L’oreille voit Randall Smith

… approches the art form with innocence and the intention to have fun. AllMusic, ÉU

Smith’s work is an electroacoustic wonder. Incursion Music Review, Canada

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

••• Masterisation: Ernest Cholakis, Numerical Sound

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

••• Masterisation: Ernest Cholakis, Numerical Sound • MP3 • OGG • FLAC

L’oreille voit

Compact-compact 4

Randall Smith

Quelques articles recommandés

Notes de programme

L’oreille voit, le disque

L’imagination n’est pas, comme le suggère l’étymologie, la faculté de former des images de la réalité; elle est la faculté de former des images qui dépassent la réalité, qui ‘chantent’ la réalité.

Gaston Bachelard, L’eau et les rêves

Un remerciement tout spécial à mon frère Chuck qui m’a fait entrer dans le monde de la musique électroacoustique quand j’ai eu l’âge de l’apprécier, et à Bernard Parmegiani pour sa merveilleuse musique.

Randall Smith, Toronto [iv-94]

Entendre et voir la musique de Randall Smith

Dans la musique de Randall Smith, j’entends de mini-histoires sonores, des histoires personnelles qui résonnent de toute la force d’un archétype et des nuances d’un calembour sonore, qui s’adressent à une oreille à l’écoute de l’environnement sonore dense, et en apparence chaotique, qui l’entoure… J’entends une musique se déployer dans un paysage sonore de dialectique dynamique entre la force et la sensibilité, entre le délicat et l’explosif, une musique qui souvent élabore des rythmes forts, les mélange de façon polyrythmique, et les fait éclater dans le tintement de minuscules particules sonores… Je suis plongé dans une séduisante méditation sonore, semblable à une incantation, pour être ensuite précipité ou délimité dans une réalité nouvelle, disjonction qui met mes sens à vif, qui m’amène à douter de ce que je viens de ressentir et à douter aussi de la notion de prévisible, alors même que je sais que je me trouve dans un monde sonore rigoureusement construit… J’évolue à travers un environnement sonore qui change constamment, sans jamais revenir au même point; mais par des recontextualisations et des transformations de sons, mon imagination me guide dans un lieu qu’elle connaît déjà… le lieu du chant… le chant des voix, essentiellement les voix des choses, comme le chant de ressorts de métal en spirale, d’ampoules électriques et d’autres objets… comme si ces choses chantaient leur propre existence, comme si on les mettait à contribution de façon différente, pour leurs attributs qui servent ici nos plaisirs plutôt que nos besoins, et pour attirer l’attention sur une nouvelle écoute critique de leur beauté et de leur force… Par exemple, dans The Face of the Waters, des métaphores sonores tracent des trajectoires allant du métaphysique au physique, alors qu’une ampoule électrique se déplace de façon circulaire, créant pour moi l’image d’un cercle lumineux faisant tournoyer des ondes d’énergie, un chant spirituel d’extase qui prend ensuite le pas d’un rythme humain… ou cette symphonie de porte qui se ferme, avec le bruit métallique du loquet et les vibrations du chambranle, vers la fin de The Black Museum, symphonie qui est à la fois métaphore d’entrée/sortie et d’ouverture/fermeture (ici, le fait de sortir de la pièce et d’entrer dans le monde de notre propre son), mais qui est aussi ouverture de mes sens auditif et visuel à l’image sonore d’une porte, ou à la qualité de porte, dont je ne peux faire l’expérience avec des représentations visuelles… En fait, je vois beaucoup lorsque j’entends la musique de Randall Smith… Il crée pour mon imagination un espace où les relations sonores inspirent les relations visuelles, où l’humour découle à la fois du son et de l’image… la course précipitée d’un train siphonnée dans la toilette du vide sonore… le vrombissement d’avions à réaction, de la guerre, à travers un paysage… les cloches de l’espérance et de l’histoire… les éléments — feu, eau, terre et air — qui se tordent, se jettent, se courbent en formes et rythmes fantastiques comme des corps qui dansent dans une galerie de miroirs… ou le sentiment plus recueilli qui nous envahit lorsqu’on regarde un feu, lorsque l’imagination s’empare des sens et trouve là des modèles, des codes et des messages… Je vois aussi des juxtapositions qui font trembler mes sens… comme le sifflement des fusées et le chant des oiseaux, comme un marcheur qui s’avance nus pieds sur l’arête à vif d’une vitre électronique, puis est précipité dans l’espace pour écouter de loin l’histoire de toute musique… je prends la route avec ce marcheur, je tends l’oreille pour voir l’aura qui entoure les sons et leurs relations… en fait pour voir un ensemble de relations qui deviennent sociales lors d’une rencontre métaphorique entre la technologie et l’environnement naturel, créée à travers les sons de l’imagination… où mon corps est interpellé, la musique m’atteignant de façon viscérale, frappant le corps, le sculptant avec les ondes sonores, sculptant cette réserve d’images et de sons que je porte déjà en moi, en une chorégraphie temporaire ordonnée qui se détache de l’environnement sonore chaotique et fascinant qui nous entoure… comme en dialogue avec lui… Je sens aussi l’esprit curieux de ce chorégraphe qu’est Randall Smith, un esprit du son qui hante les possibilités sonores qu’il a créées… un amoureux du son, qui m’enseigne et partage avec moi une façon d’aimer le son.

Gary Popovich, Toronto [x-93]

La presse en parle

  • François Couture, AllMusic, 13 septembre 2001
    … approches the art form with innocence and the intention to have fun.
  • Richard di Santo, Incursion Music Review, no 019, 21 janvier 2001
    Smith’s work is an electroacoustic wonder.
  • Esteban Lago, Hurly Burly, no 12, 1 janvier 2000
  • Noah Wane, Splendid E-Zine, 16 novembre 1998
    … you’ll be drawn into a whole sonic world…
  • RK, Odradek, no 3, 3 janvier 1998
  • Jeff Filla, N D - Magazine, no 20, 1 juin 1997
    … It took some talented hands to shape these little tracks.…
  • Ear Magazine, 1 juin 1997
    Excellent, among the best of the genre
  • Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no 170, 1 février 1996
  • William Littler, The Toronto Star, 19 octobre 1994
    La volière, a texturally rich electronic tape piece…
  • Ralph Hopper, Contact!, no 8:1, 1 septembre 1994
    … a disc that your ears will enjoy ‘seeing.’
  • Albert Durand, Revue & Corrigée, no 20, 1 juin 1994
    … une collection […] qui place empreintes DIGITALes en tête des labels d’électroacoustique, par la quantité et la qualité.

Review

François Couture, AllMusic, 13 septembre 2001

L’oreille voit (“The Ear Sees”) was Randall Smith’s first CD. Released in 1994, it gathers works created between 1988 and 1994. His constructions include a lot of movement, something that translates into the titles of works like La volière (“The Aviary”), Ruptures (“Breaks”), and Counterblast. This sense of movement gives life to the compositions in a way similar to what can be found in Francis Dhomont’s works: ample, calculated gestures of swirls and crescendos that lead somewhere (as opposed to Gilles Gobeil’s escalators that stop in their tracks). L’oreille voit begins with the composer’s recently finished La volière, where the human voice is used to simulate bird sounds. The wide dynamics and intriguing sources make for a fascinating listening experience. Then we gradually move back in time down to the 1988 The Face of the Waters, which paradoxically contains anything but water sounds. Very playful, it imitates water or conveys the idea of it by using a sonic vocabulary reminiscent of the candor that marked the early days of musique concrète (Pierre Henry’s early pieces, particularly): bedsprings, glasses, light bulbs, squeaky doors, etc. Smith’s subsequent works, especially the ones for tape and instrument, will tend to be denser and more satisfying, but this first crop reveals a composer who, although remaining firmly anchored in academic electroacoustics, eschews its too frequent pretentiousness and approches the art form with innocence and the intention to have fun.

… approches the art form with innocence and the intention to have fun.

Review

Richard di Santo, Incursion Music Review, no 019, 21 janvier 2001

Five compositions by the electroacoustics wizard Randall Smith, composed and recorded between 1988-1994. As with Sondes (also on empreintes DIGITALes), a follow-up collection of Smith’s works from 1995-1999, this record is teeming with activity and intensity. It’s title, L’oreille voit, translates as “the ear sees,” and as such these compositions can largely be seen as attempts to visualise sound — to create sound sculptures which present themselves visibly to the senses. True enough, Smith’s palette contains many tangible sounds (or “sound objects” as he calls them) that are quite concrete and seem to manifest themselves physically. The first composition, La volière (the aviary), investigates the theme of flight and the gestures of birds. As Smith explains in the liner notes, “their movements of flight are retraced according to the dictates of a machine universe, which aligns them into orders of understanding, geometries of the visible.” This composition, and the rest that follow it, are remarkable for their wealth of detail. A stunning world of sound and visibility where our senses are sharpened and our experiences of microscopic and “minor” events are intensified. Academic compositions are matched by more reactionary ones: Ruptures, realised in 1991, documents Smith’s angst regarding “worldwide unrest and instability” given a sudden influx of rapid social and political change in the world (i.e., the end of the cold war, etc.). The disc concludes with The Face of the Waters, which is also its earliest composition. Realised in 1988, it takes a close look at the sounds of water in a whole range of situations (a babbling brook, crashing waves, etc.). Arranged in four movements which build gradually in intensity, this piece is remarkable for how it transforms and amplifies these sounds, arranged on an unconventional and multifarious canvas. Randall Smith’s work is an electroacoustic wonder.

Smith’s work is an electroacoustic wonder.

Discos

Esteban Lago, Hurly Burly, no 12, 1 janvier 2000

Noises arising from the elements situated as supporting canes in imprecise and disquieting situations. Other less identflable sound clusters survive the mechanical explosions which crumble and are recycled into a new timbric feature or a simple self-echoing.

At a Glance Reviews

Noah Wane, Splendid E-Zine, 16 novembre 1998

In the acousmatic tradition, Randall Smith’s music consists of sonic “symbols” intended to be “seen” by the listener’s mind. This is perhaps the most visual music you’ll ever hear (see?). I’ll warn you right away, the proper effect is not achieved by putting this music on in the background. You need to give it your full attention. A darkened room will help, as will closing your eyes and imagining the sounds emanating from behind a closed curtain. If you’re doing it correctly you’ll be drawn into a whole sonic world, full of bizarre people, places and things. The ear sees (L’oreille voit)! For further details, please aurally ogle Ruptures.

… you’ll be drawn into a whole sonic world…

Kritik

RK, Odradek, no 3, 3 janvier 1998

Randall Smith entdeckte die elektroakustische Musik für sich, als er auf die Arbeit der französischen GRM (Groupe de recherches musicales) aufmerksam wurde. Im Zusammenspiel seiner eigenen musikalischen Experimente mit etwa experimentellem Film und Tanz entwickelte er Kompositionstechniken, mittels derer er visuelle und akustische Elemente in einer Klangsprache vereinte. Was über das Ohr vermittelt wird, läDt im Kopf einen imaginären Film entstehen. So auch der Titel dieser CD L’oreille voit, übersetzt Das Ohr sieht. Smith’s Musik sind filigrane Klanggeschichten, differenziert und vielschichtig gewoben, technisch hervorragend realisiert, und dabei sehr persönlich, kraftvoll und sensibel zugleich, souverän im Zugriff und immer spannend und flüssig erzählt. Hier hat ein Künstler gearbeitet, der den Klang selbst — egal welcher Art, an sich und in jedem denkbaren Kontext — wirklich liebt, und der darüber hinaus ein Meister seines Handwerks ist, der sein Material genau kennt und mit sicherem Gespür beherrscht, aber niemals vergewaltigt, und der sich mit aller Selbstverständlichkeit im Spektrum zwischen Naturgeräuschen und moderner Elektronik mühelos bewegt. Ich vernehme in diesen Klangfantasien “Gesänge” unserer Zeit, Maschinenstimmen als eine eigene Art von Natur.

Hier wird Technik zu etwas durch und durch Lebendigem, Atmosphärischen, Emotionalem, Erzählendem, weit entfernt von rein Funktionalem. In diesen Klangerzählungen geschieht sehr viel, und gleichzeitig entsteht Raum für spontan sich entfaltende imaginäre Bilder im Kopf. Bizarre kleine Welt-MiniaNren / Miniatur-Welten, Natur und beseelte Maschine zugleich, lebendige SkulpNr, voller sich immerfort verändernder Polyrhythrnik. Geschichtenerzähler, Filmregisseur, Choreograph, Komponist, „Instrumentalist“, Randall Smith ist alles in Einem. Ich höre so individuelles Persönliches, gleichzeitig ein gutes Gespür für die Zeit, in der wir leben. Diese Musik ist voller Wärme, aber auch Schärfe, fantasievoll und klar. Stellenweise habe ich das Gefühl, verzückt einem Glasperlenspiel zuzusehen, erlebe das Klicken und Ticken und Rappeln der “ Murmeln” als ein akustisches Vexierspiel. Smith nennt Parmegiani als einen seiner musikalischen Väter, und das hört man auch. Und dennoch hat Smith eine deutlich eigene Klangsprache entwickelt. Seine Musik ist warm, natürlich, frisch, jugendlich, fast verspielt, humorvoll, aber dabei niemals oberflächlich. Randall Smith scheint den Gesang der dinghaften Welt hinter den Dingen und in ihnen selbst zu suchen. Das Ergebnis ist ein Glücksfall in der acousmatischen Musik.

Review

Jeff Filla, N D - Magazine, no 20, 1 juin 1997

A bit more patient and slowly evolving than your average electroacoustic work. This gives a lot of emphasis to stimulating, grainy textures and raw imagery, without constantly interrupting you with that sterile “electronics-in-a-void” sound that can make me blase about electroacoustic work sometimes. Satisfies the same tastes that enjoy John Watermann’s “Calcutta Gas Chamber” or David Dunn’s “Chaos and the Emergent Mind of the Pond.” Pretty potent stuff, especially at high volume levels.

… It took some talented hands to shape these little tracks.…

Critique

Ralph Hopper, Contact!, no 8:1, 1 septembre 1994

Des sons acoustiques, des sons synthétiques, des sons qui semblent être acoustiques mais ne le sont pas, tous ces sons se mélangent dans ce DC où vos oreilles prendront du plaisir à ‘voir’. Cette première écoute de la musique de Randall Smith m’a impressionnée.

Il y aurait tant de choses à écrire à ce sujet, mais laissez-moi vous parler en particulier de la pièce The Black Museum, qui a été remarquée lors de plusieurs concours internationnaux de musique. Composée de neuf sections, l’œuvre rassemble ce que Randall Smith a absorbé et entendu durant ses années d’écoute. En tant que «conservateur» de ces éléments, il en fait une exposition pour nous. De la même façon que l’on se déplace d’une pièce à l’autre, l’auditeur est exposé à divers éléments et textures qu’il perçoit finalement comme «bien lus».

… a disc that your ears will enjoy ‘seeing.’

Critique

Albert Durand, Revue & Corrigée, no 20, 1 juin 1994

Dans le dernier numéro de R&C, nous vous présentions 3 nouveaux CDs de empreintes DIGITALes. En voici encore sept! Cela fait maintenant une collection de 21 titres qui place empreintes DIGITALes en tête des labels d’électroacoustique, par la quantité et la qualité. Chapeau!

Avec ces nouveautés, c’est aussi le début d’une série intitulée “compact-compact”, des CDs de courte durée, environ 40 minutes, vendus à moitié prix (alors que le coût de fabrication est strictement le méme!). L’idée est de présenter le travail de compositeurs aujourd’hui plutôt que d’attendre des années qu’ils augmentent leur répertoire.

C’est le cas par exemple avec Randall Smith. Ce compositeur canadien et autodidacte a découvert l’électroacoustique avec les disques 33 tours du GRM et de Philips, et principalement avec ceux de Bernard Parmegiani à qui il fait référence dans le titre de son disque, L’oreille voit pour L’œil écoute. Né en 1960, il appartient à la nouvelle sénération de compositeurs arrivée en studio en méme temps que les techniques actuelles. Ce sont de loin les pièces récentes les plus intéressantes: La volière, évocation d’un monde volatile enfermé dans une cage et The Black Museum, musée personnel de l’auteur où il nous expose ses réflexions musicales.

… une collection […] qui place empreintes DIGITALes en tête des labels d’électroacoustique, par la quantité et la qualité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.