 1992
    L’atmosphère générale est éthérée, le rêve ou plutôt le demi sommeil semble en être la composante fondamentale.
  • Ginette Bellavance, Le Devoir, 7 décembre 1991
    … magie des plans sonores, de l’enchevêtrement des amblances, de la subtilité des perspectives…
  • Martin Geoffroy, Continuum, 11 novembre 1991
  • Andrew Jones, Montreal Mirror, no 7:17, 10 octobre 1991
  • Tony Esposito, Montréal Campus, 25 septembre 1991
    … l’électroacoustique possède une présence qu’il suffit de reconnaître pour pouvoir en jouir.
  • Carol Bergeron, Le Devoir, 9 septembre 1991
    … des œuvres reflétant le travail de ses 12 dernières années.

Review

David Olds, The WholeNote, no 9:5, 1 février 2004

Åke Parmerud’s Jeu d’ombres provided a strong reminder to me that this independent Montréal label is not just the most significant producer of Canadian electroacoustic recordings, but also has the most important catalogue of international electroacoustic artists. Swedish composer Åke Parmerud has been working in the field since the 1970’s and is recognized as a master of the genre. This current disc, with offerings from 1986 through 1999, provides an excellent introduction to his work. Of particular note are the mixed works: Strings & Shadows for harp and tape with Sofia Asunción Claro and Retur with the Stockholm Saxophone Quartet. I also enjoyed comparing Parmerud’s 1988 Stringquartett, a tape composition based on the manipulation of recorded string sounds, with Canadian Yves Daoust’s earlier Quatuor, which uses many of the same techniques. This latter work is, of course, also available from empreintes DIGITALes, on Daoust’s Anecdotes.

… this independent Montréal label is […] the most important catalogue of international electroacoustic artists.

Review

Tom Schulte, AllMusic, 17 mars 2001

On the eight pieces presented on Anecdotes, composer Yves Daoust uses motifs from Western classical music as springboards to wholly original audio collages. Daoust further combines elements of musique concrète into these works. As the works of Beethoven and Bach are now culturally dissipated into commercials and film scores, Daoust diffuses these themes into a sonic kaleidoscope of environmental sounds and samples. The samples are truly mundane, but taken out of context and placed on the canvas of instrumental flotsam, they become mysterious and full of meaning. Each piece is composed for assembly from audio tape segments. Often, a solo instrument is present to provide the transmogrified melody. These instruments include piano, flute, and accordion.

… an impressive work.

Review

Tom Schulte, Outsight, 1 janvier 1995

On the eight pieces presented on Anecdotes, composer Yves Daoust uses motifs from Western classical music as springboards to wholly original audio collages. Daoust further combines elements of musique concrète into these works. As the works of Beethoven and Bach are now culturally dissipated into commercials and film scores, so Daoust diffuses these themes into a sonic kaleidoscope of environmental sounds and samples. The samples are truly mundane, but taken out of context and placed on the canvas of instrumental flotsam, they become mysterious and full of meaning. Each piece is composed for assembly from audio tape segments. Often, a solo instrument is present to provide the transmogrified melody. These instruments include piano, flute and accordion. (4/5)

… a sonic kaleidoscope of environmental sounds and samples.

Critique

Concept, no 16, 1 septembre 1993

Compositeur canadien, Yves Daoust nous livre Anecdotes une œuvre d’une qualité remarquable. Nous écoutons une suite de schémas électroacoustiques caracterisant ce qu’on appelle la musique concrète.

On pourra penser que ce ne sont que des bruits repompés, il n’empêche gue la destructuration et les collages, les interpretations, le souci des plans et le rapport entre l’imaginaire et la réalité ainsi que le rejet de l’académisme semblent caracteriser cette création.

Un véritable décalage se produit dès le premier morceau, non conparable à l’écoute d’une autre musique. Ici le spectateur devient acteur: certains seront surpris de croire entendre des sonorités provenant peut-être de chez leurs voisins, de la rue ou même de leur propre lieu d’habitation. Il participe ainsi à l’élaboration de la musique, divague au travers de ses continuités jamais ennuyeuses qui créent une vie a part entière. Le modèle cubiste peut-être un bon exemple (rappelé par la pochette): decomposition des plans, points de vue unique et mentale de différents angles sur un même chose: la banalité quotidienne (bulletin météorologigue, circulation etc… ) Faute! La quotidienneté filtrée par un imaginaire regorgeant de creativité et d’humour… Rejet ou approbation… La réaction est passionnée de tous côtés… Excellent…

Kritiek

Gonzo Circus, 1 novembre 1992

Dat men met elektronika ook op een heel andere (lees kreativere) manier kan omgaan, bewijst de Canadees Yves Daoust. Zijn uitgangspunt is de konfrontatie van klichees uit de (gevestigde] klassieke musiek met het geluidenpakket dat je uit een sampler kan halen. Aan de ene zijde hoor je dus oubollige klassieke deuntjes, die elk een andere sfeer uit de muziekgeschiedenis uitademen: een fluitkoncerto à la Mozart, een melancholisch pianodeuntje dat van Satie kon zijn, Bach’s klavecimbelmuziek of een symphonie met koor in de lijn van Malher. Louter citatenmuziek dus. Maar daar blijft het niet bij. De tentoongebrachte klichees worden steeds verstoord door of aangevuld met allerlei geluidsexperimentjes, konversaties, weerberichten, straatlawaai of verkeersinformatie. Hierdoor wordt de muziek niet tot achtergrond gedegradeerd. Het bij momenten zeer fragiele Anecdotes is dan ook een uitstekend visitekaartje voor het Canadese empreintes DIGITALes, een label dat muziek uitbrengt van een reeks muzikanten die elektroakoestische muziek maken: de konfrontatie van twee uitersten als basisgegeven.

Review

Mark Andrew Nowak, Furnitures, no 8, 1 septembre 1992

A pair of new compact discs representing the galvanized Canadian electroacoustic community. Anecdotes, Yves DaoustSatie from an open window on Petite Musique Sentimentale is more the hearing the Velvet Gentleman was after than most are willing to give him credit for. A second disc features compositions by Michel-Georges BregentAtlantide — and Walter BoudreauGolgot(h)a. Both are powerful, energetic works, and it’s nice to see the poet/composer collaboration celebrated as well as Boudreau does with the poet who gave us such seminal language-music works as Concerto en si b dur pour 33 machines a ecrire and Vibration-percussion yin-yang, Raôul Duguay.

… powerful, energetic works…

Présentation d’empreintes DIGITALes

Marc Bourreau, Crystal Infos, 1 septembre 1992

Né à Longueuil, au Canada, en 1956, Yves Daoust a travaillé quelque temps comme concepteur sonore à l’Office National du Film (ONF, Québec).

L’influence du cinéma transparaît dans sa musique qu’il qualifie lui-même de “figurative”. Des bruits naturels et urbains (voix radiophoniques, bruits de circulation, sonneries de téléphone…) dessinent un espace sonore suranné où évolue un instrument solitaire: un piano mélancolique projette les mêmes accords dramatiques, «comme s’échappant d’une fenêtre entrtouverte» (Petite musique sentimentale), une flûte chante ses souvenirs, cite Mozart, Bœhm, Fauré et d’autres (Adagio). On croirait suivre un film sans images, si ce n’est celles que notre esprit dessine, un théâtre sonore où la mémoire des bruits se mêlerait à la mémoire des notes. «J’ignore ce qui me pousse à utiliser constamment dans mes œuvres des bribes de passé musical», explique Yves Daoust. «Peut-être est-ce la nostalgie d’une tradition qui s’éteint qui perd graduellement dans le contexte de notre civlisation mass-médiatique, toute sa signification, se désagrége, se banalise, devient anecdotique.»

C’est une musique mélancolique, empreinte de nostalgie qui s’écoule de ce disque. Mais jamais le compositeur ne se prend trop au sérieux: si le thème de la solitude est là, bien présent, «approché chaque fois sous un éclairage différent, en fonction de l’univers anecdotique propre à chaque instrument, à chaque instrumentiste» il est abordé avec délicatesse, tendresse, sans emphase.

Anecdotes est un disque remarquable, empreint d’une poésie délicate qui ouvre à l’auditeur les portes d’un univers musical original et très accessible.

… un théâtre sonore où la mémoire des bruits se mêlerait à la mémoire des notes.

Critique

Jean-Noël von der Weid, Dissonance, no 33, 1 août 1992

Ce compositeur canadien «met en scene» des fragments du passé musical de l’Occident. Point de nostalgie, mais une démonstration mystérieuse, poétique et humoristique de l’énorme décalage entre un environnement médiatise — où tout ressortit à l’anecdote — et l’intimité solitaire du créateur et de l’instrumentiste.

Review

IS, Vital, no 23, 1 mars 1992

Daoust is an electroacoustic composer whose work, in contrast to that of Dhomont is (relatively) more easily grasped. This has two causes: one is that he often includes an acoustical counterpoint (accordeon, flute, plano, voice) to the electroaoustical sounds. This enables the listener to choose a side. Secondly, his musical movements have much stronger ‘gestalt’. The movements are more defined. In form (envelope, granularity, etc.) as well as in relation to their environment.

A thought that jumped up, when I listened to this CD, was that the music is so sympathetic. It shows a sympathetic personal feeling. Daoust is much concerned with two themes: the musical past, and the performer (a remnant of the musical past). He is unable to explain in words why this is so, and why bother? He expresses himself clearly enough through his works.

… the music is so sympathetic.

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no 3:1, 1 mars 1992

Yves Daoust, Anecdotes: Suite Baroque (Toccata, «Qu’ai-je entendu?», Les «Agrémens», l’Extase), Catherine Perrin, clavecin; Petite musique sentimentale, Jacques Drouin, piano; Adagio, Lise Daoust, flûte; L’entrevue, Joseph Petric, accordeon; Quatuor, pour bande seule.

Paradoxale, la personnalité de ce compositeur qui ne manque pas une occasion d’affirmer son attachement à l’orthodoxie de la musique concrète mais qui choisit, pour ce CD empreintes DIGITALes qui lui est consacré, un cycle de quatre œuvres mixtes (c’est-à-dire pour instruments solistes — cf. le thème de la solitude — et bande) sur les cinq qui y figurent! Révélateurs, également, ses titres qui font appel à la terminologie instrumentale: Suite, Toccata, Adagio, Quatuor! On n’a pas oublié non plus Valse, La Gamme ou Mi bémol.

Faut-il y voir, comme le suggère Yves Daoust lui-même, quelque nostalgie à l’égard de la tradition? Ou, comme chez Michel Chion, le désir, inconscient peut-être, de rappeler à un auditoire encore trop souvent sceptique la réalité musicale de ce nouvel art des sons? Ou plutôt une tentative pour réunir dans un même geste, mois parallèlement, les souvenirs d’une sage formation au conservatoire et ceux d’une folle rencontre de l’électroacoustique ovec le langage narratif du cinéma? Un peu de tout cela, probablement.

Quoi qu’il en soit, la nostalgie est là. Discrète ou provocatrice, plus mélancolique que tragique, elle imprègne l’ensemble de ces pièces, même lorsqu’elle se dissimule derrière le sourire et la dérision. On y devine une intimité complice avec un monde en voie de disparition, une sorte d’adieu lointain à une culture poussée vers l’oubli par des mutations inexorables, comme une mémoire en lambeaux; et ceci explique peut-être, en le légitimant, cet «usage immodéré de la citation» (Daoust). Confrontation de deux univers apparemment antinomiques, l’un recouvrant l’autre sous les vagues d’une irrésistible marée. Bataille perdue, sans doute, mais on sait bien que «les chants désespérés sont les chants les plus beaux».

On découvre, à l’écoute de ces cinq œuvres, la permanence d’un style et d’un climat que Daoust avait déjà habilement résumés dans son électro-clip, Mi bémol. Parfois un peu systématique, la symbolique en est évidente dans les œuvres mixtes où l’instrument et une tumultueuse contemporanéité se côtoient en s’ignorant, dialoguent en se coupant mutuellement la parole (parti pris tout à fait clair dans Petite musique sentimentale, Adagio et L’entrevue). Du passé ferons-nous table rase? semble demander le compositeur. Ne mérite-t-il pas un dernier regard avant de disparaître à jamais? L’attitude se situe, on le voit, dans la mauvance posimoderniste mais la cohérence des intentions et l’habileté de la réalisation l’empêchent presque toujours de tomber dans le piège de la surenchère ornementale.

Et d’ailleurs le titre, Anecdotes, annonce d’entrée de jeu la couleur que l’auteur prend soin d’expliciter dans le livret: «[…] une tradition qui s’éteint, qui perd graduellement, dans le contexte de notre civilisation mass-médiatique, toute signification, se désagrège, se banalise, devient anecdotique.»

Applaudissons au passage le souci de concept thématique et de construction présent dans chacun des disques de la marque empreintes DIGITALes. Ici la triade Tradition/Nostalgie/Solitude. Très dynamique, aussi, cette idée de cimenter quatre œuvres en les reliant l’une à l’autre par chacun des mouvements d’une cinquième, la Suite Baroque.

Dans cette dernière pièce, hommage humoristique aux arcanes d’un style très en vogue aujourd’hui, le talent de la claveciniste Catherine Perrin se double de celui de la comédienne, en particulier dans Les «Agrémens» où le choix des interventions parlées fait par le compositeur et l’invention du montage sont spécialement réussis.

Petite musique sentimentale, pour sa part, est probablement, avec L’entrevue, l’un des moments où solipsisme et vague à l’âme sant le plus saisissants. Les emprunts à Satie n’y sont certes pas étrangers, ni la vive sensibilité du pianiste Jacques Drouin. Musique potentielle, fragmentaire, en «standby,» où rien ne sera jamais achevé; musique de l’attente et du non-dit.

Dans Adagio, c’est le caractère brillant de l’instrument — très musicalement mis en scène par la flûtiste Lise Daoust — et de l’époque (XVIIIe-XIXe siècles) qui est exploré. Plus extravertie que les autres, cette pièce fait un usage un peu abusif d’emprunts au répertoire de la flûte et n’évite pas, malgré l’adresse du mixage, les risques inhérents au pastiche et au collage; les éléments perturbateurs (trafic, brouhaha, sonneries et autres scories de l’environnement moderne), trop hétérogènes, perdent leur pouvoir de suggestion et paraissent alors un peu convenus.

Avec L’entrevue, nous retrouvons le mystère et la force évocatrice de Petite musique sentimentale, mais, en quelque sorte, «élevée à la puissance.» Le caractère nostalgique de l’accordéon, confondu avec le souffle même de celui qui le fait respirer, y contribue assurément, ainsi que le jeu tout en nuances de l’interprète, Joseph Petric. L’utilisation de sa voix et des éléments textuels qui «contrepointent» les bouffées instrumentales, leurs divers «tuilages» mises en perspective, colorations, variations morphologiques sont autant d’objets sonores sans cesse renouvelés. C’est ovec cette entrevue-confrontation de deux différences que le discours instrumenial, émergeant de ce tissu langagier, prend toute sa dimension salutaire. Il n’est pas sans signification symbolique que le texte, ici, soit en anglais.

Reste Quatuor. J’ai envie de dire «pour la bonne bouche.» Non parce que je sous-estime les œuvres mixtes, on s’en sera rendu compte, mais parce que cette pièce, dans sa version acousmatique, réunit toutes les qualités précédentes à l’intérieur d’une exigence et d’une abstraction qui me semblent plus riches. Elle demeure, elle aussi, tout entière attachée au monde instrumental mais le transcende en repoussant plus loin ses limites. Aucun clin d’œil (ou tellement dilué!), aucun cliché, une adroite intégration des appuis référentiels, une marche à grandes enjambées où l’anecdote perd un peu ses droits, un phrasé généreux et, déjà (1979), ce regret évoqué d’une beauté peut-ètre perdue…

Yves Daoust, musicien de l’inquiétude discrète plante les décors sonores d’un monde qui est le notre, surexposé, bruyant, menacé d’entropie dans lequel il se cache pour y fredonner des airs d’autrefois et se «dépèche d’en rire avant d’avoir à en pleurer.»

Quant à la qualité technique du disque et à la présentation des œuvres, elles sont, comme toujours pour ce label, irréprochables.

Yves Daoust, musicien de l’inquiétude discrète plante les décors sonores d’un monde qui est le notre, surexposé, bruyant, menacé d’entropie…

Review

Bill Tilland, Option, no 43, 1 mars 1992

Musique concrète, the reorganization of natural sounds (including music) into personalized sound collages, has in the past ten years or so acquired a dubious reputation as the preferred medium of many fledgling basement tapers. But French-Canadian Daoust and some of his labelmates represent the elite of the contemporary musique concrète community. Their work utilizes the latest in studio technology, and is painstakingly crafted, highly intellectual, and aimed at evoking specific memories and emotional states. In seven of his eight pieces on this CD, Daoust performs a gentle deconstruction of Western classical music, mixing everyday city sounds (traffic, phone conversations, etc.) with melodic fragments played on piano, harpsichord or accordion, or with short, sampled excerpts from classical flute repertoire. In doing this, Daoust is playing with several related premises, one being traditional classical music’s increasing artificiality and distance from contemporary culture, and the culture’s corresponding trivialization of the music. Daoust’s work is not just cultural criticism, but also engrossing listening. Good musique concrète is highly associational, and the attentive listener gets involved in the process. Pieces function as ambiguous but intriguing stories, with certain recurring sounds serving as motifs, and everything rendered with an eerie, almost hallucinogenic clarity suggestive of a dream vision.

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 11, 1 janvier 1992

Voici le sixième disque du label empreintes DIGITALes. une série qui remporte un grand succès puisque les quatre premiers disques, épuisés, connaissent un retirage. Ce CD nous propose cinq pièces, de 1979 à 1991, de Yves Daoust (compositeur canadien né en 1946). Ce qui marque le plus, c’est l’unité de son propos, réunie dans le titre Anecdotes. L’élément anecdotique signifie un renvoi direct à la source du son, qui n’est plus dissimulée. Ces anecdotes (radio, bruits du quotidien, ambiances urbaines, mais aussi l’instrument parfois) apportent un souffle de vie. Elles sont, aussi, souvent utilisées pour changer d’espace: du clavecin, on passe brutalement aux bruits de la rue, un piano émerge des sons de la radio ou de l’amblance d’un marché, etc. Précisons, puisque l’on parle des instruments, qu’il y a trois pièces mixtes, une pour piano (Jacques Drouin) et bande, une pour flûte (Lise Daoust) et bande, et la dernière pour accordéon (Joseph Petric) et bande. Toutes les parties instrumentales, citations du répertoire classique, se marient parhitement avec les éléments fixés sur la bande magnétique: l’instrument est une source parmi les autres plutôt qu’une source à part des autres. Ultime précision, la pièce Suite Baroque est divisée en quatre mouvements, chacun étant intercallé entre les autres pièces, servant de transition «permettant peut-être d’écouter tout le disque comme une seule œuvre».

Ce qui marque le plus, c’est l’unité de son propos…

Critique

Alain De Filippis, Revue Notes, no 40, 1 janvier 1992

Le titre de cet album ne laisse aucune ambiguïté quant à son contenu, il s’agit de musique anecdotique, c’est à dire d’une musique figurative qui emploie des sons quotidiens sans en modifier le sens. Ce matériau aà-priori banal (circulation urbaine, bulletin météo ou commentaires radiophonique) est confronté ici à un jeu instrumental (accordéon, piano, flûte) dans lequel on trouve des emprunts divers aux classiques tels Rameau ou Mozart. La coexistence de ces différentes sources crée des reliefs inattendus et humoristiques.

L’atmosphère générale est éthérée, le rêve ou plutôt le demi sommeil semble en être la composante fondamentale. Ce filtrage du réel n’est cependant ni aseptisé ni soporifique, les compositions sont très Suggestives et l’imaginaire de l’auditeur est constamment sollicité. Pour Quatuor l’approche est différente, pas de citations ici, simplement les sonorités d’un quatuor à cordes sur lesquels Yves Daoust a opéré un certain nombre de traitements, les pizzicati parsèment l’espace, le violoncelle dévoile l’intimité de son grain et les “instruments” évoluent en état d’apesanteur. L’emploi de citations relève plus de l’hommage que de l’effet de style, Daoust se montre très respectueux vis à vis de ses sources sonores et son propos possède une grande fluidité.

L’atmosphère générale est éthérée, le rêve ou plutôt le demi sommeil semble en être la composante fondamentale.

Les cadeaux de la musique

Ginette Bellavance, Le Devoir, 7 décembre 1991

UN DISQUE de musique électroacoustique qui s’écoule comme du Mozart? Pourquoi pas. Anecdotes de Yves Daoust sur étiquette empreintes DIGITALes. Si vous croyez que l’univers sonore de l’électroacoustique est encore pollué de «zouip poink chtuff» et de silences inquiétants, il est grandement temps de courir chez votre disquaire pour vous mettre au parfum. Les anecdotes de Yves Daoust font souffler un vent d’air frais sur le monde acousmatique. On entre dans ce théâtre électroacoustique par la porte de la poésie, de l’humour et du quotidien qui, étrangement, se confondent pour le plus grand plaisir de notre écoute. Car c’est bien de théâtre et/ou de cinéma qu’il s’agit. Une suite de tableaux dramatisés qui nous laissent pénétrer dans l’intimité de la vie d’un instrumentiste. Cinq mondes secrets. Cinq solitudes. Ceux qui ont assisté au spectacle Ni terrible ni simple avec la claveciniste Catherine Perrin auront beaucoup de plaisir à réentendre la Suite Baroque qui faisait partie du spectacle et qu’on retrouve éclatée en quatre sections tout au lpng du disque. Petite musique sentimentale c’est Jacques Drouin pianiste, assis à son instrument prés d’une fenêtre, un après-midi d’hiver teinté de nostalgie. Adagio c’est Lise Daoust, en discussion sérieuse avec sa flûte pendant que le téléphone sonne. L’entrevue c’est Joseph Petric «prisonnier d’un instrument plus proche parent de la bolte à musique que des grandes orgues» et qui s’entend ou s’écoute penser. Quatuor c’est la Grande fugue opus 133 de Beethoven… Il est relativement facile de décrire Anecdotes de Yves Daoust mais beaucoup plus difficile de parler de la musique qui y vit. Elle relève de la magie des plans sonores, de l’enchevêtrement des amblances, de la subtilité des perspectives… et du mystère. De quoi d’autre la musique est-elle faite?

… magie des plans sonores, de l’enchevêtrement des amblances, de la subtilité des perspectives…

Images soniques

Martin Geoffroy, Continuum, 11 novembre 1991

La musique de Yves Daoust ressemble beaucoup à la trame sonore d’un film. Voix, bruits de la vie quotidienne et instruments de musique se mélangent pour faire jaillir dans nos têtes des images, sans que le support du film ne soit désormais nécessaire.

Après des études en piano et en composition au Conservatoire de musique de Montréal, Yves Daoust rencontre Maurice Blackburn et Norman McLaren de l’Office National du Film, deux pionniers du cinéma expérimental canadien. C’est cette rencontre qui vas faire découvrir l’électroacoustique à Daoust, il deviendra concepteur sonore pour L’ONF en 1976. «Le grand compositeur Pierre Henry disait qu’il en avait plus appris sur son métier dans les salles de cinéma que dans les salles de concert» souligne le musicien.

En 1979, il quitte l’ONF pour se consacrer entièrement à l’enseignement et à la promotion de la musique électroacoustique. Il est aujourd’hui directeur de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ) qu’il a aidé à fonder en 1978. «Quand on a fondé l’ACREQ, on était seulement dix à faire de l’électroacoustique et on était loin de se douter du succès qu’était pour connaître cette musique au Québec» affirme le compositeur.

Après dix ans de travail acharné, l’artiste sortait son premier disque compact, Anecdotes sur étiquette empreintes DIGITALes en septembre dernier. Le titre de chacune des pièces renvoie à la musique classique. On parle de sonate, de toccata et il y a même un petit clin-d’œil à Mozart intitulé Petite musique sentimentale. «Je crois que la musique électroacoustique est en filiation directe avec la tradition du classique occidental, c’est en fait la véritable musique du XXe siècle» soutient Yves Daoust. Ce qui ne signifie pas pour autant que l’on doive délaisser la formation classique en musique, puisqu’il ne suffit pas d’être un bon technicien en studio pour faire de l’électroacoustique. «Ce n’est pas parce qu’on manie bien le verbe qu’on peut être un bon écrivain» explique l’artiste.

Devant la popularité grandissante de l’électroacoustique à Montréal, Yves Daoust reste très prudent. «Même si le milieu est très effervescent en ce moment, on ne va pas se mettre à se regarder le nombril et dire qu’on est devenu la Mecque de l’électroacoustique» dit le directeur de l’ACREQ. Avec des artistes de la trempe d’Yves Daoust, on est bien près du but.

Digital Desiderio

Andrew Jones, Montreal Mirror, no 7:17, 10 octobre 1991

There are processors we can attach to our stereos to achieve the effect of hearing a symphony as we would in a large concert hall, so why shouldn’t we hear and play classical music complete with all the other sonic distractions of everyday life? So reasons Québécois electroacoustic composer Yves Daoust, who plays the traditional western suite form anything but straight here. There’s traffic, radio reports, a sonorous Italian announcer reading about toccatas, brushing of teeth, Castor Et Pollux digitally filleted by sampler, even the composer himself being interviewed! Daoust invests his compositions with skill, humour and a keen understanding of the classical form, offering us a new way of hearing the past.

Électraquoi?

Tony Esposito, Montréal Campus, 25 septembre 1991

Avec sa sœur, la musique actuelle, l’électroacoustique devient de plus en plus accessible. Comme au Festival de Victoriaville. Ce festival a souvent aidé à «déconfidentialiser» l’électroacoustique, souligne Jean-François Denis, compositeur et grand manitou d’empreintes DIGITALes, étiquette exclusivement électroacoustique. Cette année pourtant la présence électro est faible à Victo.

De l’autre côté, l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ) présente son programme pour la saison 91-92 où un événement est prévu à chaque mois, ou presque.

On a également droit à des émissions radiophoniques sur l’électroacoustique. Soulignons, entre autres, «Sons d’esprits» sur les ondes de CKUT 90,3, qui présente en grande première le 26 septembre à 20h30, «Éclats de voix» de Robert Normandeau.

Pendant que son confrère Alain Thibault compose la musique de Ne blâmez jamais les bédouins, Yves Daoust double sa présence dans la vie culturelle montréalaise en lançant un compact et en co-signant un spectacle.

Anecdotes, sixième enfant d’empreintes DIGITALes, apparaît comme une réflexion électroacoustique sur la musique classique. Bandes sonores de bruits du quotidien (téléphone, radio, circulation, cours d’école, lavage de vaisselle et autres) et instruments de musique (clavecin flûte, piano et accordéon) se chevauchent tout en se laissant mutuellement de la place. Des extraits ou des références à Mozart, Bach, Fauré, Beethoven ou Rameau sont mélés au bruit des vagues ou des klaxons. L’émotion naît du piano nostalgique, de l’extase ou de l’angoisse de la voix de la claveciniste, du clavecin lui-même, instrument d’un autre âge, de la douceur de la vague ou de l’agressivité des notes lancées, seules, créant un espace, un avant et un après, avec toute l’intensité d’un pendant.

La pièce Suite Baroque, en quatre parties, est intégrée au spectacle de Catherine Perrin, «Ni terrible, ni simple», actuellement à l’affiche à l’Espace Libre.

On peut donc voir, à travers tous ces événements, que l’électroacoustique possède une présence qu’il suffit de reconnaître pour pouvoir en jouir.

… l’électroacoustique possède une présence qu’il suffit de reconnaître pour pouvoir en jouir.

Anecdotes de Yves Daoust

Carol Bergeron, Le Devoir, 9 septembre 1991

LE PROFESSEUR et compositeur de musique électroacoustique Yves Daoust lance aujourd’hui un disque compact sous étiquette empreintes DIGITALes et intitulé Anecdotes et qui rassemble des œuvres reflétant le travail de ses 12 dernières années. Cet événement a lieu à 17h à l’Espace libre de la rue Fullum et sera suivi d’un mini-concert où l’on pourra entendre des extraits du disque et rencontrer l’auteur et les interprètes, soit le pianiste Jacques Drouin et la flûtiste Lise Daoust.

… des œuvres reflétant le travail de ses 12 dernières années.

Autres textes

La Presse

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.