L’inaudible Stéphane Roy

Couverture: Maddi Berger, Connections (Montréal, 2018)
  • Conseil des arts du Canada

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 48 kHz, 24 bits
  • 88 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

L’inaudible

Stéphane Roy

Notes de programme

À propos de L’inaudible

Dans ma démarche de composition, le parcours d’une œuvre n’est jamais tracé à l’avance. La forme, la structure ne préexistent pas à la réalisation sonore: l’indéterminé est le mode opérationnel que j’adopte pour sonder l’imaginaire.

Cette démarche s’amorce par l’observation et l’exploration d’un matériau sonore principalement issu de sources acoustiques. Comme tout bon plasticien, j’explore cette matière dans ses moindres aspérités, je la pétris, burine, égratigne, la taille et la colore, à un tel point qu’elle agit comme un catalyseur, révélateur de significations souterraines. En faisant appel à une écoute que je qualifie de transcendante, mon exploration m’amène à neutraliser les sédiments de significations accumulés (le propre de l’écoute réduite) et me place à l’affût des mouvements de fond qui parcourent «l’espace inconscient».

Pour faire mienne la belle formule qu’utilise Hans Robert Jauss au sujet du processus d’anamnèse en littérature, cette écoute transcendante permet «de pousser l’interrogation jusqu’à des profondeurs inaccessibles à la perception de surface banalisée par l’habitude, d’aller chercher dans l’espace inconscient l’expérience perdue et de l’amener dans la sphère de l’art, où elle se fait langage.» [Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception (1978), Gallimard, Paris (France).] L’écoute transcendante offre un pouvoir de captage qui nourrit l’acte de création. Elle fait émerger des significations sous la forme de figures fortes et prégnantes dont l’articulation dessine la forme de l’œuvre en devenir.

Sonder l’imaginaire, l’immatériel par une démarche plasticienne, c’est le modus operandi à la base des œuvres de cet album. «L’audible de l’œuvre n’est musical qu’autant qu’il évoque l’inaudible» écrit très justement Jean-François Lyotard. [Jean-François Lyotard, «Musique, mutique» in L’idée musicale (1993) sous la direction de Christine Buci-Glucksmann et de Michaël Levinas, Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis (France).] L’acte de création transcende la réalité sensible du matériau sonore pour sonder l’autre monde, celui des abstractions pures. Le caractère idéaliste de ma démarche réside dans cette dialectique entre l’audible — associée au modelage de la matière sonore dans les hauts fourneaux de l’expérimentation — et la sphère de l’inaudible qu’elle cherche à pénétrer.

Cette quête se renouvelle dans chaque œuvre. À chaque tentative le créateur pense s’approcher du pur inaudible pour constater la distance qu’il reste encore à parcourir, cette part d’insondable à conquérir et qui relance l’acte créateur.

Stéphane Roy [x-19]

Quelques articles recommandés

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.