Les dérives du signe Francis Dhomont

  • Ina-GRM • BVHAAST
  • Conseil des arts du Canada

Diapason 4

Cet article est aussi inclus dans le coffret Mouvances~Métaphores (IMED 9107/08).

Contrasts drawn in sonic quicksand. Amazon, ÉU

… evokes in a highly poetic way the idea of departure… Computer Music Journal, ÉU

Musique acousmatique utilisée dans la bande sonore du film Eldorado (35mm, 104 minutes, 1995) de Charles Binamé; produit par Cité-Amérique.

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Les dérives du signe

[The Drift of the Sign]

Francis Dhomont

Notes de programme

L’acousmattitude de Francis Dhomont

Ce qui est immédiatement sympathique, et fort heureux, chez Francis Dhomont, c’est que trompant son apparence il n’a rien d’un Vicomte Pourfendu, ce héros divisé d’Italo Calvino dont l’une moitié malheureuse et l’autre bienveillante semaient sur leur route dégâts mêlés de consolations. Si l’histoire finit bien — les deux moitiés se ressoudant merveilleusement à l’issue d’un duel où les demi-vicomtes n’en reformeront plus qu’un seul harmonisé — et si cette fable me revient ici, c’est bien parce qu’il se trouve chez le compositeur de musique d’aujourd’hui une forte tendance à cette division, à laquelle certains n’échappent pas, soit par coquetterie perverse — médisant et vitupérant contre l’art contemporain tout en s’y situant par ailleurs — soit encore par prosélytisme naïf — démolissant leur travail par un écart irrémédiable entre l’ambition du discours et le résultat esthétique.

Mais pour Francis Dhomont ce qui arrive sort de cet ordinaire. Nous avons avec lui l’union doublement intéressante d’un compositeur à l’œuvre régulière et toujours de belle qualité, variée et toujours dans l’unité de style, colorée et toujours d’un grande cohérence. Et puis comme en plus, voici un professeur fécond en bons élèves, dévoué à l’écoute des autres, et réfléchissant sur leurs discours, animateur constant et analyste continuel des théories et modalités d’un art encore expérimental, qui autorise par conséquent tout autant l’expérience musicale dont l’auteur est riche, qu’il ne sollicite l’expérience humaine dont il sait faire preuve.

Alors peut-être que chaque moitié ne pouvant se concevoir sans l’autre, chacune donnant du matériau à l’autre, peut-on ainsi s’expliquer ce cas remarquablement équilibré d’acousmattitude…

François Bayle, Paris (France) [vi-91]

Acousmatique, qu’est–ce à dire?

Le mot acousmatique revient souvent dans les textes qu’on peut lire ici. Mais que veut-il dire?

Ce terme est attribué à Pythagore (VIe siècle avant JC) qui dispensait, dit-on, son enseignement — uniquement orale — dissimulé derrière une tenture afin que ses disciples ne soient pas distraits par sa présence physique et puissent concentrer leur attention sur le seul contenu de son message.

Plus près de nous, au début du siècle, on trouve encore dans Le Larousse pour tous en deux volumes:

Acousmate
n. m. (du grec Akousma, ce qu’on entend). Bruit imaginaire ou dont on ne voit pas les causes, l’auteur.

Mais en 1955 l’écrivain et poète Jérôme Peignot, lors des débuts de la musique concrète, reprend l’adjectif acousmatique qui qualifie ‘un son que l’on entend sans en déceler les causes’ pour désigner «cette distance qui sépare les sons de leur origine» en occultant derrière l’impassibilité des haut-parleurs tout élément visuel auquel les rattacher. En 1966, Pierre Schaeffer songe un instant à intituler son Traité des objets musicaux, «Traité d’acousmatique». Enfin, vers 1974, pour marquer la différence et éviter toute confusion avec les musiques électroacoustiques de scène ou d’instruments transformés (ondes Martenot, guitares électriques, synthétiseurs, systèmes audionumériques en temps réel…), François Bayle introduit l’expression musique acousmatique comme spécifique d’une musique ou d’un art des sons projetés qui «se tourne, se développe en studio, se projette en salle, comme le cinéma».

Car il est vrai que depuis une vingtaine d’années, sous le vocable électroacoustique, prolifèrent d’innombrables productions sonores sans grand rapport les unes avec les autres hormis leur commun recours à l’électricité. Il était donc important d’affirmer, par une précision terminologique, des choix esthétiques, une réflexion et un langage. C’est dans cet esprit qu’ont également lieu depuis 1989 des Rencontres acousmatiques de compositeurs dans le sud de la France.

Ainsi la musique — ou mieux: l’Art acousmatique (Denis Dufour) — est-il dès l’origine conçu pour être entendu sans interventions visuelles. Il ne met en scène aucun instrumentiste, à l’exception parfois de celui qui projette l’œuvre lors d’une exécution publique afin de tirer le meilleur parti d’un espace donné. Il organise des morphologies et des spectres sonores, des «images de sons» (François Bayle), dont les sources peuvent être multiples mais que l’absence d’identification visuelle rend anonymes, unifie et incite à écouter plus attentivement (s’imagine-t-on que c’est pur hasard si l’ouïe des aveugles est réputée pour sa finesse?).

Il obéit à des mécanismes qui lui sont propres mais qui, en raison de leur nouveauté même, exigent cohérence et intuition. C’est une causa mentale. Enfin, il fixe sur un support (bande magnétique, disquette informatique ou autres), avec précision et sans risques d’à-peu-près, les nuances les plus ténues minutieusement choisies par le compositeur: ce qu’on entend ne ressemble pas à ce qu’il a voulu, c’est ce qu’il a voulu. Ce dernier point est fort bien argumenté par Michel Chion dans un livre récent, L’art des sons fixés, ou la musique concrètement.

En ce sens, soulignons une évidence dont on ne semble pas souvent mesurer la portée. Si la musique est toujours restée étroitement associée à la notion de reproduction par des interprètes, contrairement à beaucoup d’autres arts inscrits une fois pour toutes sur un support (peinture, littérature, cinéma, vidéo…), c’est par impossibilité de faire autrement et non par choix. Jamais en effet, jusqu’à nos jours, l’homme n’avait pu capter, conserver, reproduire une image fidèle des phénomènes sonores. Il fallait donc bien tenter de retrouver, à partir de notations symboliques plus ou moins précises, la pensée des compositeurs. Ceci a donné naissance à une pratique quasi universelle dont nous n’avons aucune raison de nous plaindre ni de nous lasser.

Cependant cette situation n’est ni une fatalité ni une loi, puisqu’aujourd’hui nous savons fixer le son comme nous fixons l’image visuelle ou le texte. Faire croire le contraire n’est fondé que sur la force de l’habitude et sur le fétichisme largement médiatisé de l’interprète.

L’acousmatique, art d’un siècle qui permet au son d’échapper à la disparition, est un art nouveau et autonome qui trouve probablement avec le disque compact — véritable livre sonore — l’un de ses plus convaincants véhicules. Les sept pièces réunies ici appartiennent toutes à cette réalité, jeune encore mais déjà engagée dans le prochain millénaire.

Francis Dhomont, Saint-Rémy-de-Provence (France), juillet-septembre 1991 [ix-91]

Itinéraires: Septième

[Ce texte accompagnait l’édition de 1991]

Comme auparavant déjà, je voulais offrir un document le plus intéressant, précis et complet possible. Le plus beau, aussi.

Comme avant, on y retrouve photos, texte d’introduction d’un observateur privilégié, et présentation et notices explicatives du compositeur sur ses œuvres.

Comme d’habitude, c’est en français, et en anglais.

Mais, ici, c’est n’est pas tout à fait comme avec les autres. C’est un peu différent, c’est un peu plus. C’est pour Francis Dhomont: pour souligner un 65e anniversaire difficile à croire; pour soupeser une action plurielle dont les rebonds lient générations, passions, créations, dont les répercussions déplacent les sons, les gens, et même les continents; pour faire résonner l’œuvre-phare.

Alors on trace sa trajectoire, ses parcours; on le place en perspectives. Pour mieux saisir, mieux connaître. On écoute et réécoute les œuvres, les dynamise, les éclate.

On… la complicité magique de Robert Normandeau, la curiosité de François Guérin avec la générosité de Laurie Radford et de Claude Schryer.

On, aussi… l’enthousiasme de Konrad Boehmer de BVHAAST et de François Bayle de l’Ina-GRM, l’appui du Conseil des arts du Canada (CAC).

Je, Jean-François Denis, Montréal [xi-91]

Mouvances~Métaphores: 2. Les dérives du signe

Les dérives du signe

La mouvance est ici celle des sables. On croit tenir l’image mais elle fuit entre les doigts ou se laisse recouvrir, engloutie par une image nouvelle qui se referme sur elle.

Ubiquité et ambiguïté des signes qui nous renseignent et nous égarent.

Ces quatre pièces jouent sur le détournement. Détournement du discours musical dans Novars, des sources sonores dans Chiaroscuro, d’une perception sensorielle (synesthésie) dans Météores, de la nature dans Signé Dionysos.

Sous le titre Mouvances~Métaphores sept œuvres reliées par une même thématique, celle du mouvement; qu’il s’agisse des déplacements virtuels du son dans l’espace géométrique ou des transferts métaphoriques du sens dans les lieux de l’imaginaire.

Francis Dhomont [xi-91]

Quelques articles recommandés