Polyphonie-polychrome Patrick Ascione

  • Ina-GRM

Polyphonie-polychrome constitue, pour moi, un très bel album qui me donne envie de connaitre d’autres œuvres du compositeur. Crystal Infos, France

Tel un Jackson Pollock acousmatique, il compose des textures massives et enchevêtrées… Contact!, Canada

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Polyphonie-polychrome

Patrick Ascione

Notes de programme

Voix du dedans

C’est Patrick Ascione qui a peut-être le premier formulé l’idée, qu’il reprend ici parfaitement bien dans ses propres termes et avec toute l’originalité de sa pensée, que la musique électroacoustique sur support — bande magnétique ou autre — était comparable à une peinture avec les sons. Sans lui, je n’aurais peut-être pas pu élaborer la notion, aujourd’hui couramment employée, de ‘sons fixés’, qui me semble permettre de caractériser l’essence du genre.

Mais ces quelques lignes sont surtout pour dire mon estime et mon admiration devant l’œuvre d’un compositeur à l’univers intense et personnel. Les musiques de Patrick Ascione ont un accent unique, qui ne vient d’aucun procédé extérieur particulier, mais directement et authentiquement du dedans. Elles me parlent comme l’expression d’une voix multiple, fantasmagorique, hantée. Du moins à mes oreilles; d’autres pourront l’entendre plus abstraite et plastique, et d’autres différemment encore. C’est une des richesses de cette musique que d’être à la fois aussi insaisissable et aussi prenante, et le présent disque qui révèle dans son ampleur tout ce monde, et qui fait connaître mieux un des compositeurs majeurs de la nouvelle génération électroacoustique, Polyphonie-polychrome peut être salué comme un événement.

Michel Chion, Paris (France) [xi-94]

Polyphonie-polychrome, le disque

La musique électroacoustique m’a très vite attiré parce qu’elle me permettait d’accéder à un univers de sensations et d’émotions que je n’avais alors entrevu dans nulle autre forme d’expression. Rencontre d’une terre inconnue, d’un langage nouveau en filigrane des conventions, suffisamment abstrait, sensible et puissant pour que ne demeure de mes intentions créatrices que l’essentiel, sans artifice, et pour qu’il me soit permis peut-être un jour de participer aussi à son édification. Le présent enregistrement représente une partie de mon travail à laquelle il faut ajouter d’autres pièces pour le concert et quelques travaux d’application en collaboration avec des plasticiens.

Si la toile du peintre rend possible le travail sur les couleurs et leurs nuances c’est qu’elle permet tout simplement de retenir dans les moindres détails les volontés successives de l’artiste, les hasards heureux, et par approches progressives d’établir des concordances, des contrastes ou des oppositions de sens, de valeurs et de formes tout en en conservant la trace, et sans qu’il soit besoin pour cela d’une codification intermédiaire de l’intention à l’objet.

Dans le champ du sonore (pour ne pas dire de la musique) il a manqué longtemps cet équivalent pour pouvoir prétendre à autant de liberté et de plasticité: cette ‘toile des sons’ qu’est aujourd’hui véritablement la bande magnétique ou ses nouveaux dérivés…

J’ai toujours été frappé par l’existence de cette correspondance intéressante entre l’art acousmatique et la peinture, remarque qui s’est avérée déterminante pour mon propre travail dès mes débuts (Métamorphose d’un jaune citron, 1978).

Non pas du point de vue des relations synesthésiques (perceptions subjectives), mais parce que composer avec des sons, ce qui suppose de les façonner un à un, les mélanger, les effacer, les remplacer, puis les poser définitivement sur la bande, me semblait très proche dans la manière de procéder de celle d’organiser une surface avec des couleurs… Qu’il existait au fond un point commun particulier à ces deux disciplines, une base analogue autant indispensable à l’une qu’à l’autre, et sans laquelle ni l’une ni l’autre n’aurait pu véritablement voir le jour et se développer.

Ce principe commun de support étant à bien des égards à l’origine même des particularités essentielles et irréductibles de ces deux miroirs distincts de la sensibilité et de la pensée humaine que sont la peinture et l’art acousmatique.

Et s’il existe bien une spécificité et par conséquent s’il nous est offert aujourd’hui cette extraordinaire liberté d’expressivité et cet univers nouveau de sens à découvrir, c’est à cette mémoire-immédiate-là précisément que nous le devons en priorité; à ce support géniteur, à la fois commencement et aboutissement, puisqu’en évacuant tout système médiateur, tout compromis, il ramène l’œuvre au rang originel et primitif d’objet.

Simplification ultime qui du même coup démarque radicalement l’œuvre concrète de celle de musique traditionnelle. Puissance singulière d’un art dont nous sommes probablement encore loin d’avoir atteint les limites…

C’est en tout cas dans cet esprit et fort de ces convictions particulières que j’ai pu, grâce à des commandes de l’Ina-GRM mais aussi à la confiance renouvelée de François Bayle, composer le présent triptyque dont le titre me semblait bien concrétiser ma démarche.

Remerciements

Je remercie Jean Schwarz qui a réalisé la bande maîtresse de ce disque, ainsi que Christian Zanési pour ses conseils amicaux (donc précieux). Je remercie aussi tout particulièrement Michel Chion pour ce qui concerne la préface, François Bayle et l’Ina-GRM pour avoir encouragé ce projet par leur soutien, et Francis Dhomont (à qui je dois plus qu’il ne croit!).

Patrick Ascione, Menetou-Salon (France) [vi-94]

Polyphonie-polychrome, le triptyque

Triptyque acousmatique composé pour le concert, Polyphonie-polychrome a été réalisé entre 1984 et 89. L’ordre d’écoute de ses trois volets en concert a été modifié pour le disque; Sur champ d’azur et Valeurs d’ombre ont aussi été adaptés pour leur gravure discographique en janvier 1994.

Patrick Ascione [vi-95]

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Denis Streibig, Crystal Infos, no 14, 1 mars 1997
    Polyphonie-polychrome constitue, pour moi, un très bel album qui me donne envie de connaitre d’autres œuvres du compositeur.
  • Frank Koustrup, Contact!, no 10:2, 1 mars 1997
    Tel un Jackson Pollock acousmatique, il compose des textures massives et enchevêtrées…
  • MP, Vital, no 22, 1 mars 1996
    … everything shifts, jitters and moves.
  • Albert Durand, Revue & Corrigée, no 25, 1 septembre 1995
    … un bouillonnement de grands mouvements stéréophoniques…
  • Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 décembre 1989
  • Création de Sur champ d’azur au Grand Auditorium de Radio France
    Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 avril 1986
    … une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

Critique

Denis Streibig, Crystal Infos, no 14, 1 mars 1997

Patrick Ascione fait partie, aux côtés de Michel Redolfi, Christian Zanési et quelques autres, des compositeurs les plus doués de ce que l’on appelle la “troisième génération” de la musique électroacoustique (la première remontant à Pierre Schaeffer et Pierre Henry, la seconde constituée par leurs premiers élèves comme François Bayle ou Bernard Parmegiani).

Membre du GMEB (Groupe de musique expérimentale de Bourges) de 1976 à 1984, il est devenu, depuis, un compositeur autonome et reconnu dont les pôles d’intérêt peuvent définir deux périodes distinctes. La première, de 1977 à 1987, correspond, de sa part, au souhait de comparer et de rapprocher la pratique électroacoustique des arts plastiques. Ses conceptions le rapprochent de Michel Chion, autre théoricien de “l’art des sons fixés”. La seconde, depuis 1987, a vu ses préoccupations glisser vers la notion de “polyphonie spatiale” (notamment avec l’utilisation de systèmes de diffusion comprenant seize pistes réelles).

C’est encore à la première période que se rattache Polyphonie-polychrome, triptyque composé des titres Lune noire (1987-89), Sur champ d’azur (1984-86) et Valeurs d’ombre (1986). Ces trois pièces illustrent des aspirations esthétiques différentes mais complémentaires, unies par une “griffe” sonore très chaleureuse et reconnaissable.

Lune noire est une œuvre très plastique, dans le sens où elle met en jeu des combinaisons d’associations et de métamorphoses (par recours fréquent à l’utilisation de filtres) de textures de longues durées. La pièce est à rapprocher de [l’album] Érosphère de François Bayle ou de l’album Mundus Subterraneus de Lightwave. L’écoute en est magique, le degré d’attention pouvant varier au fil du temps. Selon les moments, l’éclairage des sons change, modifiant leurs caractères, leurs rôles et la perception qu’on en a.

Sur champ d’azur reste plus événementielle, alternance de climats de tension et de repos. Elle se veut plus musicale, selon la définition schaefferienne de la recherche de variations sur les objets sonores. La composition s’ouvre sur une brève étude rythmique basée sur l’utilisation plus le traitement des sons désuets d’une vieille boîte à rythmes. Puis s’enchainent les phrasés et trames électroniques, réutilisant avec bonheur la chaleur des timbres des synthétiseurs modulaires.

Valeurs d’ombre semble, peut-être, plus difflcile d’accès et constitue une sorte de synthèse formelle des deux pièces proposées précédemment. Les lentes textures du début (un son me fait penser à l’orgue utilisé dans les albums Zeit et Atem de Tangerine Dream) cèdent vite la place aux conflits qui opposent des événements brefs et dramatiques. Il se dégage certes de cette dernière œuvre une certaine aridité, mais c’est une sécheresse aussi passionnante à regarder que l’est le fourmillement de vie d’un désert.

Polyphonie-polychrome constitue, pour moi, un très bel album qui me donne envie de connaitre d’autres œuvres du compositeur.

À signaler également le mini-CD Métamorphose d’un jaune citron [MKCD 014] du même auteur, dans la collection “Cinéma pour l’oreille” chez Métamkine, qui offre un autre aspect de son travail à travers une pièce plus ancienne.

Polyphonie-polychrome constitue, pour moi, un très bel album qui me donne envie de connaitre d’autres œuvres du compositeur.

Critique

Frank Koustrup, Contact!, no 10:2, 1 mars 1997

Ce disque m’a pris par surprise. Lors des premières auditions, je n’y ai pas tellement porté attention. La musique ne m’a pas impressionné. Mais après quelques essais supplémentaires, ce disque est devenu captivant. Je le trouve maintenant presque indispensable et le considère comme faisant partie de la meilleure musique acousmatique que j’ai entendue. L’orientation stylistique de Patrick Ascione est acousmatique et s’apparente à celle de Francis Dhomont et Michel Chion. Mon indifférence du début était peut-être due à la manière distraite dont j’écoute la musique maintenant. Je ne prends presque jamais le temps de m’arrêter et d’écouter. J’ai perdu contact avec ma vieille habitude d’une écoute méditative, le type d’écoute que mérite cette musique.

Chacune des trois pièces de ce disque dure vingt minutes ou plus. Lune noire débute mécaniquement mais sensuellement. Malgré leur qualité métallique, les timbres s’apparentent à la voix. Sur champ d’azur est un paysage panoramique, plutôt peint que photographié, davantage une interprétation qu’un document. Son étendue est vaste. Valeurs d’ombre termine ce disque dans une ambiance plus sombre qui nous emporte. Cette pièce est belle, cependant qu’elle finit trop abruptement, sans sentiment de cadence.

M. Ascione décrit son approche compositionnelle comme s’apparentant à celle d’un peintre. Il juxtapose les couleurs sonores comme un expressionniste abstrait le ferait avec les pigments de couleurs. Tel un Jackson Pollock acousmatique, il compose des textures massives et enchevêtrées sur une toile de grande dimension. Dans l’espace, le temps et l’orchestration, la musique est gigantesque et d’une grande complexité. Deux haut-parleurs étranglent ces trois pièces. Elles exigent obstinément une salle de concert, un système à voies multiples et la pénombre. Afin de créer l’illusion d’un espace plus profond, j’ai récemment écouté ce disque avec un casque d’écoute en laissant également le son sortir des haut-parleurs stéréo. De cette façon, les hautes fréquences se répandaient près de ma tête alors que les basses fréquences résonaient de plus loin. Ce type d’écoute m’a donné une meilleure idée de l’espace musical de ces compositions.

Comme d’habitude, le produit d’empreintes DIGITALes est complet et attirant.

Tel un Jackson Pollock acousmatique, il compose des textures massives et enchevêtrées…

Review

MP, Vital, no 22, 1 mars 1996

I first heard the work of Patrick Ascione on a collection of stuff released on CD as an audio documentation of the Prix International de Noroit 1989. The piece was titled Lune noire and it is also the first of three compositions on this 1995 release of some of his work on the impeccable Canadian label empreintes DIGITALes. Lune noire is sonic topography, little is recognisable in this new audio terrain which is viewed multi-dimensionally from extremely unusual angles in strange attractor space. many of the studio techniques, and I suspect, some of the sounds used on Lune noire occurred earlier on Sur champ d’azur which was finished in 1986. It’s a study of the sky as canvas and the clouds that cross it. Huge slabs of sounds interspersed with microscopic investigation move us across this azure field as it slides past us. Truly enormous — this man has seen how big clouds can be.

Valeurs d’ombres (Values of the Shadow) ends this CD with its “exploration of a sombre region of dark sonorities of the electroacoustic palette and is also therefore a quest for the light” (of course!). Domains of the Shadow are flat space… the edges are sharp. Nothing offers protection or cover, everything shifts, jitters and moves. Electronic insects buzz and whirr, are silenced violently and then return mutated/evolved. Space tightens as we advance. Oozing ahead of us… A Glimpse of Light.

Ascione incorporates a broad spectrum of techniques in his work. He has signature trademarks and they are good because they work effectively as suggestive audio information. This, together with his knowledge of how fast audible space can change raises him a notch above his contemporaries.

As usual with the empreintes DIGITALes series, the full power of the sound quality is best appreciated under headphones unless you have extremely tolerant neighbours.

… everything shifts, jitters and moves.

Critique

Albert Durand, Revue & Corrigée, no 25, 1 septembre 1995

Des nouveautés chez empreintes DIGITALes, voilà qui fait plaisir car cette étiquette de disques nous fait régulièrement découvrir des compositeurs ou des pièces délaissées par d’autres plus institutionnalisées.

Voici le premier CD de Patrick Ascione (ex-æquo avec Métamorphose d’un jaune citron chez Métamkine, MKCD 014) qui, dans son travail, s’intéresse à l’espace (il compose beaucoup de pièces en multipiste) et à exprimer une relation entre peinture et musique concrète. Une musique agitée avec beaucoup d’éléments rythmiques et un bouillonnement de grands mouvements stéréophoniques qui, cependant, n’effacent pas les nombreuses teintes de ces dégradés sonores.

… un bouillonnement de grands mouvements stéréophoniques…

Critique

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 décembre 1989

[…] Lune noire, à la fois raffinée dans ses matériaux et d’un art très puissant dans le développement […]

Création de Sur champ d’azur au Grand Auditorium de Radio France

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 avril 1986

Un peu marginalisée, la musique électroacoustique (dite anciennement électronique ou concrète) n’en continue pas moins de montrer une grande vitalité, avec des créateurs nombreux à travers la France: le récent concert du Cycle acousmatique, organisé par le Groupe de Recherche de l’Institut National de l’Audiovisuel, présentait trois œuvres remarquables […] Sur champ d’azur, de Patrick Ascione (1953), plus purement musical, est une immense composition symphonique, plein ciel, sur de grandes orbes lumineuses, des tambourinages frénétiques, des chants d’oiseaux électroniques; une virtuosité d’écriture assez prodigieuse allie de superbes mouvements avec un travail de détail joliment ouvragé, une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

… une extrême violence avec une très pure poésie. C’est une œuvre et un compositeur.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.