Artistes Alain De Filippis

Alain De Filippis travaille en direction du spectacle vivant (théâtre jeune public): musique de scène, techniques du bruitage, paysages sonores. Il étend également mon champ d’investigation à plusieurs domaines d’activité en rapport avec le son: sculptures sonores et concert-installation.

[iii-07]

Alain De Filippis

Jouy (Eure-et-Loir, France), 1960 – Rezé (Loire-Atlantique, France), 2010

  • Compositeur

Sur le web

Parutions principales

Cinéma pour l’oreille / MKCD 013 / 1994

Articles écrits

  • Alain De Filippis, Revue Notes, no 41, 1 avril 1992
    Un disque essentiel.
  • Alain De Filippis, Revue Notes, no 40, 1 janvier 1992
    … on s’infiltre un peu partout pour le bien-être de l’électro!
  • Alain De Filippis, Revue Notes, no 40, 1 janvier 1992
    L’atmosphère générale est éthérée, le rêve ou plutôt le demi sommeil semble en être la composante fondamentale.
  • Alain De Filippis, Revue Notes, no 38-39, 1 octobre 1991
    … c’est un plaisir de voyager au gré des 25 univers proposés ici.

Critique

Alain De Filippis, Revue Notes, no 41, 1 avril 1992

empreintes DIGITALes voulait rendre hommage conséquent à Francis Dhomont à l’occasion de son 65ième anniversaire. C’est chose faite avec cette nouvelle parution: un double CD accompagné d’un livret de 210 pages (biographie, témoignages de sympathie de 67 compositeurs, catalogue des œuvres et écrits de Dhomont), le tout en coproduction internationale avec l’Ina-GRM et Bvhaast.

Bien que français, Francis Dhomont reste peu connu sous nos latitudes. Depuis 1980 son itinéraire l’a conduit à partager sa vie entre la France et le Québec, pays où sa musique et son enseignement de l’électroacoustique semblent avoir marqué profondément la nouvelle génération de compositeurs. Cette édition discographique atteste de l’intérêt porté autant au compositeur qu’à son œuvre. La musique de Francis Dhomont se caractérise d’emblée par l’extrême richesse du matériau sonore, la mobilité de celui-ci insuffle une réelle dynamique aux compositions. Ce travail est d’une rare densité et sa cohérence rend toute critique superflue. Un disque essentiel.

Un disque essentiel.

empreintes DIGITALes

Alain De Filippis, Revue Notes, no 40, 1 janvier 1992

La musique pour bande souffre encore de biens d’a prioris de la part de l’auditeur moyen. Une nouvelle génération de compositeurs vient bousculer les règles admises par l’intelligentsia, finis les verbiages et les cénacles, l’électroacoustique devient une expression qui s’assume enfin à part entière.

empreintes DIGITALes est un label qui vise à promouvoir des œuvres de qualité tout en leur assurant une diffusion réelle hors des milieux autorisés. Jean-François Denis, cofondateur du label, nous donne ici les raisons qui motivent cette politique dynamique et enthousiaste.

NOTES: Quelle est l’histoire d’empreintes DIGITALes et celle de DIFFUSION i MéDIA?

Jean-François Denis: C’est une longue histoire, ça commence par l’enseignement de l’électroacoustique à l’université Concordia à Montréal, ça se métamorphose avec la production d’une série de concerts puis la mise sur pied d’une association de compositeurs (la Communauté électroacoustique canadienne), la publication d’une revue d’information (Contact!) et le catalogage d’archives. À la base c’était: diffusion, documentation et communication. Pendant mon travail à l’université, on m’a souvent demandé des copies des pièces diffusées ou des renseignements pour acheter ces disques, évidement ceux-ci n’étaient pas disponibles. Alors je me suis dit qu’il était temps que cette musique soit disponible, de plus nos compositeurs gagnaient de nombreux prix internationaux.

Je suis allé faire le tour des étiquettes de disques existantes à Montréal pour connaître franchement leurs intentions, à savoir si elles étaient intéressées pour développer une série électroacoustique. Ces étiquettes étaient soit institutionnelles (Centredisques qui dépend du Centre de musique canadienne), soit de type coopératif comme Ambiances Magnétiques, les autres faisaient mal leur boulot (pas de promotion). Je voyais une nécessité à la diffusion de cette musique, il a fallu que je le fasse moi-même. Pendant plus d’un an j’en ai parlé à beaucoup de compositeurs, Claude Schryer a également manifesté son intention de mettre sur pied une étiquette de disques, au lieu de faire deux étiquettes parallèles, on a fondé DIFFUSION i MéDIA qui est un groupe de production d’arts médiatiques. La première activité fut l’inauguration d’empreintes DIGITALes.

NOTES: Qu’est-ce qui motive ce dynamisme dans la diffusion de cette musique?

JFD: Ça c’est un jeu que j’ai décidé de jouer dès le début pour donner le plus de chances possibles à l’électroacoustique, c’était de jouer le jeu rock, le jeu de l’industrie.

NOTES: En général ces musiques restent plutôt confidentielles…

JFD: C’est tout à fait le contraire que je voulais faire, c’est à dire une diffusion réelle. Notre approche promotionnelle est très dure d’une certaine façon, on a des distributeurs absolument partout, on est hyper-généreux avec les copies promotionnelles (les médias sont tous couverts au Québec, à l’étranger ce sont surtout les médias spécialisés). Je ne voulais pas faire un ghetto de l’électro qui est déjà mal perçu du public, il faut sortir et intriguer le public. Celui-ci va voir des disques curieux comme Électro clips, qui est vraiment un drôle de truc pour de la musique sérieuse, des pièces de trois minutes au format pop c’est assez étrange! Les pochettes sont souvent très belles, les notes en français et en anglais et les disques sont emplis à capacité, c’est vraiment tout le contraire de l’étiquette perdante!

NOTES: Ce besoin de communication n’est-il pas le fait d’une tranche d’âge précise chez les compositeurs?

JFD: Ça serait intéressant d’aller vérifier! Il y a une grande différence entre les gens de 30 ans et les gens de 50 ans, et là c’est aussi mon histoire personnelle, je ne viens pas du monde de la musique, je viens d’ailleurs, je n’ai pas fait le conservatoire et je ne m’inscris pas dans une tradition. Pour l’autre génération, l’électro est une extension de la musique classique, presque tous les compositeurs ont étudié dans les conservatoires. Ils appellent ça musique «Électroacoustique», musique de «Sons fixés», «Musique concrète» ou «Acousmatique», il y a toujours le mot musique et, ceci dit sans méchanceté, il y a toujours un genre de prétention à être important, à être reconnu comme les compositeurs de musique classique. Ils essaient d’avoir la reconnaissance de leur pairs. Ce milieu s’est toujours offusqué de devoir faire sa propre promotion, le compositeur reste l’artiste très précieux, très fragile pour qui les médias c’est de la merde! Notre génération, c’est ce que je veux démontrer avec empreintes DIGITALes, c’est la génération des médias, du rock aussi, qui est un style musical très éclaté et aussi une machine promotionnelle qui a mis en place les réseaux de diffusion: les radios, les concerts en tant qu’événement divertissant, les magazines. L’industrie du pop a développé plein de mécanismes qui sont les mécanismes de communication les plus importants aujourd’hui. Il faut utiliser ces circuits d’information, on doit être responsable non seulement pour la composition, la qualité du travail mais aussi pour la qualité de présentation. On sait très bien que cette musique-là est peu connue, on doit jouer un rôle dans la production (concerts, disques, magazines), on doit s’impliquer pour être en mesure de mieux représenter ce que c’est en fait.

NOTES: Revenons à la Communauté électroacoustique canadienne, quel est son rôle?

JFD: La CÉC a été fondée car les autres organismes de musique contemporaine ne faisaient pas leur travail adéquatement. Au lieu de se battre contre les organismes en place, il était beaucoup plus efficace de fonder sa propre association de compositeurs (dans laquelle on trouve aussi des producteurs de concerts, des diffuseurs, des interprètes, des institutions et des médias). La CÉC a été crée en 1986 avec une centaine de membres fondateurs alors qu’on pensait être seulement une quinzaine! Ça montre la force et le besoin qu’il y avait! La principale activité était et reste la communication. Notre bulletin d’information étant bilingue, la CÉC est rapidement devenue une des associations nationales des plus actives, elle est également devenue membre de la CIME (Confédération internationale de musique électroacoustique) et notre participation aux réunions annuelles nous a permis d’être en contact avec toute la planète. Beaucoup de compositeurs étrangers sont devenus membres de la CÉC pour simplement recevoir l’information car il y avait là aussi un soucis d’ouverture, de non-compétitivité, et d’échange.

NOTES: Quels rapports entretenez-vous avec les organismes équivalent à l’étranger?

JFD: Il existe une vingtaine de fédérations nationales, le Sonic Arts Network en Angleterre et le SEAMUS aux États-Unis sont des structures très dynamiques, les autres sont moins actives mais tout autant existantes. En France il n’y en a pas, c’est curieux, c’est pourtant en France qu’à été fondée la CIME.

NOTES: Ici, il y a différents groupuscules mais chacun reste dans son coin…

JFD: C’est pas moi qui le dit! De mon point de vue d’étranger, j’ai un côté naïf dans tout ce que j’entreprends. Je ne peux pas comprendre la compétition puisqu’on est dans la même barque! Notre prochain disque sera une coproduction avec l’Ina-GRM et BVHAAST, cela montre en fait que tout est possible et qu’on peut conjuguer les efforts, les énergies, les passions individuelles ou régionales pour faire des miracles!

NOTES: Le travail que vous avez entrepris a t-il des retombés au niveau de l’ouverture vers un nouveau public?

JFD: Dans le court terme c’est l’évidence, il y a les initiés; dans le long terme par-contre il y a une ouverture fantastique! Sur la tournée Traces électro que j’ai organisé, nous sommes partis à 11 artistes pour 9 concerts à travers le Canada et cette tournée a eu des effets médiatiques importants et le public est venu. La première tournée a servi à défricher et à poser les graines, la prochaine servira à arroser, si le soleil se présente ça va peut-être pousser et on pourra peut-être récolter si on continue à avoir cette attitude de travail. J’ai appris récemment qu’une radio de Chicago utilise certaines pièces du disque Électro clips entre les émissions, une autre de Toronto a pris des extraits de clips comme indicatifs, alors là c’est l’infiltration, on va les avoir! C’est un peu comme la police secrète, la CIA, qui s’infiltre partout pour le bien-être du gouvernement, ici on s’infiltre un peu partout pour le bien-être de l’électro!

… on s’infiltre un peu partout pour le bien-être de l’électro!

Critique

Alain De Filippis, Revue Notes, no 40, 1 janvier 1992

Le titre de cet album ne laisse aucune ambiguïté quant à son contenu, il s’agit de musique anecdotique, c’est à dire d’une musique figurative qui emploie des sons quotidiens sans en modifier le sens. Ce matériau aà-priori banal (circulation urbaine, bulletin météo ou commentaires radiophonique) est confronté ici à un jeu instrumental (accordéon, piano, flûte) dans lequel on trouve des emprunts divers aux classiques tels Rameau ou Mozart. La coexistence de ces différentes sources crée des reliefs inattendus et humoristiques.

L’atmosphère générale est éthérée, le rêve ou plutôt le demi sommeil semble en être la composante fondamentale. Ce filtrage du réel n’est cependant ni aseptisé ni soporifique, les compositions sont très Suggestives et l’imaginaire de l’auditeur est constamment sollicité. Pour Quatuor l’approche est différente, pas de citations ici, simplement les sonorités d’un quatuor à cordes sur lesquels Yves Daoust a opéré un certain nombre de traitements, les pizzicati parsèment l’espace, le violoncelle dévoile l’intimité de son grain et les “instruments” évoluent en état d’apesanteur. L’emploi de citations relève plus de l’hommage que de l’effet de style, Daoust se montre très respectueux vis à vis de ses sources sonores et son propos possède une grande fluidité.

L’atmosphère générale est éthérée, le rêve ou plutôt le demi sommeil semble en être la composante fondamentale.

Disques

Alain De Filippis, Revue Notes, no 38-39, 1 octobre 1991

Non! La musique contemporaine n’est pas toujours austère et stérile, cette excellente compilation vient le rappeler.

La musique électroacoustique a éclaté en de multiples directions et c’est un plaisir de voyager au gré des 25 univers proposés ici.

Arrêts sur image: poésie sonore délirante (Zack Settel), espace méditatif (Charles Amirkhanian), cha-cha cubiste (Javier Álvarez), jeux d’enfants narquois (Michael Smith), uppercuts sonores liés à la guitare de René Lussier (Gilles Gobeil), cinéma d’épouvante humoristique (Roxanne Turcotte), Claude Schryer et Hildegard Westerkamp quant à eux nous proposent deux créations inspirés par le concept d’écologie sonore (utilisation de sons naturels sans traitements).

Les autres compositions sont soit plus «classiques» soit franchement décevantes (John Oswald qui nous avait surpris par un très bon travail de reprise et d’adaptation du Parade de Satie nous propose ici un travail sans conviction). Électro clips reste néanmoins un ensemble très cohérent. Il est à parier que certains compositeurs présents ici auront encore à se faire entendre dans un proche avenir, n’attendez-pas ce moment-là pour les découvrir.

… c’est un plaisir de voyager au gré des 25 univers proposés ici.

Blogue

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.