Artistes Michel-Georges Brégent

«L’ambition de ma vie est de créer une musique parfaitement équilibrée sur les plans intellectuel, émotif et spirituel: une musique qui ait une raison d’être.»

Avant même que Michel-Georges Brégent ne fasse son entrée au Conservatoire de musique de Montréal où il a étudié la composition avec Gilles Tremblay, l’originalité de son tempérament artistique était déjà manifeste dans des entreprises musicales de conception inédite; dès 1965, par exemple, il entrevoit la réalisation de son œuvre maîtresse d’ici 2001, la grande fresque biblique Les testaments.

Ses œuvres, tout comme leur auteur, débordent d’énergie. Cette vitalité a longtemps permis au compositeur, qui ne croit pas au cloisonnement des genres, d’écrire et d’interpréter de la musique rock mêlée de jazz et d’éléments contemporains — production qui a été qualifiée de ‘rock classico-cosmique’ par la critique montréalaise. Trois réalisations de cette période: la fondation avec son frère Jacques du groupe Brégent (1965-80), la formation du duo Dionne-Brégent (1975-79) avec le percussionniste Vincent Dionne, et la direction musicale du groupe de performance multimédia L’écran humain.

Compositeur prolifique, Brégent a reçu plusieurs commandes d’importants ensembles et musiciens dont, entre autre, la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), le Duo contemporain (des Pays-Bas), le Quatuor Arditti, Pentaèdre, Michael Laucke, Rivka Golani, l’Orchestre des jeunes du Québec et l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM).

Il a œuvré au sein de plusieurs organismes, jurys et comités, et a organisé plusieurs événements. Il a été en outre compositeur en résidence au Canadian Opera Company (où il a composé Realitillusion), invité principal au Conservatoire royal de Gand et s’est mérité la première mention et le Prix spécial du jury au Prix Italia pour Atlantide.

Le musicologue belge Harry Halbreich a dit: «Michel-Georges Brégent est le mystique visionnaire qu’une intelligence aiguë mène en toute sécurité à l’assaut des plus folles utopies. Il est l’homme des structures complexes, de la virtuosité instrumentale au service d’une expression généreuse et flamboyante».

[iii-92]

Michel-Georges Brégent

Montréal (Québec), 1948 – Montréal (Québec), 1993

  • Compositeur

Sur le web

Michel-Georges Brégent [Photo: Jean-Guy Thibodeau, 22 janvier 1992]
Michel-Georges Brégent [Photo: Jean-Guy Thibodeau, 22 janvier 1992]
  • Michel-Georges Brégent [Photo: Jean-Guy Thibodeau, 22 janvier 1992]

Parutions principales

Atma Classique / ACD 22251 / 2000
Analekta / ANC 29802 / 1995
SONARt / IMSO 9201 / 1992

Compléments

Ombú / OMBU 1003 / 2005
  • Hors-catalogue

La presse en parle

Un adieu à Michel-Georges Brégent

François Bourgouin, SOCAN, Paroles & Musique, 1 novembre 1993

Comme le dit si judicieusement Arkel, de l’opéra Pelléas et Mélisande de Debussy, «la maladie, la vieille servante de la mort», a eu raison, le 4 septembre dernier, de Michel-Georges Brégent.

Essentiellement autodidacte, le compositeur, né à Montréal le 29 janvier 1948, a suivi un parcours très singulier. Sorte de génie musical, il compose ses premières œuvres peu avant son adolescence et aborde avec le temps différents styles: tonal, romantique, sériel, etc. Selon Walter Boudreau, ami du compositeur et directeur artistique de la SMCQ, Brégent réussit la jonction de plusieurs visions musicales. Évoluant vers un style éminemment personnel, il devient quelque peu ermite. Tout comme Charles Ives, il se révèle inclassable. L’œuvre la plus représentative de sa production reste sans doute Atlantide (1985), où se dégagent des éléments aussi variés que les musiques ancienne, classique, ethnique et populaire. «Michel-Georges était un alchimiste qui cherchait la pierre philosophale. Celle-ci était à ses yeux l’œuvre ultime qui embrasserait toutes les œuvres et tous les styles et, à ce titre, il était un merveilleux utopiste», explique Boudreau. «Brégent était un musicien actuel qui n’avait pas oublié ses racines,» poursuit-il. «Il avait les deux pieds dans le fumier et la tête dans les nuages, avec tous les degrés imaginables entre ces deux extrêmes.»

Longtemps négligée, car en certains cas jugée injouable, sa musique s’achemine vers une nouvelle renaissance. La technologie numérique (échantillonages, séquenceurs) permet maintenant de faire des miracles. À cet égard, le concert qui sera donné à sa mémoire le 26 mai 1994 à la Salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau proposera notamment Mitzvot, une œuvre pour quatuor de saxophones commandée à Brégent par Boudreau il y a maintenant six ans, à l’époque impossible à exécuter. Walter Boudreau conclut en ces termes: «Il reste triste de constater dans nos sociétés que les utopistes meurent de chagrin. Il nous faut des gens qui rêvent, des utopistes, des visionnaires. Des gens qui se disent que si c’est pas demain, ce sera après demain et ainsi de suite. Cela donne envie de vivre et redonne de l’espoir. Hélas! tout réside dans la sacro-sainte efficacité…»

Qui osera reprendre le flambeau? Utopistes demandés!

Sorte de génie musical…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.