Potlatch W Philémon, Alex Warren

Pour cet échange de type «potlatch» avec un ami, Alexandre Warren, Philémon (Napalm Jazz) propose quatres compositions difficiles d’écoute. Lourd bruit blanc cathartique et assortiment de bonbons empoisonnés.

Cet article peut être téléchargé et/ou écouté sur le site notype.com.

Potlatch W

Philémon, Alex Warren

Notes de programme

Compagnon: ce que je mets sur mon pain

[Du latin, XIe siècle, cum (avec) et panis (pain)]

Les amis ne sont rien d’autre que des ennemis avec lesquels nous avons conclu un armistice qui n’est pas toujours honnêtement observé.

— G Patini

1.

«Attends… oui. Regarde ici… juste à droite… c’est marqué noir sur blanc! Et toi, tu l’as? Non? J’admets que si je ne l’avais pas sous les yeux parfois, noir sur blanc comme je te dis, eh bien! J’en douterais, crois-moi. Juste ici: «Mentalement équilibré», voilà… Et toi, non? Tu l’as pas… Ça t’inquiète pas? Non… évidemment… la réalité n’inquiète personne. Moi tu vois, peu importe la valeur du document, j’suis heureux de savoir que je perçois la réalité de façon disons… correcte. En fait, elle se fait plutôt discrète la réalité dans la tête des gens…en général… Non, pardon… je ne voulais pas dire ça… Ha! Ha! Aucun doute là-dessus mon ami. Oui, je sais… le relativisme, «La vérité est un mensonge», etc. Je sais, tu as raison. C’est complexe… très complexe tout ça… Oh oui, sûrement je l’ai lu. Et ce dernier chapitre sur le relativisme culturel à travers les âges… Ah, tu l’as pas lu? Très intéressant pourtant… brillant même. Dis-moi, si je lance un piano sur une tête, je parie qu’on trouverait quelqu’un d’assez «relatif» pour le refouler, ce piano… Crois-moi… Non, c’est vrai, j’me moque pas de toi… Les perceptions changent d’une personne à l’autre, tu n’es pas sans savoir… Tiens, si le piano en question heurtait les jambes d’un paraplégique… Tu vois? Nada… aucune sensation! J’me foutais pas de ta gueule… Il faut tout voir, tout penser, tout analyser mon vieux… sinon on est baisé.

Maintenant, j’vais te dire un secret: si j’avais la force de te manger, from your hairs to your toes cher ami, quel plaisir ce serait de te vomir! Non, te fâche pas… seulement ma perception toute relative me dit qu’étant tellement inutile, au sens de sans substance propre, tu mérites à peine de respirer. Eh là, un instant! J’t’aime bien tu le sais… divertissant et tout. Une bonne bête, en somme… Oui, c’est ça, un animal… C’est ce qui te vaut la mort en fait, parce qu’une vie humaine, ça devrait se mériter. Parfaitement! Chacun devrait se questionner sur le fondement de ses actes, pourquoi il fait ceci au lieu de cela… c’est le seul caractère proprement humain, tu vois? Le reste… tous au zoo! Ha! Ha!… Quoi? Ah oui, j’me rappelais plus… et pourtant… Le vomie ouhai, il te revient parce tu ne perçois pas cette parcelle ubiquitaire vivant dans chacun de ces corps que tu croises ou pire - pour eux - que tu côtoies. Ubiquitaire? Oui, pardon… ça fait un peu précieux. Enfin, ça pourrait se traduire par omniprésent, universel… Non, j’te parle pas des chacras criss… Oui, c’est plutôt ça… Pense à la roche de Sisyphe par exemple. Oui, exacte! Non! Sort moi pas ton baratin sur le feeling de l’amour, «force mystérieuse et inintelligible» et bla bla bla… Bon, O.K. j’ai un peu trop bu, j’suis désolé… J’voulais pas te faire de peine. Je voulais seulement que tu saches que, bien qu’étant mon ami, c’est à cause de gens comme toi que la vie devient vite intolérable, et c’est mon devoir de commencer quelque part. T’es un brave bougre, mais t’es pas humain. Chiao»

La bouteille de Tequila percuta la tête avec force, et celui qui tenait le goulot pensa: «Tiens, ça ne sonne pas creux.» «Essaye encore mon grand. Essaye de me refouler ça. Penses très fort que le tesson piqué au-dessous de ton oreille droite est une perception relative».

Il y eut un cri terrifié, puis une logorrhée inaudible… de celles qui, voulant tout transmettre à la postérité sachant ce qui va suivre, ne parvient qu’à des balbutiements enfantins. Il prit entre ses mains une cymbale qui pendait au bout de son trépied, sans attaches. Il nota la marque japonaise, admira le raffinement extrême des multiples éléments convexes qui ornaient la surface; allant du grand au petit, du centre vers la périphérie… Très joli. Passant son index au rebord de l’objet aux reflets si apaisant, il bondit sans hésiter et, vous vous en serez douté, trancha l’aorte de son ami s’aidant de tout son poids, donnant à l’arme un spin mortel. Il n’y eut que quelques râles émergeant par bulles de la trachée ouverte, puis plus rien. Ne restait plus qu’à manger tout ça.

2.

Ils partirent tous les deux faire une balade aux États-Unis via Montréal, Ottawa, Toronto et - case départ - Détroit. Rien à déclarer. La mythique route 66! Chicago direction Los Alamos. C’est le printemps, la nuit est déjà sur le point de vous éjaculer toute cette rosée à l’heure du petit déjeuner. «J’croyais pas que ça goûtait le poulet… j’ai été très surpris l’autre jour. C’est bon… merci! Enfin, excuse-moi… après tout, j’me sens un peu coupable, mais d’une certaine façon, c’est une obligation pour moi de m’en tenir pour l’instant à cette symbolique que je me suis fixé et au moins, je peux me dire que c’est un ami que je vais vomir. Ça me rassure d’une certaine façon de savoir que t’étais réellement pourri d’avance. Gentil, mais pourri. Pouvoir vomir toute cette humanité, voilà mon rêve. Cette humanité toute pleine d’elle-même et sûre de sa maudite justice; baignée d’amour du prochain, comme si la tolérance et le respect étaient le point culminant de l’homme. J’aurais voulu que tu vives mon vieux, que tu vives pour ton propre avènement, sans te soucier du combat entre le bien et le mal. Mais on t’a bouffé, tu t’es fait avaler. Te voilà devenu une bête productive et utile, et fière de l’être. Tu me feras plus jamais ça! Tu te rappelles notre manifeste anarchiste qu’on avait composé tout les deux au CEGEP, après que la police nous ait ridiculisée lors de la grève de 72? On avait compris que la non-violence n’était plus une avenue. On s’était tous fait embarquer, les 500. À la télé, on avait l’air d’un troupeau de chèvres qui répondaient aux flics au moindre clin d’oeil. Et pourtant, ceux qui ont résisté quelque peu avaient tous des doigts tordus, des empreintes de pouces dans les yeux, des traces de semelles sur les couilles. Tout ça, c’était du beau travail; du bien propre. Pas de sang, pas de bagarres, aucune violence apparente ne s’est projetée dans les salons des banlieues paisibles.

Au cours des derniers siècles, des efforts soutenus ont été déployés pour maîtriser, assujettir et finalement conquérir nos corps, afin qu’ils servent d’outils à la fois productifs et dociles; chacun sait cela sans doute. Les répressions armées contre le peuple n’ont plus cours aujourd’hui certes, et les flics pratiquent le respect comme autrefois on jouait du gourdin; les deux servent la répression. Il est cependant hasardeux de croire qu’une telle paix soit imputable à une quelconque amélioration de notre qualité de vie; les méthodes employées pour nous soumettre à l’intolérable ce sont raffinées, voilà tout. Elles font partie intégrante de chacun de nous, de notre pensée même. Les insurgés d’autrefois ont laissé place aux névrosés d’aujourd’hui, et ceux-ci se font servir la salade hygiénique du psy de toute religion: Soumission = Adaptation = Bonheur. Oui il est vrai, notre confort est indéniable. Mais nous le payons trop cher. Ce prix, c’est notre liberté. Les tribunaux, les flics, les hôpitaux, les asiles, l’école, la presse, la télé. Autant d’éléments qui sont venus s’ajouter au cours de l’histoire à ce gigantesque appareil d’orthopédie sociale qu’est l’État. Et autant d’ennemis à abattre. La question est maintenant de savoir si la liberté a pour nous une valeur plus grande que notre hygiénique sécurité factice. La réponse est oui, sans égards aux conséquences.

Alors que jadis le contrôle favorisait la répression, maintenant la tendance va au mépris; c’est de l’intérieur qu’à présent on nous gaine. Le mépris a pour unique motif d’avorter toute considération d’idées nouvelles, et cela sert notre statut de chose productive au teint livide. Pour se faire, on nous force peu à peu à acquérir le réflexe de rejeter tout ce qui s’apparente au doute. C’est le gardien tout désigné de l’ego, et un rempart contre l’angoisse, le rejet. Une telle attitude se caractérise par l’inconsidération. Ainsi, elle peut revêtir parfois l’aspect du sarcasme, parfois celle d’une apparente pitié, ces attitudes garantissant notre adaptabilité. Très jeune, la plupart d’entre nous apprend à rabrouer de soi-même toute opposition. Le mépris ne sert qu’une cause: l’immobilisme de la pensée qui, lui, mène à la servitude. L’inconsidération est l’ennemi de tout ceux qui se disent humain.

- Barnabu

Vois comme tu as changé… C’est toi qui as écrit ça. L’humanité, voilà ce que tu es. À l’époque, sans doute que t’étais anarchiste pour plaire aux filles, je sais pas. Peu importe, je peux pas accepter que tu sois devenu si médiocre. L’humanité, voilà ce que tu es: c’est la peur qui te guide. C’est l’envie de foutre ta queue dans le marais qui te guide. Tant pis pour toi! Le surhomme, y se fabrique pas dans les salles de conditionnement physique! T’es devenu une chose assimilable et consommable; divertissant et tout. Moi, je suis resté homme; sans doute parce que je suis fou, qu’ils disaient. Je suis perdu… ce à quoi je tenais le plus est devenu avec les années ridicule, d’un autre siècle. Nos héros sont morts et ne valent plus un clou. Pourtant, ils avaient raison, mais l’essence se perd en analyses érudites. Tout est tari; je ne peux qu’être mangeur de faux hommes à présent; c’est mon devoir.

Ils étaient partis tous les deux depuis trois jours seulement et déjà, la frontière du Missouri n’était pas loin. Les flics étaient sympathiques, ils donnaient des tickets avec le plus grand des plaisirs, semble-t-il. Non pas avec mépris, mais une réelle gentillesse ou bienveillance - appelez cela comme vous voudrez - se dégageait de leurs visages. Deux fois sur trois, c’était des femmes qui pilotaient sous les gyrophares. Elles faisaient bien leur job… elles ne craignaient pas de poursuivre une Audi à 250 Km/h. Pourtant, la 66 était réputée déserte et peu surveillée, mais un garagiste de Bloomington Illinois avait confié que depuis quelques années, cette route était devenue une véritable vache à lait pour les corps policiers des états centraux, surtout en milieu rural. Tout cela était très instructif… «L’économie, ça se prend où ça se trouve, mon vieux!»

Le quatrième jour, il prit le bras droit. Amen. Un peu de respect pour une vieille branche. Comme à l’habitude - si habitude il y avait ici… mais oui! -, il partie en excursion cueillir quelques brindilles et matériaux inflammables, et fit bouillir l’eau dans son fidèle chaudron acheté pour l’occasion chez Canadian Tire, et c’était toute une occasion effectivement: 8$! 10 litres, et anti-adhésif s.v.p. Ça évitait le gaspillage pour la vaisselle… un simple coup de torchon suffisait. Seulement, il commençait déjà à en avoir sa claque de la viande bouillie et décida qu’une fois à St-Louis, il ferait l’acquisition d’un mini-barbecue et peut-être même de sauce.

Cette fois, la viande sentait nettement mauvais, et malgré la demi-heure de cuisson à gros bouillons, l’odeur persista. Il prit le bras tout blanchi entre ses mains gantées, fit glisser la peau vers l’épaule et plongea inéluctablement ses dents dans la chair à moitié putréfiée. Les yeux ronds, déterminé, il mastiqua à grande vitesse et percutants claquements de langue jusqu’à ce qu’aucun tendon ne subsiste. Frappé par l’horreur de ce qu’il venait de faire, il jeta brusquement les os. Ses muscles se tendirent et il pleura… avec cette même violence que le jour où, à la petite école, on lui avait par pure méchanceté souillé son cartable neuf aux images du Capitaine Flamme. Les enfants étaient ignobles, la suite ne pouvait être que pire… du cosmétique au plus. Au bout de 5 minutes, il se releva dans un état de quiétude sans égal, apparenté à l’épuisement d’une nuit d’amour: impression de vide, muscles abdominaux épuisés, apathie, joie diffuse. C’est alors qu’un haut-le-coeur puissant et irrépressible lui vint, et il vomit son ami comme il aurait dû le faire depuis le premier jour en fait, mais c’était mésestimer le goût délicat de l’homme frais. Ce fut un plaisir d’une force indescriptible et, par effet d’addition, son corps fut baigné d’un état de grâce qui persista dangereusement. De 5h du matin au milieu de l’après-midi, il resta là, couché sur le ventre, sans que rien ne puisse le sortir de sa torpeur, roué de sensations ineffables. La route 66 n’avait pas tout donné; ils faisaient tous deux un grand voyage.

3.

Il se réveilla dans une chaleur cristallisante et sentie immédiatement la douleur que lui procuraient les insolations sur sa nuque, ses mollets et ses bras. Heureusement, ses mains avaient été épargnées des rayons ultra-violets par ses gants en caoutchouc jaune vif qu’il enfilait à l’heure du repas. Encore sous l’effet de cette caresse cérébrale indescriptible, il se leva et la douleur de ses plaies ne put confondre l’extase persistante. Retirant les gants complètement asséchés qui, pourtant, lui avait laissé les mains moites, il baissa son pantalon et se masturba frénétiquement devant un cactus de 1m70 pourvu de deux bras ascendants qui lui rappelait Thérèse, son seul amour. Elle seule avait su lui offrir ces caresses d’une tendresse et d’une brutalité exquise. À chaque fois, une noyade abyssale; et rien depuis ne pu lui faire sentir l’utilité d’être vivant. Pourtant, il lui arrivait entre ses jambes d’être mystifié par l’apparente profondeur de la jouissance féminine et dans ces moments, il ne pouvait qu’éprouver une grande solitude. Le plaisir masculin lui paraissait alors dépourvu de subtilité. Bien sûr, lui aussi était capable de pousser son puissant cri de mâle, mais n’était-ce pas par ostentation… parfois? Il se sentait en fait très loin de la conflagration d’un corps de femme. Sur ses pensées, un jet de sperme se conforma, non par hasard, aux lois de la balistique, et atteint le cactus au niveau approximatif d’un pubis. Il tomba à genoux d’épuisement et une douleur, une seule, très vive, lui parvint tout à coup des multiples plaies qui lui couvraient le corps.

4.

Ils reprirent la route et celui des deux qui le pouvait prit conscience que St-Louis était déjà très loin derrière puisque les panneaux routiers annonçaient déjà le Kensas. Plus de 600 km avait défilé sous leurs carcasses depuis à peine 4 heures, et l’une ne valait guère plus que l’autre pour la fraîcheur à présent. Les brûlures étaient si vives qu’il sentait ses muscles se liquéfier sous sa peau, tout comme son compagnon. Il eut un instant de compassion et se rappela les circonstances de leur rencontre.

«J’aime pas la vie mon vieux et ce, simplement parce qu’elle n’est pas destinée à l’être. La course au bonheur est une maladie de l’esprit. Vivement la guerre avec ses têtes arrachées d’un coup d’obus. Quand tu vois ça partir en miettes une fois dans ta vie comme de la purée de pois, tu te poses plus la question à savoir si c’est ta maman qu’avait pas d’assez gros tétons allaitant et qui expliquerait si, par hasard, c’est pas pour ça que t’es un couillon; le tout à 50 piastres de l’heure bien sûr. Oh non! Tu sens une urgence que toute cette bêtise arrête bien nette, quitte à succomber parce qu’ ensevelie sous elle. Et toi avec tes interminables lamentations, tes discours sur la velléité de l’existence… plus capable! J’t’aurai au moins rendu service en abrégeant tes souffrances. En plus, c’est peut-être la première fois de ta vie que tu sers à quelque chose… en l’occurrence, t’es mon lunch. Mais là, je vais devoir te balancer bientôt… l’odeur commence à être horrible. La dernière fois que je m’suis fais arrêté, le policier me l’a fait remarquer. Alors j’lui ai dit que j’avais dû frapper une bête… il s’est mise à inspecter le dessous le la voiture jusqu’à ce qu’il arrive à l’arrière et constate avec l’avant-bras sur le nez: «It must be somewhere over there» en visant le pare-chocs arrière. Finalement, elle m’a conseillé de passer chez un garagiste pour qu’il me déloge cet affreux clandestin. Je crois que j’vais le déloger moi-même… bien que ça me fasse de la peine, je t’avoue.

«Tu te rappelles quand on avait 15 ans tout les deux? La vie était d’une insipidité effroyable… On se levait pour aller à l’école où des professeurs de français nous faisaient lire du Anne Hébert ou du Verlaine ou du Rousseau… tout pour bien imprégner ce sentiment de dégoût à la vue d’un livre. Et surtout rien qui ne puisse faire remuer quoique ce soit, surtout pas un neurone. Tu te souviens ce professeur qui nous avait donné à lire Le loup des steppes… - c’est tout gentil Le loup des steppes - et qui avait dû «changer d’idée», qu’il avait dit… j’me demande pourquoi… c’était peut-être à cause de la drogue… Mais on était en secondaire III… Tout le monde ou presque prenait de l’acide! Y avait les cours de morale aussi… J’ai jamais compris ce qu’ils voulaient faire de nous avec ça; peut-être transformer des poux en moutons… L’amour du prochain, le respect… mélangé avec des cours de cul hygiénique, alors que tout le monde sait que l’hygiène, c’est un gun à sexe… Il faut profaner mon vieux! Se jeter sur un corps aimant sachant que tu ne l’abandonneras pas avant d’avoir lancé l’autel dans les balustres, brûlé son tabernacle, pissé sur chacune des douze stations de son chemin de croix; pas avant d’avoir rejoint son Christ et de l’affubler d’un «FIFI» au lieu du «INRI»… tout ça laissant un sourire béat sur ton aimée… Ça se fait pas avec une débarbouillette ça. Et puis ce besoin d’amour qui, paraît-il, est universel et avec lequel ils nous martelaient constamment; sans doute par espoir de le faire ainsi apparaître, par magie… parlons-en donc un p’tit peu, tiens… puis non! Plutôt du besoin de haine. Lequel des deux est le plus fort, madame la professeure?»

«Le soir, on s’égarait sur le chemin du retour. On parlait longtemps parfois, même qu’il arrivait que nos parents partent à notre recherche, fous d’inquiétude. On s’inventait des scénarios de cinéma, dans le genre Les 400 coups. On trouvait que ça nous ressemblait, ce film… en fait, on aurait bien échangé sa merde vivante à notre douillette euthanasie mentale… Il y avait aussi les projets de voyage. Cet endroit perdu, la côte est de l’URSS qui nous faisait rêver… on avait même des photos de Vladivostok qu’on chérissait comme des icônes, tu t’en souviens? T’es mort! Pourquoi est-ce que je te poserais des questions… ça doit être ces insolations qui m’embrouillent. «Mentalement équilibré», j’ai ça quelque part… à moins que je l’aie oublié à la maison… Comme j’aimerais l’avoir sous les yeux, ce maudit papier!»

5.

Les deux amis entrèrent dans Tulsa Oklahoma vers les trois heures de l’après-midi. La ville était couverte de nuages comme on en voit sur les toiles de ces peintres du Nuntucket. Un vent léger faisait les délices d’une peau. Dans le stationnement d’un Wal-Mart, torse nu et les deux bras bien à l’horizontal, une peau se faisait lécher à petit coup. Parfois une bourrasque emportait brusquement la douleur; il tournait alors sur lui-même et la joie l’envahissait un bref instant; comme si la joie pouvait y aller autrement. «Mentalement équilibré» se répétait-il les yeux fermés, du bout des lèvres.

Il entra chez Wal-Mart et s’acheta un mini-barbecue avec de la sauce, une espèce de gelée de piments broyés. Il prit également au passage un tube de crème analgésique. C’était merveilleux de pouvoir trouver tout ça au même endroit. Et dire qu’il y en avait encore pour dire que c’était mieux dans le temps… avant. «Un mini-barbecue, de la sauce mexicaine et de la crème analgésique! C’est pas la grosse vie ça?» Il s’enduit le cuir de ce baume exquis puis s’allongea sur la banquette arrière de la voiture où dansait une odeur suffocante. Avait-il dormi jusqu’à présent? Oui, il se rappelait s’être garé sur le bord de la route quelque part près de Springfield Illinois. Il y eut la nuit, puis le matin… sans doute était-il resté là quelques heures… les phares allumés sur le bas côté… et personne n’était venu le tirer de son sommeil. Il avait récupéré… et se fut sans doute excellent pour sa santé. Cette pensée le rassura. L’hygiène avait toujours eu pour lui quelque chose de sain.

Au matin, il reprit la route. Il put admirer les feux de circulations de Tulsa, d’un modernisme superflu. C’était sans doute la seule attraction de la ville. Ici les morts devaient être enfouies plus profond dans le sol, les vivants y étant déjà moitié ensevelis. C’était une ville morne où l’on vous vantait sa «chambre de commerce dynamique» de façon récurant… tout le temps… partout… Y a plus rien de bizarre. Une ville riche à vomir… et laide; pleine de pétrole, de centres commerciaux et de vieux qui continuent - sans arrêt - de ne pas se pendre par peur de Dieu.

Passé Oklahoma city, la route se faisait plus cahoteuse. Il dut ralentir et fut contraint d’admirer le paysage. Rien, en fait. De grandes plaines aux herbes brûlées par le soleil, des buissons, parfois quelques arbres qui se tiennent à bras le corps. Sans doute leur unique plaisir était-il de sucer l’eau du voisin; c’est tout ce qu’il y avait à faire par ici… pour un arbre… même pas un oiseau pour distraire. Ce qu’il y avait de plus beau dans cet endroit désolé, c’était les puits de pétrole aux têtes fuselés comme des martin-pêcheurs… avec des brides. À la faveur d’une petite vallée qui coupait du vent chargé de sable, il s’arrêta près de l’un de ces moulins irrésolus pour admirer la mécanique. Le bruit était terrifiant. La force était manifeste; le mouvement, perpétuel. Cet engin avait à voir avec le Tout puissant éternel. Retournant à son ami, il lui trancha d’un geste précis le tendon sous le mollet droit puis dégagea celui-ci des tissus adjacents. Les briquettes chauffaient à blanc et le muscle fit entendre un crépitement mollasse lorsqu’il tomba sur la grille. Il devrait cuire longuement ce mollet; c’est pas tendre un mollet… et il pue. Il ne restait plus grand pièces sur cette carcasse, et pas question de s’attaquer aux organes internes, aux tripailles… ça ballonnait ferme là-dedans.

Diogène, bien qu’il se considérât comme un chien à part entière, disait qu’il ne mordait que ses amis, de manière à les sauver. - Lui, il le mangeait parce que son ami était perdu - . Le cynisme a ses méthodes, certes, mais celles-ci, pour demeurer fidèles à l’esprit de la philosophie, doivent être orientés vers une fin. Et celle-ci n’est autre que l’avènement de l’homme libre, celui qui pense par lui-même quitte à succomber à ses propres doutes. Toute action cynique doit avoir pour unique fin de saper les bases du jugement; mordre avec précision là où la raison semble vouloir s’égarer; secouer de sa gueule avec furie les fondements de la valeur que nous accordons aux choses. - Mais comme tout jugement avait disparu, il préférait encore sauver tout ce qui restait de cet homme, à savoir sa viande - .

Le sentiment sous-jacent d’un cynisme brut n’est autre que le souhait d’une élévation vers le vrai. Le mépris, au contraire, est une tentative de rejeter au plus loin les pensées que nous ne voulons affronter; un comportement qui vise la conservation d’un état d’équilibre précaire, le refus de tout ce qui pourrait s’apparenter au doute, au glissement hors des sentiers étroits de notre raison aux multiples contradictions. Quand le mépris s’immisce en nous de manière irrémédiable, il nous transforme en viande. Et la viande ne peut avoir qu’une fonction.

- Barnabu

6.

Au milieu de la nuit - nuit terrible, libératrice, violente, maternelle - il se retrouva les mains sur la tête, jambes écartées avec matraque entre, épaules nues collées à la tôle… Très froid… ça fait du bien. Pas de chance… il venait à peine de franchir la frontière du Texas. Les phares de sa voiture pointaient «Jericho» sur fond vert. La radio jouait «Girls just wanna have fun» de Cindy Lauper. Jericho Texas, voilà où il était. «Alors ils s’emparèrent de la ville et la dévouèrent par interdit au fil de l’épée, tuant hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu’aux boeufs, aux brebis et aux ânes.» Lui n’était rien de tout ça et pourtant, le fil de l’épée l’attendait, indubitablement. Il ne se sentait même plus un homme; très peu pour dire vrai.

C’était pas une matraque qui lui refroidissait si délicieusement les couilles, c’était un colt, du genre qu’on a pas d’abord pour s’en servir. Du genre qu’on s’amuse à voir ce que ça peut faire sur une tête de chien… à défaut d’en avoir une toute humaine. C’était pas des flics ces gars là. Ils avaient bien des chemises brun clair avec des beaux décalques dessus. C’était des gardiens de puits, et ils avaient tellement rien à faire d’autre de leurs journées que de penser à ce qu’ils feraient à toute personne s’approchant d’un de ces foutus pantins… Des années sans rien faire d’autre que de parcourir les pleines… ça fini par vous monter à la tête. Et voilà un type qui se fait un barbecue à l’ombre d’un puits… non mais! qu’est-ce qu’y fait là le sale… pas le droit! Ça c’est sûr, pas le droit! Terrain privé, atteinte à la propriété, défense de s’en approcher… c’est inscrit… pas d’excuses! Y va avoir de nos nouvelles celui-là. Y va savoir comment on s’appelle. Y va comprendre bien net qu’on rit pas avec la loi… On est là pour la faire respecter cette loi, c’est notre job, c’est légitime!

Le mot de bienvenue du comté se traduisit par un vulgaire coup de poing sur la gueule. C’était pour le moins inattendu. Et nous voilà revenu à la position mains sur la tête, jambes écartées avec colt entre… épaules nues collées à la tôle. L’autre gars fait le tour de la voiture et aperçoit le cadavre dans le coffre arrière. Il vomit d’un jet puissant, presque sur la ligne d’horizon, puis tombe à genoux pour expulser le dessert. Il en a sur la chemise et les bras, il est pas contant l’autre gars. Par un effet d’osmose qui se retrouve sans doute chez de vieux compagnons parcourant les pleines du Texas depuis des années sans rien trouver, le gars au colt aventureux devient aussitôt furieux. Avant de savoir ce qui a pu arriver à son ami, notre héros est déjà à moitié mort, roué de coups de crosse à la nuque puis de coups de pieds au visage. Au Texas, c’est pas hypocrite comme ailleurs. Quand on a la chance de tomber sur un vaurien, on invoque la justice pour prendre son pied et ainsi, la plus abjecte des cruautés s’en trouve légitimée. C’est pas des hypocrites, que non! À cruauté, cruauté et demie! Et les voilà qu’ils se mettent à deux pour lui défoncer la cage. C’est fini…

«J’aurais aimé avoir un procès avec des hommes en belles robes qui parlent avec leurs bras dans l’air et tout. C’aurait été touchant, surtout pour maman qui, au terme du cirque, aurait été fière de son fils, j’en suis sûr. Je leur aurais expliqué que l’homme est un animal raisonnable et non raisonné d’emblée… et que s’il l’est pas, c’est de la viande. Et que s’il l’est un jour et que le lendemain il ne l’est plus, alors plutôt l’abattre avant qu’il ne fasse du mal. Qu’est ce que le mal, votre Honneur? C’est d’oublier qui nous sommes… puis de croire que nous sommes devenus un autre. C’est toujours là que les emmerdes commencent. Voyez mon ami: quand nous étions plus jeunes, lui et moi étions marxiste et luttions côte à côte pour l’équité. Nous étions naïfs et grotesques certes, mais au moins nous avions un idéal, une certaine foi en l’homme. Nous avions tort sans doute mais… Regardez ce qu’il est devenu en si peu de temps. Un politologue qui porte à gauche et ensuite, notre ministre des affaires intergouvernementales! Une verrue votre Honneur… un être méprisant! Stéphane Dion fut autrefois mon meilleur ami. Je l’admirais et l’aimais pour la détermination qu’il mettait à défendre les intérêts des pauvres gens. Puis, votre Honneur, quand il a compris que les pauvres gens ne demandent pas mieux que d’être plus misérables et à se faire dicter leur conduite par tous les affreux - autrement dit, qu’ils n’en ont rien à foutre de la liberté, et même qu’ils en ont peur - alors il s’est réfugié dans un mépris haineux. Pendant cinq ans, j’ai suivi son ascension politique avec tristesse et angoisse. Angoisse parce que je percevais toute la douleur et l’amertume de cet homme. Je l’ai tué parce qu’il était devenu dangereux pour lui de vivre; sa douleur le rendait inutile… je veux dire qu’il était devenu inutile à lui-même. Je l’ai mangé pour le vomir. Par cet acte symbolique, j’ai voulu expurger tout le mépris du monde. Et ce mépris, votre Honneur, ne peut naître que d’un amour déçu. C’est Chamfort qui disait je crois: «Quiconque ne devient pas misanthrope n’a jamais aimé les hommes.» C’était le ver qui rongeait mon ami, à la fois amour et chagrin. Manger l’homme et le vomir, voilà toute l’histoire votre Honneur. Faut-y que j’vous fasse un dessin?»

Alex Warren