Réjean Beaucage Autres articles écrits

La presse en parle

  • Réjean Beaucage, Voir, 1 janvier 2017
    L’ajout du Quatuor Bozzini dans la recette agrandit singulièrement l’univers sonore du duo…
  • Réjean Beaucage, Voir, 12 janvier 2012
    Il s’agit d’un aboutissement pour ce type d’exploration
  • Réjean Beaucage, Voir, 19 décembre 2011
    [Parmi] mes 10 albums de 2011
  • Réjean Beaucage, Voir, 1 septembre 2011
    Pour ouvrir la porte de l’univers électroacoustique, c’est le genre de production idéale.
  • Réjean Beaucage, Circuit, no 21:1, 4 mars 2011
    Kaufmann y démontre une grande ingéniosité dans la manipulation des sons, et il scénarise cette épopée en six mouvements avec beaucoup de talent.
  • Réjean Beaucage, Voir, 23 septembre 2010
    À découvrir également: 24 Frames, une nouvelle collaboration entre Brady (à la guitare électrique) et le vidéaste Martin Messier.

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 1 janvier 2017
L’ajout du Quatuor Bozzini dans la recette agrandit singulièrement l’univers sonore du duo…

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 12 janvier 2012

Le platiniste Martin Tétreault dirige et compose pour son Quatuor de tourne-disques depuis 2004, et on a pu le voir à quelques reprises à Montréal depuis 2007, avec des membres qui varient selon les occasions. Il s’agit d’un aboutissement pour ce type d’exploration (mais, qui sait, le grand orchestre de tourne-disques pourrait bien surgir). À cent lieues de la «citation», les deux pieds dans l’abstrait, ces tourne-disques se suffisent à eux-mêmes (pas de disques ici). Étonnamment, si on l’écoute à faible volume, l’espèce de grisaille bruitiste que produit l’enregistrement peut être assez reposante, ou ennuyante, c’est pourquoi il est sans doute préférable d’entendre cela en concert, avec assez de volume pour ressentir le cœur du son. (3/5)

Il s’agit d’un aboutissement pour ce type d’exploration

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 1 septembre 2011

Troisième disque sous ce label montréalais pour l’électroacousticienne, et la surprise est toujours au rendez-vous. Des étonnantes prises de son de Musée sonore (40 minutes!) à la musique mixte d’Espace vital, sans oublier une pointe d’humour ici et là, Roxanne Turcotte se fait plaisir et nous intrigue pendant tout près de deux heures. Des bribes de paroles sorties de nulle part viennent ajouter un peu de surréalisme à ces univers sonores féériques, et les pensées de l’auditeur s’envolent dans toutes les directions. Pour ouvrir la porte de l’univers électroacoustique, c’est le genre de production idéale. Il s’agit d’un DVD-Audio, alors tout ça, qui est déjà superbe en stéréo, est aussi offert en 5.1; imaginez.

Pour ouvrir la porte de l’univers électroacoustique, c’est le genre de production idéale.

Critique

Réjean Beaucage, Circuit, no 21:1, 4 mars 2011

Il y a en musique électroacoustique plusieurs exemples de réalisations collectives ou de compositions intégrant le travail de plusieurs compositeurs dans un montage réalisé par un individu. On pense, entre autres, à la Frankenstein Symphony de Francis Dhomont (Asphodel, 1997), qui utilise des œuvres de 21 compositeurs différents, ou au [60] Project de Mathew Adkins (empreintes DIGITALes, 2008), qui en implique 60. Le modèle est sans doute le Concert collectif que donnèrent en juillet 1962 les membres du GRM, à Paris (on doit aussi au Groupe de recherches musicales un Concert imaginaire publié sous étiquette Ina-GRM en 1984). Le projet de Kaufmann est semblable et différent à la fois, puisque le compositeur procède en effet à un montage d’œuvres différentes pour en créer une seule, mais il s’agit uniquement d’œuvres provenant de son catalogue personnel, composées entre 1969 et 2007.

Le projet est adaptable par n’importe quel compositeur, fût-il instrumental, qui aurait quelque chose comme un œuvre derrière lui, mais le résultat est évidemment tributaire de la qualité du catalogue. Dieter Kaufmann, qui fut l’élève d’Olivier Messiaen et de René Leibowitz, a composé aussi bien des musiques instrumentales (certaines pour grand orchestre, plusieurs opéras) que des musiques électroacoustiques (il a étudié le genre avec François Bayle et Pierre Schaeffer au GRM). Comme Luc Ferrari, utiliser des sons qui ont un contenu anecdotique chargé ne le rebute pas, loin de là, et à cet égard, les extraits d’œuvres retenues ici, sélectionnés à travers tout son catalogue, font preuve d’une étonnante unité. Kaufmann y démontre une grande ingéniosité dans la manipulation des sons, et il scénarise cette épopée en six mouvements avec beaucoup de talent. Après la symphonie, qui s’étend sur près d’une heure, le disque se clôt sur une pièce toute récente, Lui comme elle, de 2009; la pièce, dans laquelle la voix est un élément très important, est dérivée d’une œuvre antérieure, Fuge-Unfung-E, un monodrame pour actrice, trombone et orchestre.

Kaufmann y démontre une grande ingéniosité dans la manipulation des sons, et il scénarise cette épopée en six mouvements avec beaucoup de talent.

De Tchaïkovski à Rivard

Réjean Beaucage, Voir, 23 septembre 2010

Tim Brady compose une œuvre sur des paroles de Michel Rivard pour le 25e anniversaire de l’Orchestre symphonique de Laval. Wow!

Le directeur musical de l’Orchestre symphonique de Laval (OSL), Alain Trudel, a préparé un programme si alléchant pour l’ouverture de la saison qu’on a dû prévoir un spectacle supplémentaire! Il y aura l’ouverture-fantaisie Roméo et Juliette, de Tchaïkovski, mais surtout, il y aura Alain Lefèvre et le Concerto no 4 d’André Mathieu (faut-il rappeler que les concerts de l’OSL se donnent à la salle André-Mathieu?). Mais ce n’est pas tout! L’OSL a aussi commandé une œuvre à son compositeur en résidence, Tim Brady, et ce dernier a obtenu la collaboration de l’auteur Michel Rivard, qui a écrit un texte que chantera le baryton Michael Donovan.

Le tandem Rivard/Brady est relativement surprenant, l’auteur-compositeur-interprète et le guitariste éclectique n’évoluant guère dans le même registre. Brady explique: «En avril 2007, je participais à un projet du CBC Orchestra, le Canadian Songbook [et rappelons que c’est Alain Trudel qui le dirigeait jusqu’à son démantèlement en 2008]. J’avais été engagé pour faire des arrangements de pièces des Guess Who. C’est là que j’ai rencontré Michel Rivard et que nous avons découvert que nous avions beaucoup de choses en commun; nous avons parlé aussi bien de Varèse et Messiaen que de Zappa! C’était juste avant que je commence mon poste à l’OSL. J’avais déjà le projet d’une grande œuvre vocale, mais je n’avais pas de texte…»

Cherchant un texte original en français, Brady s’est rapidement rendu compte qu’il venait de se faire un ami possédant une certaine expérience dans le domaine! «Quand je lui ai proposé de le faire, explique Brady, il a immédiatement accepté, en me disant qu’il cherchait précisément un projet pouvant le sortir de sa zone de confort.» Il ne pouvait pas vraiment en sortir davantage qu’en collaborant à la création d’une œuvre symphonique contemporaine! «Dès que j’ai lu sa première page de texte, poursuit Brady, la musique était déjà dans ma tête.» En amour, en hiver, de Tim Brady et Michel Rivard: à découvrir!

À découvrir également: 24 Frames, une nouvelle collaboration entre Brady (à la guitare électrique) et le vidéaste Martin Messier. Ils ont présenté l’œuvre au festival Bang on a Can à New York, avec beaucoup de succès, et le referont le 4 octobre à la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

À découvrir également: 24 Frames, une nouvelle collaboration entre Brady (à la guitare électrique) et le vidéaste Martin Messier.

Autres textes

Voir

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.