Métamorphose d’un jaune citron Patrick Ascione

Tout ici «cartonne» comme dans les meilleurs disques d’électricité… Revue & Corrigée, France

Mais pourquoi, diable! n’a-t-il pas eu un premier prix? Le Monde, France

Métamorphose d’un jaune citron

Patrick Ascione

Quelques articles recommandés

La presse en parle

Critique

Libération, 1 décembre 1995

[…] Les Métamorphoses d’un jaune citron de Patrick Ascione sont franches, tranchées, un fandango électroacoustique affolé […]

Critique

Jacques Debout, Revue & Corrigée, no 25, 1 septembre 1995

De mon enfance, rythmée par les insoutenables attentes de la parution du journal de Spirou débarquant, en milieu de chaque semaine, entre le sucre vif des pochettes surprises et le vert sexué du «Hérisson», à l’étal du libraire-confiseur-cafetier (partie terminale vers laquelle je ne me glisserai que bien plus tard), je garde, du jaune et du citron, un souvenir très particulier, via les aventures militaro-réacs vécues sur double planche couleur hebdomadaire par le capitaine Buck Danny, aviateur héros de l’impérialisme yankee, lui-même vainqueur de l’impérialisme nippon par quelques centaines de milliers de morts à mettons-presque-zéro, en ce jour du six août mille neuf cent quarante-cinq sur les stades non homologués d’Hiroshima et Nagazaki. Entre loopings et descentes en mortelles chandelles («Mayday, mayday, arrgh, ce maudit voile noir et mon hood qui ne s’ouvre plus!!!»), plongeant au milieu des atolls du Pacifique et, plus tard, dans le ciel de Corée, Buck Danny et ses amis, les sous-fifres Tumbler et Tucson, croisaient jaunes et citrons; mais entre leurs jaunes, toujours maudits et leurs citrons, régulièrement sales faces de, je n’ai jamais vu de métamorphose s’opérer, tout au plus la durée de la phrase, la permanence du discours hystérico-bidasso-raciste me permettaient-ils d’y voir filer la métaphore à la vitesse de mach 1 ou 2…

Qu’on se rassure, Patrick Ascione n’emprunte guère aux attitudes homo-belliqueuses en deux dimensions de ces as pour barouds célestes ringards, tout juste un peu peut-être de cette vitesse (mais en nettement moins macho) ainsi que l’idée, d’avantage que la lettre, d’une certaine puissance de feu, puisque cette Métamorphoses d’un jaune citron, titre dont on ne sait s’il signifie la lente évolution d’un monochrome ou qualifie un quelconque état stationnaire allègrement coloré, est assez «baston», et qu’on pourra la ranger sans aucun mal aux côtés de Ton Dieu ne s’appelle-t-il pas ego? de Alain De Filippis, du Credo Mambo de Michel Chion ou du Gloire à… de Jérôme Noetinger, parus dans la même collection. Tout ici «cartonne» comme dans les meilleurs disques d’électricité et «c’est l’époque qui veut ça…» lisait-on justement à l’intérieur du programme du Cinéma pour l’oreille précédent.

J’aime à raconter cette histoire: c’était l’été dernier, au Disobey, club londonien branché type, donc de fort modeste dimension, très enfumé, à la déco incertaine, aux chiottes épouvantables que précède une bière tiède servie par des jeunes femmes au charme insensé, à la faune limitante et, surtout, dotée d’une sono fabuleuse; derrière celle-ci, faisant le lien qu’il jugeait bon de faire entre les groupes se succédant dans la moiteur de la scène, officiait Bruce Gilbert, grand monsieur serré dans un costume noir élimé assez court, cravaté de rayures, crâne taillé court surplombant une paire de verres pour myope, quarantaine très avancée, mais qui sut faire face, en temps et en heure, en plein milieu des années punks, sur le front d’un drastique combo répondant au nom de Wire; et je me souviens très bien (à la combientième bière en était-on, ça je ne saurais le dire) avoir fait remarquer aux amis présents, alors que Bruce Gilbert en était à subtilement mixer un vinyl de Ligeti avec une trasherie techno-indus peut-être déjà passée de mode à ce moment-là, que c’était là, dans le décollage à 180° des aigus sur les haut-parleurs collés au plafond du Disobey, la meilleure musique de la soirée et que cela tenait sans doute à ce splendide mariage, tout autre que de raison, des coups de sabre de Hussards de la Garde du contemporain avec les coups de jus de l’électricité banlieusarde sale. Pour fêter l’évidente découverte, on s’en remit une… Et il y a de ça dans cette Métamorphoses d’un jaune citron de Patrick Ascione.

À ceux que ces faciles propos d’ivrognes effrayeraient, je rappellerai l’année de composition de cette claquante métamorphose: 1979… C’est dans ces eaux-là, sur disque Cobalt, qu’apparut le premier noir de Ghédalia Tazartès, sur lequel Michel Chion, d’ailleurs, faisait cadeau de la moitié du Quasimodo Tango; il y a du Tazartès chez Ascione ou de l’Ascione chez Tazartès, ce je ne sais quoi qu’Alain De Filippis (grâce lui soit rendue) nomme le «Vas-y tout seul!»… et ceux-ci, tout seuls, y sont allés et n’en sont jamais totalement revenus.

Pourquoi y être allé, et tout seul, alors direz-vous? «C’est l’époque qui veut ça…» répondent, en chœur, De Filippis et Ascione, et, du bout du bar du Disobey, je me sens assez d’accord avec eux.

Tout ici «cartonne» comme dans les meilleurs disques d’électricité…

Review

Ben Watson, Audion, no 31, 1 avril 1995

Métamorphoses d’un jaune citron was created for performance in 1979. In contrast to Cologne Radio Serialism (the most famous exponent was Stockhausen, but there were many others, as the Acousmatrix series on Willem Breuker’s BvHaast label makes clear), musique concrète pays attention to ambience: the reverberation of sounds in real space, subtleties of echo and placement. Instead of relentlessly aussaulting the speakers, the chitterings and explosions happen in 3D.

Ascione’s title alludes to Debussy, converting balletic notions of dancing fauns into the surrealism of morphing lemons. The tumble of variegated sounds – a scorching 14 minutes of hyperactivity – hints at toe-tapping rhythms and whistlable melodies while never quite getting there. The promise of free jazz and psychedelic guitar – that timbral montage will replace harmony/rhythm as a guarantee off coherence – is here achieved by someone working in the antiseptic tradition of the sound laboratory. Crinkle, fizz and furrowed insight: a silver bullet aimed at the flabby heart of Ambient “evocation.” Ace.

La peinture musicale de Patrick Ascione

Jacques Lonchampt, Le Monde, 1 mai 1980

L’IRCAM, dont on a craint souvent qu’il ne s’enfermât dans sa citadelle souterraine, s’ouvre aux autres: après l’Itinéraire, c’est le Groupe de musique expérimentale de Bourges qui a bénéficié vendredi de l’espace de projection pour y faire entendre des bandes primées à son septième concours international d’avril dernier.

Tous les musiciens savent combien les concours de composition sont ingrats, et celui-ci ne déroge pas à la règle: sur cent soixante-trois œuvres en provenance de vingt-sept pays, il n’a pas été possible au jury de décerner de premier prix dans trois sur quatre des catégories. Et les œuvres que nous avons entendues ne sont pas toutes des chefs-d’œuvre. Pourtant il est indéniable que cette compétition et le Festival international annuel des musiques expérimentales de Bourges (depuis neuf ans) jouent un grand rôle dans la confrontation de ces musiques encore dans l’adolescence et ouvrent en particulier des possibilités de contact à des chercheurs souvent isolés dans leur pays. On se réjouit ainsi de voir figurer au palmarès des œuvres d’Argentine, de Guatemala, de Yougoslavie ou de Finlande.

[…] Mais on avait enfin une excellente surprise avec Métamorphoses d’un jaune citron du Français Patrick Ascione (studio de Bourges), «peinture musicale» dont «la démarche compositionnelle et la façon d’utiliser le matériau de base sont (selon l’auteur) proches de l’attitude qui caractérise celle du peintre». Ce n’est pas du tout cela qui frappe, mais peu importe. Des couleurs vives et violentes sont emportées par un rythme infernal, un scherzo très tendu, très polyphonique, une musique cinglante, bien réverbérée. Les sons et les rythmes tourbillonnent, captivent l’attention, sans rien d’inutile, tant cette musique paraît maîtrisée d’une main ferme et douée d’une énergie intérieure peu commune, implacable jusqu’à la fin où le rythme et les sonorités s’élèvent jusqu’à ne plus être audibles, en une véritable course à l’abîme achevée par de gigantesques percussions de grosse-caisse. L’auteur est incontestablement un tempérament. Mais pourquoi, diable! n’a-t-il pas eu un premier prix? Comme disait un soir le bon Charles Koechlin parlant de Dallapiccola à la sortie d’un concert de musique contemporaine: «Les autres bafouillent; celui-ci parle.»

Mais pourquoi, diable! n’a-t-il pas eu un premier prix?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.