Fenêtres intérieures Roxanne Turcotte

  • SODEC

Prix Opus 2014-15: Disque de l’année — Finaliste

At the outset, Nos fenêtres intérieures opens the window on a naturalistic world of sound and ‘the passing of time seen from the inside’… The Sound Projector, RU

… ses déclinaisons sonores expriment un foisonnement où le souffle et l’ambition sont des maîtres-mots. Rif Raf, Belgique

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Fenêtres intérieures

Roxanne Turcotte

Étienne Lalonde

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Nos fenêtres intérieures

Il suffit de regarder par la fenêtre pour entendre…

Des fenêtres ouvertes sur une vie antérieure déboussolée, la mécanique d’un piano, un regard sur le monde, la condition humaine et les préoccupations sociopolitiques et environnementales tout autour de la zone d’exclusion. On entend des oiseaux, le vent dans les voiles, le crissement des lames sur la glace, le frottement des roues sur l’asphalte, des prises de position et le cri des manifestants dans la rue, c’est l’évasion.

Essais sonores autour du temps qui défile vu de l’intérieur. D’une fenêtre à l’autre, des objets sonores surprenants arpentent un labyrinthe au parcours parfois sinueux. Ils sont presque suspendus dans nos têtes, enclins à une grande témérité.

Temporalité et visions nocturnes nous apportent l’excuse ultime pour le voyage à l’intérieur de nos vies à l’abri du vent. Je regarde par la fenêtre et je contemple tous ces moments passés. Je ferme les yeux et je vois tous ces moments futurs. La vie est une bombe à retardement ou simplement un coup de théâtre. Pourtant, il y a des objets en mouvement, un souffle en apesanteur et des êtres vivants tout autour qui respirent au gré du temps et du vent frais qui s’y dégage. J’ouvre les yeux puis je jette un regard par la fenêtre et j’y vois: poésie sonore, performance d’instruments manipulés et d’objets fabriqués… Je regarde par la fenêtre et j’aperçois avec bonheur, un bestiaire, des objets volants identifiés ou non, un piano préparé, des mélodicas en furie, des jeunes tout de rouge vêtus qui manifestent pour changer le monde. J’observe également une société en décomposition, la dégradation et l’horreur de l’espèce humaine et une pulsation en boucle comme le pouls bruyant et résonnant d’un souffle. Une accalmie est nécessaire après la perte d’un être cher, l’enfant éternel. Les morts brillent par leur présence, des désirs soudains se manifestent, une jeunesse immuable s’y trouve inévitablement pour effacer les traces du temps passé, tatouées sur le corps…

Devant cette fenêtre, le visionnement de tout ce cinéma et des poursuites derrière un miroir baignent dans le néant…

Roxanne Turcotte [iv-14]

Texte de De la fenêtre

[Extrait de Nous sommes les yeux crevés du soleil incorporé à la pièce De la fenêtre sous forme de dialogue: femme (voix de Céline Bonnier) / homme (voix de Pierre Lebeau).]

Les yeux crevés du soleil [extrait]

[femme] Que dépose le ciel à la place des fenêtres…

[homme] Au commencement était la chair
Une chair en forme d’enfant
Qui pourrit dans une tête
L’attelage des dimanches sourds
Ces enfants que l’on porte
Au bout de l’agression
Leur doux chant étouffé
Au début de mentir

[femme] Tu ne te soustrais pas
Aux désastres qui restent
Mais rends à l’oubli
Une pénitence sale
Ton enfance parle tout bas
Dans une chambre pour la chute
Tu enterres ton âme
Avec tous ses bruits sourds
Dieu comme trente corps
Dimanche après la guerre

[homme] La fenêtre donne
Cent fois sur le pire
Nos corps se versent
Tirant Dieu dans la chute
Des poulies pour la tête
À l’endroit du soleil
Desserrez la courroie
De vos laisses intérieures
Creusez-vous un bestiaire
Pour quelques étoiles
Brûlées dans la tête
À même une lumière
Épaissie jusqu’au deuil

[femme] Nécessairement rêver
Les yeux pris dans l’automne
Qui maintenant pèse une tonne
Dans la camisole de force
Éclatée du soleil
Le registre des restes
Au début de septembre

[homme] L’automne nous confond
Dans les dommages du ciel
Nature morte infectée
Dix milles suicides mal essuyés
Pareils à des linges gras
Contre nos années de guerre

[femme] Je ne suis le parfum de rien
J’ai rampé dans des trous
[homme] Tu poses tes lèvres au centre du crime
[femme] Et dans tous les déserts

J’ai barré mes sourires
J’ai donné la parole aux gifles
Je suis l’obligé de l’expiation
J’ai le geste fermé pour chants avec portes
Or dans mes muscles j’ai la nuit pour toujours

Je n’occupe pas le lit sans danger
Je peins en rouge les corps
Que dépose le ciel à la place des fenêtres
Pour un peu de lumière
Car en ce moment par le vide de tes yeux
On pourrait supposer
Que tu ne respires pas à la même place que moi

Secouant nos fantômes
Nous ne demandons rien au soleil
Un peu de lumières peut-être
Qu’il ait ses brulements et nous les nôtres

Dans tes mains aussi j’ai parlé longuement
Les ruptures ne se heurtent plus à rien
Chaque peau a une voix de femme
À partir de septembre
Pris dans une trappe de sens
Tous les côtés de la nuit vont aussi manquer d’air

Étienne Lalonde

Texte de Petit ange

[Extrait du texte de l’œuvre Fantaisie urbaine (2005) incorporé à Petit ange (2012-14).]

Fantaisie urbaine [extrait]

Lorsque nous marchons, nous suivons toujours un rythme intérieur. Le tempo nous indique une marche à suivre, une émotion, le temps qui passe ou même une histoire remplie d’aventures tumultueuses. Parfois le son des pas nous révèle plutôt une faille dans une vie, un moment douloureux ou joyeux. Chacun y cache ses rêves, ses désirs et ses secrets bien gardés.

Je marche sur un tempo, une mesure. Cette cadence me fait traverser le pont. De l’autre côté, me voici comme Alice au Pays des merveilles. Cette ville est remplie de surprises! Une cour intérieure toute fleurie où des petits chatons tout mignons se promènent. Je suis un personnage de cinéma.

Nous suivons un chemin… Un tempo, une mesure. Le temps est parfois si sombre… J’ai un livre de voyage bien rempli. J’en suis si fière. Chaque ville visitée me transporte au-delà du réel. Je retrouve des climats la nuit lorsque je suis endormie. Toutes les villes ont une mer avec des vagues, même si elles n’apparaissent qu’en rêve. Il y a de l’eau dans la rue et des endroits inusités.

Des climats irréels avec ces vagues qui se jettent sur moi. Elles m’emportent parfois au fond d’un abysse lumineux… Une ville complète. Je suis surprise par tant de vitalité et ces gens si généreux et sympathiques… Nager c’est comme voler. Être un oiseau ou un poisson-volant c’est la même chose. Il est possible de survoler cette ville et d’avoir une vision globale de tout cet univers.

Roxanne Turcotte

Texte de Alibi des voltigeurs

Alibi des voltigeurs

Je ne suis le parfum de rien (le temps tombe)
Un paysage entre les mains du vent (est-ce le chemin?)
Endormi, je rends visibles les côtés de l’air
Jusqu’à ce que les oiseaux me réveillent en sursaut

… Trop tard
Il ne donne pas de nouvelles (horloge lundi, horloge jeudi)
Les stores encore baissés…

Avec une forte lumière
Même morte
Tâcher de dormir
Maintenant

Un grand fleuve
Une promesse
Les vents qui nous hantaient
Une noyade invisible car le naufrage d’être vrai

J’ai fait le lit pour ce soir
Est-ce le chemin?
Est-ce demain dans ma voix qui dépasse?
Je commence quelque part… (horloge lundi horloge jeudi)
J’ai mes draps, mes fantômes

Je forme un poing pour sentir mon souffle et m’assurer des mots qui partent du sommeil.

Mes souvenirs qui prennent l’eau
Se font rides
Bras
Tendresses
S’accrochent aux lèvres

Vieillir à pas de géant
Ma fatigue peut dormir
En fin de ligne de caresses

Notre odeur de fumée
Plusieurs lampes allumées
C’est pareil chaque matin (horloge lundi, horloge jeudi)

Le temps gris cherche son air
Écouter
Chuchotement

Quelque chose de profond
Une série de brouillards
Et le silence bruyant de tous ces désordres.

Vous recevrez le soleil le matin par la porte, la route, le train à prendre et le journal à lire et vous êtes en mode silencieux et majestueux et rapide. Vous savez que vous avez au moins une demi-heure avant que votre regard ne fonce dans tout ce qui, autour de vous, fait partie du réel. L’air. Vingt-quatre heures de tout ça. Je sais. Rattraper. Temps précieux. Maintenant. Me rendre. Vous vous retrouvez pâle, fatigué, avant de n’avoir fait que… Vous assoir. Et vous le faites. Je ne peux en profiter.

Dès que les sanglots chargent, le silence sort de tout. Fuyons comme un dimanche. Les bruits de la clarté. L’étendue d’arbres qui mentent. Le soleil est écrit en grosses lettres sur le mur. L’herbe haute lance des soupirs, des excuses… Un cœur.

Tu étais trop court
L’été
Par les fleurs de literie
Qui finissent toujours sèches
Au plancher
Où s’endorment tantôt
Le compte complet du vent
La plupart des mensonges
Retrouvés au printemps
Le soleil manquait d’air

La plupart de mes mots traînent une atmosphère. Le froid comme une épée. De la terre gelée, ils avancent le soleil pour que le brouillard se taise. Vu du nord, l’air parait plus mince, atlantique, quand mon souffle apporte le lever du matin.

Le jour fondu au noir, les soupirs encore chauds, la nuit qui rase le jour. Le temps d’une journée fraîche, je refuse d’attendre. Tout, trop vite. C’est ce qui approche.

Dans les limites de l’air
Une lumière affolée
Le ciel un peu plus près
Le chemin de chaque jour
La vie domestique
Dans les obstacles vivants
Que le soleil enlève
Mon vautour
Est un ensemble de choses
Sinon un courant d’air

Sur le mur, des souvenirs, des portraits. Le temps tombé des yeux, des traits de chaque visage qui donne au présent des airs fraîchement anciens. Il est tard. L’heure se fait sentir. Des yeux froids. Comme si, à travers ces regards, le travail de plusieurs années avait su faire son chemin.

(La nuit qui rase le jour, le temps d’une journée fraîche, Je refuse d’attendre, dehors… Le jour fondu au noir, les soupirs encore chauds, la nuit qui rase le jour…)

Dans les limites de l’air
Une lumière affolée
Le ciel un peu plus près
Le chemin de chaque jour

Les jours pairs manquent de peau, de désirs à corder le long du droit chemin. La famille tient de bout. Les cris sont éloquents. Les cris de toi sur moi. piano seul, éventré. La clarté nous déteste…

La vie domestique
Dans les obstacles vivants
Que le soleil enlève
Mon vautour
Est un ensemble de choses
Sinon un courant d’air

Nuit d’été…

Une rupture. Un obstacle. Un trompe-l’œil. Une comète. Visages. Esprits. Fantômes.

Des fenêtres, une maison. Le souvenir d’une robe vide. De deux visages mêlés, alors posés dans l’herbe. Courir à l’existence. Tandis que dans chaque nuit pousse lentement un fantôme. Le son de la pénombre qui rattrape le soleil.

L’heure de l’horloge qui sonne…

Faire des boîtes
Des trous
En même temps que l’orage
Né puis parti
Sur la pointe des pieds
Je suis venu à la fenêtre
Je suis resté couché

Étienne Lalonde

La presse en parle

Review

Stuart Marshall, The Sound Projector, 19 juillet 2015

Canada’s Roxanne Turcotte is more terrestrial in remit, turning eye to the turmoil of a human-ravaged planet (the Fukushima disaster among our many accomplishments), reflecting on our mortality and experience of time and taking a political stand in a piece written for Amnesty International — Tout en rouge — sourced from recordings from a 2012 demonstration an subjected to the usual laboratory procedures. If Elizabeth Anderson seats her compositions in the imagination, then Turcotte’s — produced primarily for installation and radio — are from the heart. Given the number of her dedications to the departed — quite powerfully so.

At the outset, Fenêtres intérieures opens the window on a naturalistic world of sound and ‘the passing of time seen from the inside’, revealing the numinous in the normal (birds, skates on ice, tires on tarmac) and the magnificent in the mundane [Which is, I suppose, what lies behind so much of this sort of music.], and to remind us perhaps of how much we habitually ignore as we amble about with our Sony headphones. Turcotte seems less concerned with occupying space than with drawing attention to its presence (or absence) via unassuming portraits of our environment (eg the garden aviary of De la fenêtre) that quietly mutate as they grow in stature, as if poised to shock us with a tap on the shoulder the moment we’re feeling safe.

From an aesthetic point of view I’m less taken with the torrents of (French language) voices that occupy several pieces than I am those consisting of processed, non-human sound per se; particularly those involving musical instruments. OVI (Objet volant identifié) for instance — a pathological study of modified electric guitar (that takes me back to some of the more time-bending instrumental moments on Squarepusher’s mutant jazz Just a Souvenir) — offers welcome respite from the deliberately uneasy cut n’loop vocal antics of Alibi des voltigeurs, and Le piano d’Horowitz manages a similarly deranging feat while almost passing for untreated. At the same time, one finishes listening with the feeling that much has passed the radar undetected.

At the outset, Nos fenêtres intérieures opens the window on a naturalistic world of sound and ‘the passing of time seen from the inside’…

Love on the Bits

Fabrice Vanoverberg, Rif Raf, no 210, 1 mai 2015

Nos Fenêtres intérieures, voilà le programme imaginé par Roxanne Turcotte sur son quatrième chapitre chez Empreintes DIGITALes. Si la voix parlée occupe une place centrale dans son univers électroacoustique, notamment grâce au remarquable narrateur qu’est Etienne Lalonde (De la fenêtre), ses déclinaisons sonores expriment un foisonnement où le souffle et l’ambition sont des maîtres-mots. D’une pulsation rythmique aléatoire, l’artiste montréalaise met ses pas dans ceux de l’Allemand Bernd Alois Zimmermann, mais en ouvrant les battants sur la nature, elle donne une place centrale à la nature qui lui donne son originalité. Tout en dressant des parallèles étonnants entre volatiles et humains, elle camoufle la perte d’un enfant avec un humour absurde et réconfortant, alors que des souvenirs de blues ou de flamenco s’égarent, dispersés par le vent qui claque sur les fenêtres.

… ses déclinaisons sonores expriment un foisonnement où le souffle et l’ambition sont des maîtres-mots.

Recenzje

Łukasz Komła, Polyphonia, 3 mars 2015

Roxanne Turcotte to kanadyjska kompozytorka również podążająca w stronę dźwiękowej abstrakcji. Główne składniki jej twórczości to głos, nagrania terenowe i preparowane brzmienie instrumentów akustycznych, które niekiedy razem tworzą narrację bliską filmowej konwencji.

Roxanne Turcotte & Erik Nyström — Einengung und Entgrenzung

Stephan Wolf, Amusio, 18 février 2015

Wie der bereits vorgestellte Robert Normandeau stammt Roxanne Turcotte aus Montreal — und veröffentlicht nach Amore, Libellune und Désordres ein viertes Album auf empreintes DIGITALes. Fenêtres intérieures kehrt anhand scheinbar lose texturierter Arrangements die Außensicht nach innen — und wieder zurück in die Erscheinungswelt scheinbar unbegrenzter Wahrnehmung. Der schwedische Klangforscher Erik Nyström verfolgt auf Morphogenèse einen umgekehrten Ansatz. Indem er unsichtbare Größen und Größenverhältnisse räumlich erlebbar macht, legt er die Amplituden fest (oder zumindest spürbar nahe) und fixiert somit den Nachvollzug.

Betont unverbindlich beginnt die Komponistin und Sound Designerin Roxanne Turcotte ihre Überlegungen zum Sinnbild der Fenêtres intérieures. De la fenêtre skizziert, vermutet und verwirft mit arbiträr flirrenden Andeutungen von Ortung und Ordnung ein sich sukzessiv der Sinnfälligkeit preisgebendes Vexierspiel, das „anfällig für extreme Sorglosigkeit und Leichtsinn“ (Roxanne Turcotte) bleibt. Das sich anschließende Bestiaire führt mit Vogelgezwitscher oder Regenwaldwald-Atmo eine Orientierung ins Feld, die spätestens bei Petit Ange den Klangraum für einen psychoakustisch wirksamen Dialog zwischen den nun identifizierbaren Protagonisten und dem Rezipienten eröffnet: „Je suis un personnage de cinéma“.

Endlich ist das Feld für einen narrativen Aufhänger bestellt, doch wird dabei vornehmlich und ähnlich subtil wie in den Filmen von Alain Resnais das Verhältnis von Ereignis und Kommentar, von Diegese und Parallelität verhandelt. Das Objet Volant Indentifié versinnbildlicht die trügerische Identifikation von Sound & Vision: Längst hat die Innensicht den äußeren Rahmen (Fenster) überfüllt, doch die von nun an markanter ausgerichtete Grundierung (Gitarren!) bietet der Wahrnehmung weiterhin immer wieder neue Bezugspunkte an.

Es mag von einem analytischen Standpunkt aus unerheblich sein, wie Musiksubjektiv erfahren und verstanden wird. Vielleicht sollte stärker als üblich vernachlässigt werden, was die Musik mit dem Hörer macht, sobald sie von ihm als Musik anerkannt wird. Wat den einen sin Uhl is, is den annern sin Nachtigall. Diese letztlich in die Irrelevanz führende Empfindungspluralität zu bändigen, kann als ein Versuchsfeld des in London tätigen Erik Nyström ausgewiesen werden, zumal er sich auf die Auseinandersetzung mit Texturen konzentriert, die ausgehend vom räumlichen Wahrnehmungsvermögen als allgemeingültig zu verifizieren sind.

Auf Morphogenèse unternimmt Erik Nyström den (anmaßend-mutigen) Versuch, elastische Topologien von sowohl figurativer als auch amorpher Natur (?) auf physikalische Erregungszustände anzusetzen, die zu einem „warp in a world of eternal genesis“ führen sollen, also zu einer vergleichsweise prosaischen Idealvorstellung eines gezielt ausgelösten Effekts.

Doch wie hört sich das nun an? Reduziert man die etwas zu kryptische Anhäufung von verbalen Theoremen, die der Komponist seinem Werk mit auf dem Weg gibt, auf die Belastbarkeit eines autonom Hörenden, so bietet Morphogenèse eine sensorische Erfahrung von Skalen, Graphen und ähnlichen Visualisierungen von Volumen, Dichte oder Dezibel, also von Werten, die letztlich aiuch nur einen Behelf zur Quantifizierung, eben, darstellen.

Das Schwellen und Schwären des Sounds, das Aufwallen und Abflauen seiner Gezeiten an akustischen Gestaden — es erweist sich als Hinweis auf eine räumliche Ausdehnung in potenzieller Unendlichkeit. Mit dem absoluten Nullpunkt (Stille) als einzigen Ausgangs- oder Anhaltspunkt. Das isolationistische Vergnügen an Morphogenèse ist in etwa so reizvoll, wie exklusives Wissen um Parallelwelten, vorausgesetzt, man darf es für sich behalten. Oder auch weitergeben, wie die Empfehlung dieses Albums.

Kritiek

Sven Schlijper, KindaMuzik, 12 février 2015

Vanuit Montréal, Canada vertelt Roxanne Turcotte haar verhalen. Beter: laat ze deze voordragen. Deze componiste regisseert niet alleen haar stemacteurs, ze houdt in een mêlee aan instrumentale fragmenten en knipsels van veldopnamen haar musique concrète op een duidelijk anekdotische koers.

Turcotte’s verhalenbundel kent acht hoofdstukken. Ze gaat steevast uit van uit het leven gegrepen situaties; het alledaagse wordt onderwerp van een akoesmatisch experiment richting een vorm van alchemie in muziek en tekst. Daarin speelt uitvergroting van het minuscule niet zelden de hoofdrol.

Alsof Turcotte een raam openzet en de geluiden haar komen aanwaaien; zo schijnbaar achteloos komen de zeer complexe en heel tactiele composities voor de dag. Want juist door het triviale dat je vaak over het hoofd ’hoort’ te componeren en daarmee tegelijk te abstraheren en te concretiseren, ontdoet deze elektro-akoestische muziek zich van elke notie van cliché en zelfs ambientgevoel.

Het is een zekere mate van fijngevoeligheid, romantiek zelfs, die de acht werken zo dichtbij brengt dat ze op slag geïnternaliseerd zijn. Niet worden, maar zijn. Turcotte lijkt wel te vragen: “Waarom heb je dit niet eerder gehoord? Waarom is het je niet opgevallen?” En daarmee ook: “Luister je eigenlijk wel?” Alsof ze zegt: “Wat klinkt de wereld mooi. Toch?!”

Cinematisch verhalend is Fenêtres intérieures geen academische zware kost of muziek waarvoor je eerst een boekenplank aan secundaire literatuur tot je genomen moet hebben alvorens er enige sjoege van te kunnen beginnen maken. Het is de koppeling van fragiel componeren op het scherpst van de minimalistische snede en directe herkenbaarheid die Turcotte’s werken een toegankelijkheid bieden die uitnodigt tot een nieuw luisteren. Ook als haar stukken niet te horen zijn.

Review

Hubert Heathertoes, felthat, 2 février 2015

Conservatoire de musique de Montréal graduate Roxanne Turcotte served a high-quality gourmet dish I haven’t expected from an academician. The usual stance of academically trained artists often resembles a well trained ego but nothing else. Luckily this is not the case.

First track with voice preapration and voice-over narratives gives a great atmosphere to something that could be well used in some derivative of ambient music but as such is much more interesting and no operating in clichees at all.

Field recordings, voice and preparations of acoustic instrumentts play the first seats in the cast here. It may sound trivial when you think of it but the ultimate feeling I got apart from the obvious interesting tonalities is the essence of the feminine spirit and mind expressed through this album — the gentility and the sound concept is just so striking and yet not overworked at all.

Roxanne Turcotte served a high-quality gourmet dish I haven’t expected from an academician.

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 1 décembre 2014

La musique de l’électroacousticienne Roxanne Turcotte est souvent anecdotique. Elle part du quotidien et soit le transcende ou le magnifie. Ce nouveau disque propose huit morceaux composés entre 2009 et 2014. On va d’une rencontre avec le piano d’Horowitz à la mort d’un enfant, en passant par le Printemps érable. Et la voix (captée au vol, narrée, jouée) occupe beaucoup de place. De la fenêtre, la pièce d’ouverture, est aussi la plus intéressante de l’album. Elle est construite sur un texte d’Étienne Lalonde lu par deux comédiens bien connus, Pierre Lebeau et Céline Bonnier. Ici, les relations voix-son et trame narrative-ambiances sont parfaites. L’œuvre évoque Robert Normandeau et Francis Dhomont, mais on demeure résolument dans l’univers de Turcotte. Bestiaire est l’autre moment fort; sans voix, sans texte, sans programme, ce morceau passe à travers plusieurs transformations qui impressionnent et font du sens. […]

Ici, les relations voix-son et trame narrative-ambiances sont parfaites.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.