electrocd

Réverbères

Roxanne Turcotte

  • SODEC

CD

  • Étiquette: empreintes DIGITALes
  • IMED 21173 / 2021
  • UCC 771028217328
  • Durée totale: 73:40
  • OGpak
  • 125 mm × 125 mm × 10 mm
  • 50 g

Notes de programme

À propos de Réverbères

Réverbères, lampes dont la lumière est dirigée par réflexion sur une ou plusieurs surfaces, à l’instar du rayonnement du son, des ramifications réverbérantes. Reverbero et reverberare, étymologie des mots réverbères et réverbérer: représentent le rebondissement des paroles, des sons et de la lumière au fil du temps. S’allumant sur la vision urbaine de notre monde, les réverbères sont rassembleurs, discordants ou rassurants. Des discours dichotomiques conçus pour une projection ambisonique et un clair-obscur de confrontations alimentent des récits électroacoustiques éclectiques et immersifs à travers l’anthropocène, ère de déchéance humaine au cœur du concept. Une aggravation imminente du rapport entre la nature et l’être humain fait en sorte que nous subissons des crises sanitaires mondiales alarmantes et la destruction de notre environnement demeure importante. Nous devrons vivre dans des bulles de plus en plus disparates, protégées et aseptisées dans un écosystème affaibli et massacré.

Ma démarche actuelle consiste à intégrer des séquences d’improvisation dans mes œuvres. Ces séquences sont mises en mouvement par accumulation de schémas intuitifs aux titres évocateurs. La matière sonore résultante dépeint une forme d’engagement social et poétique par l’intégration de captures sonores, de traitements électroniques, de voix parlées, ainsi que de sons de synthèse. Chacun de ces éléments occupe une place privilégiée dans un foisonnement de timbres articulés par hoquet, répétition, superposition. Les différentes pistes audio se fondent entre elles afin d’obtenir un tout musical ponctué de reliefs gestuels et structurels. Ces textures polyphoniques sont ensuite illustrées sur une partition pour l’écoute individuelle, ou encore pour l’interprétation ou la diffusion spatiale en concert.

[x-21]

Réflexions

Un fossé s’est creusé entre les bien-pensants aux idées conformistes et les autres. Une étrange époque demeure figée à l’ombre des réseaux sociaux, provoquant une grande solitude. Des algorithmes prennent de plus en plus le contrôle et des humains deviennent dépendants de cette nouvelle intelligence qui les dirige vers des réalités inventées truffées de désinformation, de modifications à l’esprit critique et d’apparences artificielles. Ils en deviennent dépendants de façon maladive en attente d’approbations tout en vivant dans des bulles aseptisées, mais de plus en plus fragilisées. Une situation digne d’une série de science-fiction.

Au même moment, il y a la faille, l’erreur, le mensonge. Un président fou, corrompu, raciste et irresponsable a déteint sur sa population. Il persiste par la voix d’une suprématie blanche meurtrière qui laisse des traces. Des milieux de vie sont ainsi peuplés d’imposteurs et de délateurs individualistes et sans scrupules, laissant poindre des idées réactionnaires de vierges offensées. Ce populisme ne distingue plus le vrai du faux.

Tous les jours nous sommes témoins d’événements révélateurs de racisme systémique, de culture du viol, de féminicides, d’inégalités sociales et de paranoïa collective! Le déséquilibre écologique et la contamination du spectre des conspirationnistes insouciants en sont un signe.

Des enfants sont enlevés à leur famille et exploités; des prisonniers politiques luttent pour la survie de leur voix revendicatrice; tous les jours des femmes sont violentées et des minorités, marginalisées. Les injustices résistent à la résilience des peuples, sous un soleil noir. Étouffés par la claustrophobie, il ne faut pas céder à la paralysie collective et se mobiliser pour notre survie.

La révolte est une conséquence, une défense contre la déshumanisation et le désordre universel. Le phénomène de l’individualisme est voué à l’autodestruction de l’Homme. La diminution de la biodiversité témoigne de l’incrédulité humaine et des gouvernements climatosceptiques. Le pouvoir industriel fait en sorte que des individus dissidents se démarquent des populations pour former des groupuscules indignés.

~~

Nous nous cachons alors sous un masque afin de passer incognito et de ne pas subir l’impact d’une contamination en cascade due aux radicalisations incessantes. Les bulles se touchent alors et se désintègrent tranquillement. Une longue route se dessine devant nous, prenant des allures de champ de bataille et des obstacles en forme de cônes oranges ralentissent nos pas laborieux vers une résilience.

Pour ne pas complètement perdre le contrôle de nos vies, il vaut mieux se fier aux expressions des ridules du visage sous un masque et s’exprimer enfin à voix haute, sans jugement et sans la peur du regard de l’autre. Nous voulons vivre intensément. Les yeux seuls se sont exprimés sous ce couvre-visage tels des lanternes illuminées.

Lorsque les masques tombent, la nature reprend sa place graduellement, une baleine profite de l’espace libre pour dépasser ses limites. Des animaux disparus renaissent soudainement. Paradoxalement, nous ressentons enfin le calme des villes endormies sous l’atteinte d’un virus telle une dichotomie surprenante.

[x-21]