Artistes Serge Arcuri

Serge Arcuri a terminé ses études de composition et d’analyse au Conservatoire de musique de Montréal dans la classe de Gilles Tremblay en 1981. Par la suite, il a poursuivi des études en électroacoustique avec Yves Daoust au Conservatoire et avec Marcelle Deschênes à l’Université de Montréal. Gagnant du prix Sir-Ernest-MacMillan de la CAPAC (organisation canadienne de droit d’exécution) en 1981, il a été lauréat dans deux catégories au Concours national de jeunes compositeurs de Radio-Canada. Plusieurs fois boursier du Conseil des arts du Canada (CAC) et du ministère des Affaires culturelles du Québec, il a reçu des commandes de nombreux organismes, dont la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), la Canadian Broadcasting Corporation (CBC), l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec (ACREQ), et, dernièrement, la Vancouver New Music Society (VNMS). Il est compositeur agréé du Centre de musique canadienne (CMC).

[xii-93]

Serge Arcuri

Beauharnois (Québec), 1954

Résidence: Montréal (Québec)

  • Compositeur

Sur le web

Serge Arcuri, photo: Geneviève Turcotte, 1990
Serge Arcuri, photo: Geneviève Turcotte, 1990

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 9310, IMED 9310_NUM / 1993

Apparitions

Oral / ORAL 30 / 2009
Circuit, musiques contemporaines / CIRC 04_1-2 / 1993

Compléments

Artistes divers
Radio-Canada / ACM 37 / 1990
  • Épuisé

La presse en parle

  • Andrew Jones, Montreal Mirror, no 9:29, 16 décembre 1993

Mr. Sandman

Andrew Jones, Montreal Mirror, no 9:29, 16 décembre 1993

SONGWRITERS LOVINGLY CALL their dreams muses — a vocabulary to translate the compositional process. Hip artists, such as Brian Eno and Suzanne Vega, have gone so far as to say they have even heard entire songs handed down to them while they slept.

Dreams have long fascinated composer Serge Arcuri. Yet he could never quite bring their surreal, unearthly power to the stage with orchesiral instruments that were hundreds of years old. “Dreams, like myths, express themselves in a symbolic language, communication both obscure and universal,” Arcuri writes in the liner notes to his debut CD for empreintes DIGITALes, Les méandres du rêve. “At the heart of the night, brandished against this apparent death that is sleep, the dream world is more a product of senses and seduction than one of speech.”

The breakthrough for the 39-year-old native of Beauharnois was hearing electroacoustic music. This oft-misunderstood branch ofthe musical tree was born in 1949 when Pierre Schaeffer started using a tape recorder to bulk erase the musical past and record over it the music of the future, “musique concrète.” Forged and sculpted in the multi-track recording studio with both live and synthetic sound sources, electroacoustic music has always been headphone fodder, music for our personal headspace. Like dreams, electroacoustic music offers a hot-wired short cut to the subconscious, the topology of sounds triggering something different in every listener, a soundtrack to films and visuals limited only by our imaginations.

“I like the ease with which electroacoustic music can transport yourself into many different acoustic surroundings,” says Arcuri. “That’s much more diffcult to do in a concert hall. But on the other hand, I don’t like excluding instruments. I like to have a mix of electroacoustics and live instruments, so the work is somewhere between reality of the concert stage and the ‘inouïe’.”

Arcuri studied with Yves Daoust at Conservatoire de Musique de Montréal, and has an impressive list of commissioned works to his name from the SMCQ, ACREQ, CBC and The Vancouver New Music Society. It’s not difficult to understand why: Arcuri’s work avoids the studied aridity of most “musique concrète.” It’s dazzling, texturally ravishing, and propulsive, recalling the recent pop-oriented work of John Adams on Hoodoo Zephyr — only minus the minimalist pulse.

Les méandres du rêve (Dreams’ Meanders) was a long-term project begun in 1982 with Arcuri’s first electroacoustic piece Errances. Arcuri tried to keep a diary of dreams and incorporate them into the pieces as they were written, but found his dreams weren’t up to the quality of the project, so he decided to stick to themes rather than specifics. Indeed, most of the pieces here work on a visceral rather than literal level. Murmure, for example, revisits tribal myths about the origins of life and the big bang through processed and sampled breath sounds.

La porte des sables, for oboe, English horn, MIDI percussion and tape, is inspired by the fables of Moroccan writer Tahar Ben Jelloun’s novel The Sand Child. The music, while bereft of the quarter tones that permeate most Arabic music, evokes the serene, still mood of the desert through the arabesques of the horn playing. “Reading Jalloun opened my ears,” says Arcuri. “The idea of each door leading you deeper into myth, deeper into the unconscious.”

Arcuri has had the good fortune to work with intuitive and passionate soloists such as oboist Lawrence Cherney, harpist Erica Goodman, French homplayer Francis Ouellet and percussionist Trevor Tureski. “More and more instrumentalists are interested in working with electroacoustics,” Arcuri explains. “After all, these pieces were written to be included in someone’s repertory and to be easily played. I like to have open rhythm sections for the player to roam. I don’t like to be a metronome.”

Articles écrits

Ondes de chocs

Serge Arcuri, Circuit, no 4:1-2, 1 janvier 1993

Denis Smalley, Impacts intérieurs

Ce neuvième disque de la collection empreintes DIGITALes est consacré à la musique du compositeur néo-zélandais et britannique Denis Smalley. Se vouant exclusivement à l’électroacoustique, le musicien définit ses préoccupations comme la recherche des relations entre le geste et la texture tant sur le plan formel qu’au niveau de la perception. L’enregistrement nous propose une alternance d’œuvres pour bandes et de pièces mixtes depuis la toute récente réalisation Valley Flow pour bande seule, composée partiellement au Banff Center for the Arts et qui s’inspire du paysage grandiose et sonore que lui ont suggéré les Rocheuses. Dès la première audition, l’œuvre réussit à nous transporter dans ces vastes espaces éthérés, cristallisée par l’utilisation des registres extrêmes et un travail tout à fait remarquable à partir de sons de la forêt et de bruits de source qui ont presque conservé leurs qualités olfactives.

Piano Nets (1991) et Clarinet Threads (1985), comme les titres l’indiquent, sont des œuvres mixtes avec la participation du pianiste Philip Mead et du clarinettiste Roger Heaton. La première nous offre une composition équilibrée d’une grande maîtrise où le piano, utilisé surtout de façon harmonique, n’est à aucun moment restreint par les réseaux de la bande et semble se fondre naturellement aux résonances tout en conservant son caractère propre. La seconde plus morphologique s’accorde tout à fait à l’immense palette de timbres propres à la clarinette. Wind Chimes (1987) tout comme Darkness After Time’s Colour (1976), pour bande seule, relèvent de préoccupations et d’esthétique, de style plus français avec une maîtrise tout aussi efficace. Nous pouvons, sans conteste, parler d’un enregistrement de grande qualité, dans la lignée des réalisations de cette étiquette.


Michel-Georges Brégent; Atlantide, Walter Boudreau, Raôul Duguay; Golgot(h)a

Le premier disque de cette nouvelle étiquette nous convie à entendre deux œuvres qu’on pourrait, sans se tromper, qualifier d’envergure titanesque ou de façon plus appropriée, titanique, toutes deux écrites pour diffusion radiophonique.

Atlantide, de l’un des compositeurs québécois les plus prolifiques, Michel-Georges Brégent, peut nous surprendre, nous choquer, nous submerger ou nous éblouir mais ne peut certes pas nous laisser indifférent. Utilisant un orchestre éclaté allant des instruments anciens à l’orchestre traditionnel jusqu’aux instruments rock, l’œuvre transpose un contrepoint foisonnant de musiques et de styles des plus disparates pour construire une Babylone sonore tout à fait appropriée au discours apocalyptique que Brégent nous propose, en créant comme il le dit lui-même «un signal d’alarme radiophonique». On ne pourra manquer de remarquer une écriture exceptionnelle des voix ainsi qu’une interprétation tout aussi remarquable de la part des chanteurs et de l’orchestre sous la direction de Walter Boudreau.

J’ai toutefois quelques réserves sur la pertinence des insertions de bande entre les parties instrumentales du début, mais toute la section finale, qui semble nous rendre les débris de cette première partie sur les côtes d’une plage où se situerait l’auditeur, est d’une grande poésie et tout à fait réussie.

Golgot(h)a, du compositeur et chef d’orchestre Walter Bourdreau et du poète et musicien Raôul Duguay, un collaborateur de longue date, nous transporte dans l’univers tragique de la passion. L’œuvre est une suite de quinze tableaux sur les traces d’un chemin de croix où toute l’écriture est déduite d’un répons à quatre voix Tradiderunt me in manus impiorum du compositeur espagnol de la renaissance Tomas Luis De Vittoria.

Ayant d’abord entendu la musique en version concert, lors de sa création en mars 1992, je dois avouer que l’enregistrement m’a permis d’apprécier à sa juste valeur le travail subtil des voix échantillonnées en relation avec l’orchestre, ce que l’audition en salle avait quelque peu estompé. L’émotion retenue des derniers tableaux est émouvante et non étrangère à certains madrigalismes des plus à propos. La direction y est évidemment très sûre sous la baguette du compositeur et l’enregistrement d’une qualité tout aussi remarquable.

II est à noter que ces deux œuvres ont mérité des honneurs, soit le prix spécial du jury du Prix Italia dons le cas d’Atlantide et le grand prix de la communauté des radios publiques de langue française du Prix Paul Gilson dans le cas de Golgot(h)a. Des musiques à réentendre!

Des musiques à réentendre!

Blogue

  • Les lauréats des 11es Prix Opus ont été dévoilés hier le 27 janvier 2008 à Montréal. Parmi les 26 Prix Opus… le «Disque de l’année — Musiques actuelle, électroacoustique» va à petits Big Bangs de Marcelle Deschênes; le «Compositeur de l’anné…

    dimanche 27 janvier 2008 / Général
  • Serge Arcuri, photo: Geneviève Turcotte, 1990

    Dans le cadre de «Monde parallèle Montréal 45°N//» tenu à Lille — Capitale européenne de la culture, l’étiquette empreintes DIGITALes proposait un portrait de la création électroacoustique (de 1971 à aujourd’hui) à travers 24 œuvres de 21 c…

    mercredi 14 avril 2004 / Général
  • L’ensemble de nouvelle musique Continuum, sous la direction de Jennifer Waring, présente le concert «Brassage» à la Music Gallery de Toronto le 17 février 2004. Au programme, la corniste Michèle Gagnon et le percussionniste Ryan Scott inter…

    mardi 10 février 2004 / En concert

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.