Musiques naïves Yves Daoust

Couverture: Luc Beauchemin, Point de vue (a) (1996-98)
  • Société Radio-Canada
  • Conseil des arts du Canada

Décidément, le Québec […] regorge de compositeurs créatifs qui ne cessent de repousser les limites de leur discipline et d’être reconnus internationalement. La Scena Musicale, Québec

… documents the work of an established composer. AllMusic, ÉU

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Musiques naïves

Yves Daoust

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Un paysage musical

Dans le film Contact, du réalisateur Robert Zemeckis, Jodie Foster interprète le rôle d’une astronome qui, la première, détecte un signal intelligent d’origine extra-terrestre. S’ensuit une série de péripéties, allant du décryptage du message jusqu’à une ambiguë rencontre aux confins de l’univers. La toute dernière scène du film montre Jodie Foster assise au bord d’un canyon — retirée, pensive. Derrière elle, s’étend à perte de vue un paysage désertique, sous une voûte étoilée évocatrice des multiples promesses que laisse entrevoir l’aventure qu’elle vient de vivre. Plaquées sur la scène, quelques notes de piano écorchent à peine un silence complet.

Cette ‘amnésie’ sonore surprend de la part du réalisateur qui ne s’est pourtant pas privé, dans les scènes d’explosion et de décollage, d’un impressionnant arsenal sonore. Là, presque rien, comme si le bruit devait servir uniquement à accentuer des situations paroxystiques et être radié dans tous les autres cas. Pourtant le cinéaste n’aurait-il pas eu avantage — pour illustrer la petitesse et l’isolement humains — à utiliser la plainte d’une brise légère, le froissement de quelques broussailles, le cri lancinant d’un rapace dans le lointain, le ruissellement ténu d’un cours d’eau, plutôt que la mélodie dépouillée de piano?

Il aurait été intéressant de confier la sonorisation de la dernière scène à Yves Daoust. Né à l’aube de la musique concrète, rompu au métier de conception sonore par son passage à l’Office national du film du Canada (ONF), il aurait sans nul doute su traduire toute la charge musicale et émotionnelle recherchée pour l’épilogue du film, simplement en puisant dans l’intarissable réservoir des sons qui nous entourent. Pour lui, en effet, la frontière entre l’environnement sonore et la musique, telle que nous l’entendons habituellement, n’est qu’une paroi poreuse et malléable, traversée par d’insolites va-et-vient qui renouvellent à chaque passage le plaisir pour l’oreille.

Water Music illustre bien l’approche choyée par le compositeur: faire ressortir toute la musicalité contenue en germe dans les sons de l’environnement. Cette démarche repose sur l’idée qu’il existe deux types de perception auditive: une perception générale du son, comme source d’information sur le réel, qui caractérise le réflexe auditif naturel vis-à-vis de tous les sons, principalement ceux qui meublent notre quotidien; et une perception plus particulière de la dimension esthétique des sons, qui caractérise l’écoute de la musique. Ces deux perceptions ne sont pas forcément distinctes ou irréconciliables; on peut penser qu’elles sont, au contraire, complémentaires dans toutes nos activités d’écoute. Yves Daoust pousse cette logique à l’extrême, jouant avec virtuosité sur l’ambiguïté de la perception. Tantôt l’auditeur entend des sons familiers traités comme s’il s’agissait d’un instrument de musique, tantôt il perçoit des timbres instrumentaux qui semblent métamorphosés en sons d’environnement. Ainsi est-il confronté à un nouvel éclairage de sonorités qui interpellent de manière renouvelée ses habitudes perceptives.

Cette approche s’inscrit dans la veine que le compositeur a explorée avec ses musiques mixtes pour un instrumentiste et bande [le disque Anecdotes, empreintes DIGITALes, IMED 9106] qui opposent, dans leur couleur comme dans leur propos, un instrumentiste à une bande sonore pré-enregistrée. Entre les timbres instrumentaux et les sons tirés de l’environnement sonore, le contraste est éclatant. Chaque fois, le compositeur sollicite et questionne notre écoute entièrement conditionnée par le répertoire instrumental et trop souvent insensible à la beauté implicite d’une sonorité rugueuse ou scintillante qui ne provient pas d’un instrument conventionnel. Chaque fois, il confronte ainsi musique et paysage sonore, sans jamais nier l’infinie richesse de la tradition musicale classique, bien au contraire. Il démontre leur complémentarité ainsi que leurs qualités communes et respectives. Il nous oblige surtout à entendre d’une manière esthétique des sons familiers trop souvent relégués à leur simple attribut anecdotique. Par là, il réussit à forcer les limites trop étroites de notre paysage musical, notre conception générale de la musique.

Ce respect dans la recherche d’un terrain d’entente entre deux domaines cloisonnés par habitude, que sont la musique et l’environnement sonore, se retrouve jusque dans les titres, issus très souvent — et paradoxalement — du patrimoine musical traditionnel, tels Water Music, Impromptu et Fantaisie, ainsi que Quatuor, Valse, Adagio et Suite Baroque, dans sa production antérieure. Mais il s’agit bien plus qu’un puisage facile, voire ironique, dans la terminologie musicale. Dans Fantaisie, par exemple, il se sert de la fameuse Fantaisie en fa mineur Op. 103, de Schubert, qui inspire non seulement le titre de l’œuvre, mais sa forme même. Encore là, le compositeur propose des pistes d’écoute puisées à même notre culture musicale et qui permettent de dépasser la lecture anecdotique.

Fantaisie, par contre, introduit une ambiguïté supplémentaire: s’agit-il de musique ou d’un documentaire sonore? Composée uniquement à partir d’extraits d’émissions radiophoniques — regard documentaire sur la radio comme médium —, l’œuvre respecte toutefois rigoureusement les règles d’un déroulement musical propre, que vient justement renforcer, souligner et baliser la citation de Schubert. Aussi la pièce demeure-t-elle accessible à l’écoute par-delà la barrière de la langue. Peu importe, en effet, la signification des textes pour l’apprécier. Les éléments retenus — voix, séquences radiophoniques ou fragments d’émissions — le sont autant pour leur qualité sonore et musicale propre que pour leur intérêt anecdotique. Un auditeur non francophone peut ainsi suivre sans peine le déroulement et apprécier le parcours proposé. Là encore, paysage sonore (cette fois-ci d’ordre culturel) et paysage musical cohabitent en parfaite entente, grâce au traitement musical qui est mené avec brio.

Une autre caractéristique de l’écriture du compositeur, à contre-courant de la désincarnation sonore à laquelle conduisent trop souvent les moyens de traitement offerts par l’ordinateur, est la volonté de conserver l’empreinte figurative des sources sonores qu’il utilise pour ses matériaux. Les manipulations, parfois radicales, n’ont jamais pour but d’effacer l’origine anecdotique ou référentielle des sons mais d’en révéler au contraire toute la charge dramatique et symbolique, d’en extirper l’essence musicale. En faisant appel à la familiarité de ces sonorités, telles les cloches d’église auxquelles il recourt dans Résonances, Yves Daoust veut nous les faire écouter sur le même plan que celui utilisé pour aborder toute musique.

S’il utilise beaucoup les sons naturels, Yves Daoust amalgame également le paysage culturel et le patrimoine musical traditionnel dans la notion d’environnement sonore. Impromptu en fournit une magnifique illustration. Cette fois, non seulement le fil conducteur de sa pièce, mais également son matériau de base sont puisés dans la Fantaisie-Impromptu en do dièse mineur opus 66, de Chopin. Sorte de dissection sonore de l’œuvre de Chopin, enregistrée note par note et traitée selon des moyens assistés par ordinateur, on y perçoit toujours le spectre du compositeur romantique à travers des manipulations qui permettent d’imaginer un piano sans entraves, aux possibilités sans limites, tel que le pianiste Chopin aurait pu en rêver dans ses délires les plus audacieux. Là encore, rien n’occulte l’origine référentielle du matériau; bien au contraire, le compositeur en fait l’élément thématique dominant de la pièce.

Ce retournement du paysage musical sur lui-même, musiques ramenées à la case départ du matériau servant à élaborer une composition musicale, Yves Daoust se l’applique à lui-même dans Mi bémol. Une fois de plus, notre expérience courante des sons est ici mise à contribution. Sans cesse, la pièce interpelle notre appréciation des paysages sonores, avec des sonorités familières déviées de leur signification première et mises en scène dans une structure musicale cohérente. C’est là l’expérience implicite qui sert de référence pour saisir la portée proprement musicale du déroulement. Inversement, le compositeur suggère du même coup que notre expérience musicale peut assumer le même rôle. Rien n’empêche d’entendre l’environnement sonore avec une oreille culturelle, musicienne, et de façonner d’une empreinte esthétique notre écoute de tous les instants.

Toute cette démarche ne servirait-elle finalement qu’à enrichir notre oreille de nouveaux repères, qu’à proposer l’écoute musicienne de nos paysages sonores?

Ce serait déjà beaucoup! Mais la musique, c’est également un véhicule, celui que l’on associe le plus spontanément à nos peines et à nos joies, à nos rêves et à nos souvenirs. Yves Daoust nous le rappelle dans Il était une fois… (conte sans paroles). Mondes sonores imaginaires, évocations diverses peuplées des souvenirs associés aux histoires racontées à un enfant sur le bord du sommeil, cette pièce nous confirme que si la musique est d’abord une affaire d’entendre, elle est surtout révélatrice de ce que nous conservons du passage du temps et du besoin de réconfort que nous y cherchons. Mais elle confirme également qu’Yves Daoust fait partie de ces rares authentiques compositeurs qui, tout comme les artistes visuels d’antan ont contribué à définir l’iconographie, le graphisme et les modes d’aujourd’hui, façonnent le paysage musical actuel afin de mieux préparer nos paysages sonores de demain.

François Guérin, Montréal [x-98]

La presse en parle

10 compositions québécoises: musique électroacoustique

Émilie Payeur, La Scena Musicale, no 20:3, 1 novembre 2014

Décidément, le Québec n’a rien à envier aux autres pays en matière de musique électroacoustique. En effet, la province regorge de compositeurs créatifs qui ne cessent de repousser les limites de leur discipline et d’être reconnus internationalement. Même si dans la majorité des cas, la musique de ces compositeurs se rapproche du style acousmatique que l’on peut entendre en Europe, il y a bel et bien quelque chose qui les distingue: ils ont un son et une esthétique bien à eux.

Je vous propose donc une liste de dix œuvres incontournables par des compositeurs et compositrices d’ici afin de découvrir le panorama de notre production électroacoustique.

Crystal Music (1994) de Stéphane Roy

Dans Crystal Music, le compositeur Stéphane Roy traite sa matière sonore comme s’il s’agissait de verre en la dilatant, la moulant, la faisant se transmuter. D’ailleurs, la nature même des sons employés vient rappeler le verre, le cristal. Il y a quelque chose de nerveux, d’instable dans cette pièce. L’œuvre se caractérise par de grandes variations de la dynamique ainsi que par des explosions d’énergie qui émergent soudainement du silence pour ensuite s’éteindre aussi rapidement. À l’écoute, l’auditeur peut trouver des ressemblances avec certaines pièces les plus abstraites de Francis Dhomont. Ce n’est pas un hasard puisque Stéphane Roy a été son élève.

Stéphane Roy est l’auteur d’un ouvrage sur l’analyse de la musique électroacoustique, L’analyse des musiques électroacoustiques: Modèles et propositions. Au cours de sa carrière, il a également enseigné à l’Université de Montréal ainsi qu’au Conservatoire de musique de Montréal. Sa pièce Crystal Music a notamment obtenu le premier prix au 3e Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1994)

Kaleidos, empreintes DIGITALes, 1996

StrinGDberg (2001, 02, 03) de Robert Normandeau

Véritable tour de force musical, StrinGDberg est une œuvre minimaliste 16 pistes entièrement basée sur deux sources sonores: une prise de son d’une vielle à roue d’une durée d’une minute et une autre tirée du jeu d’un violoncelle. Le caractère tramé de la pièce, voir méditatif, invite l’auditeur à pénétrer au cœur du son et à être témoin des microvariations qui surviennent, à s’en émouvoir même. Une partie plus rythmique, caractéristique de l’œuvre de Normandeau, s’insère vers la moitié de la pièce. Comme pour une bonne partie de son catalogue, StrinGDberg a été composée pour accompagner une pièce de théâtre, Mademoiselle Julie d’August Strindberg, dont la mise en scène était assurée par Brigitte Haentjens et présentée à l’Espace GO (Montréal) en mai 2001.

Robert Normandeau enseigne à l’Université de Montréal. Ses œuvres ont été maintes fois primées lors de concours internationaux. Il est à noter qu’il est le cofondateur de Réseaux, une société de concerts dédiée à la diffusion des arts médiatiques qui a présenté les séries de concerts Rien à voir et Akousma.

Puzzles, empreintes DIGITALes, 2005

Les corps éblouis (1992-93, 94) de Christian Calon

Les corps éblouis tire ses matériaux sonores d’une seule source: la guitare électrique. Véritable travail sur la métamorphose, non seulement des sons de base mais également dans sa durée, la pièce a été pensée afin d’engendrer un effet de spirale où tout s’imbrique dans une perpétuelle mouvance. Ici on reconnaît le savoir-faire exemplaire de Calon, et une technique d’écriture comparable à celles des Parmegiani et Dhomont de ce monde. Les corps éblouis a obtenu le 2e prix du jury au 22e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1994) ainsi que des distinctions au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1995, 97).

Christian Calon est un artiste indépendant œuvrant également en photographie et dont les œuvres ont maintes fois été récompensées aussi bien à l’international que chez nous.

Les corps éblouis, empreintes DIGITALes, 1998

Le vertige inconnu (1993-94) de Gilles Gobeil

Le vertige inconnu est probablement la pièce la plus forte non seulement de l’album La mécanique des ruptures, mais aussi du répertoire entier de Gilles Gobeil. Construite à partir de sons concrets, dont on peut reconnaître la provenance, le compositeur crée un univers cinématographique quasi surréaliste à l’intérieur duquel coexistent grillons et machines à air comprimé. Toutes les habiletés de Gobeil qui en font un compositeur si unique sont brillamment illustrées dans cette pièce: articulations vives, rupture du silence par des explosions sonores soudaines… Le vertige inconnu a remporté le Prix des arts électroniques de Stockholm, un concours international de musique électroacoustique (Suède, 1994) et a obtenu le 2e prix au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1995).

Gilles Gobeil est professeur en technologies musicales au Cégep de Drummondville (depuis 1992) et a été professeur invité de composition électroacoustique à l’Université de Montréal (2005-06) et au Conservatoire de musique de Montréal (2007). Il est également lauréat de plus d’une vingtaine de prix sur la scène nationale et internationale.

La mécanique des ruptures/IMED, empreintes DIGITALes, 1994

Sous le regard d’un soleil noir (1979-81) de Francis Dhomont

Cette œuvre tourmentée, faisant partie du Cycle des profondeurs, explore et illustre l’univers de la schizophrénie en huit parties. Une des particularités de l’œuvre est l’emploi de la narration. Afin d’entrer dans le sujet, Dhomont utilise des textes du psychiatre et psychanalyste Ronald D Laing. Mais cette narration ne sert pas seulement à informer. Elle guide carrément le développement de la pièce, devenant même matériau sonore à certains moments. Selon Dhomont, cette œuvre propose la rencontre de l’imagination et de l’imagerie mentale produite par le traitement des sons. Sous le regard d’un soleil noir a obtenu le 1er prix de la catégorie Musique à programme au 9e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1981).

Originaire de Paris, Francis Dhomont a passé une bonne partie de sa vie à Montréal pendant laquelle il enseigna à l’Université de Montréal (de 1980 à 1996). C’est d’ailleurs lors de cette période qu’il composa Sous le regard d’un soleil noir. Il est une des figures les plus marquantes dans le domaine de la musique électroacoustique et son travail a été largement reconnu et encensé.

Sous le regard d’un soleil noir, empreintes DIGITALes, 1996

Water Music (1991) de Yves Daoust

C’est par un beau jour de printemps que le compositeur eut l’idée de Water Music. Les gouttelettes tombant des glaçons fondants lui semblèrent mélodiques. La beauté de cette pièce vient du fait qu’elle met en vedette un matériau qui nous est assez familier, l’eau, permettant à l’auditeur de vraiment lui porter attention pour une fois. Le passage entre les différentes sections est particulièrement bien réussi.

Parallèlement à son enseignement au Conservatoire de musique de Montréal (qu’il a quitté en 2011), Yves Daoust a contribué au développement de la scène électroacoustique au Québec, notamment en participant très activement en 1978 à la fondation et au développement du premier organisme au pays voué à la promotion et à la diffusion de la musique électroacoustique, l’ACREQ. En 2009, il a reçu le Prix Serge-Garant (Fondation Émile-Nelligan) pour l’ensemble de son œuvre.

Musiques naïves, empreintes DIGITALes, 1998

eXpress (2001-02) de Jean Piché

Jean Piché est décidément un innovateur. Au départ compositeur (pensons à la pièce Taxis to Burning Sky), il s’est rapidement tourné vers l’image pour ensuite développer une toute nouvelle discipline à laquelle il donnera le nom de «vidéomusique». Ce que le compositeur tente de traduire, c’est une perception symétrique entre l’image et le son, une synergie. Pour eXpress, une œuvre pour trois écrans, Piché a filmé les images dans le train reliant Bourges et Paris. On peut y reconnaître des paysages. L’allure très cinétique d’Express est obtenue en réglant la caméra à une vitesse d’obturation très rapide avec une grande ouverture de l’objectif. La musique minimaliste et répétitive contribue à l’effet de transe de l’œuvre.

L’enseignement et la recherche en composition électroacoustique à l’Université de Montréal occupent une part importante de la vie professionnelle de Jean Piché. Il est également impliqué dans le développement de logiciels. On lui doit notamment Cecilia, un logiciel de traitement sonore.

www.jeanpiche.com/express.htm

Big Bang II (1987, 95) de Marcelle Deschênes

Dans Big Bang II, on se retrouve dans un univers postnucléaire. L’œuvre avait d’abord été conçue comme trame sonore servant d’accompagnement à une installation multimédia du sculpteur holographe et artiste de la lumière, Georges Dyens, intégrant sculptures holographiques, éclairages, fibre optique, musique électroacoustique, le tout en mouvement chorégraphié par un système de synchronisation programmée. De nature tramée et minimaliste, la pièce est brillamment écrite et a inspiré bon nombre de compositeurs.

De 1980 à 97, Marcelle Deschênes enseigne à la Faculté de musique de l’Université de Montréal la composition électroacoustique et multimédia, la perception auditive et les techniques d’écriture électroacoustique. Elle met sur pied, développe et dirige un programme inédit en composition électroacoustique aux trois cycles (baccalauréat, maîtrise et doctorat).

petits Big Bangs, empreintes DIGITALes, 2006

Arksalalartôq (1970-71) de Micheline Coulombe Saint-Marcoux

Cette pièce joue autour de l’abstraction de la parole, de la voix et même des instruments de musique. Arksalalartôq, d’après des textes des poètes québécois Noël Audet et Gilles Marsolais, exprime le vertige des mots, des sons, par analogie avec le jeu inuit où les participants (le plus souvent des femmes) mettent à l’épreuve leur capacité d’invention à créer et de résistance à émettre des sons, des mots pour la plupart sans signification. Entrecoupée par des sons percussifs ou dans d’autres cas tirés de synthétiseurs analogiques, Arksalalartôq rappelle certaines pièces de Stockhausen ainsi que Pierrot lunaire de Schönberg.

En 1968, Iannis Xenakis recommande vivement à Micheline Coulombe Saint-Marcoux d’aller à Paris pour y étudier la musique électroacoustique avec le désormais célèbre Groupe de recherches musicales (GRM), ce qu’elle fit. À son retour à Montréal, elle enseignera au Conservatoire de musique de Montréal jusqu’à son décès en 1985.

Impulsion, empreintes DIGITALes, 2001

Mantra (1997) de Jean-François Laporte

Dans l’ère moderne où nous vivons, nous sommes envahis, submergés par des sons de toutes sortes qui accompagnent notre existence. Jean-François Laporte les nomme «mantras», d’où le titre de la pièce. À l’image des mantras orientaux, ceux du compositeur doivent par exemple être d’une bonne longueur et se répéter de façon cyclique dans le temps. Pour cette pièce, Laporte a utilisé exclusivement les sons générés par un compresseur de refroidissement des patinoires lors d’une prise de son unique. Toutes les modifications timbrales ont été effectuées lors de la prise de son, sans aucune manipulation en studio.

Jean-François Laporte est surtout connu pour ses instruments inventés. Il est fondateur et directeur artistique et général des Productions Totem contemporain (PTC), et ses œuvres sont éditées aux Éditions Babel Scores.

Mantra, Cinéma pour l’oreille, 2000


Je ne pourrais passer sous silence les œuvres de ces compositeurs qui deviendront sans doute des incontournables de la musique électroacoustique du Québec dans quelques années: Champs de fouilles (2008) de Martin Bédard, Transit (1998) de Louis Dufort, frequencies (a) (2011-12) de Nicolas Bernier, L’appel (2008) de Georges Forget… et la liste pourrait continuer.

[Article édité en collaboration avec la rédaction du site Cette ville étrange. Chronique de la création musicale (www.cettevilleetrange.org).]

Décidément, le Québec […] regorge de compositeurs créatifs qui ne cessent de repousser les limites de leur discipline et d’être reconnus internationalement.

Review

François Couture, AllMusic, 1 août 2001

Musiques naïves, “Naive Music”: a beautiful title for this collection of works by Yves Daoust. It aptly describes the stolen melodies from Chopin and Schubert, the memories, the children voices, the rediscovered natural phenomenons. Water Music originates from the composer’s fascination with the sound of melting icicles. A fantasy around water and the end of winter pleasures unfolds almost magically, taking the listener on a beautiful journey, not exempt of ironic passages (a flushed toilet evacuates winter altogether!) It is the best work on this CD, although Il était une fois… (conte sans paroles) “Once Upon a Time… (Tale Without Words)” also features all of Daoust’s best compositional tricks. Résonances, a study on the bells of the Notre-Dame church in Montréal, remains much colder and uninvolved. The same comments apply to Impromptu, ten minutes of unconvincing computer treatments of Chopin’s Fantaisie-Impromptu in C# Minor, Op. 66. Fantaisie also has a classical motif at its heart, Schubert’s Fantaisie in F Minor, Op. 103. Phrases of it serve as the articulation for this work using excerpts taken from the archives of the national French-Canadian radio. A commission from Radio -Canada to celebrate its 50th anniversary, it is inhabited by a nice nostalgia, but non-Quebecers will hardly be able to relate to it. Less essential than Daoust’s first CD Anecdotes, Musiques naïves documents the work of an established composer.

… documents the work of an established composer.

Review

Ian Whalley, Array Online, 9 novembre 2000

The opening CD notes give Yves Daoust’s biography that includes a background in piano performance and an early interest in cinema and theatre. The composer’s track notes, particularly those on the third track, provide the best insight into what is being attempted here, and François Guérin’s analysis of works in the CD notes give an overview of the composer’s main stylistic traits.

The opening track Impromptu is based on the composers MIDI recording of Chopin’s Fantasie-impromptu in C sharp minor (Op. 66). Key motives are then extracted to form the basis of ‘Chopin sound objects’ that are manipulated well beyond the physical limits of the piano. Ideas freely collide in a mixture of the melodic and textural, yet the piece is carefully controlled structurally. The sense of momentum, particularly through the control of density and panning, is outstanding.

Il était une fois… (conte sans paroles) is a sound collage inspired by stories the composer used to make up to put his daughter to sleep. Like a bedtime story, the work inhabits a twilight world between reality and dreams, and the structure is accessible. The result is surreal, evocative and haunting, with the specific and vague trading places for attention in the texture.

Small ‘fetish’ sounds are the basis of the short work Mi bémol. The composer indicates that the piece is a concentrate of his style and mains means of articulation. This includes confrontation of heterogeneous materials, overlapping textures, anecdotal material, and vacillation between musical and documentary approaches. This condensed work is tightly controlled and the material is finely balanced.

Résonances was composed from bell sound samples. Attacks and resonance are treated separately then blended into an atmospheric piece that has many subtle layers of engagement. The effect is swirling and full of unexpected turns. The careful juxtaposition and balance of the known with the surreal here continually captures ones interest.

Water Music; I initially played with some trepidation because the subject matter has been so overworked in electroacoustic music it seem difficult to find an original angle. The results here are anything but disappointing. Again, the balance of material, careful control of texture and shape, and sense of development are a tribute to the composer’s mastery of the idiom. The use of speech in this context, particularly childrens voices, is an inspired touch.

The CD concludes with Fantaisie, a work commissioned by Société Radio-Canada and based on samples from the radio sound archives. The composer aimed to create a collage of memories from radio and express the power of the sound beyond the referential significance of the material selected. Alluded to throughout is Schubert’s Fantasie in F minor (Op. 103). The work unfolds slowly as the listener is drawn in. The journey is rambling and drifts from the actual to the imaginary as material is transformed.

This CD illustrates an astonishing array of generation techniques, and is particularly imaginative in balancing the musical and documentary approach. Underpinning this is a solid yet subtle sense of structural control, and a clear sense of artistic purpose. Deceptively conservative, one is left with the sense of a series of parables allowing the material to be read on a number of levels.

Review

Geert De Decker, Sztuka Fabryka, 1 novembre 2000

Yves Daoust instrument is the piano, since as a child, therefore you find on this CD piano music. Not just classical piano music, no experimental music with the piano. He does not avoid using the classical piano sounds in combination with the new electronics. Impromptu (1994) the first composition is a combination of both, a classical play of Chopin is recorded with a sequencer and reworked. The result is a composition that starts with the classical timbre of the piano surrounded with an ambient atmosphere that slowly transforms into a very hypnotic atmosphere of piano tunes that comes and goes very quick. In the second track he goes completely an other way, there he plays with sounds and tunes. This way he creates stories with several atmospheres, sometimes you find yourself listening to a heavenly atmosphere of an other dimension while a bit later the nerve breaking sounds of a fair comes over you. Playing with sounds and tunes is what you also can found in the 4 other tracks on the CD. Especially his search for what is able to do creatively in music with what is there on the world. He works with sounds that he can creates and find around him, with the bell sounds of the Notre-Dame in Montréal, Water Music is a composition made with several sounds of water, and last but not least makes a composition with archive material from French Radio-Canada. Yves Daoust is a master of the composition, because he proves here that there is able to make music with the collage of sounds, thanks to the several atmospheres that he is able to put into his compositions.

Yves Daoust is a master of the composition…

Recenzijos

Linas Vyliaudas, Tango, no 8, 1 août 2000

Review

Alan Freeman, Audion, no 42, 1 mars 2000

Ah, the weird sonic world of empreintes DIGITALes, with an ever growing catalogue of curious and creative music. […]

As ever all their CD’s are fascinating inventions in sonic art and electroacoustic music.

Daoust is a name we’ve encountered many a time before, and this new collection of works (dating 1986-94) shows him at his best in melding sound into a melodic/amelodic texture. Each of the six tracks has a different focus: Impromptu celebrates discovery with diverse sonic coincidences, Il était une fois… (conte sans paroles) is a brilliant piece of deep resonant cosmic music, Mi bémol sound like a little avant-garde firework display, Résonances presents a carillon of bells in a variety of mutations, Water Music whilst being constructed from water sounds is not quite what you’d expect (I won’t spoil the surprise), and then finally we have Fantaisie in which Daoust lets all his ideas run free, as a sort of bizarre sonic movie. All fascinating stuff, and largely original in style and conception.

… fascinating…

Yves Daoust ou l’art du palimpseste musical… un monde entre rêve et réalité.

Mathilde Henry, Club-culture, 1 septembre 1999

Yves Daoust est l’un de ces compositeurs dont l’œuvre, si singulière et surprenante soit-elle, ne nous laisse pas indifférents. Concepteur sonore à l’ONF (Office national du film du Canada) pendant quelques années, le compositeur a rejoint, dès 1978, la fondation de l’ACREQ (Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec), dont il assumera la direction pendant près de dix années. Aujourd’hui enseignant au Conservatoire de musique de Montréal, Yves Daoust y a développé un programme de composition électroacoustique qui lui permet de poursuivre ses recherches.

Son dernier album Musiques naïves, édité par [DIFFUSION i MéDIA dans la collection] empreintes DIGITALes, illustre bien cette démarche de recherche: Yves Daoust nous invite à repenser l’écoute des paysages sonores qui font notre quotidien, en les utilisant dans ses œuvres comme des ‘instruments’ à part entière.

Son œuvre se compose tel un palimpseste: des sonorités nouvelles se superposent à des œuvres plus anciennes qui fournissent, dès lors, une trame musicale de base. Ainsi, dans le premier morceau de l’album, intitulé Impromptu, Yves Daoust utilise la Fantaisie impromptue en do dièse mineur, opus 66 de Chopin comme thème dominant de la pièce, laissant la sensation d’une composition en surimpression.

De même, dans le morceau intitulé Fantaisie, Yves Daoust utilise en filigrane la Fantaisie en fa mineur, opus 103 pour piano à quatre mains de Franz Schubert, en lui superposant des morceaux d’archives radiophoniques qui illustrent le pouvoir envoûtant de la radio.

Mais, Yves Daoust est également un conteur, un magicien qui se joue des oreilles de son auditeur. Il nous fait en effet perdre pied en abolissant, dans ses compositions, la frontière qui existe traditionnellement entre notre quotidien sonore (chants d’enfants, voix, bruits de foules…) et la musique. Ainsi, dans le morceau Il était une fois… (conte sans paroles), une pléiade de notes, de sons et d’harmoniques accompagnent le chant d’un enfant, nous entraînant ainsi dans un monde tout droit issu des profondeurs des rêves. Le compositeur intègre donc la réalité (l’eau, par exemple, dans Water Music ) au virtuel, à l’irréel. Il travaille sur notre quotidien sonore comme sur une partition; il en tire des sonorités, des instruments même, atypiques, comme en témoignent Résonances, composé à partir des cloches de Notre-Dame de Montréal, et Mi bémol, bâtit sur une polyphonie de sons très divers.

Ainsi, l’œuvre de ce compositeur semble être une pluie harmonieuse qui transforme le monde réel en un monde magique; sa musique scintille tel un paysage après une pluie…de notes, évidemment.

… l’art du palimpseste musical…

Review

Richard Cochrane, Hollow Ear, 1 juillet 1999

Daoust has a febrile imagination. Nothing stays still for long in these electronic works which fuse samples of recognizable sounds with state-of-the-art digital processing and recomposition. He’s been making music this way for twenty years, and his depth of experience shows in his expert handling of such delicate issues as stereo panning — sounds constantly move around the field, but with a subtlety that prevents them from ever merely ping-ponging back and forth.

The disc begins with [Impromptu] a filleting of a piece by Chopin, recorded in its entirety by the composer and completely re-wired in software. While the postmodern referentially of the approach is certainly not ignored, Daoust creates something quite alien to Chopin’s melodic conception, sending notes bouncing off one another like hyperstimulated atoms and occasionally allowing them to accumulate into vast microtonal dissonance.

Il était une fois… (conte sans paroles), on the other hand, supposedly conjures up the images of bedtime stories he liked to tell his daughter. Perhaps they gave her nightmares. Certainly the combination of children’s voices, harsh timbre and squealing rubber toys terrified this listener. Atmospheric in the extreme but not for the faint-hearted.

It’s followed by the all-too-brief Mi bémol, a study in percussive tones (sounding like xylophone or marimba samples) which ricochet off one another with jaw-dropping speed and agility, accompanied by spoken word samples and other concrète bits.

Résonances uses the bells of Notre-Dame (the one in Montréal and not Victor Hugo’s) for its sound-source; a little grating but a sound he clearly likes. High-speed manipulations skid this way and that, always taking the listener by surprise.

This is a disc full of fascinating and well-realized works. It’s not just for musique concrète fans; indeed, it’s probably rather too conventionally musical for their often ascetic tastes. Far from being compilations of “real” sounds, these are musical constructions in the most conventional of senses; if they happen to also be imaginative and stimulating, to refer to the non-musical auditory world and to seem to tell a story, then so much the better.

This is a disc full of fascinating and well-realized works.

Review

Henry Schneider, Henry Schneider, 1 juin 1999

Yves Daoust is a Canadian electroacoustic composer well versed in the manipulation and processing of natural and found sounds. Daoust currently teaches a course in electroacoustic composition at the Conservatoire de musique de Montréal. Musiques naïves is a collection of six Daoust compositions spanning 1986 to 1994. The opening composition Impromptu is the most recent and an interesting experiment in composition. Daoust recorded Chopin’s entire Fantasie-impromptu in C sharp minor, Op. 66 on a sequencer. Daoust extracted a few key motifs to create a series of ‘Chopin-objects’, which he used as building blocks to convey the feverishness of Chopin’s writing by unleashing floods of MIDI data, pushing this technique to its limits. The result being music that builds slowly from warped strings, organ, and piano to rapid crystalline arpeggios sliced, diced, and layered to create a wall of sound not unlike Paul Dolden or [John Oswald’s] Plunderphonics on Grayfolded.

The second composition Il était une fois… (conte sans paroles) (1986) is a sound collage that begins with street sounds and children playing on swings. It develops into a quiet surreal dream-like world complete with electronic insectoids and birds making it one three standout compositions on the disc. The third composition Mi bémol (1990) is a short little ditty using processed bell sounds and voices played both forward and in reverse. The fourth composition Résonances (1992) is a difficult piece constructed out of a few bell sounds recorded at the Notre-Dame Basilica in Montréal.

Water Music from 1991 is another of the high points of the disc. Using the spectrum of sounds created by water Daoust takes us on a sonic journey from a melting icicle to a swollen stream. Dripping water loops create interesting rhythms that merge and cascade into a rapidly flowing stream of sounds. The disc closes with another excellent composition, Fantaisie, a radio collage commissioned by the Société Radio-Canada for the Prix Italia 1986. It commemorates the fiftieth anniversary of French production on the state radio network and is an extremely interesting and fun piece.

Make no mistake, Musiques naïves is experimental music and exists for the adventurous listener. However, it may be one of the more accessible discs of the genre, especially for its three outstanding compositions.

… one of the more accessible discs of the genre, especially for its three outstanding compositions.

Review

Splendid E-Zine, 22 mars 1999

On Musiques naïves, Canadian electroaoustic composer Yves Daoust presents an interesting assortment of concert tape music. Impromptu is made of a flurry of MIDI messages triggering musical motives drawn from the works of Chopin. It is frenzied and saturated, meant to capture the “feverishness” of Chopin’s work. Il était une fois… (conte sans paroles) is a highly fanciful soundscape inspired by bedtime stories the composer once told his daughter. Water Music celebrates nature by focussing on the sound of water dripping for 13 minutes. Fantaisie commemorates 50 years of French national radio and draws its sonic material from archival recordings, very nostalgic I’m sure. All in all the stuff on Musiques naïves is evocative and imaginative, and it’s electroacoustic!

Musiques naïves is evocative and imaginative, and it’s electroacoustic!

Review

MP, Vital, no 161, 10 février 1999

Yves Daoust released the CD Anecdotes on this same label several years ago, and now there’s this [(Musiques naïves)], in the nifty [OPAK] cardboard packaging which I have come to associate with excellent electroacoustic music. (Before I get to the aural content, full marks for the absolutely gorgeous photo-collage [by Luc Beauchemin] on the cover.)

The CD opens with Impromptu — the most recent piece on this collection — in which Yves dissected Chopin’s Fantasie-Impromptu in C sharp minor, Op. 66, by recording it note-by-note and treating it inside a computer. It starts with a nervous, tentative piano chord, which unexpectedly fluctuates drastically in pitch setting the tone for the rest of this excellent composition. It slowly builds into a seething deluge of notes, attack is forcibly seperated from release and the threatening distortion is cooled towards the end by by a slight shower. It made me think of the composition Return by our chum Morton Subotnick (thanks for the responses to last week’s review, all of you who did), which was executed on reasonably horrid Yamaha synthesizers by Yamaha sequencers and was “a distillation of the piano works of Scarlatti” (or something like that), according to Morton himself. Return, by the way, was composed as a celebration of the Halley’s Comet periodic flyby a couple of years ago.

Next on Musiques naïves is a piece titled Il était une fois… (conte sans paroles) which is a soundtrack to a dream, lingering ‘somewhere between the narrative and the musical’ with sounds that caress, floating like weightless feathers and others that leap out in joyful surprise. No danger here. This is followed by Mi bémol, a three minute piece composed for the first empreintes DIGITALes compilation Électro clips, which was also my introduction to this label — an absolutely brilliant CD, which was followed by a similar compilation in 1998, Miniatures concrètes — a celebration of 50 years since musique concrète’s ‘invention,’ which I own but have not fallen so rapidly under the spell of.

The fourth track Résonances was constructed from church bell sounds. Again the individual sounds are split into tinier and tinier fragments creating shimmering cascades of bells which gradually smear back into their original shape and pitch, now tight, then loose. Sustain is stretched — faint reflections and scattered points of sound bounce off drifting clouds of dust motes in ancient buildings. Water Music was inspired. like so many pieces, electroacoustic and otherwise, by the element water. (Check out Annette Vande Gorne’s release Tao [and Musiques naïves by Yves Daoust] on this same label for a superb piece around this theme.) Perhaps it’s because the rich palette of frequencies and moods inherent in water can evoke and inspire any emotion, feeling or memory. The final track Fantaisie was constructed from radio archives and was commissioned to commemorate the 50th anniversary of French production on the state radio network.

Once again, empreintes DIGITALes have produced a musical gem, no easy listening or background sounds here, but a demanding and rewarding journey through the topography of Yves Daoust’s imagination. Sublime!

{colcat:imed_9802}

Oh Yes! I nearly forgot to mention Robert Normandeau’s definitive CD Lieux inouïs, which is perhaps my favourite CD on this label, can I have a copy please, sir.

{colcat:imed_9920}

His other full-length CD on empreintes DIGITALes, Tangram, was made [originally] available as a double CD of the same track, the second CD was recorded from a multiple speaker performance master (if I remember correctly?) and was also a gem.

Once again, empreintes DIGITALes have produced a musical gem…

Review

Davis Ford, Etch, no 5:1, 1 janvier 1999

Yves Daoust is a master of sound manipulation. In the beginning, a piano fights for space with itself. Two minutes in, there is a chaotic battle of notes involving the piano vs. that same piano, which ensues into a melee of bickering between the piano’s close relatives and finally, burst of white and pink noise which drive the piece into the new millennium. As the storms calms, the sounds of rain is introduced as a sort of closure. This 10-minute absorption follows with the familiar sound of a child’s swing-set. Daoust stretches the screeching hinges farther and farther out into a computer-generated piece which could pass for hypnotic robot-speak. Daoust’s strength lies in his ability to take found sounds and stretch them into a new, yet unheard environment. At the same time, artificial sounds emulate our daily environment. It is a dichotomy that proves exciting with every listen. The final piece, Fantaisie is created entirely from radio samples. The environment Daoust sculpts proves to be such on oxymoron, it is disturbing, yet equally enthralling. A distant piano rambling on, stuck in a decrementing timer, slowly winding themselves down, while other samples of otherworldly radio nature weave their way into the mix. Musiques naïves is perhaps the most exciting collection of found, and manipulated sound I have ever witnessed.

Yves Daoust is a master of sound manipulation.

Dernières parutions empreintes DIGITALes

Dominique Olivier, Voir, 26 novembre 1998

Lors du dernier mini-festival d’art acousmatique Rien à voir — organisé par Réseaux au Théâtre de la Chapelle -, l’étiquette de disques montréalaise empreintes DIGITALes lançait sa plus récente fournée. L’étiquette, qui n’est consacrée qu’à la musique électroacoustique, offre deux nouveaux «compacts-compacts», c’est-à-dire des disques d’une durée plus courte dans un boîtier plus compact, et trois CD d’une durée normale. Comme toujours, les pochettes sont absolument admirables. Les compositeurs Yves Daoust, Jacques Tremblay, Robert Normandeau, Darren Copeland et Ned Bouhalassa nous en font voir de toutes les couleurs, couleurs de son, bien entendu. À souligner, le remixage de Lieux inouïs de Normandeau et le très beau disque de Daoust, touchant, à la fois familier et débordant d’imagination: Musiques naïves.

… très beau disque de Daoust, touchant, à la fois familier et débordant d’imagination: Musiques naïves.

Un cinéma pour l’oreille

Clément Trudel, Le Devoir, 26 octobre 1998

Dans ce qui pourra se révéler un «cinéma pour l’oreille», le théâtre La Chapelle propose, du 28 octobre au 1er novembre, une immersion dans la musique concrète ou «acousmatique». Cinq jours d’électro pour souligner les 50 ans d’une musique inventée par le Français Pierre Schaeffer.

Parmi les compositeurs de musique concrète, l’un des plus prolifiques est François Bayle qui dirigea à Paris, durant 30 ans, l’Ina-GRM ou Groupe de recherches musicales de l’ORTF. Ces journées organisées par Réseaux font la part du lion à Bayle que certains qualifient de «légende vivante». Le samedi 31, les concerts de 19h et de 21h (Rétrospective no 1 et Rétrospective no 2) portent entièrement sur des œuvres de Bayle. Ces concerts sont repris le dimanche (1 novembre) aux mêmes heures. François Bayle s’entretient dimanche (14h) avec de jeunes compositeurs.

Un catalogue abrégé de ses œuvres présenté par la revue d’esthétique musicale LIEN (printemps 1994) contient une cinquantaine de titres. Sous la direction de Michel Chion, LIEN a recueilli une vingtaine de témoignages de musiciens et de compositeurs sur Bayle, auteur de plusieurs ouvrages théoriques. Certains ont découvert l’électroascoustique au contact d’œuvres comme L’Oiseau chanteur ou Espaces inhabitables de Bayle, dont l’un des disques porte le titre Motion-Émotion.

Cet événement Rien à voir (4) accueille trois autres compositeurs: le Montréalais Stéphane Roy (mercredi 28); le Suédois Erik Michael Karlsson qui offre (jeudi 29) ses propres compositions (19h) suivies à 21h, d’une Carte blanche. Venu d’Allemagne, le compositeur Ludger Brümmer, qui a remporté en 1993 le prix Ars Electronica d’Autriche, offrira deux concerts le 30 octobre.

L’étiquette empreintes DIGITALes lancera (28 octobre) trois disques: Musiques naïves (Yves Daoust), Alibi (Jacques Tremblay) et Lieux inouïs (Robert Normandeau).

L’étiquette empreintes DIGITALes lance trois disques…

Autres textes

Earscape no 7

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.