The Threshold of Deafening Silence Paul Dolden

Couverture: Doane Gregory

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement.

The Threshold of Deafening Silence

Paul Dolden

  • CD 2.0
    TRD 0190
    Épuisé

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • R Seth Friedman, Factsheet Five, no 39, 1 décembre 1999
  • Martin K, The Wire, no 103, 1 août 1992
  • Village Voice, 17 mars 1992
  • Henry Schneider, Sound Choice, no 19, 1 mars 1992
  • These Records, 1 janvier 1992
  • Henry Schneider, Audion, no 18, 18 juin 1991
    Buy this CD and listen to true avant-garde music.
  • Scott Goodfellow, SITESound, 1 mai 1991
  • Laurie Radford, Contact!, no 4:4, 1 avril 1991
    … quatre œuvres majeures du compositeur…
  • Dean Suzuki, Option, no 37, 1 mars 1991
  • Mike Silverton, Fanfare, no 14:4, 1 mars 1991
  • Blitz, no 313, 1 octobre 1990
  • Titus Levi, Keyboard, 1 octobre 1990
  • Alain De Filippis, Revue Notes, 1 janvier 1989
    Ce disque présente toute les qualités requises pour ôter les préjugés les plus tenaces vis à vis de l’électroacoustique et pour satisfaire l’appétit d’auditeurs exigeants.

Review

R Seth Friedman, Factsheet Five, no 39, 1 décembre 1999

Review

Henry Schneider, Sound Choice, no 19, 1 mars 1992

Review

These Records, 1 janvier 1992

Truly phenomenal. Dolden’s compositional technique is to avoid any electronic effects or processing, and to simply record and mix acoustic instruments. However, this recording/mixing employs doubling of tracks over and over until often 400 tracks appear at once. The resulting music is as dense as Penderecki, but with the power of Megadeth. The listener becomes rooted to the spot. Stunningly inventive, Dolden is a major new force, we could not endorse this more fully.

Review

Scott Goodfellow, SITESound, 1 mai 1991

Compte rendu

Laurie Radford, Contact!, no 4:4, 1 avril 1991

Cette rétrospective des œuvres de Paul Dolden est la première parution de la compagnie TRONIA DISC, nouvelle compagnie sur la scène indépendante canadienne et dont le mandat est de «produire des disques lasers d’électroacoustique et d’œuvres textes/sons». The Threshold of Deafening Silence présente quatre œuvres majeures du compositeur, œuvres datant des années 1983-89. On retrouve dans le livret qui accompagne le disque un texte de présentation qui résume bien la conviction et l’intégrité dont fait preuve le compositeur dans sa démarche. Pour l’auditeur, cette musique est engageante. On est immédiatement séduit par des sons qui sont propulsés avec vigueur dans ses œuvres où dominent l’organisation de la composition et les formes bien définies. La ressemblance des sons augmente l’intérêt de l’auditeur et cela malgré les nombreuses superpositions, juxtapositions et manipulations rhytmiques auxquelles se livre l’auteur. À la manière d’un alchimiste, Dolden explore les différents aspects du médium, des matériaux qu’il utilise et la façon dont ses éléments sonores sont fusionnés ou mis à nu pour ensuite renaître transformés.

L’œuvre la plus récente de ce recueil, Below The Walls of Jericho (1988-89) démontre bien le but de la démarche artistique du compositeur. Plus de 400 pistes d’enregistrements d’instruments sont mélangées afin de créer un mur massif de sons qui laisse échapper pendant de courts instants une pluie de notes, pour ensuite repartir dans une accumulation incessante de force et de vitesse qui prend fin dans l’épuisement. La force et la vigueur séduisante des timbres, l’échange rhytmique des masses fragmentées, ainsi que l’évolution organique de la structure de cette œuvre font de son écoute une expérience imposante. Autant dans cette œuvre que dans In the Natural Doorway I Crouch (1986-87) on retrouve une qualité moyenâgeuse dans les gestes et les sons, qualité qui vient probablement de l’utilisation prédominante des instruments à vent et à anche comme sources sonores. Le compositeur utilise aussi d’une manière approfondie les instruments à cordes comme sources sonores, dans un système de juste intonation qui lui est propre. Le mariage des timbres d’instruments à vent et à cordes avec des timbres d’un caractère rhythmique rarement associé avec ces derniers donne à cette œuvre un profil rythmique inouï. Dans une atmosphère se rapprochant de la musique industrielle, Caught in an Octagon of Unaccustomed Light (1987-88) rappelle l’image d’un percussionniste tournoyant avec masse en main le long d’un gouffre sans fond meublé de cymbales et de gongs! L’œuvre n’est pas sans zigzags, le compositeur ayant fait des choix minutieux, plaçant chaque timbre dans une strate rhytmique et spatiale distincte. Il y a moins de superpositions de timbres et plus de travail de recherche des possibilités inhérentes à une stucture complexe de timbres et de rythmes. L’œuvre The Melting Voice Through Mazes Running (1983-84), la plus vieille des pièces de ce disque, se distingue des autres par le fait qu’elle a été réalisée à l’aide du système informatique POD de l’université Simon Fraser (les autres œuvres ont été réalisées principalement dans le studio de l’auteur). Malgé cela, l’attention dont le compositeur fait preuve dans l’intégration des matériaux et des structures, ainsi que son obsession de l’évolution rhythmique et la complexité au niveau micro et macro sont évidents dès le début de l’œuvre et la rapproche des pièces précédentes.

Le titre de ce disque (Au seuil du silence assourdissant) fait sans doute référence au niveau sonore habituel de la diffusion de ces œuvres en concert. Il fait aussi peut être référence aux nombreuses îles de silence qui parsèment les eaux musicales de Dolden, îles qui nous offrent un moment de répit, le temps de prendre conscience des dimensions de son monde sonore avant d’être entraîné de nouveau sous des vagues écumantes.

… quatre œuvres majeures du compositeur…

Review

Dean Suzuki, Option, no 37, 1 mars 1991

Review

Mike Silverton, Fanfare, no 14:4, 1 mars 1991

Critique

Alain De Filippis, Revue Notes, 1 janvier 1989

Découverte lors d’une programmation sur France Culture, la musique de Paul Dolden a retenu d’emblée mon attention par sa monumentalité et par son extrème finesse d’écriture. Ce compositeur canadien opère sur le son un travail proche de la chirurgie par l’emploi des micro-intervalles. Pas de sources électroniques dans cet ouvrage, tous les sons employés résultent d’une interprétation instrumentale préalable. Pour Paul Dolden ce parti-pris acoustique permet la mise en valeur des sensibilités des interprètes et du compositeur, cette approche rends la musique lyrique et lui donne une réelle énergie interne. In the Natural Doorway I Crouch présente une architecture complexe qui se révèle cependant très harmonieuse, dans Below the Walls of Jericho l’auteur nous entraîne dans un chaos sonore inouï résultant de la superposition de 400 pistes lors du mixage. Élaboré sur un principe similaire à base de percussions, Caught in an Octagon of Unaccustomed Light nous mène également dans un maëlstrom où l’oreille est sollicitée de toutes parts. Ce disque présente toute les qualités requises pour ôter les préjugés les plus tenaces vis à vis de l’électroacoustique et pour satisfaire l’appétit d’auditeurs exigeants.

Ce disque présente toute les qualités requises pour ôter les préjugés les plus tenaces vis à vis de l’électroacoustique et pour satisfaire l’appétit d’auditeurs exigeants.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.