L’œil écoute Bernard Parmegiani

  • Fabriquasons

… l’auditeur, embarqué dans un long et ample mouvement, perçoit les rumeurs lointaines des rives mêlées aux souvenirs des contrées traversées. Les Cahiers de l’ACME, Belgique

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de Ina-GRM (Groupe de recherches musicales).

L’œil écoute

Bernard Parmegiani

  • CD 2.0
    INA_C 2026
    Hors-catalogue

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no 221, 1 mars 2005
    … l’auditeur, embarqué dans un long et ample mouvement, perçoit les rumeurs lointaines des rives mêlées aux souvenirs des contrées traversées.

Critique

Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no 221, 1 mars 2005

FabriquaSons est un nouveau label dédié à l’œuvre de Bernard Parmegiani. Ce premier disque réunit, d’une part, deux compositions assez anciennes - L’œil écoute (1970) et La roue ferris (1971) et, d’autre part, une pièce très récente Espèces d’espace, (2002-2003).

L’œil écoute, commence comme un voyage en train, puis le train se fait pirogue ou canoë, car on se sent embarqué sur un long flux, un fleuve capricieux. Flots tumultueux d’abord, dont émergent ça et là quelques éléments solides, large fleuve tranquille de plaine plus loin. Puis tel un fleuve du désert saharien, il disparaît dans la terre, couvert par les corpuscules buissonnantes. Ailleurs, il ressurgit, s’élargissant de mille confluents. Et l’auditeur, embarqué dans un long et ample mouvement, perçoit les rumeurs lointaines des rives mêlées aux souvenirs des contrées traversées.

À l’époque où des compositeurs Nord-Américains tels que Steve Reich ou Philip Glass commençaient tout juste à faire connaître leur musique répétitive, Bernard Parmegiani composait une musique elle aussi fondée sur la récurrence mais dans un style très différent. La roue ferris constitue un peu le démenti de l’adage «pierre qui roule n’amasse pas mousse». Ici, la roue tourne, amasse les couches, déclenche et fait s’enchevêtrer les événements, propulse le temps dans des volutes gargouillantes. La roue ferris, c’est aussi, du point de vue de la fabrication, une composition emblématique de ce qu’il est possible de réaliser avec de la synthèse analogique soustractive.

Dans Espèces d’espace, la fluidité du temps due à un travail de mixage-orchestration élaboré ou la qualité et la richesse des matériologies, peut conduire l’auditeur - comme souvent chez Parmegiani - à une écoute très hédoniste. Mais l’intention du compositeur se place à un autre niveau. Il questionne ici la perception des sons en fonction des espaces dans lesquels ils se dévoilent.

… l’auditeur, embarqué dans un long et ample mouvement, perçoit les rumeurs lointaines des rives mêlées aux souvenirs des contrées traversées.

Blogue