Espaces éphémères Ambrose Seddon

Couverture: Veronica Seddon, Yellow & Orange Abstract (2007), huile sur papier, 76cm x 56cm

… le travail de traitement sonore, cette manière d’extirper toutes formes de textures […] et surtout de les diriger avec finesse et sensibilité, tout cela fait de ce disque […] un travail à découvrir… Revue & Corrigée, France

Un album intelligent et créatif d’une profondeur culturelle considérable. Rockerilla, Italie

Stéréo

  • 44,1 kHz, 16 bits

Stéréo

  • 44,1 kHz, 24 bits
  • 96 kHz, 24 bits

• MP3 • OGG • FLAC

Espaces éphémères

Ambrose Seddon

Quelques articles recommandés

La presse en parle

  • Rigobert Dittmann, Bad Alchemy, no 108, 1 mars 2021
  • Julien Héraud, Revue & Corrigée, no 127, 1 mars 2021
    … le travail de traitement sonore, cette manière d’extirper toutes formes de textures […] et surtout de les diriger avec finesse et sensibilité, tout cela fait de ce disque […] un travail à découvrir…
  • Massimo Marchini, Rockerilla, 1 janvier 2021
    Un album intelligent et créatif d’une profondeur culturelle considérable.
  • Roland Torres, SilenceAndSound, 23 décembre 2020
    Un recueil de titres en osmose avec l’année 2020.
  • Stuart Bruce, Chain DLK, 18 décembre 2020
    … it’s gently powerful.
  • Wolfgang Kabsch, Musik an sich, 18 décembre 2020
    Une œuvre passionnante avec une qualité sonore cristalline, qu’il est agréable d’écouter au bon moment.

Critique

Julien Héraud, Revue & Corrigée, no 127, 1 mars 2021
… le travail de traitement sonore, cette manière d’extirper toutes formes de textures […] et surtout de les diriger avec finesse et sensibilité, tout cela fait de ce disque […] un travail à découvrir…

Recensione

Massimo Marchini, Rockerilla, 1 janvier 2021
Un album intelligent et créatif d’une profondeur culturelle considérable.

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 23 décembre 2020

Regroupant six titres composés entre 2005 et 2017, Espaces éphémères montre la diversité dans la continuité de l’œuvre d’Ambrose Seddon.

Son travail sur les textures est pleinement concentré sur l’approche acousmatique, enveloppant l’auditeur dans un magma de sonorités déchues sur des rivages post-apocalyptiques.

Il y a comme un air de fin du monde dans sa musique, enrobée de palpitations et de soupirs métalliques, de ruissellements et de corrosion, de corps liquéfiés serpentant entre des flaques d’azote liquide.

La notion d’espace est omniprésente dans chaque titre, un espace tournoyant capable de s’approcher au plus près et de s’éloigner dans des sphères quasi intouchables, caressant nos tympans et ébranlant nos sens, jouant à nous perdre et à nous surprendre, dessinant des trajectoires aux surfaces glissantes et menaçantes. Un recueil de titres en osmose avec l’année 2020.

Un recueil de titres en osmose avec l’année 2020.

Review

Stuart Bruce, Chain DLK, 18 décembre 2020

Espaces éphémères is a collection of six standalone pieces from electroacoustic artist Ambrose Seddon, each with their own rationale and, according to the sleeve notes at least, without any overt linking theme or approach. Despite this, and despite the pieces dating from between 2005 and 2017, there is a sonic consistency here that makes it hang together nicely as a 73-minute listening experience.

With the sparse, gritty washes of Traces Of Play, pulling apart the percussive sounds and electronic bleeping of toys and wallowing in extremely deep and extensive reprocessing and sonic twisting, and the similar approach to reworking everyday ambience in The Nowness Of Everything, there’s a persistent sense of space and flow that makes you question your usual level of background sonic radiation. Very mild noises, gently glitched and stretched in time, stuttering like echoes from more energetic electronica, roll like textures in mostly very sparse atmospheric frames — none more so than 2005’s Fouram.

Despite its sombre accompanying notes, time seems to be treated somewhat more playfully in 10_35_70 with its gradual ramping and abrupt drops. While many of the pieces involve the expression of long, sea-like waves, Fleeting Strands is reportedly the only piece that’s overtly coastal, based on recordings of Norfolk and Devon. Of course it’s unlike any other audio postcard you’re likely to hear of the area, yet somehow the sense of holiday still persists, despite it also feeling like the tensest piece on this release thanks to some long metallic strung-out notes with subtle horror connotations.

It’s a sombre and at times glacially slow set of pieces, but with a nuanced texture that really draws the ear in and helps you to appreciate the small sounds and details. Though essentially a collection of old works, for many it may strike a chord with 2020 lockdown and the newfound senses of slow and distant that have been forced onto many of us. It’s not revolutionary, but it’s gently powerful.

… it’s gently powerful.

Kritik

Wolfgang Kabsch, Musik an sich, 18 décembre 2020

Ambrose Seddon ist ein Komponist der Stücke für elektroakustische Musik schreibt und aufnimmt. Sein neues Album Espaces éphémères enthält sechs seiner Kompositionen und Einspielungen aus den Jahren 2005 bis 2017, die es insgesamt auf etwas über 72 Minuten Klangkunst bringen.

Ambrose Seddon arbeitet dabei eher subtil, soll heißen er vermischt Klänge unterschiedlichster Art zu einem Klangteppich, ohne dabei in die Kakophonie zu verfallen. Es flirrt und zirpt an allen Ecken und an den Kanten dröhnt und klingelt es, aber man merkt durchaus, dass dem Ganzen eine Komposition zu Grunde liegt. So bilden sich aus den Klängen so etwas wie Musikstücke, wenn auch nur atmosphärischer Natur. Melodien entstehen nur selten, werden aber ob der großen Atmosphäre nicht wirklich gebraucht.

Man muss dieser Klangkunst die Luft zum Atmen geben, welche der Künstler ihnen auf jeden Fall durch die eher spartanische Instrumentierung gegeben hat. Es wird mit viel Dynamik gearbeitet, ohne ins Ohrenbetäubende zu verfallen.

Ein spannendes Werk mit einer glasklaren Klangqualität, welches zum richtigen Zeitpunkt gehört, ein Genuss ist.

Une œuvre passionnante avec une qualité sonore cristalline, qu’il est agréable d’écouter au bon moment.

Autres textes

Music Map