Musique automatiste? Pierre Mercure et le Refus global Claudine Caron, Jonathan Goldman, ed.

On a tout à gagner à avoir de l’audace…

— Pierre Mercure

Dans le volume 17, no 2, sur l’avant-garde musicale en Amérique latine, Jonathan Goldman proposait un rapprochement entre le compositeur mexicain Manuel Enríquez — avec qui Ricardo dal Farra avait réalisé un entretien publié dans le même numéro — et le compositeur québécois Pierre Mercure (1927-1966), notant qu’Enríquez, qui «était un compositeur instrumental dans l’âme, mais qui s’est livré néanmoins admirablement à l’aventure électroacoustique», faisait penser à Mercure, de qui il était l’aîné d’un an seulement. Ainsi a-t-il fallu attendre quatre ans pour que Circuit s’attarde à l’œuvre de Pierre Mercure, figure de proue de l’avant-garde musicale dans le Québec de l’après-guerre. À première vue, le catalogue d’œuvres de Pierre Mercure, de genres hétéroclites, pose en effet certaines difficultés à quiconque désire cantonner le compositeur dans une contemporanéité univoque: son parcours va de la musique tonale pour orchestre à des œuvres électroacoustiques; sa production inclut de la musique pour le cinéma, la danse et le théâtre; et la variété des supports sur lesquels se trouve sa musique entraîne des défis considérables quant à la conservation et à l’accessibilité des sources.

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de Circuit, musiques contemporaines.

Musique automatiste? Pierre Mercure et le Refus global

vol 21 no 3

Claudine Caron, Jonathan Goldman, ed.

Pierre Mercure

  • Revue
    CIRC 21_3
    Hors-catalogue

Quelques articles recommandés

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.