Mistpouffers eRikm

… the former’s treated recordings of firework explosions and the latter’s electric whirring and airplane engines are equally breathtaking. Noise Not Music

La force de Mistpouffers réside dans sa capacité à dire quelque chose qui, évidemment, n’est même pas écrit et défini, nourrissant l’imagination et permettant une interprétation subjective. Music Map, Italie

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Mistpouffers

eRikm

Quelques articles recommandés

Notes de programme

Malgré-nous

Nous sommes tous des «Malgré-nous» de l’histoire.

Mes parents m’ont appelé Georges Yoram et je les ai crus sur parole.

Cela a constitué probablement mon premier acte de foi, «malgré-moi».

La confrontation aux thèmes composés par eRikm m’a conduit à réviser ma propre histoire au plan idéologique, au plan écologique, au plan anthropologique. L’écoute a été comme un miroir de mon «intérieur», de mon intériorité, de mon rapport à l’histoire et à l’Histoire.

Je me suis retrouvé projeté dans la quête des grands espaces et des peuples primitifs (1). Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment me l’expliquer, mais l’écoute me renvoie à l’Origine.

À notre origine commune. À mes origines. Et à la nécessité et à la destinée. À l’invisible au-delà des évidences.

Cette rencontre était écrite, prédestinée (2), puisque Érik porte le nom d’un village de 50 âmes qui m’a accueilli en Suisse, mon autre patrie.

Et qu’elle n’aurait sans doute pas eu lieu sans le judenhut (3) que je porte en toutes circonstances et qui a permis a eRikm de «le» reconnaître.

Je me suis retrouvé à l’écoute, au cœur des volcans en feu, au cœur des forêts qui brûlent et des feux d’artifice qui traduisent l’exaltation, la joie, la colère mais aussi la fureur ou encore la pulsion de mort.

Et que les soldats français, traumatisés, de retour d’Afghanistan ne supportent plus…

Ces feux mettent en lumière notre part d’obscurité pour nous éclairer sur aujourd’hui: «La forêt est-elle une simple «ressource» à gérer au mieux afin d’optimiser ses capacités de stockage du carbone? Un immense réservoir de biomasse pour les projets de méga-centrales d’énergie-bois? • Ou encore un obstacle gênant la croissance de la courbe des profits promis par le prochain aéroport, centre commercial ou espace de loisirs? […] • Elle est une entité vivante, qui a profondément modelé notre Histoire, nos spiritualités et nos imaginaires. • Sa formidable biodiversité est menacée aujourd’hui par la monoculture en vigueur: ainsi en France selon l’IGN (4), 51% des forêts sont constituées de peuplements monospécifiques (c’est à dire composé à plus de 75% de la même essence d’arbres), 33% sont composées essentiellement de 2 essences, et seules 4% sont composées majoritairement de 4 essences ou plus.» (5)

Ce qui veut dire que la forêt est plus dévastée par la gestion ultralibérale que par les feux estivaux et que d’une certaine manière les Canadair sont l’écran de fumée de notre bonne conscience et de notre maltraitante de cette ressource naturelle.

La balade dans Berlin me projette vers la lumière, de cette ville-monde mais aussi vers les parts obscures du système totalitaire nazi, incarné à mes yeux par le poème de Mühsam (6), par les Stolpersteine (7) et par la rue Tiergarten au 4 précisément, qui donnera son nom au tragique programme T4. Comment cheminer dans Berlin sans être happé par la lumière et l’obscurité, comment ne pas s’identifier aux victimes, comment ne pas s’identifier aux bourreaux?

Que reste-t-il de leurs souffrances? Et quels échos offrent-elles aux nôtres? Le Malgré-nous a la particulière singularité d’être à la fois victime et bourreau.

J’ai examiné à mon cabinet en tant qu’expert plusieurs centaines de ces incorporés de force, en vingt-cinq ans. Cette figure incarne la triple aliénation: obligé de faire la guerre, dans l’armée ennemie allemande, en «finissant» comme prisonnier des Russes.

Certains de ces patients ont rédigé des mémoires, où ils relatent consciencieusement le contenu de leurs souvenirs. Il s’agit de récits extrêmement réalistes, où je n’ai jamais retrouvé de références à la gloire du combattant ou du nationalisme, mais au contraire beaucoup d’humilité, de fatalisme, de douleur morale et un sentiment d’inutilité. Jamais de haine ni pour les Russes, ni pour les Allemands, ni pour les Français, mais une sorte de conscience «de classe», si j’ose dire, qui aurait ramené chacun au statut de combattant, d’homme de terrain, sans jamais qu’il soit fait référence au moindre sens possible à accorder à la guerre, aucun sens politique, ni religieux, ni philosophique, simplement le sentiment d’une énorme catastrophe que chacun a eu à subir, sans pouvoir tenir une position critique ou personnelle. Un peu comme si au fond chacun s’était trouvé pris dans une sorte de déterminisme socio-politique et qu’il ait à ce moment-là perdu toute identité et toute capacité d’initiative personnelle.

Par ailleurs, j’ai reconnu une similitude clinique, dans ma pratique quotidienne à leurs côtés, entre le vécu, transmis, des internés des camps de concentration et celui des traumatisés psychiques d’aujourd’hui, amenés à demander l’asile, comme ces vagues de Syriens qui nous touchent tant à la condition de ne pas se retrouver dans «notre jardin».

Ces derniers nous aideront aussi, à l’avenir, à comprendre les divers mécanismes par lesquels des individus ou des groupes manifestent leur refus du poids et de l’empreinte d’un évènement traumatique: preuve supplémentaire de cette empreinte et de ce poids.

Les psychiatres assistent aujourd’hui à la transmission aux enfants de victimes, de l’humiliation, de la culpabilité, des troubles de la parentalité et de la conjugalité. Je me demande aussi si les effets du traumatisme ne vont pas être d’entraîner, souvent, chez ces enfants une «obsessionnalité», un conformisme, une capacité d’hyper-adaptation sociale et une vision manichéenne du monde.

On peut légitimement se poser la question des dégâts psychiques entraînés sur une ou deux générations de descendants par les conséquences de l’internement des Malgré-nous.

Avec le recul sur 25 ans de pratique d’expertise aux côtés de ces incorporés de force, je prends mieux la mesure (et je ne suis pas très fier de ce constat) de l’humiliation imposée par les pouvoirs publics à ces victimes de l’Histoire poussées à réclamer une indemnité pour le préjudice psychiatrique de l’internement. Il eût mieux valu leur éviter l’expertise, réactivant inutilement la douleur morale, et avoir le courage politique de leur octroyer un forfait financier dont la hauteur aurait dû être à la mesure de ces blessures perpétuelles et de cet exil psychique permanent.

Oui, aucun d’entre eux n’est revenu.

Ce qui me rend la rencontre et l’écoute des œuvres d’eRikm d’autant plus précieuse et vitale puisque d’une certaine manière, elles m’ont aussi rendu un frère: Marc.


(1) «Les Vikings chrétiens (probablement venus d’Islande. C’est moi qui précise) qui ont navigué le long des côtés, jusqu’en terre d’Ellesmere (Fjord Alexandra, un certain hiver du 14e siècle) et ont bataillé avec les Esquimaux qu’ils n’hésitaient pas à massacrer s’ils étaient récalcitrants, n’ont-ils pas laissé traces de leurs pensées de Vikings et de chrétiens dans le mental inuit? […]. Il est des paroles et des pensées qui ont de pouvoirs mystérieux, dans la mesure où elles sont attendues, ce qui est le cas, chez ces peuples angoissés par la mort et l’errance des esprits fantômes.»Jean Malaurie, juin 2015. Préface à Les Objets messagers de la pensée inuit, Giulia Bogliolo Bruna, L’Harmattan, 2015.

(2) mekhtoub (comme diraient les Arabes).

(3) Chapeau pointu (pilleus cornatus, en latin) que les juifs devaient porter, pour être distingués des autres, dans le Saint-Empire romain germanique.

(4) Institut national de l’information géographique et forestière

(5) Guillaume Gamblin dans Silence no 449, octobre 2016, p 4.

(6) Erich Mühsam, Honneur aux morts. Il a été un écrivain anarchiste allemand, d’origine juive, assassiné au camp de concentration d’Oriannebourg en 1933.

(7) À Cologne, Gunter Demnig avait été chargé au début des années 1990 d’une installation — un grand trait à la craie sur les trottoirs pour signifier les chemins par lesquels les Roms et Sinti avaient été déportés. Une rencontre alors qu’il retraçait les traits à la craie en 1993 a été le déclencheur de ce projet. Une voisine lui a dit qu’il n’y avait jamais eu de Sinti dans son quartier. Gunter Demnig lui a montré les recherches qu’il avait faites et a décidé de poser 200 Stolperteine pour signifier aux passants le lieu où les Sinti et Roms habitaient avant le Samudaripen. Il s’agissait d’un contre-monument, illégal car sans autorisation de la ville. Ensuite, en 1996, il a continué à Berlin avec les habitations de témoins de Jéhovah et de Juifs déportés, toujours illégalement. Finalement en 2000, les villes de Cologne et de Berlin ont légalisé les Stolpersteine. Il utilise l’art pour construire un contre-musée pour résister à l’oubli et lutter contre l’indifférence. «On crée un paysage mémoriel en réintroduisant dans l’espace public un lieu d’où les victimes ont été exclues en leur redonnant une visibilité spatiale publique et locale. C’est un moyen de résister à l’exclusion dont ils ont été victimes. • On tente de réhumanisation et donc de résister à la déshumanisation nazie (les numéros et tatouages) en redonnant à chaque victime un prénom, un nom, une date de naissance, un lieu de résidence, quelques mots sur ce qui lui est arrivé et sa date de mort. • On veut toucher toutes les personnes qui ne vont jamais dans les musées ou les concerts. L’œuvre, sous la forme d’un pavé brillant, se trouve sous les pas du passant et va l’interroger sur son chemin.»Fabienne Regard

Georges Yoram Federmann [xi-16]

La presse en parle

  • jckmd, Noise Not Music, 20 novembre 2018
    … the former’s treated recordings of firework explosions and the latter’s electric whirring and airplane engines are equally breathtaking.
  • Piergiuseppe Lippolis, Music Map, 6 novembre 2018
    La force de Mistpouffers réside dans sa capacité à dire quelque chose qui, évidemment, n’est même pas écrit et défini, nourrissant l’imagination et permettant une interprétation subjective.
  • Dionisio Capuano, Blow Up, no 246, 1 novembre 2018
  • Frank P Eckert, Groove, 29 octobre 2018
    Die drei Soundscapes des gleichnamigen Albums geben sich ähnlich wettergegerbt, geheimnisvoll und verschlossen, obwohl ihre Quellen komplett offengelegt werden.
  • Roland Torres, SilenceAndSound, 16 octobre 2018
    Mistpouffers circule entre nos oreilles avec une fluidité qui nous fait presque oublié que nous sommes les auditeurs de cette œuvre…
  • Frans de Waard, Vital, no 1153, 15 octobre 2018
    … I would say this is another highlight.
  • TJ Norris, Toneshift, 6 octobre 2018
    The tingling microsound invades as though it’s evaporating over the spoken word.

Review

jckmd, Noise Not Music, 20 novembre 2018

French improviser and composer eRikm is one of the few artists whose work has been a consistent element in my journey into experimental music. His collaborative CD with Jérôme Noetinger, What a Wonderful World, was one of the first Erstwhile releases I heard and introduced me to the field of electroacoustic improvisation, and Zygosis made me realize the power of the turntable as an instrument in an avant-garde context. Mistpouffers, consistent with Empreintes Digitales’ focus on acousmatic music, collects three pieces that were composed and arranged from 2013 to 2016. Draugalimur, commissioned by the French music office, incorporates several spoken word segments within its immersive ambient soundscapes, including excerpts from traditional Icelandic folk writings. Poudre and L’aire de la Moure 2 are both explorations into a very physical stereo space; the former’s treated recordings of firework explosions and the latter’s electric whirring and airplane engines are equally breathtaking.

… the former’s treated recordings of firework explosions and the latter’s electric whirring and airplane engines are equally breathtaking.

Recensione

Piergiuseppe Lippolis, Music Map, 6 novembre 2018

Mistpouffers, appena uscita per Empreintes Digitales, è la raccolta di tre composizioni realizzate tra il 2014 e il 2016 dall’artista e improvvisatore francese eRikm. I tre pezzi durano quasi venti minuti ciascuno e sono, in qualche modo, collegati da una sorta di filo narrativo che crea un ideale legame al netto della tripartizione. Draugalimur si apre fra suoni rarefatti e tuoni sempre più forti, che segnalano l’approssimarsi di una tempesta, mentre l’elettronica di base scorre lieve e rarefatta. Suoni di passi e voci sussurrate, in un sottofondo temporalesco, suggeriscono un immaginario quasi cinematografico e un senso di pathos che permea tutto il brano, chiuso poi da una chitarra scordata e da qualche morbida nota di piano che pare stemperare la tensione. Poudre torna nella tempesta e poi vira verso fuochi artificiali, con annessi urla e applausi di approvazione da parte della folla, cambiando anche nettamente l’umore del disco. L’Aire de la moure 2 sembra riportare la calma, in quasi venti minuti di suoni più piatti, scheletriche conversazioni fra una voce maschile e una femminile e qualche sporadico suono naturale, soprattutto animalesco, che contribuisce a tenere viva l’idea di una narrazione cinematografica più che di un album musicale in sé. La forza di Mistpouffers sta proprio nella sua capacità di raccontare qualcosa che, evidentemente, non è neanche scritto e definito, alimentando l’immaginazione e permettendo interpretazioni soggettive.

La force de Mistpouffers réside dans sa capacité à dire quelque chose qui, évidemment, n’est même pas écrit et défini, nourrissant l’imagination et permettant une interprétation subjective.

Kritik

Frank P Eckert, Groove, 29 octobre 2018

Die Mistpouffers (empreintes DIGITALes) des Franzosen eRikm stammen aus der gleichen Gegend, spezifisch aus Island. Der englische Begriff „Mistpouffer“ bezeichnet physikalisch nicht vollständig erklärbare Klangereignisse, die an manchen Meeresküsten beobachtet werden, etwa Donnergrollen bei Sonnenschein. Die drei Soundscapes des gleichnamigen Albums geben sich ähnlich wettergegerbt, geheimnisvoll und verschlossen, obwohl ihre Quellen komplett offengelegt werden.

Die drei Soundscapes des gleichnamigen Albums geben sich ähnlich wettergegerbt, geheimnisvoll und verschlossen, obwohl ihre Quellen komplett offengelegt werden.

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 16 octobre 2018

Musicien et plasticien originaire de Marseille, eRikm propose trois titres qui nous entrainent dans des espaces où la plasticité de l’espace, puise ses ressources dans le field recording et l’imaginaire, dans l’enfance et la géographie, la pensée et la sensibilité, l’urbanisme et la science-fiction.

Mistpouffers circule entre nos oreilles avec une fluidité qui nous fait presque oublié que nous sommes les auditeurs de cette œuvre, captivé que l’on est par ces enchainements de sons enregistrés et assemblés, qui prennent le temps de nous transporter sur des sillons bousculés par le vent et secoués par les feux d’artifices, réchauffés par les voix et oubliés dans l’immensité du monde.

eRikm alterne les ambiances tout en respectant une certaine ligne directrice, qui voit les objets prendre des allures poétiques, enfantant d’instants de suspension troublés par les mots et les bruissements d’existences multiples, aux formes mutantes. Voyageur.

Mistpouffers circule entre nos oreilles avec une fluidité qui nous fait presque oublié que nous sommes les auditeurs de cette œuvre…

Review

Frans de Waard, Vital, no 1153, 15 octobre 2018

[…] Of course eRikm, as he loves to spell his name, is someone who is no stranger to these pages, ever since he first surfaced as a turntablist in the mid 90s. He works as an improviser, expanded to using vinyl, CD, mini discs and finds his own narrative, which is not unlike that of say Luc Ferrari. A particular highlight was his LP L’Art de la fuite (Vital Weekly 1000), even when that was an earlier work. The three pieces here deal with the past, his own past, in Switzerland, which he calls ’his other homeland’, but also using a traditional Icelandic text in the first piece Draugalimur, meaning ’phantom limb’. In that piece eRikm combines field recordings with text and with some instrumental sounds, while in Poudre he uses many recordings of new year’s fireworks in Berlin, with it’s many reflections of the buildings and perhaps also from history. In the third piece, L’aire de la Moure 2 there is also a text, by Paul Eluard and I must admit reading the description didn’t make things clearer for me. Here there are quite a few field recordings, mainly birds I believe, along with insects and wind, with what seems to me a minimum of processing here and there, but not a lot, or at least: not throughout the entirety of the piece. eRikm doesn’t follow Ferrari’s more linear approach to the use of field recordings but it seems to me it is all bit more of an anarchist approach; see where sounds fit and then use them accordingly, which I would think is the best approach. This too is not really the sort of things one expected from Empreintes Digitales, and for instance more at home on Gruenrekorder, but here too I thought the label does a smart move and venture into something new. In the past I may have been a bit (too) sceptical, but with these two the label is back on track. For eRikm I would say this is another highlight.

… I would say this is another highlight.

Review

TJ Norris, Toneshift, 6 octobre 2018

Mistpouffers is a selection of three compositions completed between 2014-16, composed by French artist and improviser eRikm. Each piece runs approximately 17-18 minutes in length with two based on 8-channel fixed medium and one in stereo. Opening with Draugalimur where, poof like smoke, the setting is a quiet distant storm, some electronic squiggles and free-floating static. This is eRikm working in an atmosphere where a pin could be heard dropping, that is until a narrator like a public radio host, in French, reads from a text. The wind howls and electro-waves are emitted. While listening I gaze upon the cover image of a cliffside that starts to resemble a human skull. No you are not seeing things, like a mirage — it’s an in-situ illusion, only emphasized by a military jet flying past, from ear to ear as someone gasps for air. This dichotomy between air space and breathlessness is likely key to the narrative. The eerie unexpectedness here is quite palpable.

Sonic boom? By occupying the space with layered field recordings, simple thing like chewing, and rummaging — with a silky drone and changing percussive parameters eRikm has developed a psycho-social space that is as inventive as it is cinematic. The whispers, the hive drone, the bouncing punctuation, all make his acoustic theatrics rife for live presentation, and perfect for visual listeners. Moving on to Poudre, which opens in darkness to creaking of chairs, or perhaps thunderclap or is it fireworks, or gunfire? The question mark here is the tension. With even the slight laughter heard int he mostly engaged crowd scene it would be menacing one way, and exhilarating another. But it seems to walk that fine line. The title translates to powder (and in gun powder) and this work does seem to float on air with the spirit of a nighttime curfew. It’s singular shots are disarming so to speak — “the bombs bursting in air” and so on. In wartime these echoes have a cerebral resonance that is unmistakable.

Just after midpoint this layered field recording sounds like either a grande finale or a full-on battle. It’s actually quite disturbing, it’s chaotic imprint, relentless. At one point it’s literally just a wash of savage white noise. But the reverie switches up its candor on L’aire de la Moure 2. There are shadows of a dark kingdom interrupted by a happily chirping winged beast. The intermittent grey drone casts and draws as these treated bird samples are deployed like abstract illusions. eRikm has concocted a blend of granular electronics, a female narrator and low flying planes that zoom from air shot. The tingling microsound invades as though it’s evaporating over the spoken word.

It’s an atonal radio play that seems to be collecting data in a laboratory. Small actions like pulling a topper from a cask, as well as elongated high tones create a focused format for deep listening — all ears on the speaker, and though I do not speak much français my ears can translate this as a scanner of the mind. Static like fire, and a series of slingshot thwapping are a peculiar combination alongside a deep bird caw. With so many constant variables you’d think this recording would be a schizo delusion but it’s not at all, it keeps your minds ear constantly pricked within this composer’s cosmic adventure.

The tingling microsound invades as though it’s evaporating over the spoken word.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.