Images nomades Francis Dhomont

Couverture: Inés Wickmann (Adagp)
  • Conseil des arts du Canada

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 48 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Images nomades

Francis Dhomont

Notes de programme

Nomades…

Nomades, ces images acoustiques le sont par leurs déplacements dans des domaines stylistiques et sémantiques variés.

Deux parties bien distinctes et de durées à peu près égales dans cet album: la première présente trois œuvres abstraites dont deux datent de moins de cinq ans; la seconde regroupe de courtes pièces-hommages composées pour des anniversaires musicaux.

Première partie

Les trois premières pièces de cet album appartiennent donc à mes œuvres «abstraites», contrairement à beaucoup de mes compositions qui font partie de la catégorie que je nomme «figurative». Par œuvres abstraites, j’entends celles qui n’ont pas d’autre objet que la musique elle-même, qui ne développent que des critères sonores: figures rythmiques, variations de masse, d’intensité, de matière, de forme, étude sur l’occupation de l’espace, etc. Elles ne renvoient donc à aucune métaphore. En regard de cette catégorie, mes œuvres figuratives sont celles qui s’inspirent d’une thématique non musicale — poétique, littéraire, psychanalytique ou autre. Les termes abstraction et figuration font référence à ceux en usage dans les arts plastiques.

Phoenix XXI et Perpetuum mobile (Pluies fantômes) sont deux musiques jumelles, deux versions d’un même projet dont le titre commun pourrait être Homozygotes (cf Luc Ferrari), car elles développent les mêmes matériologies accumulatives, fourmillantes, foisonnantes, les mêmes sons en grappes, en pluies qui sont une constante de mon écriture. Réhabilitation des hauteurs, des sons toniques. Phoenix XXI est stéréo et plutôt contrapuntique, Perpetuum mobile (Pluies fantômes), octophonique et plutôt harmonique. Ici, les deux pièces sont séparées par Machin de machine, fantaisie inspirée des complexités rythmiques de Conlon Nancarrow.

Deuxième partie

Ami-versaires: neuf hommages à des compositeurs et compositrices. Ils ont souvent un ton et un titre humoristiques, en rapport avec la complicité qui existe entre l’auteur et les dédicataires de ces courtes pièces. Plusieurs d’entre elles comportent une citation explicite ou implicite d’une œuvre notoire de la personne qu’elles honorent.

Francis Dhomont, Avignon [ix-20]

Remerciements

Mes remerciements à Gilles Gobeil pour sa fine écoute et la qualité de sa collaboration technique; à Inés Wickmann pour la pertinence sensible de ses commentaires; et à Annette Vande Gorne et François Bayle pour leur complicité acousmatique.

Francis Dhomont, Avignon [viii-20]

Quelques articles recommandés

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.