Chants du milieu Kristoff K.Roll, Daunik Lazro

Sans prévenir ni sourciller, les Chants du milieu réveillent la controverse. Revue & Corrigée, France

Hors catalogue

Cet article n’est pas disponible via notre site web. Nous l’avons catalogué à titre informatif seulement. Vous trouverez peut-être de l’information supplémentaire à propos de cet article sur le site de Creative Sources Recordings.

Chants du milieu

Kristoff K.Roll, Daunik Lazro

J-Kristoff Camps, Carole Rieussec

  • CD
    CS 219
    Hors-catalogue

La presse en parle

Chroniques

Dino, Revue & Corrigée, 1 mars 2013

«… On s’élance, on risque une improvisation. Mais improviser, c’est rejoindre le monde, ou se confondre avec lui. On sort de chez soi au fil d’une chansonnette…» Extrait de «De la ritournelle» de messieurs Deleuze et Guattari (in Mille Plateaux / Éditions de Minuit), dont nous ne pouvons que recommander une nouvelle fois la lecture. Cette publication en est une bonne raison.

Daunik Lazro est un des rares improvisateurs dont il est possible de posséder, et d’écouter, la discographie en intégralité. La contrainte ou la nécessité ont fait, font, qu’il ne sature pas le marché, distillant ses interventions à intervalles de bonne durée, tout au long de sa carrière, comme il se doit pour l’artisan. Chacune de ses apparitions gravées mérite l’attention. La collaboration avec les Kristoff K.Roll remonte à l’époque de la création de Le petit bruit d’à côté du coeur du monde, œuvre majeure de ce trio atypique, œuvre essentielle à la compréhension du coeur du monde, qu’il convient de réécouter… C’est lors des sessions de captation destinées au film – hautement recommandé de Christine Baudillon consacré à notre saxophoniste rebelle (Horizon vertical) que furent enregistrées ces sons, en 2009. On y perçoit une «tonalité» nouvelle, une tension inédite, la voix du saxophone enveloppant avec douceur une musique plutôt industrielle du duo «électro» de Frontignan. Dans ses notes du livret, Carole Rieussec évoque la couleur liée à l’acoustique particulière de l’espace où ils jouèrent. Espace que l’on peut considérer particulièrement inspiré, à l’écoute de ce beau poème sonore. Destiné à toutes «zoreilles».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.