electrocd

Préludes à la vie

Michel Chion

C’est une musique qui n’émeut pas; elle passionne et va gratter loin dans l’âme. Le Devoir, Québec

DJ avant l’heure! Revue & Corrigée, France

  • Ina-GRM

CD

Épuisé

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

  • Étiquette: empreintes DIGITALes
  • IMED 9523 / 1995
  • UCC 771028952328
  • Durée totale: 77:07
  • Boîtier Jewel
  • 125 mm × 142 mm × 10 mm

Notes de programme

Un musicien concret

D’abord, Michel Chion est un musicien concret. Les signes du concret me sont maintenant bien clairs. Un tel musicien se méfie des machines, surtout électroniques, quitte à les utiliser. Il a d’abord de l‘oreille avant d’avoir des boutons à tourner. Il ausculte les sons naturels et s’en instruit. Enfin, il a le goût du Verbe.

Ce trait n’est pas si fréquent chez les musiciens, celui d’être poète, et, au-delà des mots et des idées, de préférer les images, les mythes. Les mots sont donc aussi à l’œuvre dans cette musique, la ressource du langage. Non pas des mots coupés en morceaux, selon la mode idiote d’en faire une ‘matière sonore’. Mais des mots pour nommer.

À l’inverse du musicien besogneux qui cherche éperdument un livret éculé, introuvable, Michel Chion demande à la parole, parfois, d’accoucher le son. C’est que le son, proposé comme parabole, raconte ordinairement une genèse, l’engendrement causal des phénomènes. À quoi bon béer devant, par une adhésion frivole ou résignée? Comment ne pas casser le discours machinique, le forcer, s’il le faut, à prendre un sens humain?

Pierre Schaeffer, Paris (France), 10 octobre 1984 [x-84]

Préludes à la vie, le disque

Comme le précédent, ce deuxième enregistrement chez empreintes DIGITALes se compose de pièces bien différentes et très séparées dans le temps: Le prisonnier du son (1972), premier «mélodrame» et ma première musique d’une certaine durée, et les Vingt-quatre préludes à la vie (1989-90), un travail plus formel et technique mais aussi, j’espère, poétique. Malgré tout ces deux musiques concrètes se rejoignent, comme les deux faces d’un disque microsillon, et leurs fins se font écho.

Les derniers mots des Vingt-quatre sonnent en effet comme une réponse à la question posée dans Le prisonnier du son: «Le Mur du Son, quand le franchirons-nous?», demande, au futur, le prisonnier — à quoi la voix de Cécile Sacco répond, à la fin des Vingt-quatre préludes à la vie, par l’affirmation au présent: «Nous sommes vivants».

Michel Chion, Paris (France) [i-95]

Quelques articles recommandés

La presse en parle

Review

Tom Schulte, Outsight, 1 juillet 1999

Also new on the label from Chion is Préludes à la vie (Preludes to Life). This combines pieces from 1972 to 1991 in two electronic operas. In Le prisonnier du son (The Prisoner of Sound) a single human voice tells the story of a lone character trapped in a world of manipulated sounds. The title piece is a series of technical exercises in the possibilities of musique concrète. (3/5)

Critique

Frank Koustrup, Contact!, no 11:1, 1 octobre 1997

Préludes à la vie est un disque fascinant comprenant deux recueils d’œuvres du compositeur français Michel Chion. Les deux pièces sont constituées de plusieurs petites sections.

Composé de 1972 à 1991, Le prisonnier du son est narratif, sorte de pièce radiophonique qui débute par une introduction parlée. De nombreuses parties de cette longue œuvre sont résolument “lo-fi” et même distortionnées, révélant ainsi l’âge technologique de l’œuvre. Ce n’est pas une mauvaise chose. Certains passages de mauvaise qualité évoquent efficacement la sensation d’être coincé. Même si elle est divisée en petits morceaux, la composition entière donne l’impression d’être unifiée.

Cependant, dans les 24 préludes à la vie, il y a un peu de tout. Ce sont des préludes qui mènent au prélude suivant, qui mène au suivant, qui mène à la vie à la fin du disque. La plupart de ces 24 préludes sont délicieux et parfois mystérieux. Les textures et les arrangements sont magnifiques. Mais certains passent et ne retiennent guère l’attention, comme des moments où l’on serait dans la lune. À l’exception du dernier, tous durent moins de trois minutes. J’aime particulièrement Éveil, l’ambiance sournoise de Le couple et les monstres redoutables de Danse de l’Ombre.

Les pièces brèves ont un charme inhérent, ne serait-ce que parce que si vous n’aimez pas une pièce, au moins elle ne durera pas longtemps. Mais rarement les pièces brèves développent-elles une ambiance pour ensuite se répandre. Lorsqu’elles s’enchaînent les unes aux autres comme sur le disque, l’effet d’ensemble de ces œuvres est abrupt et informe. Les compositions individuelles font alors partie d’une masse incohérente, une succession d’éruptions. Une telle mise en séquence de la musique fait penser à l’écriture d’un poème qui n’utiliserait que des mots à une syllabe, ou à l’écoute d’un athlète qui parle. Le médium, le milieu ne convient pas à ces pièces. Ces compositions seraient bien plus convaincantes, soit comme répit pour l’oreille, soit comme quelque chose qui nous éveille subitement, si elles étaient disposées entre des compositions plus longues et fluides. Ou comme le titre le suggère, ces œuvres seraient mieux utilisées comme préludes plutôt que comme succession d’unités discrètes dont les relations sont souvent pauvres. Il est difficile de retenir les pièces qui nous attirent et d’éviter celles qui ne sont pas réussies.

Néanmoins, j’aime ce disque. Michel Chion est un maître de la texture et je prend plaisir à me plonger dans ses figures subtiles et imprévisibles. J’apprécie les touches absurdes qu’il dépose tout au long de ces œuvres, les voix maniaques, les fracas déformés et soudains. Sa musique est impétueuse, sautillante et ensuite douloureusement lyrique.

Bien que la composition de ce disque ne soit pas idéale, la musique de Michel Chion abonde toujours en joyaux et laisse entendre un humour étrange, inhabituel.

Review

Jeff Filla, N D - Magazine, no 20, 1 juin 1997

The first piece, a 35-minute assemblage of sound material created over a 20-year period (1972 to 1991), has a lot of the sinister electronic flavor of his Requiem LP [now on CD]. There is a lot of French speech here, most often heard in moments otherwise silent, but always following and preceding bursts of all-too-short sound compositions. To the non-French-speaking, the first piece may be monotonously wordy. The sounds however are quite potent and remind me of the material by Pierre Henry reissued under the title Apocalypse de Jean. The remaining 42 minutes of this CD are all but wordless montage of quirky sound snippets, incorporating many moments of silence. This piece probably best suits the tastes that enjoy compilations like Électro clips and Ding Dong Deluxe.

Critique

François Tousignant, Le Devoir, 4 novembre 1995

Pour apprécier cet enregistrement, il faut être de l’une ou l’autre de deux natures; la première: les fervents de l’électroacoustique, la seconde, les amoureux de sensations fortes et nouvelles. Néanmoins, toute oreille curieuse y trouvera son compte.

Pas de complaisance dans le «beau son». Un message urgent à livrer. Cela décrit bien Le prisonnier du son. Les adolescents en raffoleront pour les effets violents, les plus âgés, pour sa construction sans compromis qui véhicule toute la tension de notre vie urbaine. C’est une musique qui n’émeut pas; elle passionne et va gratter loin dans l’âme. Pas facile.

Les 24 préludes à la vie qu’ suivent sont à écouter avec attention. Une obligation pour tous les réfractaires au genre «musique sur bande». Michel Chion renoue avec une tradition qui remonte aux recueils de Bach, Chopin et Debussy.

Du premier, l’étude quasi systématique du vocabulaire. Du deuxième, l’instantanéité de l’expression de l’émotion («Faites attention: Il ne faut jamais réveiller le son! … de crainte que le son ne se retourne contre moi»). Du troisième, l’attention à rendre dans un environnement sonore à toute la poésie du mot qui ici se veut non pas suggestive mais révélatrice d’une angoisse psychologique créatrice profonde.

On va de l’étonnement au rêve, en passant par la nausée et le repos. Une expérience foncièrement étonnante et nouvelle. Comme quoi des cendres d’un ancien ordre peut sortir une expression vivifiante et stimulante.

C’est une musique qui n’émeut pas; elle passionne et va gratter loin dans l’âme.

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 25, 1 septembre 1995

Michel Chion est un habitué de la maison, c’est son deuxième CD et pas le dernier, puisque l’étiquette québécoise aurait, parait-il, lancer une OPA sur l’intégrale de ce compositeur, théoricien, cinéaste, vidéaste… indépendant. En tout cas si le patrimoine fout le camps, ça nous permet tout de même de (re)découvrir Le prisonnier du son (1972[, 85]) composé un an avant le Requiem, on y retrouve d’ailleurs quelques petits trucs. Une sorte de pièce fantastique où l’on suit la vie d’un prisonnier du son, ce n’est pas derriere le miroir, mais derrière le HP que nous allons. On assiste à une sorte de folie liée au son comparable a celle de Karl Boehm face à l’image dans Le Voyeur de Michael Powell. Fort heureusement pour nous, il n’y a pas de crime, car nous pourrions en être la victime, et cela reste au niveau de la discussion. En tout cas, il y a déjà ici beaucoup du Chion que l’on retrouvera dans Requiem ou La Tentation de saint Antoine. Cette pièce a été retouchée en 1991 pour des questions de droits, car dans la version originale, Chion y utilisait un extrait de Visage de Berio. DJ avant l’heure!

L’autre pièce sur ce disque, Vingt-quatre préludes à la vie est un véritable manifeste de, pour, la musique concrète, en s’appuyant sur la caractéristique que Chion a toujours mise en avant, la fixation du son. On a réellement la sensation d’un rapport entre le son et son support qui devient quasiment vivant. C’est aussi différentes techniques, differentes matieres sonores, différentes sources sonores… c’est la musique concrète en 1991 avec tout l’héritage des pièces et des expériences passées. Ces 24 préludes sont aussi un hommage à Schaeffer par leur côté étude (sans jamais tomber dans le démonstratif) que ce dernier avait toujours exigé.

Alors oui, c’est vrai, Pierre Schaeffer est mort… mais Michel Chion vient de sortir un nouveau disque et c’est ça l’important.

”Nous sommes vivants et la musique nous l’a dit”.

DJ avant l’heure!