Trilogie Janus Elizabeth Anderson

  • Fédération Wallonie-Bruxelles (Direction générale de la culture, Service de la musique)

(8) + (8) Blow Up, Italie

… la jonction entre émotion et abstraction, viscéralité et cérébralité. SilenceAndSound, France

Stéréo

  • 44,1 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Trilogie Janus

Elizabeth Anderson

Quelques articles recommandés

Notes de programme

À propos de Trilogie Janus

En tant dieu romain du temps (cyclique et évolutif) possédant une nature double, Janus est peut-être mieux connu pour sa capacité à lire dans le futur et le passé, et à présider aux phénomènes opposés, comme début et fin, qu’ils soient cosmiques, agraires, sociétaux ou personnels. Mais Janus avait d’autres fonctions, et il était aussi connu comme le dieu romain du changement et de la transition, et il symbolisait le devenir d’un état à un autre, par exemple le passage de la jeunesse vers le stade adulte. De plus, il représentait la phase intermédiaire entre des opposés tels que barbarie et civilisation.

Ce sont ces qualités – la liste n’est guère exhaustive – se manifestant dans des proportions diverses, qui rendent le nom de Janus apte à représenter une trilogie d’oeuvres acousmatiques inspirée de l’ouvrage de l’analyste Jungien et écrivain Robert A Johnson, Owning Your Own Shadow – Understanding the Dark Side of the Psyche (Posséder sa propre ombre – Comprendre la face sombre du psychisme). La trilogie explore par le son la création et l’évolution d’opposés psychologiques et la quête de l’intégrité spirituelle à l’échelle humaine, en reliant parfois cette activité à l’environnement, le contexte de toute vie humaine.

Elizabeth Anderson, Bruxelles (Belgique) [traduction française: David Baltuch, x-17]

La presse en parle

  • Girolamo Dal Maso, Blow Up, no 238, 1 mars 2018
    (8) + (8)
  • Roland Torres, SilenceAndSound, 31 janvier 2018
    … la jonction entre émotion et abstraction, viscéralité et cérébralité.
  • Stuart Bruce, Chain DLK, 27 janvier 2018
    … organic found sounds, electric sparkles, and various shades of noise.

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 31 janvier 2018

Je dois avouer que j’ai une certaine fascination pour le travail d’Elizabeth Anderson, tant son travail acousmatique fait la jonction entre émotion et abstraction, viscéralité et cérébralité. Avec Trilogie Janus, la compositrice continue d’œuvrer sur des territoires où l’on retrouve son esprit sci-fi, fait de bruissements et de sonorités éparses qui viennent titiller les tympans de l’auditeur.

Inspirée du livre Owning Your Own Shadow — Understanding the Dark Side of the Psyche, de l’analyste jungien Robert A Johnson, Elizabeth Anderson oppose les forces et les modes de perception, jouant sur des formes d’abstraction qui ne sont pas pour autant dénuées de chair, enrobant son minimalisme d’épure formelle et de densité aérienne, nous tirant irrésistiblement vers un ailleurs décharné et tiraillé entre attractions antinomiques, s’attirant vers une dimension en constante évolution, bien qu’enchevêtré dans un espace-temps figé. Trilogie Janus s’inscrit comme une pièce envoutante de laquelle on ne ressort pas forcément indemne. Labyrinthique.

… la jonction entre émotion et abstraction, viscéralité et cérébralité.

Review

Stuart Bruce, Chain DLK, 27 janvier 2018

Trilogue Janus is a collection of three sonic compilations, each almost exactly ten minutes, and each made up of shorter sonic vignettes collated and contrasted into a soundtrack that’s mostly frenetic — there are fleeting moments of calm due to a reduction in elements but the pace never really lets up fully.

It’s all about the electroacoustics here, with sound structures made out of organic found sounds, electric sparkles, and various shades of noise. Pitches shift and bend across the stereo field, at times almost comically squeaky, at other times almost impenetrably rumbling and deep. It’s rough-hewn at times and definitely reminiscent of some of the more energetic and sinister-sounding moments of the Radiophonic Workshop’s back catalogue, to the extent that with the possible exception of the mastering and the breadth of the EQ, it would be possible to believe that this was recorded over 20 years ago, but it wasn’t.

While each of the three pieces have more than a few elements in common, opener L’éveil ends up feeling the most sinister, spending a lot of time in the lower registers, whereas there’s something a little quirker about Chat noir and its twisting of higher-pitched bell tones. Of the three pieces, Neon has the most sedate sections, with flittering noises that sound like digital birdsong opening up into a bizarre alien parody of an idyllic countryside-meets-beachside environment, though this shatters and rebuilds in a manner more akin to the other tracks after the three minute mark.

Trilogie Janus is also, notably, the first empreintes DIGITALes digital-only release. Format purists will slate me for saying so but a release with such dynamics and use of pure tone notes was never ideally suited to analogue formats anyway so personally I welcome the shift.

… organic found sounds, electric sparkles, and various shades of noise.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.