Lieux inouïs Robert Normandeau

  • Conseil des arts du Canada

… there is not a single uninteresting moment on this disc, which is absolutely captivating from start to end. Amazon, ÉU

… fantastic cinematic experimentalism. Earwaves, ÉU

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Lieux inouïs

Robert Normandeau

Notes de programme

Lieux inouïs

C’est La Rochefoucault qui disait que certaines personnes n’auraient jamais connu l’amour si elles n’en avaient entendu parler. Pour le paraphraser, certains paysages intérieurs, certaines colorations de pensées, certains états et manifestations de l’âme demeureraient lettre morte, si l’électroacoustique n’avait pas surgi de nulle part, inattendue et inévitable.

Lorsque le temps d’écrire l’histoire de la musique de notre sciècle sera venu, et que les querelles d’écriture stériles auront cessé faute de combattants, l’apparition de cette région de l’univers musical prendra à l’évidence la part qui lui revient. Mais, à ce jour, où en est cette langue nouvelle? Pour être langue justement, il faut des mots, une syntaxe, une grammaire; le superbe et l’atroce en électro, c’est que chaque création doit reprendre le vocabulaire de base à son compte, sinon, elle risque, sans le vouloir, le plagiat. Et là, il n’est pas encore question de réthorique ou de style! Chaque explorateur de la forêt acoustique devra donc marquer ses traces comme le Petit Poucet et, tout en ménageant l’émerveillement, guider son auditeur vers sa découverte.

C’est là où Normandeau se situe. Jamais il n’entraîne dans un labyrinthe prétentieux dont il n’a pas lui-même balisé et reconnu les corridors. La notion d’‘agréable’, si souvent absente des cinquante dernières années, revient en force chez lui sans céder à la facilité et surtout, Normandeau ne triche pas: il ne joue pas le langage à dire autre chose que ce qu’il y entend. De plus, et cela est une grande qualité aujourd’hui, en écoutant ses pièces vous reconnaîtrez bien certains contours, sans qu’il ne s’agisse de la même œuvre sous différents déguisements.

En un mot comme en cent, bon voyage!

Georges Nicholson, Montréal [ii-90]

Lieux inouïs, le disque

Comme un lieu qui n’aurait pas été entendu avant par aucun homme, comme un territoire vierge qui n’aurait pas encore été décodé par l’audition humaine, comme un paysage sonore absolument inouï. Il est certes de bonne guerre de penser à nous comme à des explorateurs comme s’il s’agissait là d’une nécessité impérieuse, d’une tâche incontournable dont nous ne pourrions pas démériter. Mais cela ne doit pas nous occulter l’essentiel qui réside encore, tout de même, dans l’idée de communiquer quelque chose, d’être des passeurs de sens et de sons.

Mais qui communique quoi et avec qui? Sérieux dilemme dont les plus aguerris des penseurs n’ont pas encore terminé d’en extraire la substantifique moelle. Car enfin, n’est-ce pas dans cette notion d’inouï que réside, jusqu’à un certain point tout au moins, l’intérêt même de ce nouvel art sonore qu’est l’acousmatique? Mais qu’est-ce qui est si inouï que d’aucuns peuvent prétendre en détenir la clef ou, à tout le moins, le mot de passe? L’inouï réside probablement moins dans l’inédit, ce qui est à la portée de toutes les bourses aujourd’hui, que dans la libération des espaces intérieurs. Autrement dit, ce n’est pas tant le son lui-même qui m’intéresse, puisque dans sa matérialité il se manifeste de plus en plus facilement et de plus en plus fréquemment et qu’à ce titre, s’y intéresser à l’exclusion du reste, me paraît d’une affreuse banalité, mais dans ce que sa rencontre avec soi a de plus significatif sur le plan du rituel. Quel est donc cet étrange sentiment qui s’élève en moi lorsque j’écoute telle œuvre de Bayle, de Calon, de Dhomont ou de Parmegiani? Qu’il me suffise d’en dire simplement ceci, qu’elles m’aident à vivre en ce qu’elles me font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant moi comme des lieux de recueillement et de méditation.

Qu’est-ce donc à dire à propos de mon propre travail? Aurais-je l’outrecuidance de prétendre posséder les clefs du jardin inouï alors que tant s’y essaient et y échouent? Certes non, je ne vais pas jusque là, mais puisqu’il faut bien en dire quelque chose, ce n’est probablement que dans la volonté de ne pas ajouter de bruit au bavardage général qu’on pourra voir dans mon intention une certaine noblesse. En effet, les œuvres présentées ici, à une exception près — La chambre blanche demeure encore inédite au disque — sont les seules que je destine encore à la place publique après plus de dix ans de pratique assidue. Nous vous les offrons avec humilité mais aussi avec plaisir, et le nous ici est vraiment pluriel puisque sans la généreuse folie de Jean-François Denis et de Claude Schryer qui ont décidé, envers et contre tous, de se lancer dans cette aventure, ce disque n’aurait probablement pas vu le jour avant longtemps.

Robert Normandeau, Montréal [ii-90]

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Steve Benner, Amazon, 15 août 2000
    … there is not a single uninteresting moment on this disc, which is absolutely captivating from start to end.
  • Dwight Loop, Earwaves, 31 décembre 1999
    … fantastic cinematic experimentalism.
  • Irving Bellemead, Splendid E-Zine, 8 novembre 1999
    Normandeau has a very good ear for finding interesting sounds and […] how to combine them effectively…
  • Henry Schneider, Henry Schneider, 1 juillet 1999
    … a good introduction to the genre.
  • Dominique Olivier, Voir, 3 décembre 1998
    La perfection technique et la «musicalité» intrinsèque de ses œuvres le placent d’emblée parmi les plus grands…
  • François Tousignant, Le Devoir, 29 novembre 1998
  • Clément Trudel, Le Devoir, 26 octobre 1998
    L’étiquette empreintes DIGITALes lance trois disques…
  • Tom Schulte, Outsight, 1 octobre 1998
  • Concept, no 17, 1 octobre 1993
  • Marc Bourreau, Crystal Infos, 1 septembre 1992
    … une musique ambitieuse qui reste abordable, une musique à la fois recherchée et riche en émotion.
  • Bill Tilland, Sound Choice, no 17, 1 mars 1992
    … fascinating and resonate with an internal emotional force, tapping into the mysterious mental territory…
  • Francis Dhomont, Circuit, no 3:1, 1 mars 1992
    Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.
  • Music Today Quarterly, no 14, 1 septembre 1991
  • Miguel Santos, Blitz, 2 avril 1991
  • Ios Smolders, Vital, no 19, 1 avril 1991
    … listening to Lieux inouïs is a very rewarding effort.
  • Kevin Austin, Computer Music Journal, no 15:1, 1 mars 1991
    … these works are journeys through — or the articulations of — inner, outer, hidden, or even unheard-of places or spaces.
  • Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no 112, 28 février 1991
  • Alan Freeman, Audion, no 16, 1 octobre 1990
    … a great ever-developing sound-pool.
  • Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 7, 1 septembre 1990
    … la musique de Normandeau est très profonde…
  • Mark Vail, Keyboard, no 16:9, 1 septembre 1990
  • Julia Loktev, Option, no 34, 1 septembre 1990
    … exquisitely spatially mixed and ideal for headphone listening.
  • R Seth Friedman, Factsheet Five, no 37, 1 août 1990
  • Philippe Tétreau, MTL, 1 juillet 1990
    Normandeau manipule l’électroacoustique avec une assurance spectaculaire.
  • Robert Everett-Green, The Globe and Mail, 18 juin 1990
    His travelogue of the hyper-real holds together through the most theatrical storms of musique concrète.
  • Steeve Laprise, Qui fait quoi, no 74, 15 juin 1990
  • Arthur Kaptainis, The Gazette, 12 mai 1990
  • Félix Légaré, Voir, 12 avril 1990
  • Carol Bergeron, Le Devoir, 7 avril 1990
    Le langage est celui d’un magicien des sons.
  • Alain Brunet, La Presse, 1 avril 1990
    … les plus beaux moments de cette musique sont ceux où le présent experimental se lie avec le passé classique…
  • Alain Brunet, La Presse, 25 mars 1990
    … le compositeur Robert Normandeau lance son premier disque sur étiquette empreintes DIGITALes…
  • L’attention, no 3:5, 1 mars 1990

Exquisite acousmatica

Steve Benner, Amazon, 15 août 2000

This 1990 release from DIFFUSION i MéDIA (on the empreintes DIGITALes label) represents the first disc entirely devoted to the works of Canadian acousmatic composer Robert Normandeau. The five works presented here span Normandeau’s output from 1985 thru 1989 and represent, in the composer’s own words “[virtually] the only [works] I have chosen to present publicly after more than ten years of full-time work.” That statement attests more to Normandeau’s humility and modesty, than to any shortcomings he may have as a composer.

Indeed, there is not a single uninteresting moment on this disc, which is absolutely captivating from start to end.

Its title, Lieux inouïs, (“Unheard-of Places”) is a reference to the unique aural landscape that Normandeau’s pieces inhabit and the surreal imagery they evoke. He calls his particular approach to acousmatic ‘Cinema for the Ears’ and so it is no surprise that the works on this disc — derived entirely from computer-processed real-world sounds — are constantly conjuring up dramatic moments in the mind’s eye of the listener. And the composer handles it all with such consummate mastery. Who else but Normandeau could so seamlessly join massed choirs singing Pérotin’s Viderunt Omnes with the sounds of pneumatic drills; or mix the chatter of children playing with the clatter of railroad trucks?

For ears unaccustomed to this genre, probably the most easily approached work is the 12-minute acousmatic masterpiece Rumeurs (Place de Ransbeck) (1987). This work constantly oscillates “between pure sound and meaning, without ever resolving to one or the other,” thus providing endless suggestions and hints but no solid facts (rumours, in fact!) of life around the Place de Ransbeck (home of Annette Vande Gorne’s studio Métamorphoses d’Orphée, where the piece was produced).

The slightly longer Matrechka (1986) is a more abstracted work, with its complex sound-world (of largely undiscernible origin) unfolding by degrees, each of its sections revealing another within it, like the nest of Russian dolls of its title. The 15-minute Mémoires vives (“Vivid memories,” 1989) provides another mostly abstracted vision, this time of the composer’s musical heritage, evoked by the reworking of (recordings of) fragments from other composers’ music for the Requiem Mass. The sparkling 24-minute work Jeu (“Play,” or “Game,” 1989) that opens the disc is ample testimony to Normandeau’s ability to exploit the inherent punning (i.e. ‘play on words’) connotations that his source material offers. Finally, Le cap de la tourmente (1985), which closes the disc, is a dark and brooding 7-minute ‘movement’ from the much longer Musique holographique, which accompanied an exhibit of sculptures with holograms (holosculptures) by Georges Dyens.

… there is not a single uninteresting moment on this disc, which is absolutely captivating from start to end.

Review

Dwight Loop, Earwaves, 31 décembre 1999

Remixed and remastered this classic of electroacoustic music is fantastic cinematic experimentalism.

… fantastic cinematic experimentalism.

Review

Irving Bellemead, Splendid E-Zine, 8 novembre 1999

Last week George Zahora reviewed a CD of Normandeau’s recent compositions. This week we take a peek into his past with Lieux inouïs (Unheard-of places), a CD of five electronic works from the mid-to-late 1980s. Much of Normandeau’s music falls into the “acousmatic” genre. Roughly, acousmatic music is electronic music that seperates sounds from their sources, and often exploits sounds for their inherently interesting qualities rather than any symbolic or narrative meaning they might have. In Normandeau’s sound-world this means that we’re treated to a wide range of sounds, from processed choirs to chugging trains to bleep-bloop electronics to slamming doors and bouncing balls.

Rumeurs (Place de Ransbeck) (Rumors) is a light, fluid piece that plays with organic sounds that are just on the edge of recognizability. Matrechka is full of darker and more electronic sounds, which are constantly evolving. Mémoires vives takes existing requiems (from Ockeghem, Gilles, Berlioz, Mozart, etc.) as its starting point, and subtly weaves them into an ethereal, mysterious new requiem. Jeu (game or play) explores some of the many uses of the French word Jeu. It’s similar to Rumeurs (Place de Ransbeck) in that it’s a mix of many recorded sounds presented in such a way that you’re never quite sure what you’re listening to. The final piece, Le cap de la tourmente is again darkly electronic — I imagine it as the sound of someone pounding slowly on a huge electronic metal barrel. Normandeau has a very good ear for finding interesting sounds and then figuring out how to combine them effectively, and the compositions on this CD never get bogged down in the electro-murkiness or loooooooooooooooooong time scales that sometimes turn people off to this sort of electronic music. It’s a fine disc “pour le novice ou l’expert.”

Normandeau has a very good ear for finding interesting sounds and […] how to combine them effectively…

Review

Henry Schneider, Henry Schneider, 1 juillet 1999

Lieux inouïs is a digitally remixed reissue of Normandeau’s 1990 debut release. Normandeau is one of Canada’s premiere electroacoustic composers and Lieux inouïs is a collection of five compositions recorded between 1985 and 1989. The order on the disc is from newest to oldest. The opening composition Jeu is 24 minutes of sonic cinema based on different uses of “jeu,” French for game or play. This is a playful piece utilizing somewhat realistic and often unrecognizable sounds that metamorphose every one to two minutes. Jeu has a distinct Stockhausenian feel with its use of multi-layered sounds. In fact excerpts of Stockhausen’s Hymnen appear along with children at play, jazz music, crashing chairs, jack hammers, etc. The next composition, Mémoires vives, is Normandeau’s study of a requiem. Etheral choirs accelerate and spin in and out of hearing alternating with electronics and sampled acoustic instruments. This is an interesting piece that can at times sound coldly sterile and then warmly engaging. Stepping back now to 1987, the third composition is Rumeurs (Place de Ransbeck), an electroacoustic piece best thought of as an acoustic analogy of a rumor. Again, a collage of elusive sounds that scurry away as you try to study and identify them. It does have some similarities to Pink Floyd’s Several Small Species… The fourth composition is Matrechka. Just like the nested Russian dolls, Matrechka is a series of musical unveilings revealing smaller and more interesting “dolls.” The disc closes with the oldest and shortest composition Le cap de la tourmente. This is a piece of drones that cycically sweep across the sonic space alternating appearances and disappearances of the sculptures is was composed to accompany. Lieux inouïs is a diverse collection of fairly accessible electroacoustic music and is a good introduction to the genre.

… a good introduction to the genre.

Notes magiques

Dominique Olivier, Voir, 3 décembre 1998

L’art acousmatique trouve en Robert Normandeau, l’un de ses représentants les plus admirables. La perfection technique et la «musicalité» intrinsèque de ses œuvres le placent d’emblée parmi les plus grands, ce qui n’a cessé de se confirmer ces dernières années. Les plus grands prix internationaux couronnent son travail minutieux, presque maniaque. À preuve, cette version «remixée» de Lieux inouïs, un disque paru en 1990. L’art de Normandeau y est accompli, nous ouvrant la porte sur des mondes inconnus, entièrement issus de l’imaginaire du compositeur. Un voyage.

AVIS: Le texte reproduit ici est extrait du site de Voir et est protégé par la Loi sur le droit d’auteur du Canada. © Communications Voir Inc, 1998

La perfection technique et la «musicalité» intrinsèque de ses œuvres le placent d’emblée parmi les plus grands…

L’espace et les sons

François Tousignant, Le Devoir, 29 novembre 1998

Reprenant en ses propres mots le «qui dit quoi à qui» du Groupe de recherches musicales (GRM), Robert Normandeau publie des œuvres de jeunesse, celles qu’il avoue juger toujours assez bonnes et représentatives de son travail pour continuer de vivre sur la place publique. Dans le monde de l’électroacoustique, trop souvent aveuglement tourné vers la nouveauté technologique, il est bon de se retrouver en face d’une musique qui, même si parfois datée techniquement, n’en garde pas moins une valeur intrinsèque importante: celle du désir—et du potentiel surtout—de communication.

Les lieux dont il est question ici sont les lieux non explorés de l’oreille, ces endroits que l’imagination poétique de Normandeau suscite, tente de créer, levant un voile sur un univers de sens que le dialogue avec sa musique voudrait provoquer. La question de la perception réside alors plus dans «qu’est-ce que je, auditeur, veux prendre avec moi pour en faire quelque chose et partager cette découverte avec le compositeur qui m’en a ouvert le chemin? À quel carrefour nous rencontrerons-nous?».

Cela semble ardu? Pas vraiment. On entend dire souvent de la musique «moderne» qu’on n’y comprend rien. À bien y penser, au fait, que comprend-on d’une symphonie de Haydn? En appliquant les mêmes stratégies perceptives aux deux répertoires on obtient des réponses souvent identiques même si le plus nouvel objet parait plus irréductible à l’analyse usuelle, ou que sa non-familiarité — donc sa non-conformité à un code culturel établi et accepté — nous le rend moins sympathique.

C’est uniquement question de préjugé que la musique de Normandeau, après quinze minutes d’écoute attentive, va rapidement réduire en miettes. Cela ne veut pas dire qu’il faille tout aimer. La poésie séductrice de bien des trames sonores ici présentées va convaincre bien des récalcitrants tout en laissant bien des adeptes froids.

C’est que Normandeau s’applique délicatement, tout au long des œuvres, à trouver la cohérence psychologique du tissu acousmatique, ne jouant jamais le jeu de l’agression per se, préférant aller plus loin dans les sombres ombres du sens en devenir. Mémoires vives en est le plus bel exemple a mon avis.

Je n’ai qu’un seul regret: cette musique si vibrante en salle avec l’orchestre de haut-parleurs perd un peu de perspective, ainsi réduite aux deux canaux de notre limitative stéréophonie domestique. Je préfère ce regret au silence.

Un cinéma pour l’oreille

Clément Trudel, Le Devoir, 26 octobre 1998

Dans ce qui pourra se révéler un «cinéma pour l’oreille», le théâtre La Chapelle propose, du 28 octobre au 1er novembre, une immersion dans la musique concrète ou «acousmatique». Cinq jours d’électro pour souligner les 50 ans d’une musique inventée par le Français Pierre Schaeffer.

Parmi les compositeurs de musique concrète, l’un des plus prolifiques est François Bayle qui dirigea à Paris, durant 30 ans, l’Ina-GRM ou Groupe de recherches musicales de l’ORTF. Ces journées organisées par Réseaux font la part du lion à Bayle que certains qualifient de «légende vivante». Le samedi 31, les concerts de 19h et de 21h (Rétrospective no 1 et Rétrospective no 2) portent entièrement sur des œuvres de Bayle. Ces concerts sont repris le dimanche (1 novembre) aux mêmes heures. François Bayle s’entretient dimanche (14h) avec de jeunes compositeurs.

Un catalogue abrégé de ses œuvres présenté par la revue d’esthétique musicale LIEN (printemps 1994) contient une cinquantaine de titres. Sous la direction de Michel Chion, LIEN a recueilli une vingtaine de témoignages de musiciens et de compositeurs sur Bayle, auteur de plusieurs ouvrages théoriques. Certains ont découvert l’électroascoustique au contact d’œuvres comme L’Oiseau chanteur ou Espaces inhabitables de Bayle, dont l’un des disques porte le titre Motion-Émotion.

Cet événement Rien à voir (4) accueille trois autres compositeurs: le Montréalais Stéphane Roy (mercredi 28); le Suédois Erik Michael Karlsson qui offre (jeudi 29) ses propres compositions (19h) suivies à 21h, d’une Carte blanche. Venu d’Allemagne, le compositeur Ludger Brümmer, qui a remporté en 1993 le prix Ars Electronica d’Autriche, offrira deux concerts le 30 octobre.

L’étiquette empreintes DIGITALes lancera (28 octobre) trois disques: Musiques naïves (Yves Daoust), Alibi (Jacques Tremblay) et Lieux inouïs (Robert Normandeau).

L’étiquette empreintes DIGITALes lance trois disques…

Review

Tom Schulte, Outsight, 1 octobre 1998

Normandeau [(Lieux inouïs)] deftly translates the listener seamlessly from one tableau to another; a children’s playground in an echo chamber morphs into what could be the sounds accompanying a ‘close encounter of the third kind’ into then a call-and-answer of clanging pipes near and far. With headphones, these 1985-1989 recordings become a hermetically sealed world bizarre and unique, begging exploration and return visits. (Normandeau: 4/5)

Critique

Concept, no 17, 1 octobre 1993

Une chose est sûre, les inconditionnels du «repère», du petit rythrme, de la structure rassurante, seront deboussoleés et refuseront cette œuvre avec violence, cette plongee acousrmatique dans I’inconnu…

Des le premier titre, Jeu, le decallage est brutal. Comme placé dans un ascenceur qui s’ouvrirait à différents étages sur de nouveaux mondes, nous découvrons par sections des plages électroacoustiques relevant d’un état psychique particulier laissant toujours l’imaginaire et la surprise mener cette recherche aux aspects automatiques.

Sans cesse la composition se dépouille d’artifices sonores, sombre plus profondément dans le minimalisme jusqu’à explorer par des voix detournées un son, une onde de synthèse, un bruit d’habitude quasi-imperceptible mais ici hyper-amplifié.

L’écoute du troisième morceau: Rumeurs (Place de Ransbeck) nous propulse hors du terme musique, tel qu’il est vulgairenent préjugé. Nous sommes dans un univers de micro-bruitages qui paraissent parfois quotidiens mais pourtant jamais totalement identifiables.

Impossible de fredonner cette musique en se proaenant ou de se remémorer la place exacte de ces plages sonores, nous ne pouvons que garder une vague impression de la sonorité entendue: une sorte d’iamge mentale auditive ou l’émotion doit sans doute résulter d’une satisfaction inconsciente qui peut nous pousser jusqu’au plaisir de garder sous la forme d’onoamatopées ces extravagances.

Alors procurez-vous cette œuvre et decouvrez une nouvelle dimension en mettant le casque Lieux inouis… Virtuel…

Présentation d’empreintes DIGITALes

Marc Bourreau, Crystal Infos, 1 septembre 1992

Compositeur québécois lauréat de plusieurs concours internationaux (Bourges en 1986 et 1988, Phonurgia Nova en 1986 et 1987 et Luigi Russolo en 1989), Robert Normandeau se consacre essentiellement à la composition acousmatique mais a aussi collaboré avec des artistes venant d’univers différents, comme l’holosculpture ou la danse.

Le disque Lieux inouïs présente son itinéraire musical entre 1985 et 1989, au travers de cinq œuvres qui, explique-t-il, sont les “seules” qu’il «destine encore à la place publique aprés plus de dix ans de pratique assidue», cinq œuvres qui posent les bases d’un nouveau «cinéma pour l’oreille».

La musique de Robert Normandeau est une musique du voyage, vagabonde, qui prend sa source dans la mémoire et le quotidien. Des bruits de la vie de tous les jours (trains de passage, cloches, marteau piqueur, portes) se mêlent à des trames synthétiques et emportent l’auditeur loin, très loin, vers de nouveaux paysages sonores, émouvants et dramatiques, des architectures sonores “absolument inouïes”, vers des lieux «qui n’auraient pas été entendus avant par aucun homme», des «territoires vierges qui n’auraient pas encore été décodés par l’audition humaine». On rêve, on plane, on pense parfois à Brian Eno et d’autres (pour une pièce très atmosphérique comme Le cap de la tourmente) et on se laisse emporter par des flots sonores impressionnants qui jouent avec notre imagination. Des chœurs surgissent, souvenirs de requiems, des portes se ferment, un chaos s’installe puis laisse sa place au silence et l’esprit vagabonde…

Robert Normandeau a réussi à écrire une musique ambitieuse qui reste abordable, une musique à la fois recherchée et riche en émotion. L’ensemble constitue un peu un intermédiaire entre certaines musiques électroniques bruitistes et des œuvres plus austères. Un voyage étonnant, multi-sonore et dramatique, un voyage coruscant qui nous emporte très loin en nous mêmes. J’ai personnellement beaucoup aimé.

… une musique ambitieuse qui reste abordable, une musique à la fois recherchée et riche en émotion.

Review

Bill Tilland, Sound Choice, no 17, 1 mars 1992

Normandeau’s work, represented on this CD by five substantial pieces, has a strong affinity with the work of the French electronic music group GRM, wich includes major experimental sound artists such as Parmegiani, Reibel and Bayle. Normandeau’s general æsthetic falls into the category of musique concrète; all sounds — human, natural and electronic — are potential compositional material. Normandeau’s music makes no concessions to popular tastes. It has no regular rythm or melody as such, only textures and more or less recognizable patterns. Mémoires vives, wich samples and maniupulates fragments of traditional Christian requiems, is the most “musical” of the group, and Rumeurs (Place de Ransbeck), wich utilizes the natural sounds of closing doors and dogs barking, is perhaps the least. All the selections require close attention and a reflective listening atmoisphere. Normandeau’s compositions are fascinating and resonate with an internal emotional force, tapping into the mysterious mental territory where sounds hover on the edge of meaning.

… fascinating and resonate with an internal emotional force, tapping into the mysterious mental territory…

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no 3:1, 1 mars 1992

Robert Normandeau: Lieux inouïs: Jeu, Mémoires vives, Rumeurs (Place de Ransbeck), Matrechka, Le cap de la tourmente.

Ce deuxième disque est consacré à un autre acousmate convaincu et convaincant qui a le bon goût de revendiquer son choix et dont le talent ne cesse de s’affirmer. Chez Robert Normandeau, le souci de la syntaxe est évident en dépit — ou peut-être à cause — de la complexité de son vocabulaire. Je pense notomment à Jeu et à Rumeurs (Place de Ransbeck) (ainsi qu’à La chambre blanche, absente sur le disque) qui articulent avec virtuosité, selon une dialectique permanence/variation, un abondant corpus sonore d’éléments contrastés ou récurrents qui renouvellent sans cesse le discours tout en lui conservant une solide cohérence. Mémoires vives, comme La Disparition de Calon, puise dans le réservoir des musiques du passé la plupart de ses éléments constitutifs. Elle est ainsi plus accessible, étant plus re-connaissable mais ce n’est peut-être pas une bonne raison. Néanmoins ne boudons pas notre plaisir, le son y est d’une telle qualité et le lyrismé si persuasif qu’on aurait tort de chipoter. Matrechka et Le cap de la tourmente appartiennent à une première manière, moins maîtrisée mais généreuse (dont on retrouve des traces dans Mémoires vives), très révélatrice d’une personnalité qui refuse de rester unidimensionnelle. Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.

Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.

Review

Music Today Quarterly, no 14, 1 septembre 1991

Uma fuga mais ou menos temperada

Miguel Santos, Blitz, 2 avril 1991

A arte do compositor electroacústico Robert Normandeau é aquela do «cinema para os ouvidos». Exemplo disso é o seu compacto Lieux inouïs. Como um lugar nunca antes imaginado, como uma paisagem nunca ouvida, este disco è um convite aberto à exploração e à descoberta da beleza e do mistèrio da magia do som. A colagem de sons è imperceptivel na maior parte dos casos e a sua fonte è impossivel de identificar.

Review

Ios Smolders, Vital, no 19, 1 avril 1991

Normandeau’s compositions are for the largest part acousmatic. Acousmatic is a term that comes from the Pythagorean brotherhood, who had to listen to lectures delivered from behind a curtain. In an acousmatic musical composition the apprehension of sound has no relation to its source. I don’t really know what Mr. Normandeau’s exact interpretation of this is, as it is very difficult for a listener ‘not’ to perceive the sources of the sounds in his music.

But, that put aside, listening to Lieux inouïs (Unheard-of Places) is a very rewarding effort. The music is bound thematically (e.g. Jeu is a travel along all aspects of game and play) and musically left much more free, although there is a strong stuctural set-up. In contrary to lots of electroacoustic works wich constantly make the listener aware of the fact that he/she is listening to something very technical Normandeau’s pieces develop quite naturally. Following the acousmatic character, the music sounds like a sonic film.

… listening to Lieux inouïs is a very rewarding effort.

Review

Kevin Austin, Computer Music Journal, no 15:1, 1 mars 1991

Robert Normandeau was born in Québec in 1955, studied composition and electroacoustics at Université Laval and Université de Montréal, and is currently finishing his PhD with Francis Dhomont and Marcelle Deschênes. He too has many awards to his credit — he has won competitions such as Bourges 1986, 1988; Phonurgia-Nova 1986, 1987; and Luigi Russolo 1989 — and has held various residencies. He notes that work with artists in other disciplines, visual performance and cinema, are very important to him. Of particular note is Normandeau’s expert recording and processing technique. There is often a hyper-reality to his recorded sounds that produces a tactile sensuality, often glossed in a field of reverberation.

Jeu (1989) (“Game” / “Play”) is based on different uses of the word game/play in both literal and metaphorical senses. The play is subtle, refined, hinting at profundity and always sensually intriguing. Sound objects from renaissance choral music to a fragment of Stockhausen’s Hymnen dance before the ear in ways obscure, titillating, and evocative. The clear is made meaningful, the significant appears disguised in the commonplace. But it is only a game, isn’t it?

Mémoires vives (1989) is a “fascination with requiems.” It is also a refined study in sampler, collage, and reverberation techniques. Source materials are exclusively from requiems from the Gregorian Mass of the Dead to the present, transformed and used in time slices of a few milliseconds to almost a second. Reverberation ranges from none to immense in duration, and from small room to echo of several seconds in the density domain. Much of this work is a sonic projection of memory types and functions.

It is clear from the sensitivity to pitch-type material that Normandeau’s background has included an intimate study of Western pitch structures. While there is no overt use of pitch relationships in the small amount of material that can be considered pitched, there is a strong intuitive feel to the potential of this parameter for the creation and articulation of form. (Note especially the quasi II7 [supertonic seventh chord] structure from the Fauré Requiem at about 13 min 50 sec.)

The earlier works on the CD flesh out the background to these two works. About Rumeurs (Place de Ransbeck) (1987), Normandeau writes that the piece “oscillates between pure sound and meaning, without ever resolving to one or the other,” while Matrechka (1986) (the nested Russian dolls) “takes the form of an unveiling, a journey where reality, of a certain form, gives place to another reality. It uses the theme… that art should never be mistaken for the object it represents.” Doors open and close, voices sing and chide, waves break, as Magritte wrote under his painting of a pipe, “Ceci n’est pas une pipe (This is not a pipe).”

Le cap de la tourmente (1985) was created for an exhibit of five holographic sculptures, each with its own sound track. The version presented on this CD is an electroacoustic concert version based on these five sound tracks in only one of any number of realizations. The sounds are frequency modulation type complexes in a slowly evolving, quasi-pitched expansive context.

Normandeau refers to his latest work as “acousmatic pieces,” and also variously as “cinema for the ear.” The cryptic French word “acousmatique” is not only a manner of sound projection (diffusion) through numerous loudspeakers, but also a relationship between the sound and its meaning.

Electroacoustics is only slowly coming to grips with the perceptual parameters of our field, and is now starting to develop an analytical vocabulary which begins to deal with sound as object, symbol, metaphorical object, and metaphor. If language is accepted as vocabulary and syntax in the service of a semantic (including the relationships of same), the acousmatic use of pre-existing sonic objects allows for the immediate creation, perception, and understanding of form(s). This is because the basic sonic object (vocabulary element) is a whole and complete object, not requiring hierarchical relationship(s) (syntax) to obtain meaning (semantic). The creation of a syntax is achieved through the transformation of these vocabulary elements.

Calon moves the sonic entity towards the interior, an exploration of inner spaces. Normandeau often transforms the play of sonic-light through the creation of new (external) perspectives of existing sonic objects, such as chords from medieval choral works carefully inserted within the sounds of a Paris metro train. Calon transforms psychological space partly through the liquid consubstantiation of text. Normandeau transforms perceptual space partly through calling the individual’s own perceptual models into question.

Much more could be written about the textural nature of these two composers, and acousmatics in general; for example, the tendency, or even the necessity, of a linear and sectional approach to composition. The sound objects themselves, frequently made up of grouped elements, are often so complex that they will not easily submit to simultaneous layering. There are times when their natural, gestural duration requires that the composer allow the listener time to integrate the sound into the interior sonic framework. This requirement brings the composer to writing in medium, and occasionally large, symphonic durations.

Each composer addresses the material and moves from a similar source type (concrete and digital transformations applied mostly to concrete, but occasionally electronic sources), but in different directions (in/out). The works on the Calon CD are presented in chronological order, and Calon leads the listener to the present. Normandeau reveals the history of the object, by moving from present to past.

Careful headphone listening reveals a small number of minor technical flaws, but these works were not created for headphone listening, or for that matter, for listening in two-channel stereo. In the various electroacoustic concerts in Montréal (there are more than three regular series accounting for more than 30 concerts per year), these works are presented in sound projection systems with a minimum of eight channels, and as many as 24 and more. Eight to sixteen-channel diffusion is typical. In simple stereo listening, some of the material is spatialized as simple panning, but during the process of spatial actualization or sound projection in performance, these simple stereo localizations may become intricate directional weavings and spinning.

Much of the work carries with it an acoustical perspective (reverberation and basic localization characteristics). The use of various venues and types of loudspeakers provides the composer with means for physically expanding and contracting the source of the perceived sounds during this process of spatial actualization. It is because of this that individuals who have access to multispeaker systems, either for their own use or more importantly for public presentation, should consider that a two-channel presentation of these works is parallel to (for example) a piano version of Stockhausen’s Gruppen.

The series continues with a third CD of works by Alain Thibault, a fourth CD of three-minute works by 25 young composers (Électro clips), and a fifth CD containing the computer and interactive works of Vancouver composer Daniel Scheidt. I recommend them most highly, one and all.

… these works are journeys through — or the articulations of — inner, outer, hidden, or even unheard-of places or spaces.

Critique

Stephan Dunkelman, Les Cahiers de l’ACME, no 112, 28 février 1991

Compositeur Canadien et lauréat de nombreux concours (Phonurgia-Nova, Bourges et Luigi-Russolo), il nous propose un éventail de son évolution entre 1985 et 1989. Cette intéressante façon de faire permet de présenter un parcours clarifiant de manière plus nette la dmérence entre la première pièce, intitulée Jeu (vraisemblablement la plus aboutie et réussie) et la dernière: Le cap de la tourmente caractérisée par un plus grand nombre de sons électroniques et un travail moins fouillé sur l’espace. Mémoires vives possède la particularité — rare en électroacoustique — de plaire instantanément à un auditoire pourtant peu enclin à apprécier ce genre de musique. Robert Normandeau, adepte d’un «Cinéma pour l’oreille», a une façon légèrement différente, semble-t-il, de travailler l’espace par rapport à Calon: changements de perspectives plus brusques tout en jouant plus sur les plans proches/lointains, ce qui rend sa musique plus spectaculaire que d’autres. Cela se remarque surtout avec Jeu et Rumeurs (Place de Ransbeck) alors que Christian Calon joue plus avec l’espace gauche/droite.

Review

Alan Freeman, Audion, no 16, 1 octobre 1990

Also greatly influenced by European electronic and musique-concret techniques, Canadian Normandeau has developed many of the compositional techniques developed by the likes of Pierre Henry and Stockhausen further, to create a music that contains many familiar elements yet is new and different.

Featuring five very different styled pieces Lieux inouïs is a challenging and exciting experience. Most obviously a dedication to Stockhausen (in fact some text from his Hymnen is borrowed here!), Jeu is a dynamic collage, featuring slabs of sound, good use of space, and sonic sliding effects. In fact the compositional technique is almost stolen from Stockhausen! Mémoires vives is a carefully constructed collage of borrowed orchestral and instrumental sounds, a great ever-developing sound-pool. Rumeurs (Place de Ransbeck) is very much in the fashion of François Bayle, featuring opening and closing doors, voices and effects. Incidentally it is nothing like Pierre Henry’s similar instrumental Music for a door and a sigh! Contrasting again, Matrechka is a kind of organised chaos, a melange of electronic sounds moving through numerous phases, spatial and dynamic. And to end on a softer note Le cap de la tourmente is a spooky atmospheric piece with rich harmonics, composed by very novel means.

… a great ever-developing sound-pool.

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 7, 1 septembre 1990

Le titre général du premier CD, Lieux inouïs, se réfère à la création d’espaces virtuels inédits et inexplorés que la composition électroacoustique permet d’aborder. Dans certains cas, on pourrait même parler de «cinéma pour l’oreille,» tant cette musique est génératrice d’images. Chacun est libre de son imagination et d’apporter, si cela lui semble nécessaire, une quelconque interprétation.

Tantôt imprégnée de certains élans religieux (la pièce Mémoires vives a d’ailleurs pour seul matériau sonore des extraits de Requiem retravaillés avec des outils informatiques), tantôt marquée par des éléments beaucoup plus concrets (musiciens du métro, éléments naturels), la musique de Normandeau est très profonde mais avec une légère tendance à tomber dans le «planant» (longues trames sonores noyées dans la réverbération).

… la musique de Normandeau est très profonde…

Review

Mark Vail, Keyboard, no 16:9, 1 septembre 1990

For the first few seconds of Normandeau’s Jeu, he seems to take a more familiar, “musical” approach by leading off with a choral drone. It gradually mutates, however, with an overdose of stereo-crossed amplitude modulation that kicks your head into orbit. Normandeau works digitally with musique concrète techniques, using processed and “found” train, bell, gunshot, playground, and street noises, which he stretches into unidentifiable mutations or surrounds with surrealistic environments. His music is generally more rhythmic than Calon’s, and he seems to enjoy shocking the listener with unexpected sonic events.

Review

Julia Loktev, Option, no 34, 1 septembre 1990

The title, meaning “Unheard-of Places,” could be misleading. Normandeau, a professor of acoustics and electroacoustics at the Université de Montréal, may not be splicing his way through terra incognita, but he is mapping out some pretty interesting soundscapes and “acousmatic” compositions, as he deems them. These five pieces include both abstract sonic arrangements and more concrete, almost cinematic or radiomatic, compositions. The abstract works, as well as another piece based on computer-processed extracts from requiems, lean towards the monotonous at times. But the two concrete compositions easily make up for the tinge of tedium. Both Jeu and Rumeurs (Place de Ransbeck) project a compelling “cinema for the ear” never too cluttered, never too sparse. Rumeurs (Place de Ransbeck) wanders through haunted halls and doorways in a drama of spaces and objects. Jeu an exploration of the different uses of the French word for game or play, skips from a quiet torest to an amusement park, with sojourns near a bulldozer and a medieval choir along the way. It is uncanny how smoothly they come together in a finely manipulated soundscape. Both compositions are exquisitely spatially mixed and ideal for headphone listening.

… exquisitely spatially mixed and ideal for headphone listening.

Review

R Seth Friedman, Factsheet Five, no 37, 1 août 1990

The title here is French for “Unheard-of-Places,” and this is a challenging collection of electronic and sampled instrumentals. Some bits are chopped and blended, others feature breaking glass and ambient noise, still others depend on slow and ponderous tones.

Lignes à haute tension

Philippe Tétreau, MTL, 1 juillet 1990

Avec une pincée de science-fiction et quelques relents urbains, Normandeau manipule l’électroacoustique avec une assurance spectaculaire. Les plans rapprochés et éloignés de son image sonore, de même que la direction de ses axes, débouchent sur de saisissantes perspectives orchestrales. Curieusement, cette musique d’anticipation intègre nombre d’œuvres illustres du passé comme si, l’espace d’un souvenir, le temps s’abolissait pour nous permettre de synthétiser l’histoire des sons.

Avis donc aux oreilles qui souhaiteraient s’affranchir du ronron tranquille des productions quotidiennes, vous avez là de quoi transiter en des lieux où les touristes indésirables se font rares. Attention au décalage horaire tout de même.

Normandeau manipule l’électroacoustique avec une assurance spectaculaire.

The Cinematic Approach

Robert Everett-Green, The Globe and Mail, 18 juin 1990

Montréaler Robert Normandeau describes his latest electroacoustic works as “cinema for the ear.” That’s an apt description for a piece like Jeu; which leads off this new album from the small but sassy DIFFUSION i MéDIA company. Jeu is like the view from a camera dolly as it glides through a long and intricate tracking shot. The auditory scene changes quickly, as flickers of everyday sound jostle with quotations from Stockhausen and Perotin. Industrial sounds mingle with those of the chapel: playground noise rises through a lumberitig mass of almost pitchless sound, only to be cut-off by a pneumatic jack-hammer.

Such juxtapositions are not hard to engineer. What is difficult is to make them fuse into an integral work, as Normandeau has done. His travelogue of the hyper-real holds together through the most theatrical storms of musique concrète.

Mémoires vives applies similar tactics to a sack full of requiems, pasting tiny processed excerpts into a disorienting collage. Every sound is plundered, though very little can be recognized outright. It’s a brilliant work, and proud of its technical prowess.

But flamboyance can become a vice, as it seems to have done in Rumeurs (Place de Ransbeck). Normandeau has let the trickery run the show in this piece, which degenerates into a game of Name That Sound. But over all, this is a strong, ear-catching album.

His travelogue of the hyper-real holds together through the most theatrical storms of musique concrète.

Sorties

Steeve Laprise, Qui fait quoi, no 74, 15 juin 1990

Toutes les œuvres de cet album ont été retravaillées en janvier 1990 au studio de la Faculté de musique de l’Université de Montréal pour le présent enregistrement. Réalisé avec l’aide du Conseil des arts du Canada, Lieux inouïs est le troisième titre au catalogue de l’étiquette empreintes DIGITALes.

A Creating Fringe Keeps Electronic Music Alive and Compelling

Arthur Kaptainis, The Gazette, 12 mai 1990

Robert Normandeau will make a better impression on listeners who prefer (or demand) the lucidity and linearity of good non-electronic music.

Not that allusion is lacking: Ligeti-like choral clusters, church bells, trains and slot machines all make appearances in Jeu, the longest work. Yet there is real forward momentum, and the result is nomadic in the good sense.

Also impressive is Memoires vives, a 16-minute requiem of haunting echoes set in a vast cathedral space. This is serious music.

Normandeau’s aims in Rumeurs are more impudent, but even this miscellany of loon ealls, door slams, bush fires and flushing toilets manages not to bore.

Critique

Félix Légaré, Voir, 12 avril 1990

Deuxième album lancé par cétte nouvelle étiquette montréalaise consacrée à l’électroacoustique. Cinq créations composées entre 1985 et 1989. Synthèses numériques et prise de son trafiquées composent une série d’images musicales mouvantes et abstraites.

empreintes DIGITALes laissera certainement sa marque

Carol Bergeron, Le Devoir, 7 avril 1990

Né en 1955 à Québec, Normandeau se consacre à l’électroacoustique avec autant de détermination que Calon, son ainé de cinq ans. Lui aussi semble irrésistiblement attiré par ce qu’il appelle «la libération des espaces intérieurs».

Il va chercher chez des maîtres électroacousticiens français comme François Bayle, Francis Dhomont ou Bernard Parmegiani, à la fois l’inspiration et le désir de poursuivre encore plus loin l’investigation d’un monde sonore encore plein de promesses.

A propos de leurs musiques — auxquelles il ajoute celle de Calon — il affirme «qu’elles l’aident à vivre en ce qu’elles lui font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant lui comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Réunies sous le titre Lieux inouïs, les cinq pièces gravées sur disque de Normandeau représentent l’essentiel de son œuvre, du moins, de ce qu’il tient à diffuser. Et, soit dit en passant, la réalisation technique est ici supérieure au disque de Calon en ce que les bruits de bande ont été totalement effacés.

Le langage est celui d’un magicien des sons. On en revient à la comparaison avec Ravel. Normandeau transforme une chose apparemment banale comme un claquement de porte (Rumeurs) en une cellule rythmique qui se modifie et qui chaque fois déclenche des images sonores variées et superbes. Ce sont des portes qui en se fermant derrière nous, nous obligent à continuer d’explorer un microcosme habité par le compositeur.

Ailleurs, dans Mémoires, on admire comment des bribes de plusieurs requiems se sont intégrées jusqu’à se fondre à sa substance même de la trame sonore. Nous sommes aussi fort heureusement débarrassés de la «citationite» cette plaie qui ronge tant de pièces contemporaines. C’est sans doute que Normandeau possède l’étoffe d’un compositeur capable de se forger une langue propre, capable d’exister par la propre force de son talent.

Ainsi, les deux premières éditions d’empreintes DIGITALes s’inscrivent-elles au palmarès des réussites. Le prochain laser rassemblera des œuvres d’Alain Thibault, un autre électroacousticien québécois fort doué.

Le langage est celui d’un magicien des sons.

Le premier disque de Robert Normandeau

Alain Brunet, La Presse, 1 avril 1990

Lieux inouïs, le disque de l’électroacousticien Robert Normandeau, était lancé dans un lieu incongru. Pas nécessairement inouï, mais inusité.

Le concept est intéressant: goûter de savants brassages sonores au Planétarium Dow, dont le nom rappelle des brasseurs autrefois célèbres…

Sous les étoiles et les dispositives du Planétarium, on plane. On risque certaines turbulences, mais on plane quand même. Évidemment, tout dépend du point de vue où l’on se place.

«Je tiens à cueillir mes sons moi-même, souligne Normandeau. Chacun d’entre eux ont une histoire. Je ne me sers presque pas des synthétiseurs». Surprenant, pour un genre qui semble embrasser les plus neuves technologies.

Le centre de l’actuelle démarche de Normandeau consiste en un projet intitulé «Cinéma pour l’oreille». «Ce qu’on a compris du cinéma peut parfois étre transposé dans le langage musical. C’est ce qui m’intéresse: raconter des histoires à partir des sons. Chacun peut y percevoir ce qu’il veut bien y piger».

Son premier disque rassemble l’essentiel de son travail créatif depuis 1985. Ajoutons que notre homme est le premier étudiant inscrit au doctorat en électroacoustique à la faculté de Musique de l’Université de Montréal.

Au terme de notre courte conversation, je lui dit que mon séjour au Planétarium a, somme toute, été couci-couça. Il me suggére d’écouter Lieux inouïs sans support visuel. D’accord, on essaie. C’est effectivement mieux.

En ce qui me concerne, les plus beaux moments de cette musique sont ceux où le présent experimental se lie avec le passé classique; de très beaux chants sont ainsi repris et traités avec circonspection! Pour ce qui est du reste je sens que tout cet échafaudage manifeste énormément de travail, certes mais camoufle un peu trop le fondement du propos, le centre emotionnel de l’œuvre.

Remarquez que je suis un pur néophyte dans ce domaine qui ne m’a pas encore totalement séduit. Mais il y a tout un milieu de créateurs qui s’acharnent à faire proliférer le genre, donnons donc la chance aux coureurs.

… les plus beaux moments de cette musique sont ceux où le présent experimental se lie avec le passé classique…

Un printemps électroacoustique

Alain Brunet, La Presse, 25 mars 1990

Nous sommes en plein Printemps Électroacoustique, une série d’événements plutôt marginaux. Mal médiatisée, mal mise en marché, cette musique est encore à s’organiser. À l’aube de cette année, le compositeur Jean Lesage avait écrit, dans La Presse, que le Québec regorgeait d’artistes issus de cette communauté à tout le moins avant-gardiste. Et que certains d’entre eux gagnaient des prix en Europe sans faire d’éclat sur notre territoire.

D’accord, mettons-nous à l’écoute.

Demain et mardi, le Printemps électroacoustique présente Ni terrible ni simple, un spectacle performance de la claveciniste Catherine Perrin, mis en scène par Jean Asselin (Mimes Omnibus); à voir à la petite salle du Théâtre Élisée. Le 29 mars, d’autres œuvres électroacoustiques seront présentées à la Chapelle historique du Bon-Pasteur; l’événement s’intitule Autour de Luc Ferrari.

Mercredi prochain au Planétarium Dow, le compositeur Robert Normandeau lance son premier disque sur étiquette empreintes DIGITALes, un nouveau label qui tente de s’immiscer sur le marché nord-américain. Une démarche cousine de l’étiquette Ambiances Magnétiques, mais dans le domaine électroacoustique.

La semaine prochaine, on vous parle de l’événement Électro clip, ambitieuse entreprise radiophonique qui se déroulera en direct de la Chapelle historique du Bon Pasteur, jeudi le 5 avril. Vous verrez alors que c’est un excellent moyen d’immersion.

… le compositeur Robert Normandeau lance son premier disque sur étiquette empreintes DIGITALes…

Critiques

L’attention, no 3:5, 1 mars 1990

Deuxième de la série de quatre productions électroacoustiques de DIFFUSION i MéDIA, Lieux inouïs est une véritable découverte.

Lancé au Planétarium Dow, il fut accompagné d’un spectacle visuel très sobre, un peu répétitif. Heureux mélange; l’acousmatique semble conçue pour ce genre de spectacle. Malgré cela, j’ai préféré la deuxième écoute, chez-moi, les yeux fermés. Comme le dit si bien Normandeau lui-même: «(…) elles m’aident à vivre en ce qu’elles me font découvrir des zones inexplorées qui s’ouvrent devant moi comme des lieux de recueillement et de méditation.»

Un petit album rempli de grandes découvertes; aboutissement de dix années de pratique assidue.

Jeu a obtenu une Mention honorable au 11ème Concours international Luigi-Russolo (Varese, Italie,1989).

Rumeurs (Place de Ransbeck) a obtenu le 2ième prix de la catégorie électroacoustique au 16ième concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1988).

Matrechka a obtenu le prix de la Fédération nationale de musique électroacoustique (France) et une mention dans la catégorie éleclroacoustique au 14ième Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1986) ainsi que le prix du studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) au 1er Concours international Phonurgia-Nova (Arles, France,1986). Un album à se procurer.

Autres textes

Le Musicien québécois no 2:3

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.