Artistes Francis Dhomont

Francis Dhomont a été l’élève de Ginette Waldmeier, Charles Koechlin et Nadia Boulanger. Vers la fin des années 40, à Paris (France), il découvre intuitivement, grâce au fil magnétique, ce que Pierre Schaeffer nommera la «musique concrète» et expérimente en solitaire les possibilités musicales de l’enregistrement sonore. Plus tard, abandonnant l’écriture instrumentale, il se consacrera exclusivement à la composition électroacoustique.

Ardent exégète de la modalité acousmatique, son œuvre est, depuis 1963, exclusivement constitué de pièces sur support qui témoignent d’un intérêt constant pour une écriture morphologique et pour des ambiguïtés entre le son et l’image qu’il peut susciter.

Le Conseil des arts et des lettres du Québec lui a attribué une de ses prestigieuses bourses de carrière. En 1999, il obtenait cinq premiers prix pour quatre de ses œuvres dans des concours internationaux (Brésil, Espagne, Italie, Hongrie et République Tchèque). En 1997, récipiendaire du Prix Victor-Martyn-Lynch-Staunton du Conseil des arts du Canada, il était également l’invité du DAAD à Berlin (Allemagne). Cinq fois couronné par le Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France) — notamment Prix du Magisterium en 1988 — et 2e prix au Prix Ars Electronica 1992 (Linz, Autriche), il a reçu pour ses œuvres de nombreuses distinctions.

Il a assuré la direction de numéros spéciaux aux éditions Musiques & Recherches (Belgique) et de Électroacoustique Québec: l’essor — pour la revue Circuit (Montréal). Coresponsable musical du Dictionnaire des arts médiatiques (publié par l’UQAM), il est également conférencier et a réalisé plusieurs émissions pour Radio-Canada et Radio-France.

De 1978 à 2004, il partage ses activités entre la France et le Québec où il a enseigné à l’Université de Montréal de 1980 à 96. Il réside depuis l’automne 2004 en Avignon (France) et interprète fréquemment ses oeuvres en France et à l’étranger. Grand voyageur, il siège sur de nombreux jurys.

Compositeur agréé du Centre de musique canadienne (CMC, 1989), il est l’un des membres fondateurs (1986) de la Communauté électroacoustique canadienne (CÉC) dont il est devenu membre honoraire en 1989. En octobre 2007, l’Université de Montréal lui décerne un doctorat honoris causa. Il est président du collectif Les Acousmonautes (Marseille, France) — jusqu’à sa dissolution en 2016 — et «Ehrenpatron» de l’organisme Klang Projekte Weimar (Allemagne). Il est le récipiendaire du Qwartz Pierre-Schaeffer 2012 (Paris, France), du Baiocco d’oro 2012 (Perugia, Italie) et du Grand prix Giga-Hertz-Preis 2013 (Karlsruhe, Allemagne). En novembre 2014 il devient Membre honoraire de la Confédération internationale de musique électroacoustique (CIME). En 2017 il est nommé Président d’honneur du Festival Klang! (Montpellier, France).

Il se consacre aujourd’hui à la composition et à la réflexion théorique.

[ix-20]

Francis Dhomont

Paris (France), 1926

Résidence: Avignon (Vaucluse, France)

  • Compositeur
  • Rédacteur

Sur le web

Francis Dhomont [Lisbonne (Portugal), 30 novembre 2018]
Francis Dhomont [Lisbonne (Portugal), 30 novembre 2018]
  • François Bayle, Francis Dhomont [Photo: Simon Smith, Bruxelles (Belgique), décembre 2019]
  • Francis Dhomont [Photo: Bea Borgers, Bruxelles (Belgique), 27 octobre 2018]
  • Francis Dhomont [Strasbourg (Bas-Rhin, France), 3 octobre 2016]
  • Francis Dhomont [Photo: (Phonurgia), Arles (Bouches-du-Rhône, France), 1 août 2016]
  • Francis Dhomont [Photo: Inés Wickmann, Bruxelles (Belgique), mai 2014]
  • Francis Dhomont, Elainie Lillios [Birmingham (Angleterre, RU), 1 février 2014]
  • Luc Beauchemin, spectateur du concert de Francis Dhomont lors d’Akousma (3), au Monument-National [Photo: Luc Beauchemin, Montréal (Québec), 2 novembre 2006]
  • Concert de Francis Dhomont lors d’Akousma (3), au Monument-National [Photo: Luc Beauchemin, Montréal (Québec), 2 novembre 2006]

Œuvres choisies

Parutions principales

empreintes DIGITALes / IMED 20167, IMED 20167_NUM / 2020
empreintes DIGITALes / IMED 16138, IMED 16138_NUM / 2016
Beniffer Editions / BFF 130 / 2012
empreintes DIGITALes / IMED 09102, IMED 09102_NUM / 2009
empreintes DIGITALes / IMED 0682, IMED 0682_NUM / 2006
empreintes DIGITALes / IMED 0365, IMED 0365_NUM / 2003
Licences / SON 1, SON 1_LX, SON 1_TT / 2003
empreintes DIGITALes / IMED 0158, IMED 0158_NUM / 2001
Musiques & Recherches / LIEN 1988, LIEN 1998-11 / 1988, 1998
empreintes DIGITALes / IMED 9607, IMED 9607_NUM / 1996
empreintes DIGITALes / IMED 9608, IMED 9608_NUM / 1996
empreintes DIGITALes, Ina-GRM (Groupe de recherches musicales) / DH 9109, IMED 9633, IMED 9633_NUM / 1982, 1996
empreintes DIGITALes / IMED 9634, IMED 9634_NUM / 1996
Circuit, musiques contemporaines / CIRC 04_1-2 / 1993
Musiques & Recherches / LIEN 1991-10, LIEN 1991-10pdf / 1991

La presse en parle

Akousma: Quinzième sommet de l’exploration électroacoustique

Alain Brunet, La Presse, 15 octobre 2018

Présenté dans des conditions acoustiques on ne peut plus optimales, le festival Akousma XV démarre aujourd’hui et se conclut samedi: six programmes des plus nourrissants pour les amateurs les plus pointus des approches électroniques et électroacoustiques.

Francis Dhomont

Ce soir, 20h, Au Gesù

Cet incontournable de l’électroacroustique cultive encore aujourd’hui un intérêt fervent pour une écriture dite «morphologique» et aussi pour ses observations créatrices des «ambiguïtés» entre le son et l’image. Entre le Québec et la France, Francis Dhomont a cumulé les honneurs sa vie durant: Grand Prix Giga-Hertz 2013 - Allemagne; docteur honoris causa de l’Université de Montréal; Prix [de Printemps de la] SACEM 2007 de la meilleure création contemporaine électroacoustique; prix Lynch-Staunton du Conseil des arts du Canada; 1er prix (1981) et prix «Magisterium» (1988) au Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France); prix Ars Electronica 1992 (Autriche). De 1978 à 2004, il a partagé ses activités entre la France et le Québec, où il a enseigné à l’Université de Montréal de 1980 à 1996. Le nonagénaire vit aujourd’hui à Avignon, compose toujours et étoffe sa réflexion théorique. En feriez-vous autant à 92 ans? Au programme de demain, plusieurs œuvres en création nord-américaine.

La lucarne des rêves

Demain, 20h, Au Conservatoire de musique de Montréal

Voilà un film immersif conçu par la Française Cendrine Robelin, avec [la participation] de Martin Gracineau (son) et de Claude Mercier (montage). Voilà une œuvre cinématographique autour de la musique concrète, au sein de laquelle l’approche des compositeurs Bernard Parmegiani et Lionel Marchetti est respectueusement évoquée. «Je rêve d’un film avec le pouvoir de transformer notre perception des bruits du monde et de nous inviter à en faire de la musique. Ces bruits du monde nous entourent et nous façonnent sans que l’on y prête attention. C’est la rumeur de la ville, l’éveil des oiseaux, un moteur en action, des voix, des bruits de machines, des instruments», indique Cendrine Robelin, question de piquer notre curiosité et de nous convier à cette soirée où elle présente également Bain de gong, d’une durée de sept minutes.

Dôme + Sinus + Fiction

Mercredi, 20h, À la Satosphère de la SAT

Dans le contexte d’Akousma, la Satosphère de la Société des arts technologiques (SAT) accueille mercredi trois œuvres immersives sous la bannière Dome + Sinus + Fiction. Un «ensemble d’oscillateurs» réunit d’abord un florilège d’électroacousticiens québécois, suivi de Out of Joint, «essai d’hybridation sonore autour du Macbeth de Shakespeare», imaginé par la compositrice québécoise Monique Jean. Le programme se conclut par le travail du compositeur français Franck Vigroux, intégration singulière de musique contemporaine et de bruitisme, mais aussi de théâtre, de danse et de vidéo. Alternativement guitariste, platiniste, électroacousticien, producteur électro, improvisateur, compositeur, il a travaillé notamment avec des musiciens iconoclastes de réputation internationale tels Mika Vainio (Pan Sonic), Reinhold Friedl, Elliott Sharp, Joey Baron, Zeena Parkins, Ars Nova ensemble instrumental.

Complexe + Nature

Jeudi, 20h, À l’Usine C

Andrea Gozzi et Francesco Casciaro présentent Dot Plot, dialogue improvisé via le PrintStrument, sorte de synthétiseur polyphonique électromécanique conçu à partir d’une imprimante matricielle. De la compositrice d’origine mexicaine Nashim Gargari, on aura droit à Ensifera Ventum et Glaciar and Blue Whale, quête d’unité avec la science, les arts visuels et l’environnement. La compositrice canadienne Rose Bolton présentera ensuite The Blinding, évocation sonore du fonctionnement de la mémoire. S’ensuit Live Somewhere du Québécois Philippe Vandal, qui travaille ici sur nos problèmes de perception induits par la saturation d’informations. Le numéro suivant s’intitule Spiel; la performeuse Nien Tzu Weng exploitera le concept «pour bouche préparée» de Michael Montanaro et de Tatev Yesayan. Après quoi le compositeur québécois Georges Forget offrira Eurosignal, inspiré d’un ancien système de radiomessagerie (téléavertisseur, pager). La soirée se conclut par Les Hexacordes bien synthétisés, micro-pièces explorant les 35 hexacordes de la «pitch class set theory» d’Allen Forte.

Chaos + Émergent

Vendredi, 20h, À l’Usine C

La soirée Chaos + Émergent réunira d’abord les Italiens Francesco Canavese et Francesco Giomi, qui exécuteront The SDENG Project, exploration des relations entre le live electronic et l’improvisation. La pièce Thunderdrone, des Espagnols Diego de León et Manu Retamero, témoignera de leur expertise en conception de synthétiseurs et de l’influence qu’ils exercent sur le genre glitch-ambient ou même la techno. Par la suite, la Québécoise Myriam Bleau nous offrira un de ses systèmes audiovisuels dont elle a le secret… quelque part entre l’installation et la performance musicale intégrant l’électroacoustique, la techno, la pop ou le hip-hop. Myriam Bleau sera suivie de l’Allemand Markus Mehr, dont l’œuvre Liquid Empires résulte de subtils traitements d’enregistrements sous-marins… glou glou! Ce programme sera coiffé de Giant Claw, œuvre singulière de l’artiste audiovisuel américain Keith Rankin.

Viva l’Italia!

Samedi, 20h, À l’Usine C

À l’évidence, la présence italienne domine le 15e festival Akousma, le programme de clôture en fera l’éloquente démonstration. D’abord au menu sera diffusée la pièce Valence du Montréalais Ilyaa Ghafouri, un diplômé du Conservatoire de musique de Montréal, sous la tutelle de Louis Dufort, en l’occurrence le directeur artistique d’Akousma. Ensuite, les compositeurs italiens uniront leurs forces: Francesco Casciaro, Francesco Canavese, Francesco Giomi et Andrea Gozzi diffuseront un florilège d’œuvres les ayant marqués; o Down de Gabriele Marangoni pour quatre performeurs; Chants parallèles du brillantissime Luciano Berio; Microclima II de Marco Dibeltulu, imprégnée de musiques traditionnelles de Sardaigne; Scabro de Francesco Giomi, de facture «rugueuse, rustre, rude et impolie»; Otkaz [de] Simonluca Laitempergher, fondée sur le principe d’oktaz, point précis où un mouvement s’arrête et un autre s’amorce.

… dans des conditions acoustiques on ne peut plus optimales…

Trouver la beauté dans les sons sauvages

Philippe Papineau, Le Devoir, 15 octobre 2018

Le compositeur, explorateur du son et pionnier de la musique électroacoustique Francis Dhomont a toujours voulu faire des opéras, «mais sans chanteurs, sans instruments. Des musiques qui, néanmoins, racontent une histoire. Pour moi, c’est évident: tous les éléments techniques du son et de la musique que je peux connaître et que j’ai approfondis n’ont qu’un but: traduire une pensée, une émotion.»

Un homme modeste, Francis Dhomont, à qui on parvient néanmoins à soutirer ceci: «J’étais moi-même très convaincu d’avoir quelque chose d’intéressant à dire, et donc je l’ai dit avec assez de conviction pour convaincre d’autres personnes, professeurs et étudiants, qui ont fait croître cette musique. À ma manière, et avec plusieurs autres, j’ai contribué à faire de Montréal — enfin, du Québec en général, mais de Montréal en particulier — un centre important de la musique électroacoustique.»

Et c’est pour cela que le festival Akousma lancera au Gesù ce soir sa quinzième édition, avec d’abord une causerie dirigée par le directeur artistique du festival, Louis Dufort, puis un concert durant lequel le compositeur français, pionnier de ces musiques pour orchestre de haut-parleurs, présentera en première nord-américaine une sélection de ses œuvres récentes – qui ne comprendra cependant pas Le cri du Choucas, terminée il y a deux ans, dernier volet d’un triptyque amorcé en 1982 avec Sous le regard d’un soleil noir, possiblement sa plus importante composition. «C’est une œuvre qui a beaucoup compté pour moi, explique Dhomont. Comme Forêt profonde et Le cri du Choucas, elle a pour base des écrits de psychanalyse; ce sont les œuvres qui, je crois, me représentent le mieux.»

Retour à Montréal

En vérité, c’est comme si l’organisation dédiait la quinzième édition d’Akousma à Francis Dhomont, de retour au Québec après neuf ans d’absence. «Ça me fait très plaisir, d’abord parce j’ai beaucoup d’amis ici, beaucoup d’anciens étudiants, beaucoup de souvenirs de la Faculté», explique celui qui a enseigné la musique à l’Université de Montréal de 1980 à 1996. Le compositeur, qui aura 92 ans le 2 novembre prochain — «Naître le jour de la fête des morts!» souligne-t-il en riant —, continue d’enrichir son œuvre de nouvelles explorations dans cet univers sonore qu’il a largement défriché, celui des musiques sur support pour orchestre de haut-parleurs.

Lorsqu’il est arrivé à Montréal en 1978 après être passé par le célèbre Groupe de recherches musicales de Paris fondé vingt ans plus tôt par le père de la musique concrète, Pierre Schaeffer, il a vite fait connaissance avec les fondateurs de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec, parmi lesquels la compositrice et pédagogue Marcelle Deschênes.

«À la Faculté, on venait d’ouvrir une classe de musique électroacoustique. Marcelle m’a demandé quelque temps après si j’accepterais de donner quelques cours, puis quelques autres, et j’ai fini par en donner beaucoup. Et c’était très bien. J’ai eu beaucoup de plaisir parce que j’ai eu affaire à des étudiants très motivés et très sympathiques», dont son ami Robert Normandeau, compositeur chevronné devenu professeur à la Faculté de musique de l’UdeM et grand spécialiste de l’œuvre de Dhomont, dont l’influence sur le développement des musiques acousmatiques et électroacoustiques au Québec fut déterminante.

Donner vie à la musique

«J’ai apporté une chose, ici, et c’est [la notion de] la spatialisation de la musique, qui était une technique essentiellement française», abonde le maître, vif et généreux malgré le décalage horaire. La spatialisation sonore, où l’art de travailler le son pour «donner l’impression de décrire des trajectoires dans l’espace, de se situer dans un univers sonore en relief», pour reprendre le mot du compositeur français Edgard Varèse, un autre pionnier dans le domaine.

«Dès mon arrivée, j’ai commencé à donner de petites présentations, avec un petit nombre de haut-parleurs; on commençait avec pas grand-chose, mais c’était déjà un début, poursuit Dhomont. Ça permettait de donner à cette musique de haut-parleurs un aspect moins statique, une vie. Et progressivement, cette façon de projeter la musique électroacoustique est devenue très actuelle ici, alors je suis très fier d’avoir semé cette petite graine qui a poussé.»

Et qui a même réussi à pousser hors du registre des musiques dites savantes, estime Francis Dhomont. «Il y a une chose dans certaines musiques populaires, notamment dans la musique techno: c’est que ces musiciens utilisent des instruments et des équipements qui ressemblent beaucoup à ce que nous utilisons nous-mêmes dans nos studios. Donc, on a tendance à retrouver certains sons qui nous sont communs. Mais il y a aussi certains compositeurs de ces musiques qui connaissent le travail des créateurs électroacoustiques. Ils n’en font pas eux-mêmes, mais ils connaissent les œuvres et s’en inspirent, quelquefois.»

«Dans la musique électroacoustique, comme on prend tous les sons qui existent dans la nature, autant ceux qui existent que ceux qu’on peut créer avec des appareils, tous ces sons peuvent se rapprocher de ce qu’on appelle le bruit. Certes, ce sont des sons un peu plus sauvages, mais on peut les organiser pour qu’ils soient plus agréables à l’oreille, ou plus agressifs, si c’est bien l’intention. Donc, il faut évacuer l’idée de départ que c’est du bruit. Il faut arriver à admettre que l’on peut faire de la musique avec autre chose que des instruments d’orchestre. Si on arrive à franchir cet obstacle, alors je pense qu’on peut vraiment trouver de la beauté.»

À ma manière, et avec plusieurs autres, j’ai contribué à faire de Montréal […] un centre important de la musique électroacoustique.

Akousma

Alain Brunet, La Presse, 19 octobre 2016

Michel Chion, Troisième symphonie, l’audio-divisuelle

À l’Usine C le 19 octobre, 18h

Le compositeur français qualifie sa troisième symphonie d’œuvre «audio-visuelle». Il s’applique à y faire s’entrechoquer sons et images de différentes manières. Cette œuvre a pour objet de «célébrer la vie sans aucune référence religieuse» et d’évoquer la mort «plus solaire que pluvieuse». De plus, Michel Chion dit avoir eu recours aux principes musicaux de la composition pour monter les images et les faire interagir avec les sons.

Pita, Get In

À l’Usine C le 19 octobre, 20h

Pita est le pseudonyme du fondateur des Éditions Mego, Peter Rehberg. Londonien transplanté à Vienne, ce vétéran de la scène électro s’inspire du bruitisme, de l’ambient, de l’industriel, du drone, de la techno, mais aussi des premières vagues électroacoustiques. Pita a enregistré une douzaine d’albums au cours des deux dernières décennies. C’est un habitué des plus grands festivals électro: Sónar, All Tomorrow’s Parties, CTM Berlin, Donaufestival. Il a reçu le prix Ars Electronica en 1999. Get In, qui sera présentée à Montréal, suit les œuvres Get Out (1999) et Get Off (2004). De la suite dans les idées… au cœur du son.

Adam Stanović, Escapade et Mettallurgic

À l’Usine C le 20 octobre, 20h

Directeur du programme de maîtrise en art sonore de l’Université de Sheffield, Adam Stanović se spécialise dans la composition d’œuvres électroacoustiques de type acousmatique. On a pu entendre ses œuvres dans quelque 500 festivals et concerts à travers le monde. Escapade se veut un assemblage inédit de micro-fragments de musiques orchestrales. Quant à Mettallurgic, elle met en scène l’exploration sonore d’un morceau de métal via la résonance, la percussion et autres manipulations physiques de l’objet, et aussi via le traitement électronique de ces manipulations.

Antwood, Pièces de l’album Virtuous.scr

À l’Usine C le 21 octobre, 20h

Antwood est le pseudonyme de Tristan Douglas, artiste canadien endossé par les labels Cocobass et B.YRSLF Division (sous le pseudo et jeu de mots Margaret Antwood). Il jouera à Akousma les versions alternatives de pièces tirées de son plus récent album, Virtuous.scr. L’idée de cet album se fonde sur la question suivante: l’intelligence artificielle peut-elle respecter un code d’éthique qui lui est propre si elle connaît un éveil «émotionnel»? Autour de cette thématique, la musique expérimentale investit les codes de la musique populaire se déployant dans un environnement électronique.

Richard Chartier, Recurrence / Retracing

À l’Usine C le 22 octobre, 20 h

Actif depuis la fin des années 90, le Californien Richard Chartier s’est taillé une réputation dans les sous-tendances néo-moderne et micro-son de l’art sonore. Sa musique et ses installations ont été présentées en Europe, en Asie, en Océanie comme en Amérique du Nord. En 2000, il a fondé le label Line et assumé la direction artistique de nombreuses installations sonores. Son approche se veut autoréflexive: sa musique minimaliste explore l’espace sonore tout entier à travers les différentes caractéristiques de la relation entre émetteur et récepteur d’une œuvre: l’écoute, la perception, l’attention, le silence, etc.

Francis Dhomont, Cycle des profondeurs I, II e III

Au Conservatoire de musique de Montréal les 20, 21 et 22 octobre, 17h45

Parmi les pionniers vivants de l’électroacoustique, Francis Dhomont a amorcé un très long cycle de création à la fin des années 40. Il a passé une large part de sa vie professionnelle entre la France et le Québec. Nombre d’œuvres importantes du répertoire lui sont attribuées, dont les trois volets de ce Cycle des profondeurs, présentés en autant de jours. Sous le regard d’un soleil noir (1979-1981) relate un naufrage intérieur, inspiré des écrits du psychiatre et psychanalyste Ronald D Laing. Forêt profonde (1994-1996) est un mélodrame acousmatique d’après un essai de Bruno Bettelheim. Le cri du Choucas (2014-2015) évoque l’approche psychanalytique de Marthe Robert.

Michel Chion; Pita; Adam Stanović; Antwood; Richard Chartier; Francis Dhomont

Autres textes

The WholeNote no 8:10, La Presse

Articles écrits

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no 3:1, 1 mars 1992

Yves Daoust, Anecdotes: Suite Baroque (Toccata, «Qu’ai-je entendu?», Les «Agrémens», l’Extase), Catherine Perrin, clavecin; Petite musique sentimentale, Jacques Drouin, piano; Adagio, Lise Daoust, flûte; L’entrevue, Joseph Petric, accordeon; Quatuor, pour bande seule.

Paradoxale, la personnalité de ce compositeur qui ne manque pas une occasion d’affirmer son attachement à l’orthodoxie de la musique concrète mais qui choisit, pour ce CD empreintes DIGITALes qui lui est consacré, un cycle de quatre œuvres mixtes (c’est-à-dire pour instruments solistes — cf. le thème de la solitude — et bande) sur les cinq qui y figurent! Révélateurs, également, ses titres qui font appel à la terminologie instrumentale: Suite, Toccata, Adagio, Quatuor! On n’a pas oublié non plus Valse, La Gamme ou Mi bémol.

Faut-il y voir, comme le suggère Yves Daoust lui-même, quelque nostalgie à l’égard de la tradition? Ou, comme chez Michel Chion, le désir, inconscient peut-être, de rappeler à un auditoire encore trop souvent sceptique la réalité musicale de ce nouvel art des sons? Ou plutôt une tentative pour réunir dans un même geste, mois parallèlement, les souvenirs d’une sage formation au conservatoire et ceux d’une folle rencontre de l’électroacoustique ovec le langage narratif du cinéma? Un peu de tout cela, probablement.

Quoi qu’il en soit, la nostalgie est là. Discrète ou provocatrice, plus mélancolique que tragique, elle imprègne l’ensemble de ces pièces, même lorsqu’elle se dissimule derrière le sourire et la dérision. On y devine une intimité complice avec un monde en voie de disparition, une sorte d’adieu lointain à une culture poussée vers l’oubli par des mutations inexorables, comme une mémoire en lambeaux; et ceci explique peut-être, en le légitimant, cet «usage immodéré de la citation» (Daoust). Confrontation de deux univers apparemment antinomiques, l’un recouvrant l’autre sous les vagues d’une irrésistible marée. Bataille perdue, sans doute, mais on sait bien que «les chants désespérés sont les chants les plus beaux».

On découvre, à l’écoute de ces cinq œuvres, la permanence d’un style et d’un climat que Daoust avait déjà habilement résumés dans son électro-clip, Mi bémol. Parfois un peu systématique, la symbolique en est évidente dans les œuvres mixtes où l’instrument et une tumultueuse contemporanéité se côtoient en s’ignorant, dialoguent en se coupant mutuellement la parole (parti pris tout à fait clair dans Petite musique sentimentale, Adagio et L’entrevue). Du passé ferons-nous table rase? semble demander le compositeur. Ne mérite-t-il pas un dernier regard avant de disparaître à jamais? L’attitude se situe, on le voit, dans la mauvance posimoderniste mais la cohérence des intentions et l’habileté de la réalisation l’empêchent presque toujours de tomber dans le piège de la surenchère ornementale.

Et d’ailleurs le titre, Anecdotes, annonce d’entrée de jeu la couleur que l’auteur prend soin d’expliciter dans le livret: «[…] une tradition qui s’éteint, qui perd graduellement, dans le contexte de notre civilisation mass-médiatique, toute signification, se désagrège, se banalise, devient anecdotique.»

Applaudissons au passage le souci de concept thématique et de construction présent dans chacun des disques de la marque empreintes DIGITALes. Ici la triade Tradition/Nostalgie/Solitude. Très dynamique, aussi, cette idée de cimenter quatre œuvres en les reliant l’une à l’autre par chacun des mouvements d’une cinquième, la Suite Baroque.

Dans cette dernière pièce, hommage humoristique aux arcanes d’un style très en vogue aujourd’hui, le talent de la claveciniste Catherine Perrin se double de celui de la comédienne, en particulier dans Les «Agrémens» où le choix des interventions parlées fait par le compositeur et l’invention du montage sont spécialement réussis.

Petite musique sentimentale, pour sa part, est probablement, avec L’entrevue, l’un des moments où solipsisme et vague à l’âme sant le plus saisissants. Les emprunts à Satie n’y sont certes pas étrangers, ni la vive sensibilité du pianiste Jacques Drouin. Musique potentielle, fragmentaire, en «standby,» où rien ne sera jamais achevé; musique de l’attente et du non-dit.

Dans Adagio, c’est le caractère brillant de l’instrument — très musicalement mis en scène par la flûtiste Lise Daoust — et de l’époque (XVIIIe-XIXe siècles) qui est exploré. Plus extravertie que les autres, cette pièce fait un usage un peu abusif d’emprunts au répertoire de la flûte et n’évite pas, malgré l’adresse du mixage, les risques inhérents au pastiche et au collage; les éléments perturbateurs (trafic, brouhaha, sonneries et autres scories de l’environnement moderne), trop hétérogènes, perdent leur pouvoir de suggestion et paraissent alors un peu convenus.

Avec L’entrevue, nous retrouvons le mystère et la force évocatrice de Petite musique sentimentale, mais, en quelque sorte, «élevée à la puissance.» Le caractère nostalgique de l’accordéon, confondu avec le souffle même de celui qui le fait respirer, y contribue assurément, ainsi que le jeu tout en nuances de l’interprète, Joseph Petric. L’utilisation de sa voix et des éléments textuels qui «contrepointent» les bouffées instrumentales, leurs divers «tuilages» mises en perspective, colorations, variations morphologiques sont autant d’objets sonores sans cesse renouvelés. C’est ovec cette entrevue-confrontation de deux différences que le discours instrumenial, émergeant de ce tissu langagier, prend toute sa dimension salutaire. Il n’est pas sans signification symbolique que le texte, ici, soit en anglais.

Reste Quatuor. J’ai envie de dire «pour la bonne bouche.» Non parce que je sous-estime les œuvres mixtes, on s’en sera rendu compte, mais parce que cette pièce, dans sa version acousmatique, réunit toutes les qualités précédentes à l’intérieur d’une exigence et d’une abstraction qui me semblent plus riches. Elle demeure, elle aussi, tout entière attachée au monde instrumental mais le transcende en repoussant plus loin ses limites. Aucun clin d’œil (ou tellement dilué!), aucun cliché, une adroite intégration des appuis référentiels, une marche à grandes enjambées où l’anecdote perd un peu ses droits, un phrasé généreux et, déjà (1979), ce regret évoqué d’une beauté peut-ètre perdue…

Yves Daoust, musicien de l’inquiétude discrète plante les décors sonores d’un monde qui est le notre, surexposé, bruyant, menacé d’entropie dans lequel il se cache pour y fredonner des airs d’autrefois et se «dépèche d’en rire avant d’avoir à en pleurer.»

Quant à la qualité technique du disque et à la présentation des œuvres, elles sont, comme toujours pour ce label, irréprochables.

Yves Daoust, musicien de l’inquiétude discrète plante les décors sonores d’un monde qui est le notre, surexposé, bruyant, menacé d’entropie…

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no 3:1, 1 mars 1992

Électro clips, 25 instantanés électroacoustiques

Au départ une excellente idée et un défi: commander vingt-cinq miniatures électroacoustiques de trois minutes exactement à vingt-cinq compositeurs d’Amérique du Nord et du Mexique. Pari gagné. Bien sûr, ces micro-compositions ne sont pas toutes d’égale valeur mais leur parcours est très vivant et donne une excellente idée des actuelles tendances canadiennes, sinon américaines. Si la personnalité des compositeurs n’est pas toujours clairement révélée par ces instantanés (n’est pas japonais qui veut, tel qui excelle dans l’épopée échoue dans le haïku), beaucoup néanmoins ont su aller très vite à l’essentiel.

On se doute qu’il ne saurait être question, dans les limites de cet article, de consacrer à chacun la place qui lui revient, mais peut-être, après tout, qu’en toute insolence confraternelle… À œuvres-flashes, portraits-express: 1) Michel A Smith: rigolard et bien portant. 2) Craig Harris: piano fantôme. 3) Jean-François Denis: subtile histoire d’un tremblement. 4) John Oswld ou l’èchAntillonneur bien tempéré. 5) Yves Daoust: résumé des chopitres précédents. Bien joué! 6) Claude Schryer: à l’écoute du monde ou de ce qu’il en reste. 7) Martin Gotirit: presque riens et chuchotements doux d’une machine onirique. 8) John Oliver: l’envers des funérailles. 9) Zack Settel: fascination et sortilèges des fonctions de transfert. 10) Stéphane Roy, un musicien du tressaillement intérieur, 11) Daniel Scheidt: charmes cagiens d’une construction en abime. 12) Bruno Degazio: le fractal lambda 0,900-0,901534 a encore frappé! 13) Richard Truhlar: pauvre Baudrillard! 14) Gilles Gobeil: description d’un combot (relire Kafka) ou Gobeil tel qu’en lui-même. 15) Robert Normandeau: «Kinderszenen,» terreurs pour rire et comptine très tendre. I0) Laurie Radford: le mal des profondeurs. 17) Calon-Schryer: le «tube» de l’année. 18) Hildegard Westerkamp: «The big sleep.» 19) Amnon Wolman: sous des ponts pavés de bonnes intentions. 20) Francis Dhomont: autocensuré. 21) Roxanne Turcotte: sueurs froides. 22) Christian Calon pose la question libertaire. 23) Dan Lander ou la fraîcheur du retour aux sources. 24) Javier Álvarez: un morceau en mille morceaux. 25) Charles Amirkhanian répond à la question libertaire. Avec toutes mes excuses à ceux qui ne possèdent pas ce disque compact (une raison supplémentaire pour eux de se le procurer).

Pari gagné.

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no 3:1, 1 mars 1992

Robert Normandeau: Lieux inouïs: Jeu, Mémoires vives, Rumeurs (Place de Ransbeck), Matrechka, Le cap de la tourmente.

Ce deuxième disque est consacré à un autre acousmate convaincu et convaincant qui a le bon goût de revendiquer son choix et dont le talent ne cesse de s’affirmer. Chez Robert Normandeau, le souci de la syntaxe est évident en dépit — ou peut-être à cause — de la complexité de son vocabulaire. Je pense notomment à Jeu et à Rumeurs (Place de Ransbeck) (ainsi qu’à La chambre blanche, absente sur le disque) qui articulent avec virtuosité, selon une dialectique permanence/variation, un abondant corpus sonore d’éléments contrastés ou récurrents qui renouvellent sans cesse le discours tout en lui conservant une solide cohérence. Mémoires vives, comme La Disparition de Calon, puise dans le réservoir des musiques du passé la plupart de ses éléments constitutifs. Elle est ainsi plus accessible, étant plus re-connaissable mais ce n’est peut-être pas une bonne raison. Néanmoins ne boudons pas notre plaisir, le son y est d’une telle qualité et le lyrismé si persuasif qu’on aurait tort de chipoter. Matrechka et Le cap de la tourmente appartiennent à une première manière, moins maîtrisée mais généreuse (dont on retrouve des traces dans Mémoires vives), très révélatrice d’une personnalité qui refuse de rester unidimensionnelle. Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.

Une oreille aux aguets, un style robuste, une pensée chaleuleuse très bien servie par une habileté technique qui sait se faire oublier. À écouter d’urgence.

L’électroacoustique sur orbite

Francis Dhomont, Circuit, no 3:1, 1 mars 1992

Planètes ignorées, univers à découvrir, neuf disques compacts tournent déjà dans nos lecteurs: Calon, Normandeau, Thibault, Électro clips, Scheidt, Daoust sur étiquette empreintes DIGITALes et une Anthologie de la musique canadienne, consacrée à la musique électroacoustique.

Cela commence à se savoir, mais il n’est pas mauvais de le rappeler: l’expression «musique électroacoustique» devient, avec la prolifération des genres qu’elle recouvre, plus imprécise de jour en jour. Si, dans les années 1950 et 1960, elle renvoyait sans équivoque d’un courant de pensée — écoles concrète et électronique confondues — dont on peut dire, pour faire court, qu’il se démarquait des «musiques de notes,» et posait la question du fond en posant celle de la forme, il n’en va plus de méme aujourd’hui. En 1992, «électroacoustique» ne désigne assurément plus une quelconque tendance esthétique, mais, de façon à la fois plus pragmatique et plus vague, toutes sortes de produits sonores réalisés à l’aide des moyens qu’offre la technologie électroacoustique. Le terme est ainsi devenu progressivement l’auberge espagnole de toutes les manifestations sonores utilisant peu ou prou l’électronique. Il s’applique donc aussi bien aux instruments électrifiés de la musique populaire (guitares, boîtes à rythmes, etc.) qu’aux recherches d’organismes hautement spécialisés (Ina-GRM, IRCAM, MIT, instituts et universités, etc.), sans oublier, du côté de la lutherie, le célèbre synthétiseur DX7, les «échantillonneurs» ou le protocole MIDI et, du côté des genres, les œuvres dites acousmatiques, mixtes, interactives, électro-instrumentales, etc.

Les deux collections de disques compacts dont il sera question ici offrent un éventail très ouvert de styles et d’applications, témoignant ainsi de la vitalité du médium au Canada. Profusion stimulante mais qui rend le sujet de cette rubrique quelque peu pléthorique pour l’espace qui lui est alloué. Quand on saura, en effet, que ce sont… soixante-quatorze œuvres ou extraits qu’il faudrait commenter, on imaginera sans peine qu’il ait fallu faire des choix.

Coïncidence symbolique, et somme toute réconfortante, au moment où disparaît le service RCI (Radio Canada International) après la réalisation d’une dernière Anthologie de la musique canadienne, surgit la toute jeune compagnie DIFFUSION i MéDIA dont la valeur semble ne pas vouloir attendre le nombre des années pour s’affirmer. Ceux qui connaissent le dynamisme de ses fondateurs, Jean-François Denis et Claude Schryer, ne s’en étonneront pas. Déjà cinq disques réalisés en moins de deux ans dont la qualité technique et le soin apporté à la présentation tant didactique qu’esthétique ou poétique sont irréprochables. Signe particulier — et assez rare pour étre souligné particulièrement — les compacts publiés par empreintes DIGITALes sont exclusivement consacrés au répertoire électroacoustique.

… la qualité technique et le soin apporté à la présentation tant didactique qu’esthétique ou poétique sont irréprochables.

Blogue