Les corps éblouis Christian Calon

Couverture: Pesi Girsch, The Aura of the Photographed (1992)
  • SODEC

Les corps éblouis: Prix Ars Electronica 1995, 1997 — Distinctions

Prix Opus 1997-98: Disque de l’année — Finaliste

Décidément, le Québec […] regorge de compositeurs créatifs qui ne cessent de repousser les limites de leur discipline et d’être reconnus internationalement. La Scena Musicale, Québec

… the result remains pure Calon. AllMusic, ÉU

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Les corps éblouis

Compact-compact 8

Christian Calon

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Émilie Payeur, La Scena Musicale, no 20:3, 1 novembre 2014
    Décidément, le Québec […] regorge de compositeurs créatifs qui ne cessent de repousser les limites de leur discipline et d’être reconnus internationalement.
  • François Couture, AllMusic, 1 septembre 2001
    … the result remains pure Calon.
  • Geert De Decker, Sztuka Fabryka, 1 novembre 2000
  • Linas Vyliaudas, Tango, no 8, 1 août 2000
  • Audion, no 41, 1 novembre 1999
    … a piece of cosmic Parmegiani-esque genius…
  • Francis Monroe, Hurly Burly, no 11, 1 juillet 1999
  • N D - Magazine, no 21, 1 avril 1999
    Rich, engaging and powerful work…
  • Canary Burton, Alternate Music Press, 31 décembre 1998
    I hope you will support this artist and buy his album!
  • Peter Wullen, Gonzo Circus, 1 décembre 1998
  • Tom Schulte, Slug, 1 décembre 1998
  • Dan Warburton, Art Zéro, no 13, 17 août 1998
    Si jamais une musique existait pour n’être écoutée qu’au casque, c’est celle-ci.
  • Garth Cheddar, Stridernews, no 5, 1 juin 1998
    … this is one of the good ones.
  • Andrew Magilow, Splendid E-Zine, 4 mai 1998
    Highly recommended!
  • Ear Magazine, 1 mai 1998
    Incredible electroacoustic music from this marvelous Canadian! The Best — Highly Recommended + Third Ear Mention: Most Impressive!
  • François Tousignant, Le Devoir, 14 mars 1998
    … il sait exactement trouver le beau son, et aussi faire monter la tension …
  • MP, Vital, no 119, 13 mars 1998
  • Lucien Guérinel, Le Méridional, 1 décembre 1994
  • Dominique Druhen, Libération, 10 mai 1994
    Facture irréprochable…
  • La Lettre du musicien, 14 juin 1993
    … une impression de plénitude et de maturité…

10 compositions québécoises: musique électroacoustique

Émilie Payeur, La Scena Musicale, no 20:3, 1 novembre 2014

Décidément, le Québec n’a rien à envier aux autres pays en matière de musique électroacoustique. En effet, la province regorge de compositeurs créatifs qui ne cessent de repousser les limites de leur discipline et d’être reconnus internationalement. Même si dans la majorité des cas, la musique de ces compositeurs se rapproche du style acousmatique que l’on peut entendre en Europe, il y a bel et bien quelque chose qui les distingue: ils ont un son et une esthétique bien à eux.

Je vous propose donc une liste de dix œuvres incontournables par des compositeurs et compositrices d’ici afin de découvrir le panorama de notre production électroacoustique.

Crystal Music (1994) de Stéphane Roy

Dans Crystal Music, le compositeur Stéphane Roy traite sa matière sonore comme s’il s’agissait de verre en la dilatant, la moulant, la faisant se transmuter. D’ailleurs, la nature même des sons employés vient rappeler le verre, le cristal. Il y a quelque chose de nerveux, d’instable dans cette pièce. L’œuvre se caractérise par de grandes variations de la dynamique ainsi que par des explosions d’énergie qui émergent soudainement du silence pour ensuite s’éteindre aussi rapidement. À l’écoute, l’auditeur peut trouver des ressemblances avec certaines pièces les plus abstraites de Francis Dhomont. Ce n’est pas un hasard puisque Stéphane Roy a été son élève.

Stéphane Roy est l’auteur d’un ouvrage sur l’analyse de la musique électroacoustique, L’analyse des musiques électroacoustiques: Modèles et propositions. Au cours de sa carrière, il a également enseigné à l’Université de Montréal ainsi qu’au Conservatoire de musique de Montréal. Sa pièce Crystal Music a notamment obtenu le premier prix au 3e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1994)

Kaleidos, empreintes DIGITALes, 1996

StrinGDberg (2001, 02, 03) de Robert Normandeau

Véritable tour de force musical, StrinGDberg est une œuvre minimaliste 16 pistes entièrement basée sur deux sources sonores: une prise de son d’une vielle à roue d’une durée d’une minute et une autre tirée du jeu d’un violoncelle. Le caractère tramé de la pièce, voir méditatif, invite l’auditeur à pénétrer au cœur du son et à être témoin des microvariations qui surviennent, à s’en émouvoir même. Une partie plus rythmique, caractéristique de l’œuvre de Normandeau, s’insère vers la moitié de la pièce. Comme pour une bonne partie de son catalogue, StrinGDberg a été composée pour accompagner une pièce de théâtre, Mademoiselle Julie d’August Strindberg, dont la mise en scène était assurée par Brigitte Haentjens et présentée à l’Espace GO (Montréal) en mai 2001.

Robert Normandeau enseigne à l’Université de Montréal. Ses œuvres ont été maintes fois primées lors de concours internationaux. Il est à noter qu’il est le cofondateur de Réseaux, une société de concerts dédiée à la diffusion des arts médiatiques qui a présenté les séries de concerts Rien à voir et Akousma.

Puzzles, empreintes DIGITALes, 2005

Les corps éblouis (1992-93, 94) de Christian Calon

Les corps éblouis tire ses matériaux sonores d’une seule source: la guitare électrique. Véritable travail sur la métamorphose, non seulement des sons de base mais également dans sa durée, la pièce a été pensée afin d’engendrer un effet de spirale où tout s’imbrique dans une perpétuelle mouvance. Ici on reconnaît le savoir-faire exemplaire de Calon, et une technique d’écriture comparable à celles des Parmegiani et Dhomont de ce monde. Les corps éblouis a obtenu le 2e prix du jury au 22e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1994) ainsi que des distinctions au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1995, 97).

Christian Calon est un artiste indépendant œuvrant également en photographie et dont les œuvres ont maintes fois été récompensées aussi bien à l’international que chez nous.

Les corps éblouis, empreintes DIGITALes, 1998

Le vertige inconnu (1993-94) de Gilles Gobeil

Le vertige inconnu est probablement la pièce la plus forte non seulement de l’album La mécanique des ruptures, mais aussi du répertoire entier de Gilles Gobeil. Construite à partir de sons concrets, dont on peut reconnaître la provenance, le compositeur crée un univers cinématographique quasi surréaliste à l’intérieur duquel coexistent grillons et machines à air comprimé. Toutes les habiletés de Gobeil qui en font un compositeur si unique sont brillamment illustrées dans cette pièce: articulations vives, rupture du silence par des explosions sonores soudaines… Le vertige inconnu a remporté le Prix des arts électroniques de Stockholm, un concours international de musique électroacoustique (Suède, 1994) et a obtenu le 2e prix au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1995).

Gilles Gobeil est professeur en technologies musicales au Cégep de Drummondville (depuis 1992) et a été professeur invité de composition électroacoustique à l’Université de Montréal (2005-06) et au Conservatoire de musique de Montréal (2007). Il est également lauréat de plus d’une vingtaine de prix sur la scène nationale et internationale.

La mécanique des ruptures/IMED, empreintes DIGITALes, 1994

Sous le regard d’un soleil noir (1979-81) de Francis Dhomont

Cette œuvre tourmentée, faisant partie du Cycle des profondeurs, explore et illustre l’univers de la schizophrénie en huit parties. Une des particularités de l’œuvre est l’emploi de la narration. Afin d’entrer dans le sujet, Dhomont utilise des textes du psychiatre et psychanalyste Ronald D Laing. Mais cette narration ne sert pas seulement à informer. Elle guide carrément le développement de la pièce, devenant même matériau sonore à certains moments. Selon Dhomont, cette œuvre propose la rencontre de l’imagination et de l’imagerie mentale produite par le traitement des sons. Sous le regard d’un soleil noir a obtenu le 1er prix de la catégorie Musique à programme au 9e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1981).

Originaire de Paris, Francis Dhomont a passé une bonne partie de sa vie à Montréal pendant laquelle il enseigna à l’Université de Montréal (de 1980 à 1996). C’est d’ailleurs lors de cette période qu’il composa Sous le regard d’un soleil noir. Il est une des figures les plus marquantes dans le domaine de la musique électroacoustique et son travail a été largement reconnu et encensé.

Sous le regard d’un soleil noir, empreintes DIGITALes, 1996

Water Music (1991) de Yves Daoust

C’est par un beau jour de printemps que le compositeur eut l’idée de Water Music. Les gouttelettes tombant des glaçons fondants lui semblèrent mélodiques. La beauté de cette pièce vient du fait qu’elle met en vedette un matériau qui nous est assez familier, l’eau, permettant à l’auditeur de vraiment lui porter attention pour une fois. Le passage entre les différentes sections est particulièrement bien réussi.

Parallèlement à son enseignement au Conservatoire de musique de Montréal (qu’il a quitté en 2011), Yves Daoust a contribué au développement de la scène électroacoustique au Québec, notamment en participant très activement en 1978 à la fondation et au développement du premier organisme au pays voué à la promotion et à la diffusion de la musique électroacoustique, l’ACREQ. En 2009, il a reçu le Prix Serge-Garant (Fondation Émile-Nelligan) pour l’ensemble de son œuvre.

Musiques naïves, empreintes DIGITALes, 1998

eXpress (2001-02) de Jean Piché

Jean Piché est décidément un innovateur. Au départ compositeur (pensons à la pièce Taxis to Burning Sky), il s’est rapidement tourné vers l’image pour ensuite développer une toute nouvelle discipline à laquelle il donnera le nom de «vidéomusique». Ce que le compositeur tente de traduire, c’est une perception symétrique entre l’image et le son, une synergie. Pour eXpress, une œuvre pour trois écrans, Piché a filmé les images dans le train reliant Bourges et Paris. On peut y reconnaître des paysages. L’allure très cinétique d’Express est obtenue en réglant la caméra à une vitesse d’obturation très rapide avec une grande ouverture de l’objectif. La musique minimaliste et répétitive contribue à l’effet de transe de l’œuvre.

L’enseignement et la recherche en composition électroacoustique à l’Université de Montréal occupent une part importante de la vie professionnelle de Jean Piché. Il est également impliqué dans le développement de logiciels. On lui doit notamment Cecilia, un logiciel de traitement sonore.

www.jeanpiche.com/express.htm

Big Bang II (1987, 95) de Marcelle Deschênes

Dans Big Bang II, on se retrouve dans un univers postnucléaire. L’œuvre avait d’abord été conçue comme trame sonore servant d’accompagnement à une installation multimédia du sculpteur holographe et artiste de la lumière, Georges Dyens, intégrant sculptures holographiques, éclairages, fibre optique, musique électroacoustique, le tout en mouvement chorégraphié par un système de synchronisation programmée. De nature tramée et minimaliste, la pièce est brillamment écrite et a inspiré bon nombre de compositeurs.

De 1980 à 97, Marcelle Deschênes enseigne à la Faculté de musique de l’Université de Montréal la composition électroacoustique et multimédia, la perception auditive et les techniques d’écriture électroacoustique. Elle met sur pied, développe et dirige un programme inédit en composition électroacoustique aux trois cycles (baccalauréat, maîtrise et doctorat).

petits Big Bangs, empreintes DIGITALes, 2006

Arksalalartôq (1970-71) de Micheline Coulombe Saint-Marcoux

Cette pièce joue autour de l’abstraction de la parole, de la voix et même des instruments de musique. Arksalalartôq, d’après des textes des poètes québécois Noël Audet et Gilles Marsolais, exprime le vertige des mots, des sons, par analogie avec le jeu inuit où les participants (le plus souvent des femmes) mettent à l’épreuve leur capacité d’invention à créer et de résistance à émettre des sons, des mots pour la plupart sans signification. Entrecoupée par des sons percussifs ou dans d’autres cas tirés de synthétiseurs analogiques, Arksalalartôq rappelle certaines pièces de Stockhausen ainsi que Pierrot lunaire de Schönberg.

En 1968, Iannis Xenakis recommande vivement à Micheline Coulombe Saint-Marcoux d’aller à Paris pour y étudier la musique électroacoustique avec le désormais célèbre Groupe de recherches musicales (GRM), ce qu’elle fit. À son retour à Montréal, elle enseignera au Conservatoire de musique de Montréal jusqu’à son décès en 1985.

Impulsion, empreintes DIGITALes, 2001

Mantra (1997) de Jean-François Laporte

Dans l’ère moderne où nous vivons, nous sommes envahis, submergés par des sons de toutes sortes qui accompagnent notre existence. Jean-François Laporte les nomme «mantras», d’où le titre de la pièce. À l’image des mantras orientaux, ceux du compositeur doivent par exemple être d’une bonne longueur et se répéter de façon cyclique dans le temps. Pour cette pièce, Laporte a utilisé exclusivement les sons générés par un compresseur de refroidissement des patinoires lors d’une prise de son unique. Toutes les modifications timbrales ont été effectuées lors de la prise de son, sans aucune manipulation en studio.

Jean-François Laporte est surtout connu pour ses instruments inventés. Il est fondateur et directeur artistique et général des Productions Totem contemporain (PTC), et ses œuvres sont éditées aux Éditions Babel Scores.

Mantra, Cinéma pour l’oreille, 2000


Je ne pourrais passer sous silence les œuvres de ces compositeurs qui deviendront sans doute des incontournables de la musique électroacoustique du Québec dans quelques années: Champs de fouilles (2008) de Martin Bédard, Transit (1998) de Louis Dufort, frequencies (a) (2011-12) de Nicolas Bernier, L’appel (2008) de Georges Forget… et la liste pourrait continuer.

[Article édité en collaboration avec la rédaction du site Cette ville étrange. Chronique de la création musicale (www.cettevilleetrange.org).]

Décidément, le Québec […] regorge de compositeurs créatifs qui ne cessent de repousser les limites de leur discipline et d’être reconnus internationalement.

Review

François Couture, AllMusic, 1 septembre 2001

Les corps éblouis (“Bedazzled Bodies”) is an EP released in 1998 by empreintes DIGITALes in its “Compact Compact” series. It contains only one work, the title track, first created in 1993 and revised the next year. The best example of Christian Calon’s work during his “second period” (while in Marseille, 1991-1995), it is meant as a complement to the full-length CD Ligne de vie: récits électriques which culled the best from his “first period” (in Montréal). This piece attempts to blend the metaphorical and the metaphysical in the transubstantiation of its sound source, an electric guitar. Moving away from the acousmatic esthetics of his 1980s works, the composer processes sound (instead of synthesizing it), but whatever the theories and techniques used, the result remains pure Calon. Washes of sounds revolve around the listener’s head in concentric circles until they reach a breaking point when they scatter away. This sequence occurs a few times, always with variations that alter the unity of the movement. The plasticity of Francis Dhomont’s works (especially Espace / Escape) can be felt throughout — it is no surprise that the mentor spacialized the piece when it was premiered.

… the result remains pure Calon.

Review

Geert De Decker, Sztuka Fabryka, 1 novembre 2000

On this CD just one composition that takes 22:45 minutes, the name of the track is obviously Les corps éblouis and is created in 1994. It is an interesting composition that starts with soft non-rhythmical ambient tunes that can be described as having the sound of crystal instruments and strings. Halfway the colour of the composition transforms from musical waves into music that starts to get more hypnotic, very slowly it transforms. From crystal sounds it goes to a random assembly of tunes and strings. All happens so delicate that the transformation in tunes has almost an hypnotised effect. Almost to difficult to describe you have got to hear it, to understand it.

Recenzijos

Linas Vyliaudas, Tango, no 8, 1 août 2000

Review

Audion, no 41, 1 novembre 1999

Calon is a master of such sonic art, and this single 22’45" work is a piece of cosmic Parmegiani-esque genius, a spatial floating atonal affair that moves to the realms of Gunner Møller Pedersen’s monumental ET LYDAR. Electronic sound-clusters that shimmeras if sonic flakes of glass, dart around in a digital wind, interrupted by a variety of other indescribable sounds, oozing and flowing in patterns that paint a sonic picture for our ears. It’s a superbly executed work, proving that empreintes DIGITALes can still deliver the goods.

… a piece of cosmic Parmegiani-esque genius…

Discos

Francis Monroe, Hurly Burly, no 11, 1 juillet 1999

La técnica compositiva de Calon se autodefine como una metamorfosis de recursos extraídos de un único elemento como es la guitarra elétrica. La transformatión de sonidos hace surgir un maremagnun tímbrico orquestado a modo de masas irregulares y abstractas que se autoeliminan por su propla realimentación tímbrica.

Review

N D - Magazine, no 21, 1 avril 1999

A beautiful electroaoustic work using only guitar as sound material wich was then processed, transformed and evolved. Rich, engaging and powerful work wich slowly evolves with increasing itensity.

Rich, engaging and powerful work…

Review

Canary Burton, Alternate Music Press, 31 décembre 1998

This album has one cut… the whole album. Starting with silence… then gradually letting the listener in on what is happening… Calon DOES explore space. Les corps éblouis was commisssioned by the Ina-GRM and the French state. On a formal level,Les corps éblouis is a work in which, through the development of the principle of metamorphosis, the result is that the Form is only legible superficially, and that it grows on the listener according to an irrational process.

And music itself is heard using an “irrational process.” Oh yes, composers and other music professionals can use their “rational mind”… to take things apart, and sometimes to enjoy, but basically music is visceral. You either like it, it touches you somewhere… or it doesn’t. Lots of times one can hear a piece for the first, second or third times and dislike or be indifferent to it. And then the fourth time, love it! I have found that I didn’t like certain music in a period of my life and then heard it again years later and either understood or enjoyed it.

This “underwater” … uh… “outer space” … “inner space?” … oh, whatever! IS enjoyable to me on the first hearing, but then, I LIKE space music. I like the listening rather than knowing the HOW of creation.

Les corps éblouis is sanity making for me. It almost sounds like what I imagine my blood coursing through my veins would sound like it if I was in one of those “no reflection” sound chambers. Especially part way in to the “music”… a rushing sound like blood in the ears. We ALL like to “hear” ourselves… this is sorta like that.

Now I hear the ocean, a tinkle of glass wind chimes, a glitter of bugs. Of course that’s what I hear… you may hear other things in it. A towing of whales… a metallic sound next. since I hear ocean, I hear the rigging of sailboats. But maybe tomorrow I will hear it different. There is alot here to hear! And it grows and grows!

The now familier “computer” sounds… things played backwards… maybe. Eeks and Awks, but all in soft, interesting combinations… nothing to upset the listener from reverie. You must be able to tell by now that I hope you will support this artist and buy his album!

I hope you will support this artist and buy his album!

Kritiek

Peter Wullen, Gonzo Circus, 1 décembre 1998

Een interessante these die men ook kan toepassen op de fraaie 22 minuten durende compositie Les corps éblouis van Christian Calon. De uitdaging voor hem was een werk te creëren gebaseerd op metamorfose. Hij gebruikt slechts één geluidsbron, nl. een onherkenbaar vervormde elektrische gitaar die zich spiraalsgewijs een weg baant door je gehoorgang.

Review

Tom Schulte, Slug, 1 décembre 1998

Two composers you [will] not find on Miniatures concrètes are Christian Calon and Claude Schryer, but they both have recent releases on the label.

Calon’s work Les corps éblouis is presented on a CD EP (22:45) of the same name. It seems an artists study in string tension. Sounds leap out of silence as an electrical guitar is used to in every conceivable way short of strumming. The results are further treated, for a final effect that is alien and complete.

Critique

Dan Warburton, Art Zéro, no 13, 17 août 1998

Je doute que trois minutes suffiraient à Christian Calon (né en 1950 à Marseille), dont le splendide Les corps éblouis, dans la série compact-compact — espèce de maxi-single —, dure 23 minutes. Si jamais une musique existait pour n’être écoutée qu’au casque, c’est celle-ci. Écoutez-là attentivement, surtout la fin — première citation de Jimi Hendrix dans la concrète?

Si jamais une musique existait pour n’être écoutée qu’au casque, c’est celle-ci.

Review

Garth Cheddar, Stridernews, no 5, 1 juin 1998

The most recent release in the so far very interesting ‘budget’ [compact-compact] series of this fine electroacoustic label is by a relative newcomer who also has a full-length release available on empreintes DIGITALes. Les corps éblouis is a piece realized using only sound material from electric guitar, which has been manipulated to such an extent that only a few passages are recognizable as said instrument. Nicely flowing in that GRM style you know and love, and free from the abrupt, jarring sounds of much tape music, but not without a certain controlled intensity. The piece builds to a spiraling and dramatic (though not over-dramatic) climax which concludes with a nod to Hendrix. Worth checking out; this is one of the good ones.

… this is one of the good ones.

At a Glance Reviews

Andrew Magilow, Splendid E-Zine, 4 mai 1998

A single, self-contained, metamorphosing composition, Les corps éblouis (The Dazzled Bodies) clocks in at a little over 22 minutes. Calon provides a provocative range of sonic disturbances throughout this piece, ranging from ethereal driftings to tense, terse and turgid jabs into the surrounding silence. Impressively, Calon has total control over the variety of moods that his piece conveys (everything from peacefulness to schizophrenia), and expresses them superbly with this electroacoustic utterance. Highly recommended!

Highly recommended!

Critique

François Tousignant, Le Devoir, 14 mars 1998

Le titre annonce bien la nature de la collection: des disques compacts de courte durée sur lesquels on ne retrouve qu’une seule et relativement brève œuvre. Ici, une des dernières créations de Christian Calon, lancé lors de son passage à Réseaux. Le disque se fait alors prolongement du concert, entrouvre d’autres aspects de la personnalité du compositeur.

Audiblement Christian Calon est un séducteur. A l’instar de Casanova, il sait exactement trouver le beau son, et aussi faire monter la tension avec des utilisations un peu plus agressives du timbre. Rassurez-vous: jamais du volume. Nous avons affaire ici à un compositeur, pas un manieur de décibels.

Ses «Corps éblouis» ont été réalisés dans les studios de l’Ina-GRM, et cela s’entend. Il est curieux de constater, encore et toujours, à quel point le lieu de réalisation d’une œuvre électroacoustique marque sa sonorité par les possibilités et l’équipement contrastants des divers studios. Ici, les carillons et les tenues graves sont une véritable signature que Calon utilise avec discrétion. On entre alors dans un autre univers, un peu comme celui de la méditation transcendantale, sorte d’influence d’un zen qui aurait perdu tout orientalisme folklorique pour se contempler lui-même.

En laissant aller son oreille, elle découvre alors un parcours poétique dont la profondeur s’enrichit d’écoute en écoute. Ce qu’on manque en richesse d’espace (nos salons nous limitent à la stéréophonie), on le gagne en pouvoir de réécoute.

… il sait exactement trouver le beau son, et aussi faire monter la tension …

Review

MP, Vital, no 119, 13 mars 1998

The latest in a series of many brief compositions released by this peerless Canadian label who have played a major role in rejuvenating (more academic) electroacoustic music. Much of what they release are commissions from the French and Canadian governments or their appointees, who operate through some of the best electronic studios in the world. (No, Pierre Boulez is still in a world of his own, somewhere close to the sewers of Paris.)

Christian Calon is a member of the younger generation of electroacoustic composers most of whom have access to the latest sound modifiers and so, like their predecessors, have to approach their tools in very individualistic ways in order to sound different to the rest of their gang. Mr Calon has a full length CD [Ligne de vie] out on empreintes DIGITALes which is still quite groovy and which I still bung on once in a while as an interesting counterpoint to everything else I have accumulated. What I find interesting about a lot of contemporary electroacoustic music is the limitations the composers set upon themselves.

In this case [Les corps éblouis] Mr Calon sourced all sounds from an electric guitar and then he twisted them about, topsy-turvy like, using some quite accesible but still phenomenal software and additional devices, which make a guitar sound like anything but itself. The composition itself is 22 minutes long, but while listening to it I felt it had reached its level by about 17 minutes in. Then it built up again to another (less shattering) crescendo about a minute before the end. Absorbing stuff though.

Musiques 94: Tous les chemins du possible

Lucien Guérinel, Le Méridional, 1 décembre 1994

Christian Calon […] a trouvé dans Les corps éblouis, en une nouvelle conception de l’œuvre, les chemins les mieux orchestrés d’un univers étranger aux recours traditionnels mais avec un esprit et une sensibilité qui le rattachent à la démarche compositionnelle la plus universelle.

Critique

Dominique Druhen, Libération, 10 mai 1994

Au concert de la soirée du 4 mai à La Criée […] la nouvelle version de Les corps éblouis (pour bande seule) de Christian Calon plongeait l’auditeur dans un foisonnement sonore sans respiration. Facture irréprochable pour un déferlement quasi océanique. […] la recherche aboutie d’un continuum de la matière parvenait à abolir le temps.

Facture irréprochable…

Le concert du soir

La Lettre du musicien, 14 juin 1993

Les corps éblouis de Christian Calon sont une pièce strictement acousmatique où tout se joue dans la continuité, la fluidité. Guère de rupture mais un long fleuve (en apparence tranquille mais parsemé d’une quantité d’événements). On est d’emblée surpris par la richesse de cette trame sonore, et la synthèse parfaitement réussie entre ces fines ciselures et une impression d’ensemble parfaitement lisse. En fait, la pièce est musicalement parlant, presque traditionnelle, hantée par les hauteurs repérables, et l’on pourrait parfois en préciser la tonalité. Des notes, des accords pivots viennent souvent lui donner forme, et la matière même de la texture demeure précise et cohérente, à la manière d’une partition d’orchestre. Et comme toute bonne partition, la pièce «tient la route» parce qu’elle est ramassée, qu’elle ne se gaspille pas en tous sens, que sa structure est lisible, construite très progressivement avec, dans le dernier quart une densification régulière de la matière et, pour terminer un très classique diminuendo. De cette rigueur naît une impression de plénitude et de maturité, notamment dans la maîtrise de l’espace.

… une impression de plénitude et de maturité…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.