Artistes Claudine Caron

Claudine Caron

1971

Résidence: Montréal (Québec)

  • Musicologue

Parutions principales

Apparitions

Compléments

  • Hors-catalogue
  • Hors-catalogue

Articles écrits

Critique

Claudine Caron, Circuit, no 23:1, 1 juillet 2013

Connu pour ses installations sonores, ses musiques pour la danse avec les chorégraphes Ginette Laurin ou Silvy Panet-Raymond et ses disques «œuvres d’art» les arbres, Strings lines, courant.air et Travaux mécaniques, entre autres, Nicolas Bernier nous propose d’écouter de nouvelles créations. Le coffret comprend deux disques, music for a piano et music for a book, parus chez Home Normal (Grande-Bretagne). Le premier, «P», laisse entendre une musique en contrepoint de sonorités chatoyantes pour piano et de sons enregistrés sur le terrain, d’autres produits par ordinateur, du glockenspiel, du mélodica et du violoncelle, avec comme pôle le la central. Nicolas Bernier nous rappelle ici aparanthesi (empreintes DIGITALes), une œuvre composée par John Oswald quelques années plus tôt.

La musique sur le deuxième disque, «B», renvoie au roman de l’écrivain Marc-André Moutquin intitulé Entre l’aurore et la nuit (2012). Les plages du disque (au nombre de 7), toutes intitulées «Aurore», ne suivent pas les chapitres du livre (ceux-ci au nombre de 19). Pourtant, se trouve la rencontre de deux âmes sensibles sur des sujets du Nord, avec toute l’humanité qu’elle comporte. Pour le roman, qui se passe en terres du Nunavik — à Akulivik, Inukjuak, Kangiqsualujjuaq, Kuujjuaq, Kuujjuarapik, Puvirnituq, Quaqtaq et Salluit —, une trame narrative chargée des cris de colère, de douleur et de tristesse dans la vastitude, s’entend la musique ténue et raffinée de Bernier. Loin de la colonisation et de l’acculturation, son discours se joint à celui de Moutquin, qui présente le point de vue d’un Blanc, mais de l’intérieur, tel quel: «[…] la chaleur des beaux jours était encore lointaine et seul le déploiement désordonné des aurores boréales apportait un peu de lumière à ce monde enténébré dont l’immensité avalait chaque grain de clarté comme un grand trou noir.»

Comme les arbres (2008) — des images sur cartons et un disque compact qui étaient de toute beauté —, music for a piano / music for a book est aussi réalisé en collaboration avec urban9, chargé de la présentation graphique. Sur le boîtier cartonné, les images d’un piano dans une forêt ou celles des Rocheuses, les teintes gris-brun et la sobriété de l’objet plongent l’auditeur dans une atmosphère dépouillée où l’espace comme le vide vont cibler l’écoute. Au total, comment relier l’univers des Rocheuses à celui du Nunavik, les montagnes et le plat, la splendeur et le gel, le silence et les cris? Deux disques, autant de récits par la musique de Bernier, du grand art.

… du grand art…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.