Atlantide; Golgot(h)a Michel-Georges Brégent, Walter Boudreau

  • Société Radio-Canada
  • Conseil des arts du Canada • Ministère des affaires culturelles du Québec

Sorte de génie musical… SOCAN, Paroles & Musique, Canada

Des musiques à réentendre! Circuit, Québec

  • SONARt
  • IMSO 9201 / 1992
  • UPC/EAN 771028920129
  • Durée totale: 60:19

Atlantide; Golgot(h)a

Michel-Georges Brégent, Walter Boudreau

Quelques articles recommandés

La presse en parle

Review

Gerald Van Waes, Psyche Van Het Folk, 1 août 2001

Duguay participated in 1985 in a radiophonic project called Golgot(h)a, a composition by Walter Boudreau. Let’s face Atlantide first. The texts used for those ideas are not at all noticeable in the music any more, but are completely transformed into the music. In this way they became dissolved by the musical concept. The overall atmosphere is one of a going back into a strange world, which starts from a chaotic but exotic structure, until it finds its peace in it.

The ideas behind the project came forth from all collected readings from Edgar Cayce which referred to the pre-existence of Atlantis. These readings all warned us in a way not to be lead by power once more and not to fall in self-destructive one-mindedness thinking any more that can lead to a pseudocommunal system that give rise to so many selfdefensing mechanisms that the world itself can get into danger by it.

The piece was dedicated to Charles Berlitz, author of books on Atlantis, and Jacques Boucher, and was commissioned by Société Radio-Canada. It received the special Jury Price in the Prix Italia in 1985.

The second piece is based upon inspiration by the Golgotha “as the representation of the drama of a human being confronted with the ineluctable. This long tunnel, of total darkness is a terrible funaral march of a man condemned to a horrible ordeal: the crucifiction.” Unfortunatly this experience is done with many destructive tones and atmospheres, where the purity of the soul in the middle that might even have found its inner piece within its desperate situation has not been expressed or even thought over. In that way it is indeed the confrontation of a common human being in this situation, facing hell directly in all its possible reflections. But even then I can’t believe in such an approach, bringing in mind some Italian horror movies where even the sadest and scariest moments contained some beauty.

OK. Let’s face this cruelty then. Destructive magical words (with amplified voice into horror), obtruded blasphemous trumpets spread their abuse to the unbearable. In my life I heard many contemporary compositions (Stockhausen, Xenakis, Ligeti…), difficult Free Jazz… but within what I heard this piece has too much destructive power in it. There’s no light in it. It truly is the total darkness. A destructive power towards the inner self. It’s not even a power that can cross that border or stand for itself on its own. This second piece received the Prix Paul Gibson in 1991 from the Communauté des Radios Publiques de Langue Française.

New Music Report: Electro-Ambiance

Cliff Furnald, CMJ (College Media Journal), 21 février 1994

Each is a diverse collage of environmental and electronic sounds, choral groups and acoustic ensembles. Bregent’s Atlantide uses the myth of the lost kingdom of Atlantis as an allegory for contemporary society, a schizophrenic place where ‘singularists’ and ‘pluralists’ vie for control of the race. He sees this radio drama as an antidote, “a radiophonic alarm… to draw people out of their daily lethargy.” Atlantide’s powerful, almost visual images go to a place deeper than a mere ‘message’ could, delivering its sounds directly to the soul. Golgot(h)a traces the walk of Christ to his crucifiction. The ensemble consists of horns, sampled voices, organ and natural percussion. This is not so much a work of faith as a potent social commentary, an angry, sometimes caustic sound assembloge charting the darkness of human society and the strength of the individual human spirit. Both works need to be aired in full, and deserve your airtime.

Un adieu à Michel-Georges Brégent

François Bourgouin, SOCAN, Paroles & Musique, 1 novembre 1993

Comme le dit si judicieusement Arkel, de l’opéra Pelléas et Mélisande de Debussy, «la maladie, la vieille servante de la mort», a eu raison, le 4 septembre dernier, de Michel-Georges Brégent.

Essentiellement autodidacte, le compositeur, né à Montréal le 29 janvier 1948, a suivi un parcours très singulier. Sorte de génie musical, il compose ses premières œuvres peu avant son adolescence et aborde avec le temps différents styles: tonal, romantique, sériel, etc. Selon Walter Boudreau, ami du compositeur et directeur artistique de la SMCQ, Brégent réussit la jonction de plusieurs visions musicales. Évoluant vers un style éminemment personnel, il devient quelque peu ermite. Tout comme Charles Ives, il se révèle inclassable. L’œuvre la plus représentative de sa production reste sans doute Atlantide (1985), où se dégagent des éléments aussi variés que les musiques ancienne, classique, ethnique et populaire. «Michel-Georges était un alchimiste qui cherchait la pierre philosophale. Celle-ci était à ses yeux l’œuvre ultime qui embrasserait toutes les œuvres et tous les styles et, à ce titre, il était un merveilleux utopiste», explique Boudreau. «Brégent était un musicien actuel qui n’avait pas oublié ses racines,» poursuit-il. «Il avait les deux pieds dans le fumier et la tête dans les nuages, avec tous les degrés imaginables entre ces deux extrêmes.»

Longtemps négligée, car en certains cas jugée injouable, sa musique s’achemine vers une nouvelle renaissance. La technologie numérique (échantillonages, séquenceurs) permet maintenant de faire des miracles. À cet égard, le concert qui sera donné à sa mémoire le 26 mai 1994 à la Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau proposera notamment Mitzvot, une œuvre pour quatuor de saxophones commandée à Brégent par Boudreau il y a maintenant six ans, à l’époque impossible à exécuter. Walter Boudreau conclut en ces termes: «Il reste triste de constater dans nos sociétés que les utopistes meurent de chagrin. Il nous faut des gens qui rêvent, des utopistes, des visionnaires. Des gens qui se disent que si c’est pas demain, ce sera après demain et ainsi de suite. Cela donne envie de vivre et redonne de l’espoir. Hélas! tout réside dans la sacro-sainte efficacité…»

Qui osera reprendre le flambeau? Utopistes demandés!

Sorte de génie musical…

La musique canadienne sur disque

SOCAN, Le Milieu, 1 février 1993

Les compositeurs québécois sont sans doute les plus favorisés de tous. En plus d’avoir accès aux grandes étiquettes nationales comme les Disques SRC et Centredisques, ils peuvent rejoindre les auditeurs par le biais de la SNE, des étiquettes des universités McGill et de Montréal et, depuis quelque temps, de DIFFUSION i MéDIA et des Éditions Doberman-Yppan. DIFFUSION i MéDIA a ajouté à son étiquette électroacoustique empreintes DIGITALes l’étiquette SONARt, qui fut lancée au début de l’année dernière avec un disque de musiques de Michel-Georges Brégent et Walter Boudreau / Raôul Duguay. Le deuxième disque de la nouvelle maison de disques, sorti en décembre dernier, comporte Ne blâmez jamais les bédouins, opéra de chambre de René-Daniel Dubois et Alain Thibault interprété par la soprano Pauline Vaillancourt. La distribution des deux étiquettes est assu ée par SRI à Peterborough, Ont.

Ondes de chocs

Serge Arcuri, Circuit, no 4:1-2, 1 janvier 1993

Denis Smalley, Impacts intérieurs

Ce neuvième disque de la collection empreintes DIGITALes est consacré à la musique du compositeur néo-zélandais et britannique Denis Smalley. Se vouant exclusivement à l’électroacoustique, le musicien définit ses préoccupations comme la recherche des relations entre le geste et la texture tant sur le plan formel qu’au niveau de la perception. L’enregistrement nous propose une alternance d’œuvres pour bandes et de pièces mixtes depuis la toute récente réalisation Valley Flow pour bande seule, composée partiellement au Banff Center for the Arts et qui s’inspire du paysage grandiose et sonore que lui ont suggéré les Rocheuses. Dès la première audition, l’œuvre réussit à nous transporter dans ces vastes espaces éthérés, cristallisée par l’utilisation des registres extrêmes et un travail tout à fait remarquable à partir de sons de la forêt et de bruits de source qui ont presque conservé leurs qualités olfactives.

Piano Nets (1991) et Clarinet Threads (1985), comme les titres l’indiquent, sont des œuvres mixtes avec la participation du pianiste Philip Mead et du clarinettiste Roger Heaton. La première nous offre une composition équilibrée d’une grande maîtrise où le piano, utilisé surtout de façon harmonique, n’est à aucun moment restreint par les réseaux de la bande et semble se fondre naturellement aux résonances tout en conservant son caractère propre. La seconde plus morphologique s’accorde tout à fait à l’immense palette de timbres propres à la clarinette. Wind Chimes (1987) tout comme Darkness After Time’s Colour (1976), pour bande seule, relèvent de préoccupations et d’esthétique, de style plus français avec une maîtrise tout aussi efficace. Nous pouvons, sans conteste, parler d’un enregistrement de grande qualité, dans la lignée des réalisations de cette étiquette.


Michel-Georges Brégent; Atlantide, Walter Boudreau, Raôul Duguay; Golgot(h)a

Le premier disque de cette nouvelle étiquette nous convie à entendre deux œuvres qu’on pourrait, sans se tromper, qualifier d’envergure titanesque ou de façon plus appropriée, titanique, toutes deux écrites pour diffusion radiophonique.

Atlantide, de l’un des compositeurs québécois les plus prolifiques, Michel-Georges Brégent, peut nous surprendre, nous choquer, nous submerger ou nous éblouir mais ne peut certes pas nous laisser indifférent. Utilisant un orchestre éclaté allant des instruments anciens à l’orchestre traditionnel jusqu’aux instruments rock, l’œuvre transpose un contrepoint foisonnant de musiques et de styles des plus disparates pour construire une Babylone sonore tout à fait appropriée au discours apocalyptique que Brégent nous propose, en créant comme il le dit lui-même «un signal d’alarme radiophonique». On ne pourra manquer de remarquer une écriture exceptionnelle des voix ainsi qu’une interprétation tout aussi remarquable de la part des chanteurs et de l’orchestre sous la direction de Walter Boudreau.

J’ai toutefois quelques réserves sur la pertinence des insertions de bande entre les parties instrumentales du début, mais toute la section finale, qui semble nous rendre les débris de cette première partie sur les côtes d’une plage où se situerait l’auditeur, est d’une grande poésie et tout à fait réussie.

Golgot(h)a, du compositeur et chef d’orchestre Walter Bourdreau et du poète et musicien Raôul Duguay, un collaborateur de longue date, nous transporte dans l’univers tragique de la passion. L’œuvre est une suite de quinze tableaux sur les traces d’un chemin de croix où toute l’écriture est déduite d’un répons à quatre voix Tradiderunt me in manus impiorum du compositeur espagnol de la renaissance Tomas Luis De Vittoria.

Ayant d’abord entendu la musique en version concert, lors de sa création en mars 1992, je dois avouer que l’enregistrement m’a permis d’apprécier à sa juste valeur le travail subtil des voix échantillonnées en relation avec l’orchestre, ce que l’audition en salle avait quelque peu estompé. L’émotion retenue des derniers tableaux est émouvante et non étrangère à certains madrigalismes des plus à propos. La direction y est évidemment très sûre sous la baguette du compositeur et l’enregistrement d’une qualité tout aussi remarquable.

II est à noter que ces deux œuvres ont mérité des honneurs, soit le prix spécial du jury du Prix Italia dons le cas d’Atlantide et le grand prix de la communauté des radios publiques de langue française du Prix Paul Gilson dans le cas de Golgot(h)a. Des musiques à réentendre!

Des musiques à réentendre!

La musique contemporaine à l’honneur

Carol Bergeron, Le Devoir, 31 décembre 1992

[…] Déjà réconnu à travers le monde par sa collection de musiques électroacoustiques (acousmatiques, mixtes et interactives) diffusée sous l’étiquette «empreintes DIGITALes», l’éditeur montréalais DIFFUSION i MéDIA lançait, cette année, les deux premiers titres de «SONARt», une autre marque consacrée à des musiques conçues en studio. Le premier Laser réunit des œuvres radiophoniques de Michel-Georges Brégent et de Walter Boudreau et Raoul Duguay. Pour voix, divers ensembles, sons électroacoustiques et sons environnementaux, Atlantide de Brégent remporta une «première mention» au prix Italia de 1985; destinée à deux trompettes, deux cors, deux trombones, un tuba, une voix solo échantillonnée, un choeur mixte échantillonné, orgue et cinq percussions, la pièce Golgot(h)a (musique de Boudreau, texte de Duguay) remporta le prix Paul-Gilson en 1991.

Généreuse sans limite, l’inspiration de Brégent peut être qualifiée de profuse, pour peu que la profusion de sons de toutes sortes soit soumise à une pensée musicale rigoureuse… ce qui, avouons-le, n est pas d’une évidence criarde. Au disque, l’écriture de Boudreau semble plus rigoureuse, mieux construite dans le jeu des plans sonores. Dommage toutefois, que le grave prétexte de la Passion du Christ ait inspiré à Duguay un texte d’une indigence affligeante.

Généreuse sans limite, l’inspiration de Brégent

Review

Michael Draine, Audion, no 23, 1 novembre 1992

Two award winning electroacoustic compositions commissioned by the Société Radio-Canada explore issues of spirituality and mortality with markedly different, though equally compelling, results. Using the legend of the lost continent of Atlantis as a metaphor for today’s environmental perils, Michel-Georges Brégent presents his sweeping, complex Atlantide as a ‘radiophonic alarm… to draw people out of their daily lethargy’. Names of ancient civilizalions, deities, and holy texts are combined lo form the mystical language central to the piece. The rapid brass and woodwind ostinatos and fluent female vocals suggest an imagined Philip Glass opera sung by Stella Vander, while the dense mix of field recordings, world music influences, and ethereal electronic sounds tring to mind a roomful of shortwave radios tuned to broadcasts from different historical eras. Walter Boudreau couples visceral high-tech orchestration with Raôul Duguay’s dramatic text for Golgot(h)a, a monody of Christ’s suffering on the cross. Reference points include Olivier Messiaen’s blaslingly apocalyptic Et Expecto Ressurectum Morfuorum, Peter Frohmader, and Magma’s guttral vocal stylings. Basing the music upon a four-voice response by 16th century Spanish composer Luis de Vittoria, Boudreau counterpoints brass, percussion and organ against sampled solo voice and choir with a refreshing sense of proportion (a rare quality in the electroaoustic field). Atlantide and Golgot(h)a constitute two of the most emolionally cathartic works in the computer music genre I’ve yet encountered, and thus their appeal should extend beyond the academic circle much of today’s technologically avant-garde music is targeted at.

Review

David Olds, SOUNDNotes, 1 septembre 1992

With this release, the DIFFUSION i MéDIA company, which has been so successful with its empreintes DIGITALes line of CDs, launches a new label: SONARt. Dedicated to the proliferation of “invisible musics,” SONARt will focus on radiophonic works specific to the broadcast medium. This first release includes two well paired works by successful Quebec composers: Atlantide, by Michel-Georges Brégent and Golgot(h)a by Walter Boudreau. The two works are similar in scope and approach, and have both experienced some international success.

Composed in 1985, Atlantide is divided into seven sections that use a variety of musical approaches and languages to explore the tale of the lost city of Atlantis. From vocal soloists and childrents choir, through contemporary strings and winds, to saxophone quartet and baroque ensemble, with abundant use of computer synthesis and manipulation, Atlantide moves through a plethora of modes and moods in its submarine explorations. It is quite an effective work, and the 1985 jury of the Prix Italia (an international competition for radiophonic works) awarded it a First Mention and the Special Jury Prize.

Like Atlantide, Golgot(h)a was commissioned by Société Radio-Canada and was produced in its studios by a cast of dozens. It is a 1990 composition and, like its companion piece, it is roughly a half-hour in length. The original text is by Raôul Duguay and — in a bizarre fashion — is an account of the crucifixion of Christ. Personally, I find the computer treatment of Duguay’s voice unnecessarily unpleasant and some of the text, such as the recurring “photocopy” inexplicable. Overall, however, this is a successful piece that makes skilful and interesting use of a choral response by the 16th-century Spanish composer Luis de Vittoria, upon which all of the music is based. This work was the 1991 winner of the Grand Prix Paul Gilson, awarded by the Community of French-Language Public Radio.

This CD is an interesting and important release for the fledgling SONARt label, and it is especially encouraging to see SONARt pick up some of the slack left by current CBC/SRC recording policies. One can only wonder at the lack of vision at the “Corporation,” which endlessly releases standard and middle-ofthe-road modern repertoire on its own labels and then ends up leasing out original, internationally successful works to tiny labels. Thank goodness for the foresight and dedication of the people at DIFFUSION i MéDIA.

… original, internationally successful works…

Review

Dean Suzuki, Option, no 45, 1 juillet 1992

These two extended radiophonic works by young Canadian composers have a sinister outlook and are quite fascinating. The solo female vocal lines in Bregent’s Atlantide often recall the writing of Daniel Lentz, with similar modular (though never minimalist) construction and pure, straight singing sans vibrato. At other times, the writing is for chamber choir (with vibrato) and various acoustic, electric and electronic instruments wherein the work becomes densely polyphonic, with layer upon layer of melody, color and rhythm. At times the onslaught of sonic information is dizzying. The music itself seems to be informed by rock, industrial, post-modernism and the avant-garde, all without a hint of posturing. Composer Boudreau and writer Duguay’s Golgot(h)a is a powerfully melodramatic work of Ivesian eclecticism, invoking the influential French progressive rock band Magma with similar distorted vocal passages in an unknown tongue, as well as a dolorous demeanor and murky, sullen harmonies and textures. Alongside are bits of Renaissance and Baroque music, inviting comparisons with Giovanni Gabrieli’s polychoral brass or lush Palestrinian vocal polyphony, as well as spiky, updated Stravinskian harmonies.

… the work becomes densely polyphonic, with layer upon layer of melody, color and rhythm.

Une nouvelle étiquette: SONARt

Johanne Barrette, SOCAN, Paroles & Musique, 1 juin 1992

DIFFUSION i MéDIA, producteur des disques empreintes DIGITALes consacrées à la musique électroacoustique, lançait en mars dernier sa nouvelle étiquette: SONARt. Cette dernière est consacrée aux musiques instrumentales pour haut-parleurs, conçues en studio, que Jean-François Denis, co-fondateur de DIFFUSION i MéDIA avec Claude Schryer, a baptisées musiques “invisibles”.

SONARt, toute jeune qu’elle soit, se divise déjà en deux volets. Le premier, radio, propose un compact réunissant Atlantide, de Michel-Georges Brégent, et Golgot(h)a, de Walter Boudreau et Raôul Duguay. Atlantide, fable sonore sur le thème du continent perdu, exploite toutes les techniques d’enregistrement multipistes. Les flûtes de l’ensemble Flûtes Douces, les instruments anciens de l’Ensemble Glaude-Gervaise et les saxophones du Quatuor de Saxophones de Montréal, y côtoient les sons des chœurs, des instruments d’orchestre et des synthétiseurs. En 1985, le Concours international d’œuvres radiophoniques Prix Italia lui attribuait le Prix spécial du jury. Golgot(h)a, qui explore le thème du chemin de croix, s’est mérité le Prix Paul-Gilson 1990 de la Communauté des radios publiques de langue fran,caise. À l’occasion du lancement, Golgot(h)a été créée en concert à l’Église Saint-Jean-Baptiste à Montréal par l’Ensemble de la SMCQ .

L’automne prochain verra l’inauguration du deuxième volet de SONARt, soit théâtre, avec la transposition discographique de Ne blâmez jamais les bédouins, du dramaturge québécois René-Daniel Dubois, interprétée sur scène l’an dernier par la soprano Pauline Vaillancourt sur une adaptation musicale d’Alain Thibault.

Critique

Jérôme Noetinger, Revue & Corrigée, no 13, 1 juin 1992

Voici le premier disque de la nouvelle collection de DIFFUSION i MéDIA, SONARt, consacrée à des musiques instrumentales de studio. Ici, il s’agit de deux pièces radiophoniques. La première, Atlantide de Michel-Georges Brégent, pour voix, divers ensembles instrumentaux, sons électroacoustiques et sons environnementaux, date de 1985. Décomposée en sept parties, avec des transitions marquées par l’utilisation de sons familiers (animaux, ville, eau), cette pièce est un mélange étonnant de différents genres: une écriture contemporaine marquée de rock, teintée de jazz (ou l’inverse). L’étonnement persiste à l’écoute des voix s’exprimant en langues anciennes et mystérieuses. On pense presque à Magma! Mais tout cela disparaît dans la dernière partie, où apparaît plus le studio (traitements, larsen…), qui marque la destruction d’Atlantide car cette pièce retrace la vie et la mort des Atlantes vaincus par la soif du pouvoir. L’auteur à travers cette image veut nous montrer le danger qui nous guette, et les transitions entre chaque partie par leur aspect anecdotique sont là pour nous replacer dans notre quotidien.

Golgot(h)a (1991) de Walter Boudreau, avec un texte de Raôul Duguay, est une pièce pour instruments et voix échantillonnée, qui retrace le chemin de croix du Christ.

Critique

François Bourgouin, L’écouteur, 20 mai 1992

Produit par la maison montréalaise DIFFUSION i MéDIA qui était déjà productrice des disques de marque empreintes DIGITALes, voici la nouvelle étiquette de disques SONARt qui, comme l’explique le communiqué de presse, se consacre aux musiques “invisibles”, conçues en studio. C’est démontrer beaucoup d’audace et de courage de la part de Jean-François Denis (le fondateur de la maison) de s’aventurer sur un terrain peu fréquenté, ayant un cercle limité d’auditeurs. Toutes ses réalisations discographiques sont impeccables à commencer par les magnifiques pochettes, imprimées de manière non-conventionnelle (Brégent y est même photographié torse nu…) sur un beau papier glacé. Ce CD réunit les œuvres Atlantide de Michel-Georges Brégent et Golgot(h)a Walter Boudreau et Raôul Duguay qui remportèrent chacune d’elles différents prix intemationaux. Une fois de plus, l’auditeur sera transporté dans un monde sonore irréel, inouï, étonnant et surtout déroutant. Un disque qu’on écoute les yeux ronds et la bouche bée. Comme l’indique la pochette, un CD “pour vos oreilles seuiement” mais aussi pour réaliser un voyage fabuleux au fond de l’imaginaire humain.

Un disque qu’on écoute les yeux ronds et la bouche bée.

Critique

Le Musicien québécois, no 4:1, 1 mai 1992

SONARt, la nouvelle étiquette de disques pour les musiques invisibles conçues en studio, réunit sur son premier laser les pièces radiophoniques Atlantide de Michel-Georges Brégent et Golgot(h)a de Walter Boudreau et Raoul Duguay.

Atlantide, qui se méritait le Prix spécial du jury au Concours intemational d’œuvres radiophoniques Prix Italia en 1985, exploite toutes les techniques d’enregistrement multipiste. Aux sons des choeurs, des instruments d’orchestre, d’une guitare électrique et de synthétiseurs, s’ajoutent ceux des flûtes à bec de l’ensemble Flûtes Douces, des instruments anciens de l’Ensemble Claude-Gervaise et des saxophones du Quatuor de saxophones de Montréal.

Enfin Golgot(h)a, qui se méritait le prix Paul Gilson 1990 de la Communauté des radios publiques de langue française, représente le drame d’un être devant l’inéluctable, une marche funèbre.

Musiques sacrées

Marie Laurier, Le Devoir, 23 mars 1992

Concert de musiques sacrées de la Société de musique contemporaine du Québec réunissant les compositeurs québécois, François Morel, Raynald Arsenault, Michel-Georges Brégent, Jean Lesage, Raôul Duguay, l’Ensemble de la Société de musique contemporaine du Québec et trois organistes solistes Danielle Dubé, Gisèle Guibord et Sylvain Barette sous la direction de Walter Boudreau. À l’église Saint-Jean-Baptiste le mercredi 25 mars à 20h. Le concert sera précédé du lancement du disque Atlantide de Michel-Georges Brégent et Golgot(h)a de Walter Boudreau et Raôul Duguay.

Critique

Dominique Olivier, Voir, 19 mars 1992

La nouvelle étiquette SONARt n’y va pas de main morte avec son premier disque, dont le lancement coïncide avec la présentation de Golgot(h)a en concert: deux de nos compositeurs les plus “heavy” se retrouvent sur cet enregistrement qui deviendra sans doute un classique. Un prix Gilson et un Prix spécial du jury du prix Italia, Golgot(h)a de Boudreau et Atlantide de Brégent se côtoient pour un mélange explosif, qui fera réagir les auditeurs les plus émotivement imperméables. Le son est excellent, on sent le travail excessivement fignolé qui mènera certainement ces deux monstres à la postérité.

Le son est excellent, on sent le travail excessivement fignolé…

Autres textes

Audion no 24

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.